BRIBES EN LIGNE
      marche sainte marie, et je vois dans vos le franchissement des g. duchêne, écriture le la fraîcheur et la madame est une   3   

les eurydice toujours nue à la langue est intarissable me       la c’est pour moi le premier       un et ma foi, antoine simon 29 je me souviens de juste un merci à marc alpozzo       dans     hélas, au matin du       jonath fragilité humaine. dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a chaque automne les mise en ligne d’un temps de bitume en fusion sur noble folie de josué, le "patriote", les routes de ce pays sont quel ennui, mortel pour rita est trois fois humble. lorsque martine orsoni petit matin frais. je te   1) cette autre essai d’un     m2 &nbs le lourd travail des meules au lecteur voici le premier dans l’effilé de antoine simon 30   né le 7 viallat © le château de mi viene in mentemi antoine simon 32 station 1 : judas f j’ai voulu me pencher où l’on revient pour anne slacik ecrire est l’illusion d’une dans le pain brisé son il arriva que ainsi fut pétrarque dans je m’étonne toujours de la dans les carnets derniers  “s’ouvre saluer d’abord les plus dernier vers aoi dont les secrets… à quoi in the country tout est possible pour qui légendes de michel pour andré a claude b.   comme dernier vers aoi le glacis de la mort a supposer quece monde tienne douce est la terre aux yeux f les marques de la mort sur bernadette griot vient de   je n’ai jamais quatrième essai de quand nous rejoignons, en  avec « a la       ce je n’hésiterai f le feu s’est ce jour-là il lui "pour tes f le feu m’a lancinant ô lancinant antoine simon 15     cet arbre que "ah ! mon doux pays, ki mult est las, il se dort à a l’aube des apaches, antoine simon 12 macles et roulis photo 7 se placer sous le signe de       la       quand etudiant à d’un côté un homme dans la rue se prend bien sûr, il y eut rare moment de bonheur,   on n’est je t’ai admiré, 1-nous sommes dehors. ne faut-il pas vivre comme si, il y a longtemps, les     rien heureuse ruine, pensait jamais je n’aurais spectacle de josué dit pour qui veut se faire une « e ! malvais a toi le don des cris qui dernier vers aoi il faut aller voir pour le prochain basilic, (la       un bribes en ligne a     &nbs pour mes enfants laure et quand c’est le vent qui le tissu d’acier lorsqu’on connaît une     de rigoles en       ruelle       une f dans le sourd chatoiement il existe au moins deux un titre : il infuse sa ce qui fascine chez madame déchirée le 28 novembre, mise en ligne       coude macles et roulis photo 4 temps de pierres macles et roulis photo 6 la prédication faite  epître aux chaises, tables, verres,       l̵ et il parlait ainsi dans la poème pour 5) triptyque marocain neuf j’implore en vain un temps hors du dernier vers aoi   ces notes macles et roulis photo 3     nous   la production       &agrav   entrons dentelle : il avait pour frédéric dernier vers aoi les avenues de ce pays       neige  il y a le j’ai perdu mon à propos des grands karles se dort cum hume souvent je ne sais rien de c’est parfois un pays et si au premier jour il coupé en deux quand temps de cendre de deuil de la danse de tous ces charlatans qui     double       la effleurer le ciel du bout des  je signerai mon iloec endreit remeint li os       l̵       apparu       le tendresses ô mes envols ce va et vient entre       ma       au     dans la ruela       baie pour michèle gazier 1) le temps passe si vite, pas facile d’ajuster le il y a dans ce pays des voies jamais si entêtanteeurydice pour helmut li emperere s’est         or (en regardant un dessin de f les feux m’ont la cité de la musique   que signifie   six formes de la la terre a souvent tremblé j’oublie souvent et en introduction à       entre « amis rollant, de       magnol merci à la toile de cinquième essai tout m1       pour alain borer le 26 pour maxime godard 1 haute cette machine entre mes       j̵ couleur qui ne masque pas de pa(i)smeisuns en est venuz       dans la terre nous c’est une sorte de dans la caverne primordiale dernier vers aoi toulon, samedi 9 pierre ciel       en ils avaient si longtemps, si peinture de rimes. le texte dernier vers aoi ils s’étaient antoine simon 18 quelques textes écoute, josué, À peine jetés dans le pour andrée "le renard connaît       crabe- madame des forêts de grant est la plaigne e large ce 28 février 2002.  au mois de mars, 1166 des voiles de longs cheveux pas sur coussin d’air mais paroles de chamantu siglent a fort e nagent e     pourquoi c’est extrêmement au commencement était       je douze (se fait terre se sequence 6   le       les antoine simon 14       parfoi       &agrav   pour adèle et (dans mon ventre pousse une patrick joquel vient de les textes mis en ligne pour maguy giraud et il en est des noms comme du et il fallait aller debout  on peut passer une vie buttati ! guarda&nbs pour pierre theunissen la certains soirs, quand je (de)lecta lucta   pourquoi yves klein a-t-il la liberté de l’être madame est la reine des seins isabelle boizard 2005 l’art n’existe les étourneaux ! pour max charvolen 1) envoi du bulletin de bribes       mouett huit c’est encore à j’entends sonner les dernier vers aoi certains prétendent f toutes mes quai des chargeurs de temps de pierres dans la le proche et le lointain       à    si tout au long antoine simon 24 pour robert pour marcel       voyage  mise en ligne du texte quatre si la mer s’est passet li jurz, si turnet a À la loupe, il observa sous l’occupation "et bien, voilà..." dit vertige. une distance le ciel est clair au travers    7 artistes et 1 clers fut li jurz e li       maquis la mort d’un oiseau. a christiane       au pour jean marie laure et pétrarque comme encore la couleur, mais cette dessiner les choses banales       l̵ samuelchapitre 16, versets 1 monde imaginal,       la c’est un peu comme si,       &ccedi   pour théa et ses     au couchant  dernier salut au      & pour philippe un tunnel sans fin et, à il aurait voulu être pas une année sans évoquer le 26 août 1887, depuis allons fouiller ce triangle       entre franchement, pensait le chef,   marcel antoine simon 19 diaphane est le mot (ou la rencontre d’une fin première toutefois je m’estimais je t’enlace gargouille dernier vers aoi dans le pays dont je vous livre grand format en trois       dans       et   le 10 décembre   un vendredi la bouche pure souffrance le bulletin de "bribes en ceste tere ad estet ja seul dans la rue je ris la depuis le 20 juillet, bribes n’ayant pas pour martine       montag dans ce périlleux pour gilbert  la lancinante il n’est pire enfer que       il       le       je       ...mai     &nbs Éléments -       le pour andré (ô fleur de courge... pour martine, coline et laure raphaël       sur le vos estes proz e vostre dire que le livre est une ainsi va le travail de qui dernier vers doel i avrat, 0 false 21 18 un jour nous avons trois tentatives desesperees autre petite voix     ton       cerisi 1254 : naissance de       cette       dans       su folie de josuétout est  un livre écrit abu zayd me déplait. pas  c’était pour jean gautheronle cosmos station 7 : as-tu vu judas se       pass&e     surgi       d&eacu al matin, quant primes pert « 8° de  pour jean le "l’art est-il       le en cet anniversaire, ce qui sculpter l’air :       allong premier essai c’est a propos de quatre oeuvres de encore une citation“tu tes chaussures au bas de la vie est dans la vie. se       la pie toute une faune timide veille la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Riera, Nathalie

NATHALIE RIERA

<- PAYSAGES D’ETE (extraits de séquences) |
JE N’AI TOUJOURS RIEN DIT AU JARDIN
© Nathalie Riera
Ecrivain(s) : Riera
Clefs : poésie

 

(à Axel)
 
 
De paix les traits du visage
et rires de ruisseau tressés de brindilles
j’oublie robes et chaussures
le crayon de l’été me dessine mes obscures allégories
 
Reliures du Temps (des rayures sur les rêveries, des ellipses de ma bouche)
Chevaux des roseaux
 
Nous aimerions sans phrase l’orgueil
comme ça sans phrase ce qui s’écrit
 
Dans le livre du jardin une page toujours perdue
remonter le temps je me dessine
jamais prière jamais poussière
quelque chose comme ça sur ce qui est en mouvement
chassé
hors de vue
 
lors que le jardin ne réplique rien
 
plus haut !
 
lors que descendre redonne le feu de ne pas renoncer
 
L’eau ne ment pas au jardin
Plus haut la voix !
Une crue a capella
 
 
(En souvenir de la nuit du 15 juin 2010)
Publication en ligne : 2 août 2010

titre documents joints

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette