BRIBES EN LIGNE
      ruelle à la mémoire de le recueil de textes certains prétendent       au       je le soleil n’est pas "et bien, voilà..." dit deuxième suite         &n il s’appelait je t’ai admiré, je ne saurais dire avec assez antoine simon 18  ce mois ci : sub un soir à paris au       allong de mes deux mains   saint paul trois (de)lecta lucta   macles et roulis photo 1 pour andrée   jn 2,1-12 : antoine simon 33       je  “la signification rare moment de bonheur,       le   est-ce que dernier vers aoi  référencem il ne reste plus que le il arriva que f le feu s’est macles et roulis photo 4 madame aux rumeurs a dix sept ans, je ne savais peinture de rimes. le texte hans freibach :       "       les des voiles de longs cheveux ce texte se présente a toi le don des cris qui station 1 : judas       ce       b&acir générations la prédication faite au commencement était tandis que dans la grande       soleil réponse de michel     pluie du  dans le livre, le pas même frères et passet li jurz, si turnet a       crabe-       dans     hélas, dernier vers aoi livre grand format en trois       neige ce qu’un paysage peut  au travers de toi je    il À max charvolen et martin la pureté de la survie. nul i mes doigts se sont ouverts tu le saiset je le vois       magnol petites proses sur terre entr’els nen at ne pui 0 false 21 18 c’est une sorte de napolì napolì     sur la pente       " eurydice toujours nue à madame dans l’ombre des cet article est paru dans le le franchissement des quand nous rejoignons, en il souffle sur les collines à propos des grands " je suis un écorché vif.       jardin "l’art est-il 13) polynésie macles et roulis photo 7 recleimet deu mult equitable un besoin sonnerait dix l’espace ouvert au autre citation       dans les dessins de martine orsoni nice, le 18 novembre 2004 les parents, l’ultime aux george(s) (s est la mult ben i fierent franceis e m1       pour helmut pluies et bruines,   ces sec erv vre ile ce va et vient entre elle ose à peine face aux bronzes de miodrag     les fleurs du ce qui aide à pénétrer le     le petit matin frais. je te pour andré     surgi en introduction à c’est seulement au f qu’il vienne, le feu approche d’une marie-hélène et que dire de la grâce       la pie li emperere s’est attendre. mot terrible.  dans toutes les rues toi, mésange à ...et poème pour       dans j’ai changé le premier essai c’est a claude b.   comme la légende fleurie est les dernières  le grand brassage des       le et je vois dans vos dernier vers aoi "ces deux là se je déambule et suis ma mémoire ne peut me encore une citation“tu quel étonnant 1) la plupart de ces reprise du site avec la  la toile couvre les       dans poème pour       s̵ tout mon petit univers en tout en vérifiant 1-nous sommes dehors.   3   

les du fond des cours et des dire que le livre est une dans les écroulements je rêve aux gorges chaises, tables, verres,       ma là, c’est le sable et       &eacut bel équilibre et sa madame est toute f toutes mes assise par accroc au bord de le temps passe si vite, l’impression la plus   encore une       la mouans sartoux. traverse de antoine simon 28     un mois sans au lecteur voici le premier       &agrav j’ai en réserve lancinant ô lancinant   pour adèle et pour ma sculpter l’air : on trouvera la video et il parlait ainsi dans la antoine simon 14 mesdames, messieurs, veuillez j’aime chez pierre rm : d’accord sur       vaches genre des motsmauvais genre       é deuxième essai le ils avaient si longtemps, si pour julius baltazar 1 le un jour, vous m’avez les dieux s’effacent les enseignants : a la libération, les les textes mis en ligne  hors du corps pas à propos “la       sur sept (forces cachées qui l’art c’est la station 7 : as-tu vu judas se antoine simon 13       " le vieux qui  “... parler une des voix percent, racontent le plus insupportable chez       cerisi une il faut dire les antoine simon 15       que religion de josué il un titre : il infuse sa monde imaginal,       au granz est li calz, si se       une      & madame chrysalide fileuse dimanche 18 avril 2010 nous 1) notre-dame au mur violet tout à fleur d’eaula danse pour jean-louis cantin 1.- antoine simon 7 de prime abord, il arbre épanoui au ciel ki mult est las, il se dort le 26 août 1887, depuis les amants se traquer madame, vous débusquez temps de pierres un homme dans la rue se prend       au la mort, l’ultime port, merci à la toile de   le 10 décembre       aux tendresses ô mes envols comme ce mur blanc difficile alliage de démodocos... Ça a bien un   je ne comprends plus  “comment  pour jean le  de la trajectoire de ce la langue est intarissable sous la pression des ce pays que je dis est dernier vers aoi   je n’ai jamais la bouche pleine de bulles les premières je suis celle qui trompe       au       six la cité de la musique avez-vous vu vous deux, c’est joie et antoine simon 3 les étourneaux ! nécrologie rêves de josué, une autre approche de le géographe sait tout attendre. mot terrible. dans ma gorge j’écoute vos dernier vers aoi il n’est pire enfer que c’est pour moi le premier dans ce périlleux pour daniel farioli poussant       devant je suis bien dans ne pas négocier ne       retour l’évidence c’est le grand       reine polenta   nous sommes       l̵ temps de cendre de deuil de pas sur coussin d’air mais ….omme virginia par la morz est rollant, deus en ad raphaËl imagine que, dans la       &ccedi       coude       va un jour nous avons lorsqu’on connaît une tout est possible pour qui dernier vers que mort la mastication des la réserve des bribes constellations et le scribe ne retient « 8° de pour frédéric art jonction semble enfin quand il voit s’ouvrir, dans les carnets       sur   dits de « amis rollant, de vous dites : "un       les pour michèle gazier 1 avec marc, nous avons dernier vers aoi la poésie, à la       deux pour marcel j’ai relu daniel biga, grande lune pourpre dont les       apr&eg tous feux éteints. des       qui voile de nuità la     faisant la       arauca fontelucco, 6 juillet 2000       baie pour martine  martin miguel vient   au milieu de madame est une torche. elle deux nouveauté, la vie humble chez les pour jacky coville guetteurs une fois entré dans la l’erbe del camp, ki       pourqu beaucoup de merveilles       et tu       object percey priest lakesur les    tu sais pour le prochain basilic, (la       dans le 23 février 1988, il rien n’est et si au premier jour il préparation des mougins. décembre ainsi va le travail de qui       le pour lee   se cliquetis obscène des   maille 1 :que af : j’entends       &n la fraîcheur et la   l’oeuvre vit son zacinto dove giacque il mio toutes ces pages de nos pour alain borer le 26 il n’y a pas de plus intendo... intendo ! pour jacqueline moretti, dans un coin de nice, agnus dei qui tollis peccata i en voyant la masse aux tendresse du mondesi peu de     sur la chaque jour est un appel, une       au pour martine, coline et laure paroles de chamantu  les éditions de 1. il se trouve que je suis huit c’est encore à   six formes de la comme un préliminaire la     après   1) cette 0 false 21 18 coupé en deux quand     du faucon dans la caverne primordiale       midi       fleure f tous les feux se sont       marche travail de tissage, dans quai des chargeurs de dans le train premier    au balcon ce n’est pas aux choses la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > C’est pour dire...

RAPHAËL MONTICELLI

<- Sumer, terre et langue en moi |
Terrils

Pour Daniel Mohen

Artiste(s) : Mohen (site) Ecrivain(s) : Monticelli R.

1.-

Les rêves de naissance attendent dans des veines de sève durcie
Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi.
Tu en portes la trace au bout de tes pinceaux.
 
2.-
temps momifié
 
Mes enveloppes
détruites
Mes pauvres armures
 
M’a laissé
cet éclat terne de laves et de rouilles
ce goût de cendre et de charbon
 
 
Pour survivre à sa perte.
 
3.-
Sous des bruits d’écorce la respiration humide des aubiers
endormie dans sa forme
où les feux sont enfouis
 
Ils ont détruit une à une toutes mes enveloppes, mes pauvres armures ;
Ils ont laissé ces cendres,
Charbons, laves et rouilles
 
et se survivent
 
Marque leur territoire au bout de tes pinceaux.
 
4.-
Les sèves froides
sont demeurées
béances au bord du vide.
 
Elles sont
survie de leur perte
 
Elles viennent
 
Ardeur des lumières
Explosive,
 
celle des oxydations,
Lente.
 
5.-
Qu’elle vienne, la force silencieuse des longues métamorphoses,
Ardeur des explosions,
Lumineuse,
Celle des oxydations,
Lente ;
Qu’elle creuse mes doutes,
Plus profond que ma chair ;
Qu’elle mette à vif ma plaie la plus secète.
 
Relèves-en le lieu au bout de tes pinceaux.
 
6.-
Toutes mes enveloppes,
Pauvres armures,
Une à une ont été détruites.
Établis tes espaces dans le chatoiement sourds des poussières ;
Des rêves de naissance attendent
au creux des veines durcies
 
7.-
J’ai voulu me pencher au bord des enfers,
Et le feu m’a saisi.
Quand il s’est retiré,
Il a laissé cendres et charbons, laves et rouilles.
 
Établis nos territoires dans ces chatoiements sourds.
 
8.-
Ici se sont enfouis tous les feux à venir.
 
Ils m’ont laissé béance au bord du vide,
Perdu parmi les cendres, charbons, laves et rouilles
Qui survivent de sa mort.
 
Recueilles-en la trace au bout de tes pinceaux.
 
9.-
Il viendra, le feu,
Ardeur des lumières explosives ou des oxydations lentes.
Il m’a saisi quand j’ai voulu me pencher au bord des enfers ;
jamais On ne se consume que des feux que l’on a osé voler.
 
10.-
Béance en bord de vide
Pour survivre à la perte.
 
Tu poses
Ce qui fut
en tremblement de vie.
 
11.-
Jette tes traces en gestes vifs
illuminés de froid
Un feu les reprendra
la vie tremblante
 
Plaies à vif,
Plis intimes,
Plus profondes que les douleurs de chair.
 
Apprends que les torrents des sèves endormies sont toujours prêts à sourdre
On ne se consume que des feux dérobés.
 
12.-
Dans le sourd chatoiement des charbons et des cendres,
poussière que le vent de solitude blesse
Établis les espaces dont tu veux prendre possession.
- Ma douleur y est ensevelie-
Plus profonde que celle de mes chairs mises à vif au creux le plus intime de moi-même.
 
Des rêves de naissance frémissent sous les torrents durcis des sèves endormies
 
 
 
*
* *
 
FINALE
 
Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.
 
Le bout de mes doigts engourdis parcourt les humidités que le froid cristallise en efflorescences de givre
Seule la lumière rasante et silencieuse les rend perceptibles 
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un cri au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.
 
Bientôt les horizons se feront transparents ;
L’air le plus proche s’échauffera,
Et parmi des vibrations d’ardoise, mica, plomb, peaux anciennes, argent vieilli,
Les vapeurs lentes des rêves de naissance
dilateront nos regards.
Publication en ligne : 18 mars 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette