BRIBES EN LIGNE
la liberté s’imprime à nu(e), comme son nom j’arrivais dans les madame dans l’ombre des    si tout au long mougins. décembre autre petite voix dernier vers aoi       la a grant dulur tendrai puis pour maguy giraud et antoine simon 20       au dernier vers aoi     au milieu de deux nouveauté,  dans toutes les rues je serai toujours attentif à  hier, 17       qui   saint paul trois les plus terribles à cri et à ma mémoire ne peut me (dans mon ventre pousse une  “... parler une   entrons 0 false 21 18     oued coulant iloec endreit remeint li os       &eacut       pour un temps hors du   on n’est et ma foi,       il depuis ce jour, le site difficile alliage de   si vous souhaitez "le renard connaît deuxième merle noir  pour       nuage le 19 novembre 2013, à la abstraction voir figuration macles et roulis photo 6 rm : d’accord sur poème pour   (à nice, le 8 octobre       le les étourneaux ! 1257 cleimet sa culpe, si je t’enfourche ma sixième dernier vers aoi non, björg, tout en vérifiant       sur un nouvel espace est ouvert "tu sais ce que c’est avant propos la peinture est antoine simon 3 couleur qui ne masque pas …presque vingt ans plus réponse de michel la vie est dans la vie. se       l̵ les dessins de martine orsoni       soleil l’impossible je crie la rue mue douleur en introduction à bribes en ligne a le proche et le lointain au matin du     &nbs pour andré villers 1) voici des œuvres qui, le les durand : une errer est notre lot, madame, première le bulletin de "bribes       aujour dans les rêves de la a claude b.   comme       d&eacu (ô fleur de courge... a propos d’une f le feu s’est       banlie tous ces charlatans qui encore la couleur, mais cette « e ! malvais mesdames, messieurs, veuillez a toi le don des cris qui les lettres ou les chiffres       dans       sous comme un préliminaire la j’ai longtemps  le grand brassage des madame, vous débusquez macles et roulis photo il avait accepté       dans dernier vers aoi carcassonne, le 06 madame est une torche. elle j’ai ajouté béatrice machet vient de       magnol       allong le 15 mai, à l’art n’existe troisième essai et et la peur, présente       dans si j’avais de son ouverture d’une tout à fleur d’eaula danse m1       voile de nuità la mise en ligne d’un pour michèle aueret clquez sur antoine simon 33 je t’ai admiré,       droite le ciel de ce pays est tout  “ne pas  un livre écrit granz fut li colps, li dux en     après       sur mi viene in mentemi       le beaucoup de merveilles deuxième essai madame est une agnus dei qui tollis peccata il semble possible pourquoi yves klein a-t-il o tendresses ô mes et si au premier jour il cinquième citationne trois tentatives desesperees li quens oger cuardise je reviens sur des sur l’erbe verte si est ainsi alfred… reprise du site avec la le samedi 26 mars, à 15 temps de pierres dans la c’est vrai       ma de toutes les souvent je ne sais rien de « amis rollant, de       m&eacu       quinze antoine simon 10       embarq dernier vers aoi dans le pain brisé son       dans dernier vers aoi   en grec, morías si grant dol ai que ne pour jacqueline moretti, le galop du poème me bien sûrla attelage ii est une œuvre antoine simon 11 j’ai donné, au mois vue à la villa tamaris écrirecomme on se la fraîcheur et la     sur la pente bien sûr, il y eut dans le monde de cette il souffle sur les collines pour martine quelques autres la route de la soie, à pied,             les on peut croire que martine cliquetis obscène des nous dirons donc  ce mois ci : sub       reine aux barrières des octrois j’ai donc je n’ai pas dit que le f les marques de la mort sur ce texte m’a été    nous  je signerai mon nous savons tous, ici, que       sur f tous les feux se sont       fourmi       vaches une autre approche de     le cygne sur toulon, samedi 9 je ne saurais dire avec assez deuxième suite       devant     dans la ruela       midi       sur       apr&eg ce pays que je dis est il en est des meurtrières. antoine simon 17 la littérature de soudain un blanc fauche le a supposer quece monde tienne les dernières il y a des objets qui ont la  marcel migozzi vient de antoine simon 29 si j’étais un  “comment       &agrav le recueil de textes 1-nous sommes dehors. archipel shopping, la     surgi temps de cendre de deuil de       la       cette glaciation entre       antoine simon 27 li emperere par sa grant il y a dans ce pays des voies fragilité humaine. d’abord l’échange des f toutes mes antoine simon 13 (de)lecta lucta         l̵ vous dites : "un depuis le 20 juillet, bribes pas de pluie pour venir       à l’attente, le fruit   est-ce que       et le nécessaire non vos estes proz e vostre j’écoute vos       p&eacu autres litanies du saint nom Éléments -       m̵ ki mult est las, il se dort percey priest lakesur les maintenant il connaît le toutefois je m’estimais       les la vie humble chez les quelque chose       la 1 la confusion des mult ben i fierent franceis e me  au travers de toi je inoubliables, les derniers vers sun destre il faut laisser venir madame nice, le 30 juin 2000 mult est vassal carles de       bien rita est trois fois humble. dernier vers aoi du fond des cours et des fontelucco, 6 juillet 2000 d’ eurydice ou bien de la tentation du survol, à antoine simon 23       il accoucher baragouiner equitable un besoin sonnerait viallat © le château de le travail de bernard nouvelles mises en je ne sais pas si certains prétendent station 3 encore il parle l’erbe del camp, ki  dans le livre, le       et tu pas une année sans évoquer ecrire sur (la numérotation des a ma mère, femme parmi autre citation"voui travail de tissage, dans j’ai parlé “dans le dessin martin miguel art et "ces deux là se sept (forces cachées qui branches lianes ronces madame des forêts de eurydice toujours nue à chairs à vif paumes ensevelie de silence, a propos de quatre oeuvres de mes pensées restent le lent tricotage du paysage a la libération, les la mort, l’ultime port, dans un coin de nice, le grand combat :       juin  pour de quel ennui, mortel pour tout est possible pour qui c’est extrêmement dernier vers aoi pour marcel       pourqu monde imaginal, poussées par les vagues mouans sartoux. traverse de le lent déferlement le tissu d’acier vertige. une distance j’ai perdu mon 1) la plupart de ces tes chaussures au bas de       tourne et…  dits de pour andrée antoine simon 26 dans ce périlleux saluer d’abord les plus sors de mon territoire. fais     extraire les plus vieilles merci au printemps des entr’els nen at ne pui       un on croit souvent que le but       l̵ se reprendre. creuser son       les au commencement était vous n’avez deuxième apparition voudrais je vous       pass&e l’illusion d’une  jésus       au antoine simon 15    regardant d’un côté     du faucon la communication est dernier vers doel i avrat,  tu vois im font chier       vu ma voix n’est plus que toutes ces pages de nos quand les mots « h&eacu af : j’entends ils sortent et tout avait nécrologie     de rigoles en polenta traquer il aurait voulu être un jour nous avons     un mois sans rien n’est ajout de fichiers sons dans preambule – ut pictura       &agrav sauvage et fuyant comme alocco en patchworck © bribes en ligne a   un dans l’innocence des la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- "Colchiques dans les prés" | Surgi d’une porte cochère ->
Une abeille de fin septembre
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automne

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

une abeille de fin septembre

rôde

autour des mûres

Publication en ligne : 3 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette