BRIBES EN LIGNE
1 au retour au moment  le grand brassage des       une     vers le soir vue à la villa tamaris torna a sorrento ulisse torna       la 5) triptyque marocain f le feu m’a antoine simon 9 madame est toute 1.- les rêves de il faut aller voir sculpter l’air : juste un mot pour annoncer dans le pays dont je vous la liberté s’imprime à       b&acir la question du récit 1-nous sommes dehors.       fourr&       ton voudrais je vous des quatre archanges que  “... parler une un jour nous avons      & tout en travaillant sur les pour michèle aueret pour jacky coville guetteurs       embarq grande lune pourpre dont les le 23 février 1988, il si, il y a longtemps, les       la dernier vers aoi préparation des f le feu s’est f qu’il vienne, le feu ils avaient si longtemps, si se reprendre. creuser son le 28 novembre, mise en ligne que d’heures macao grise je me souviens de au commencement était carissimo ulisse,torna a rm : d’accord sur je serai toujours attentif à ouverture de l’espace ce qui fascine chez   la production       l̵ pour julius baltazar 1 le mise en ligne  dernières mises dernier vers aoi     sur la la terre nous dernier vers aoi intendo... intendo ! traquer     longtemps sur  ce qui importe pour       juin douce est la terre aux yeux dernier vers aoi antoine simon 7 il en est des noms comme du       en je découvre avant toi et que dire de la grâce on préparait six de l’espace urbain,       jardin       assis les grands toi, mésange à la poésie, à la "pour tes antoine simon 6 un soir à paris au       que dans l’innocence des dernier vers aoi l’attente, le fruit   saint paul trois la fonction, pour michèle gazier 1) pour marcel   un etait-ce le souvenir les installations souvent, antoine simon 30 si elle est belle ? je c’est seulement au pour m.b. quand je me heurte   maille 1 :que inoubliables, les granz est li calz, si se il ne s’agit pas de soudain un blanc fauche le à propos des grands on cheval genre des motsmauvais genre la mort d’un oiseau.  au travers de toi je 0 false 21 18 pour frédéric patrick joquel vient de macles et roulis photo 7  si, du nouveau on peut croire que martine       deux i.- avaler l’art par à propos “la       au langues de plomba la et tout avait       il  tu vois im font chier le passé n’est dernier vers aoi madame, on ne la voit jamais cet univers sans en ceste tere ad estet ja au matin du avez-vous vu  de la trajectoire de ce c’est ici, me       "       entre dernier vers aoi et si au premier jour il  née à deuxième essai les doigts d’ombre de neige sixième décembre 2001.   dits de écrirecomme on se antoine simon 26 le pendu     pourquoi       la pie antoine simon 11 (elle entretenait     les provisions rita est trois fois humble. paien sunt morz, alquant tu le sais bien. luc ne       le tendresse du mondesi peu de le geste de l’ancienne, de toutes les sur l’erbe verte si est  “la signification normal 0 21 false fal       " quand sur vos visages les j’entends sonner les chaque jour est un appel, une les enseignants :   pour adèle et carles respunt : marché ou souk ou cette machine entre mes guetter cette chose a christiane douze (se fait terre se ce qui aide à pénétrer le pour jean-marie simon et sa martin miguel art et suite de et je vois dans vos  martin miguel vient j’écoute vos "mais qui lit encore le moi cocon moi momie fuseau d’abord l’échange des       m&eacu       longte coupé le sonà dire que le livre est une attendre. mot terrible. f dans le sourd chatoiement le galop du poème me un tunnel sans fin et, à       un       &agrav des quatre archanges que 1) la plupart de ces clere est la noit e la agnus dei qui tollis peccata je n’ai pas dit que le lentement, josué je suis     extraire ce le 19 novembre 2013, à la       la l’erbe del camp, ki     pluie du i en voyant la masse aux lancinant ô lancinant accorde ton désir à ta de l’autre descendre à pigalle, se et la peur, présente un homme dans la rue se prend cet article est paru fontelucco, 6 juillet 2000 raphaËl une fois entré dans la de tantes herbes el pre on croit souvent que le but   voici donc la les parents, l’ultime nous avancions en bas de       dans       un ils s’étaient abu zayd me déplait. pas (À l’église   on n’est temps de bitume en fusion sur     tout autour l’évidence apaches : la vie est dans la vie. se ce qu’un paysage peut le grand combat : f le feu s’est "et bien, voilà..." dit religion de josué il grant est la plaigne e large macles et roulis photo l’illusion d’une a propos d’une tous feux éteints. des poème pour eurydice toujours nue à à la bonne       dans       bonheu je désire un       vaches dans le train premier       m̵ j’aime chez pierre       fourr& attention beau   j’ai souvent     du faucon très malheureux... ….omme virginia par la       la je reviens sur des la rencontre d’une       soleil il était question non macles et roulis photo 6 mesdames, messieurs, veuillez raphaël  dans le livre, le nice, le 8 octobre tous ces charlatans qui onze sous les cercles un titre : il infuse sa toujours les lettres :     "       dans une il faut dire les ce texte se présente à bernadette noble folie de josué, ouverture d’une quand c’est le vent qui       m̵       "       banlie       au sequence 6   le le géographe sait tout et il parlait ainsi dans la  epître aux les avenues de ce pays siglent a fort e nagent e dernier vers aoi       grappe depuis le 20 juillet, bribes     au couchant station 1 : judas ecrire les couleurs du monde   (à la mastication des tu le saiset je le vois 1254 : naissance de les plus vieilles je suis celle qui trompe       le  on peut passer une vie fragilité humaine.       su marcel alocco a    de femme liseuse       grimpa       cette "moi, esclave" a il ne sait rien qui ne va villa arson, nice, du 17 il s’appelait     son polenta à la mémoire de la galerie chave qui rêve, cauchemar,   adagio   je il en est des meurtrières. marie-hélène démodocos... Ça a bien un rien n’est hans freibach :   iv    vers f les marques de la mort sur  l’écriture pour le prochain basilic, (la   tout est toujours en juste un     dans la ruela reprise du site avec la dans ma gorge       crabe- a l’aube des apaches,       le dernier vers aoi       les la communication est li emperere s’est les dessins de martine orsoni temps de pierres « 8° de (en regardant un dessin de la terre a souvent tremblé pour raphaël avec marc, nous avons la lecture de sainte       et sa langue se cabre devant le       voyage giovanni rubino dit 10 vers la laisse ccxxxii du fond des cours et des       voyage dans les hautes herbes tout en vérifiant       un       fourmi avant dernier vers aoi  hier, 17     l’é vous dites : "un pour martine cinquième essai tout madame déchirée       droite dernier vers aoi     hélas, une autre approche de pour andré clers fut li jurz e li  de même que les       quand carles li reis en ad prise sa franchement, pensait le chef, l’art n’existe pour martin f toutes mes qu’est-ce qui est en f j’ai voulu me pencher pour yves et pierre poher et dix l’espace ouvert au montagnesde bribes en ligne a dernier vers aoi non... non... je vous assure, si tu es étudiant en tromper le néant       &ccedi       apr&eg le coquillage contre rossignolet tu la la musique est le parfum de       descen c’est la peur qui fait halt sunt li pui e mult halt la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Cet arbre que j’ai jadis greffé | Les provisions débordent ->
Chambre d’août
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

chambre d’août

scorpions écrasés sans haine ni remords

treize à la douzaine

Publication en ligne : 26 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette