BRIBES EN LIGNE
le coquillage contre tout est prêt en moi pour pour jean-marie simon et sa pour michèle aueret je meurs de soif     sur la dernier vers aoi       fleure   six formes de la carissimo ulisse,torna a le temps passe si vite,       le petites proses sur terre en cet anniversaire, ce qui sept (forces cachées qui on dit qu’agathe       &n polenta le 15 mai, à ce qu’un paysage peut je sais, un monde se rm : nous sommes en able comme capable de donner l’instant criblé karles se dort cum hume       sur dernier vers aoi toute trace fait sens. que quand les mots inoubliables, les merci à marc alpozzo le "patriote",     après       au laure et pétrarque comme cher bernard ajout de fichiers sons dans pour pierre theunissen la un nouvel espace est ouvert lorsqu’on connaît une   voici donc la       voyage et si au premier jour il imagine que, dans la pour anne slacik ecrire est le proche et le lointain percey priest lakesur les il était question non un besoin de couper comme de ce monde est semé clers fut li jurz e li pour michèle gazier 1) accorde ton désir à ta       ( neuf j’implore en vain elle réalise des la vie est ce bruissement deuxième suite attelage ii est une œuvre       ma       une il y a tant de saints sur dieu faisait silence, mais  hors du corps pas ecrire les couleurs du monde si tu es étudiant en     son iv.- du livre d’artiste …presque vingt ans plus mougins. décembre       dans       le   encore une (ma gorge est une la bouche pure souffrance    de femme liseuse l’homme est de prime abord, il (josué avait       parfoi mise en ligne d’un régine robin,  née à la réserve des bribes il n’y a pas de plus " je suis un écorché vif.       jonath antoine simon 32       pourqu  c’était d’un bout à pour jacky coville guetteurs à       object avant dernier vers aoi douze (se fait terre se zacinto dove giacque il mio granz fut li colps, li dux en   ces notes antoine simon 14       &ccedi epuisement de la salle, le grand combat : pour philippe mesdames, messieurs, veuillez dans le pays dont je vous alocco en patchworck © madame est la reine des quando me ne so itu pe dans ma gorge af : j’entends de pa(i)smeisuns en est venuz effleurer le ciel du bout des dernier vers aoi     les fleurs du paien sunt morz, alquant cinquième essai tout       au tous ces charlatans qui les textes mis en ligne  référencem       sur le  monde rassemblé "ces deux là se       &n bel équilibre et sa les cuivres de la symphonie tu le saiset je le vois       " j’ai perdu mon       &eacut lancinant ô lancinant       en un décembre 2001.  dernier salut au i en voyant la masse aux en introduction à il arriva que ce qui fascine chez même si au seuil de l’atelier le travail de bernard pour andré villers 1)   si vous souhaitez     nous « 8° de       " il aurait voulu être       pour une errance de 0 false 21 18 quel étonnant       il on trouvera la video coupé le sonà dans le pain brisé son quand sur vos visages les pour helmut dernier vers aoi   marcel c’est ici, me   pour adèle et gardien de phare à vie, au j’aime chez pierre non... non... je vous assure, essai de nécrologie, à propos des grands ce qui aide à pénétrer le (elle entretenait       la pie       dans   pour théa et ses       sur il s’appelait       m&eacu         &n nous avons affaire à de nécrologie       &agrav ma voix n’est plus que       nuage i mes doigts se sont ouverts pour jacqueline moretti, Ç’avait été la un temps hors du c’est vrai à propos “la dernier vers aoi   pour le prochain un titre : il infuse sa je n’hésiterai       vu et encore  dits générations       j̵       arauca premier essai c’est la question du récit halt sunt li pui e mult halt madame, c’est notre elle disposait d’une  dernières mises l’impression la plus       m̵       force il n’était qu’un dernier vers aoi c’est la distance entre immense est le théâtre et chairs à vif paumes nous viendrons nous masser je désire un pour maxime godard 1 haute livre grand format en trois tandis que dans la grande ma mémoire ne peut me       sabots       droite       tourne je m’étonne toujours de la cet article est paru vi.- les amicales aventures       sur “le pinceau glisse sur dernier vers aoi   (à f les marques de la mort sur à la bonne nouvelles mises en 1254 : naissance de attendre. mot terrible. bribes en ligne a toutes sortes de papiers, sur en ceste tere ad estet ja quelques autres dernier vers aoi   entr’els nen at ne pui rimbaud a donc dans les carnets       l̵ comme ce mur blanc antoine simon 19 bientôt, aucune amarre merci au printemps des  hier, 17 pluies et bruines, dentelle : il avait       le la mort, l’ultime port, deuxième essai le les avenues de ce pays       l̵ saluer d’abord les plus la musique est le parfum de quai des chargeurs de j’ai relu daniel biga, a dix sept ans, je ne savais il existe au moins deux et tout avait station 5 : comment moisissures mousses lichens       m̵       je il y a des objets qui ont la antoine simon 26 dans les écroulements on peut croire que martine et c’était dans       il a propos de quatre oeuvres de le 28 novembre, mise en ligne peinture de rimes. le texte       le quant carles oït la cinquième citationne       à jamais je n’aurais au commencement était le galop du poème me merci à la toile de en 1958 ben ouvre à       bruyan des quatre archanges que torna a sorrento ulisse torna f le feu est venu,ardeur des je rêve aux gorges le vieux qui normalement, la rubrique  ce qui importe pour     les provisions tendresse du mondesi peu de j’entends sonner les je me souviens de   le texte suivant a janvier 2002 .traverse f qu’il vienne, le feu  il y a le dernier vers aoi       dans "et bien, voilà..." dit       magnol le samedi 26 mars, à 15 "je me tais. pour taire. la fonction, dernier vers aoi giovanni rubino dit religion de josué il c’est la peur qui fait a la fin il ne resta que dernier vers aoi antoine simon 21 sors de mon territoire. fais le lent déferlement      &       apparu   1) cette pour martine antoine simon 24       soleil toi, mésange à aux george(s) (s est la accoucher baragouiner ainsi fut pétrarque dans  epître aux       en antoine simon 18 folie de josuétout est mais non, mais non, tu libre de lever la tête       &agrav je serai toujours attentif à soudain un blanc fauche le les grands je reviens sur des     dans la ruela deux nouveauté,       sur couleur qui ne masque pas raphaël (en regardant un dessin de les lettres ou les chiffres pour mireille et philippe de profondes glaouis ce texte m’a été la pureté de la survie. nul où l’on revient comme c’est il existe deux saints portant le géographe sait tout et combien branches lianes ronces       madame porte à (dans mon ventre pousse une "mais qui lit encore le et la peur, présente  la lancinante 1 la confusion des le corps encaisse comme il clers est li jurz et li v.- les amicales aventures du ce n’est pas aux choses première f les feux m’ont dernier vers aoi       &agrav       je   tout est toujours en la brume. nuages dernier vers que mort le geste de l’ancienne,   est-ce que tu le sais bien. luc ne temps où les coeurs spectacle de josué dit       apr&eg histoire de signes .  “... parler une     faisant la       vaches pierre ciel abstraction voir figuration il ne sait rien qui ne va       su dans le monde de cette trois tentatives desesperees derniers vers sun destre   je ne comprends plus sous la pression des deuxième essai pour alain borer le 26 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 64 | Pas à Pas 66 ->
Pas à Pas 65
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

À peine jetés dans le monde, nous courons vers la tombe. En général, plus nous nous en apercevons, plus nous ralentissons l’allure.

Publication en ligne : 24 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette