BRIBES EN LIGNE
pour pierre theunissen la       pour michèle le coquillage contre ma chair n’est  née à mult ben i fierent franceis e la communication est       soleil d’ eurydice ou bien de       sur merci au printemps des    il pour mon épouse nicole l’ami michel pour maguy giraud et       marche trois tentatives desesperees l’instant criblé dernier vers doel i avrat,       coude       nuage dieu faisait silence, mais un tunnel sans fin et, à       sur le dans le train premier dernier vers aoi chercher une sorte de béatrice machet vient de     depuis dernier vers aoi sixième dernier vers aoi de profondes glaouis à bernadette vous avez là, c’est le sable et il existe deux saints portant le soleil n’est pas patrick joquel vient de polenta et ces je suis celle qui trompe a supposer quece monde tienne la liberté de l’être dernier vers aoi le temps passe si vite,  improbable visage pendu autre citation apaches : quelques textes   est-ce que encore la couleur, mais cette edmond, sa grande  “ce travail qui  les premières    tu sais  il y a le inoubliables, les i en voyant la masse aux "la musique, c’est le       devant pour helmut deuxième essai       les si grant dol ai que ne ajout de fichiers sons dans rossignolet tu la       le juste un f le feu m’a       baie réponse de michel  c’était deuxième apparition la galerie chave qui deux nouveauté,   la production maintenant il connaît le le numéro exceptionnel de   ces notes  le "musée       un quelques autres voudrais je vous …presque vingt ans plus     cet arbre que livre grand format en trois merci à marc alpozzo pour marcel    seule au iv.- du livre d’artiste agnus dei qui tollis peccata       dans grande lune pourpre dont les pas une année sans évoquer dans le pays dont je vous equitable un besoin sonnerait (ô fleur de courge... j’ai relu daniel biga, ce monde est semé si tu es étudiant en antoine simon 11 les avenues de ce pays écrirecomme on se deuxième approche de le franchissement des antoine simon 25 carcassonne, le 06    7 artistes et 1 attendre. mot terrible. l’heure de la     sur la pente l’impression la plus       &agrav j’entends sonner les pour andré villers 1) passet li jurz, si turnet a introibo ad altare d’un bout à  epître aux j’ai donné, au mois accoucher baragouiner       deux   pour le prochain       le le corps encaisse comme il traquer pour jacqueline moretti,     du faucon madame est une torche. elle 0 false 21 18 thème principal : madame est toute       aujour cliquetis obscène des générations À max charvolen et lentement, josué morz est rollant, deus en ad madame porte à f le feu s’est rita est trois fois humble.   tout est toujours en       &ccedi le galop du poème me antoine simon 6 je crie la rue mue douleur         or m1           chant de s’égarer on a propos de quatre oeuvres de violette cachéeton    en références : xavier lancinant ô lancinant siglent a fort e nagent e certains soirs, quand je deuxième apparition de   nous sommes li emperere s’est       jardin premier essai c’est langues de plomba la nice, le 18 novembre 2004 (ma gorge est une   j’ai souvent dans ce pays ma mère dernier vers aoi petites proses sur terre       mouett    au balcon ce qui importe pour   né le 7 je rêve aux gorges     au couchant       m&eacu       bonheu a la femme au dans les écroulements dernier vers aoi       fleure ecrire les couleurs du monde il semble possible   entrons       et cette machine entre mes pure forme, belle muette,       midi pour yves et pierre poher et pour lee       apr&eg on peut croire que martine "tu sais ce que c’est bientôt, aucune amarre       dans outre la poursuite de la mise il faut laisser venir madame antoine simon 20 antoine simon 15 je n’hésiterai rien n’est plus ardu marché ou souk ou je suis bien dans sur l’erbe verte si est     le la vie humble chez les et  riche de mes   on n’est     &nbs dernier vers aoi mon travail est une  tous ces chardonnerets mesdames, messieurs, veuillez  “ne pas j’ai travaillé  “s’ouvre dans les rêves de la toute une faune timide veille abu zayd me déplait. pas le travail de bernard lorsqu’on connaît une le proche et le lointain  hier, 17 je suis occupé ces le ciel de ce pays est tout l’une des dernières 1 la confusion des les amants se macao grise f le feu est venu,ardeur des macles et roulis photo 3 paien sunt morz, alquant essai de nécrologie, quatrième essai rares       entre ne pas négocier ne napolì napolì encore une citation“tu comme un préliminaire la le bulletin de "bribes vous êtes tes chaussures au bas de pour m.b. quand je me heurte et si tu dois apprendre à (dans mon ventre pousse une nice, le 30 juin 2000 la vie est dans la vie. se l’erbe del camp, ki à propos des grands et ma foi, comme ce mur blanc dorothée vint au monde au labyrinthe des pleursils ce pays que je dis est madame est la reine des  dans le livre, le       é frères et la bouche pleine de bulles   3   

les marie-hélène exode, 16, 1-5 toute  tu vois im font chier une il faut dire les journée de (josué avait six de l’espace urbain, soudain un blanc fauche le à sylvie du bibelot au babilencore une antoine simon 3 hans freibach :     m2 &nbs derniers vers sun destre tout est prêt en moi pour       je suite de madame est une ce qui aide à pénétrer le la liberté s’imprime à pour philippe nécrologie in the country station 7 : as-tu vu judas se pour jean-marie simon et sa   six formes de la f les rêves de premier vers aoi dernier la terre a souvent tremblé se placer sous le signe de montagnesde 1- c’est dans  marcel migozzi vient de la réserve des bribes ce va et vient entre  pour le dernier jour sauvage et fuyant comme       au station 3 encore il parle       la cyclades, iii°   d’un coté, issent de mer, venent as antoine simon 19     vers le soir franchement, pensait le chef,       deux   le 10 décembre branches lianes ronces moisissures mousses lichens travail de tissage, dans cinq madame aux yeux l’impossible     les fleurs du   (à pour jean marie samuelchapitre 16, versets 1 carmelo arden quin est une très saintes litanies antoine simon 23 dernier vers aoi seins isabelle boizard 2005 j’ai en réserve  dernier salut au  si, du nouveau “le pinceau glisse sur  mise en ligne du texte       alla de pa(i)smeisuns en est venuz il ne reste plus que le j’ai ajouté       &n cinquième citationne   marcel madame aux rumeurs pur ceste espee ai dulor e       ce il n’y a pas de plus "je me tais. pour taire. "ces deux là se attention beau       bien dans ma gorge derniers       longte du fond des cours et des etait-ce le souvenir f tous les feux se sont ma voix n’est plus que  monde rassemblé       la rm : nous sommes en on croit souvent que le but préparation des sept (forces cachées qui la prédication faite deuxième essai le ce poème est tiré du macles et roulis photo 7 1254 : naissance de       la  “la signification a christiane pour anne slacik ecrire est tout est possible pour qui 1257 cleimet sa culpe, si l’art n’existe   l’oeuvre vit son et il fallait aller debout deuxième suite immense est le théâtre et tandis que dans la grande quand les mots que d’heures il est le jongleur de lui il souffle sur les collines je meurs de soif       la       la       p&eacu       retour       le quel ennui, mortel pour       sur janvier 2002 .traverse je sais, un monde se     " dernier vers aoi  “comment dernier vers aoi       au la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Longtemps observée | À la montagne ->
Force 3 était le vent
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

force 3 était le vent

sortant du Pouliguen

la barre tremblait dure déjà

Publication en ligne : 26 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette