BRIBES EN LIGNE
a la femme au antoine simon 17       sur antoine simon 16 cinquième citationne ce qui importe pour       "       voyage       force exode, 16, 1-5 toute c’est le grand       les sa langue se cabre devant le eurydice toujours nue à laure et pétrarque comme 0 false 21 18 branches lianes ronces sous l’occupation dans l’innocence des assise par accroc au bord de       gentil et tout avait "et bien, voilà..." dit    regardant       le marcel alocco a antoine simon 10 face aux bronzes de miodrag la vie est ce bruissement "nice, nouvel éloge de la siglent a fort e nagent e il souffle sur les collines       montag de l’autre on trouvera la video     pluie du       la la terre a souvent tremblé clers est li jurz et li la rencontre d’une la danse de des quatre archanges que pour michèle gazier 1) une autre approche de il semble possible il n’y a pas de plus antoine simon 7 madame est toute       je je rêve aux gorges et voici maintenant quelques la question du récit f les rêves de       b&acir       rampan les parents, l’ultime 1) notre-dame au mur violet  l’exposition  à cri et à       dans fontelucco, 6 juillet 2000 d’abord l’échange des c’est pour moi le premier  le grand brassage des  au travers de toi je    il       "   adagio   je genre des motsmauvais genre de profondes glaouis       &n je déambule et suis travail de tissage, dans reflets et echosla salle       mouett la galerie chave qui la langue est intarissable dernier vers aoi dernier vers aoi       il vous dites : "un au lecteur voici le premier et c’était dans  il est des objets sur guetter cette chose en cet anniversaire, ce qui       apr&eg       &n je t’ai admiré,       il       &n dernier vers aoi Être tout entier la flamme edmond, sa grande en 1958 ben ouvre à pour le prochain basilic, (la exacerbé d’air pour robert tous ces charlatans qui du bibelot au babilencore une je sais, un monde se       fleure dans le pays dont je vous pour jacky coville guetteurs l’attente, le fruit       magnol       qui mieux valait découper À max charvolen et martin       fourmi station 5 : comment carmelo arden quin est une j’aime chez pierre dieu faisait silence, mais gardien de phare à vie, au   est-ce que pour jean marie "je me tais. pour taire. (À l’église     [1]  je reviens sur des les plus terribles depuis ce jour, le site ma chair n’est le nécessaire non 0 false 21 18       m&eacu un nouvel espace est ouvert  de la trajectoire de ce quai des chargeurs de les enseignants : carissimo ulisse,torna a (ô fleur de courge...         &n juste un       coude i mes doigts se sont ouverts   marcel       &agrav       sur       arauca       soleil pour andré et si au premier jour il des voiles de longs cheveux f toutes mes quelques autres       &ccedi après la lecture de  tous ces chardonnerets       une six de l’espace urbain, preambule – ut pictura j’ai en réserve       avant non... non... je vous assure,       l̵ pour anne slacik ecrire est 1-nous sommes dehors. nous dirons donc pour qui veut se faire une       la       dans pour helmut douce est la terre aux yeux     l’é tendresse du mondesi peu de le 15 mai, à       sur le accorde ton désir à ta macles et roulis photo     à  dans le livre, le 1) la plupart de ces   en grec, morías on a cru à dernier vers aoi tout est possible pour qui       aujour       apr&eg       la troisième essai ainsi va le travail de qui macles et roulis photo 7     chant de       embarq cet article est paru dans le et  riche de mes arbre épanoui au ciel introibo ad altare       le il faut laisser venir madame À perte de vue, la houle des dernier vers aoi       jonath une errance de antoine simon 15 grande lune pourpre dont les certains soirs, quand je dernier vers aoi dernier vers aoi c’est ici, me antoine simon 3 voudrais je vous       la pie temps où le sang se station 4 : judas        ( dernier vers aoi       le lorsqu’on connaît une au rayon des surgelés dernier vers s’il in the country les dessins de martine orsoni le temps passe dans la     sur la temps de pierres dans la tes chaussures au bas de     les provisions a propos de quatre oeuvres de alocco en patchworck © ecrire sur  ce mois ci : sub cinquième essai tout voici des œuvres qui, le deux ce travail vous est il s’appelait     cet arbre que       object pourquoi yves klein a-t-il dans le pain brisé son   ces sec erv vre ile pierre ciel antoine simon 12 il était question non où l’on revient a claude b.   comme a christiane       " s’ouvre la       longte  je signerai mon en introduction à onzième bientôt, aucune amarre un titre : il infuse sa ils s’étaient avant dernier vers aoi deuxième autre citation f qu’il vienne, le feu la poésie, à la     tout autour antoine simon 28       bien nous lirons deux extraits de les amants se       su quelques textes on peut croire que martine a ma mère, femme parmi mise en ligne   on n’est titrer "claude viallat, ouverture de l’espace le lourd travail des meules a l’aube des apaches, dernier vers aoi   tout est toujours en le "patriote",       la       pass&e sixième au commencement était Ç’avait été la je suis occupé ces chaque automne les patrick joquel vient de       ma  “la signification encore la couleur, mais cette       au       dans  improbable visage pendu il tente de déchiffrer, pour martine, coline et laure jamais je n’aurais clers fut li jurz e li ce 28 février 2002. nouvelles mises en À la loupe, il observa je serai toujours attentif à régine robin, archipel shopping, la " je suis un écorché vif. madame chrysalide fileuse de sorte que bientôt dans ma gorge la fraîcheur et la il ne sait rien qui ne va antoine simon 33 ce pays que je dis est issent de mer, venent as       reine  pour le dernier jour réponse de michel pour andré antoine simon 29 c’est vrai les routes de ce pays sont rm : d’accord sur rm : nous sommes en la communication est et combien À l’occasion de bruno mendonça c’est extrêmement ce texte se présente antoine simon 20 madame aux rumeurs entr’els nen at ne pui je crie la rue mue douleur à elle disposait d’une imagine que, dans la comme une suite de intendo... intendo !     longtemps sur dans les horizons de boue, de morz est rollant, deus en ad quatre si la mer s’est les installations souvent,   la réserve des bribes       j̵ bernadette griot vient de rien n’est ...et poème pour       &agrav histoire de signes . toutes ces pages de nos d’un bout à descendre à pigalle, se carles li reis en ad prise sa bribes en ligne a pour jacqueline moretti,  le livre, avec     quand j’écoute vos dernier vers aoi elle réalise des sculpter l’air : au matin du « pouvez-vous       le  “comment le ciel est clair au travers       cette a dix sept ans, je ne savais f les feux m’ont il avait accepté dernier vers aoi       à       au de pa(i)smeisuns en est venuz j’arrivais dans les       une il est le jongleur de lui   (à samuelchapitre 16, versets 1 et ces (la numérotation des même si ainsi alfred… et il fallait aller debout       le et je vois dans vos attendre. mot terrible. si j’étais un       la       o tout mon petit univers en dernier vers aoi le passé n’est     vers le soir il pleut. j’ai vu la       les   que signifie o tendresses ô mes la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS

RAPHAEL MONTICELLI

<- Bribe XXX | Bribe XXXII ->
Bribe XXXI

Clefs : lieux , voyages

Il souffle sur les collines de Toscane, quand viennent les soirs d’août, un vent léger qui vivifie ; dans les rues de Paris les boutiques s’enflamment et le long de quais on sait la Seine sans la voir comme à Sienne mille jeunes musiciens font chanter les façades brique de la vieille ville.
Près de la mer, là où n’est pas encore la plage, le sel vous la rend présente et le soleil mord, amoureux... Je suis parti souvent pour de lointains voyages, seule la mer était mon but. Ça durait des années et ça recommençait.
Les rues Amsterdam se poursuivent. Ronde désespérée. (On vient aussi admirer à Bruxelles une statue idiote nullement admirable.)
Sienne. Ses murs chauds versent leurs mélodies. Symphonie hétéroclite. Fraîcheur des ruelles ; leurs silences.
Campagnes de Loire, Châteaux pour la plupart inconnus où s’inscrivent, se superposent, les mesures de Du Bellay et Ronsard.
Charmes désuets de ces phrases du Marais, enchâssement des cours.
Simplicité écrasante du Baptistère de Florence comme de Dante.
Etonné d’être ému devant ce puits qui, dit-on, vit Ronsard s’éprendre
Et soudain Laure, la présence de Laure, lieux palimpsestes.
Il pleut dans la moindre roche sur laquelle nous posons les yeux plus de larmes qu’il n’y en eut jamais rassemblées dans les plaines de Sion.
Longue suite de douleurs cristallisées, une fois pour toutes soudées, mer figée sur place, envols bloqués, arbres rigides.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette