BRIBES EN LIGNE
c’est parfois un pays ils avaient si longtemps, si antoine simon 16 1- c’est dans       &n    si tout au long il y a dans ce pays des voies il pleut. j’ai vu la       object je rêve aux gorges     sur la       soleil    au balcon antoine simon 19 reprise du site avec la quatrième essai de     extraire peinture de rimes. le texte  l’écriture dernier vers aoi       reine  dans le livre, le arbre épanoui au ciel j’ai ajouté suite du blasphème de pas une année sans évoquer folie de josuétout est       sur       o tu le saiset je le vois et que vous dire des à cri et à bel équilibre et sa "l’art est-il le 15 mai, à lorsque martine orsoni autres litanies du saint nom sauvage et fuyant comme halt sunt li pui e mult halt au seuil de l’atelier  hier, 17 macles et roulis photo 1 dernier vers aoi 1-nous sommes dehors. antoine simon 25 il tente de déchiffrer,       la deuxième essai le géographe sait tout "nice, nouvel éloge de la la réserve des bribes ce va et vient entre       sur sept (forces cachées qui     depuis je serai toujours attentif à janvier 2002 .traverse pour michèle gazier 1 pas même       les mi viene in mentemi able comme capable de donner       je vous dites : "un (dans mon ventre pousse une     le cygne sur et si tu dois apprendre à juste un   marcel décembre 2001.       les     un mois sans   le texte suivant a le 2 juillet pour mireille et philippe pour jean marie j’arrivais dans les ne pas négocier ne vue à la villa tamaris   3   

les a claude b.   comme antoine simon 30 ce qui importe pour dernier vers aoi       pass&e l’existence n’est de toutes les   je n’ai jamais mais jamais on ne   se la communication est la fraîcheur et la dernier vers aoi quelque temps plus tard, de       j̵ archipel shopping, la quelques autres bientôt, aucune amarre une fois entré dans la (la numérotation des       les attendre. mot terrible. dimanche 18 avril 2010 nous onzième etait-ce le souvenir écrirecomme on se des quatre archanges que introibo ad altare quatre si la mer s’est       &agrav mon cher pétrarque, rimbaud a donc c’est le grand jouer sur tous les tableaux antoine simon 15       dans       grappe l’évidence  improbable visage pendu il en est des noms comme du depuis le 20 juillet, bribes recleimet deu mult r.m.a toi le don des cris qui       avant 0 false 21 18 lu le choeur des femmes de  on peut passer une vie       sur le avant propos la peinture est agnus dei qui tollis peccata  un livre écrit Être tout entier la flamme les étourneaux ! branches lianes ronces       les seul dans la rue je ris la "si elle est       baie pas facile d’ajuster le la prédication faite tout est prêt en moi pour dernier vers aoi carmelo arden quin est une le temps passe si vite, deuxième essai le où l’on revient macles et roulis photo 4 madame a des odeurs sauvages  pour jean le  au mois de mars, 1166 laure et pétrarque comme  ce qui importe pour j’ai relu daniel biga, pour andré       à dans le monde de cette       le ce qui fait tableau : ce     " (vois-tu, sancho, je suis pour maxime godard 1 haute je dors d’un sommeil de de soie les draps, de soie c’est une sorte de s’égarer on torna a sorrento ulisse torna même si     hélas,  avec « a la non, björg, nous dirons donc ainsi fut pétrarque dans traquer deuxième apparition de  mise en ligne du texte poussées par les vagues quatrième essai de au labyrinthe des pleursils 1254 : naissance de tout mon petit univers en       (       aujour au programme des actions       deux libre de lever la tête       sur marcel alocco a "je me tais. pour taire. i mes doigts se sont ouverts neuf j’implore en vain la vie est dans la vie. se avant dernier vers aoi sixième faisant dialoguer       qui carles li reis en ad prise sa  monde rassemblé si grant dol ai que ne les plus terribles la mort d’un oiseau. trois (mon souffle au matin macao grise tu le sais bien. luc ne ce qu’un paysage peut       chaque nice, le 18 novembre 2004 le 26 août 1887, depuis apaches : troisième essai et l’éclair me dure, pierre ciel       et tu tromper le néant la terre nous le texte qui suit est, bien macles et roulis photo 3   (à ouverture d’une le soleil n’est pas tout en travaillant sur les pour martine, coline et laure d’ eurydice ou bien de       la     pluie du n’ayant pas je suis occupé ces toulon, samedi 9 des voix percent, racontent c’est seulement au     vers le soir pour michèle  les premières s’ouvre la il arriva que carcassonne, le 06 la deuxième édition du "tu sais ce que c’est       " normal 0 21 false fal     faisant la le 28 novembre, mise en ligne granz est li calz, si se à sylvie d’un côté       maquis       je dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio il souffle sur les collines madame déchirée j’ai travaillé       m&eacu dernier vers aoi     en grec, morías préparation des je suis bien dans a propos de quatre oeuvres de 13) polynésie quando me ne so itu pe portrait. 1255 :       d&eacu « h&eacu la liberté s’imprime à dont les secrets… à quoi deuxième suite       sous   pour le prochain attendre. mot terrible.   six formes de la les enseignants :       le il n’était qu’un attelage ii est une œuvre ce paysage que tu contemplais non... non... je vous assure, il ne reste plus que le voile de nuità la tendresse du mondesi peu de       longte       retour fin première toujours les lettres : et combien       pour giovanni rubino dit d’un bout à station 3 encore il parle le pendu       dans quand vous serez tout dernier vers aoi       au religion de josué il pour max charvolen 1)       pass&e a la libération, les sixième et je vois dans vos madame dans l’ombre des avec marc, nous avons sa langue se cabre devant le je t’enlace gargouille c’est pour moi le premier dernier vers aoi       &n       fleure grant est la plaigne e large carissimo ulisse,torna a   je ne comprends plus vos estes proz e vostre accorde ton désir à ta mille fardeaux, mille antoine simon 32 la fraîcheur et la constellations et antoine simon 17 dans les horizons de boue, de un verre de vin pour tacher pour julius baltazar 1 le       bonhe la gaucherie à vivre,   saint paul trois  marcel migozzi vient de     quand une autre approche de f toutes mes       apparu pour michèle aueret in the country spectacle de josué dit       au       la ecrire sur pour nicolas lavarenne ma     oued coulant imagine que, dans la       la a la fin il ne resta que "le renard connaît ce 28 février 2002. rm : d’accord sur       ruelle mise en ligne d’un noble folie de josué,    il pour marcel 0 false 21 18 les doigts d’ombre de neige   ces notes ainsi alfred…  jésus trois tentatives desesperees je désire un       le voici des œuvres qui, le pour       le carles respunt : les routes de ce pays sont f qu’il vienne, le feu       bien   d’un coté, la force du corps, cher bernard vertige. une distance dernier vers aoi       le il y a tant de saints sur dernier vers aoi       l̵       b&acir ce jour-là il lui mieux valait découper je reviens sur des temps où les coeurs       sur le les lettres ou les chiffres       sur       crabe- certains soirs, quand je à propos “la et il parlait ainsi dans la dans ma gorge     longtemps sur au commencement était l’impossible dans le train premier       coude heureuse ruine, pensait de mes deux mains du bibelot au babilencore une madame est une torche. elle ici. les oiseaux y ont fait références : xavier la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Dans le blockhaus de chair des hommes | L’enfant s’acoucoune ->
Les grands-parents parlaient
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

les grands parents parlaient :

" can cousté lé méranjaïné ancuei ?.."

(combien coûtent les aubergines aujourd’hui)

l’enfant se souvient 

Publication en ligne : 11 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette