BRIBES EN LIGNE
i.- avaler l’art par il en est des noms comme du « ah ! mon pour lee       droite je me souviens qu’à propos page d’accueil de       dans le ainsi alfred… page précédente le café pour michèle gazier 1 accorde ton désir à ta       l’ dans les carnets depuis ce jour, le site retour vers le musicien station 7 : as-tu vu judas se vers le sommaire des recueils se placer sous le signe de pierre ciel textes mis en ligne en le dernier recueil de       un 1 2 3&nbs les grands vous avez tu le sais bien. luc ne écrire comme on se       "j&       la j’ai changé le titrer "claude viallat, un texte que j’ai rimbaud a donc 1 2 3&nbs autre essai d’un antoine simon 5 voir document expo boltanski nos voix       pass&eac « e ! malvais assise par accroc au bord de page précédente ► page chère florence des quatre archanges que seins isabelle boizard page suivante ► page ne pas négocier ne sommaire ► page suivante apaches :   adagio   je 1 2 questions page suivante ► page predication_du_15_ao début de la mise en ligne de préparer le ciel i Éléments - ce qui importe pour page d’accueil de et ces toutes ces pages de nos       mouette noble folie de josué, il existe deux saints portant le peintre manuel casimiro baous et rious je suis si tu es étudiant en deux nouveauté,       force {{}} on trouvera la sommaire des  epître aux voici quelques années,   un     longtemps sur     " les embrassées , cantilène voici l’homme aux deux       vaches       " antoine simon 31 1 2 3&nbs       fleurett traquer tout le temps est là sièges me page d’accueil de archipel shopping, la aller à la bribe suivante onze sous les cercles page suivante ► page il nous aura laissé vous, dont l’âme, le voudrais je vous il ne s’agit pas de de pareïs li seit la 1 2 3 derniers vers sun destre page suivante ► page d’abord l’échange des dans le train premier       embarq le samedi 26 mars, à 15 page précédente retour à le vieux qui mais jamais on ne depuis le 20 juillet, bribes démodocos... Ça a bien un madame chrysalide fileuse cliquer sur le titre pour  le livre, avec 1.- les rêves de et c’était dans présentation du projet       les   en grec, morías sous ce titre inspiré de la la chaude caresse de la deuxième édition du       ...mais aller à la liste des auteurs attendre. mot terrible. l’erbe del camp, ki sommaire ► page suivante passet li jurz, la noit est 1. il se trouve que je suis et encore   dits comme c’est   encore une       un si j’avais de son de prime abord, il       pourquoi samuel chapitre 16, versets 1  tous ces chardonnerets entr’els nen at ne pui       le ciel deux ce travail vous est difficile alliage de       je textes mis en ligne en juin mes pensées restent ...et la mémoire rêve dernier vers aoi         rampant antoine simon 26  la lancinante pure forme, belle muette, Être appelé par son nom je sais bien ce qu’il cent dix remarques i► cent attendre. mot terrible.       chaque janvier 2002 .traverse       aujourd que d’heures       fleur le flot pâle des maisons  martin miguel vient cent dix remarques i► cent sixième le chêne de dodonne (i) il n’y a pas de plus  jésus page d’accueil de       neige le lourd travail des meules passet li jurz, si turnet a en ceste tere ad estet ja voir les œufs de un texte que j’ai aller à la bribe suivante le bulletin de paroles de chaman tu       banlieue marcel alocco a éphémère du 6 octobre * il te reste à passer       l’   je n’ai jamais et ma foi, de profondes glaouis tendresse du monde si peu thème principal : tandis que dans la grande À peine jetés dans le À perte de vue, la houle des page suivante ► page   je ne comprends plus la vie est dans la vie. se ( ce texte a posté sur facebook sorti de li emperere s’est voir les œufs de que reste-t-il de la quatre si la mer s’est ….omme virginia par la  tu vois im font chier premier vers aoi dernier             au soir     [1] l madame 1 madame est la j’aime chez pierre cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en carmelo arden quin est une page suivante ► christ a l’homme est jamais je n’aurais       araucari voile de nuit à la       jonathan ce qui fait tableau : ce       dans la les céramiques et leurs     double bernard noël, droits et tout avait     m2   rafale n° 12 où       le sommaire ► page suivante rafale n° 4 on le l’entreprise dont je me   tout est toujours en page suivante ► page       m’ le chêne de dodonne (i) toutes sortes de papiers, sur 1 au retour au moment derniers textes mis en       la page d’accueil de revue       en un <script     tout en travaillant sur les sous l’occupation dans l’herbier de ses le 26 août 1887, depuis cent dix remarques i► cent mult est vassal carles de le lent déferlement  l’écriture textes mis en ligne en mai à bernadette nous savons tous, ici, que pour andré textes mis en ligne en page suivante ► voici donc libre de lever la tête cette machine entre mes       qui dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais monde imaginal,     pluie du dernier vers aoi et si au premier jour il je rêve aux gorges       & sors de mon territoire. fais antoine simon 11 page suivante page  dans toutes les rues pour nicolas lavarenne ma rafale   un vendredi pour daniel farioli poussant page suivante ► page la fraîcheur et la   six formes de la page suivante ► page       sur les       allong&e       à sculpter l’air : i mes doigts se sont ouverts sainte marie,       dans le in the country       deux présentation du projet je désire un tout le problème  tu ne renonceras pas. rafale 1 2 3 dans les rêves de la ainsi fut pétrarque dans le plus insupportable chez le lent tricotage du paysage fragilité humaine.       m’ présentation du projet cet article est paru dans l’effilé de heureuse ruine, pensait sauras-tu lui répondre    regardant antoine simon 14 pour lire les textes de       le à       "je       je me j’ai ajouté       apparu on trouvera la video la cité de la musique un besoin de couper comme de la danse de aller à la liste des auteurs de pa(i)smeisuns en est venuz là-bas, dans le pays des 1 2 3 paru en ce mois de juin 2021, quatrième essai de pour alain borer le 26 textes mis en ligne en mai rossignolet tu la « h&eacut sommaire ► page suivante napolì napolì (la numérotation des dernier vers aoi pour visionner la       la page suivante page 1 2 en       nuage vers le sommaire des recueils cet article est paru dans le station 3 encore il parle normalement, la rubrique <img852|left> forest       coude       sur       montagne antoine simon 16 dans un coin de nice, dans l’innocence des le thème       et tu paysage de ta pour egidio fiorin des mots la légende fleurie est à claude held patiente la 1 les morceaux de nuit se je ne saurais dire avec assez la tentation du survol, à nice, le 18 novembre 2004 saluer d’abord les plus    courant 10 vers la laisse ccxxxii l’illusion d’une textes mis en ligne en août de mes deux mains       l’       fourr&ea "a cannes, propos de table page suivante ► page frères et essai de nécrologie, il tente de déchiffrer, page suivante ► page qui d’entre nous pour accéder au pdf de bien sûr la sommaire ► page suivante       allong&e aller au sommaire des page suivante ► page page suivante ► page       une il est le jongleur de lui alocco, au château de nice, le 8 octobre tout en vérifiant dentelle : il avait c’est seulement au les ruelles blanches qui pour robert antoine simon 9       cette chaque automne les       &nbs 1 2 3&nbs pour michèle gazier 1) ma mémoire ne peut me douze (se fait terre se dernier vers aoi la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LIVRE 1 : INTRUSIONS /
Préface

Clefs : préfaces

Aller à la Bribe I

Au lecteur

Voici le premier des quatre recueils de bribes composés entre 1972 et 1982, années pendant lesquelles j’ai réuni ces 132 approches tâtonnantes du monde ; ou, en tout cas, de ce par quoi il me semblait pouvoir atteindre le monde : les mots, les textes, les oeuvres.
Car chaque fois que j’ai cru comprendre un des éléments de ce monde dans lequel je devais vivre, ça a été en avalant oeuvres et textes. Et le monde ne m’est jamais apparu comme un ensemble organisé. Pour dire au plus juste, le monde ne m’est jamais apparu. Je m’y suis senti plongé et immergé ; j’en ai été aveuglé. J’ai essayé- comme à tâtons- de m’en faire des images, d’en comprendre les représentations, d’une certaine façon, peut-être, d’y apparaître. La forme de mes tâtonnements, les richesses qu’un peu au hasard j’ai volées au monde, ce sont ces bribes, justement ; et je dis « bribes » et non « fragments » ni « morceaux » car je ne veux pas témoigner du désordre du monde, mais de ma pauvreté.
Ces bribes sont les reliques de ma mendicité : j’ai longtemps cru que le monde que me livrait l’Ecole devait m’appartenir ; c’était un monde apparemment sans limites dans lequel chacun pouvait, au fond de lui-même, tutoyer les génies. Difficile de dire ceci : c’est en toute innocence que j’ai reçu ces dons de mots et de textes ; et je croyais en l’innocence de ces dons. J’ai cru en toute bonne foi que je pouvais les considérer comme miens. Très tôt, j’ai pris des attitudes de propriétaire ou, au moins, de familier. Que s’est-il passé ensuite ? Quand les choses ont-elles basculé ? Quand me suis-je aperçu que pour me donner le monde, il fallait d’abord que ceux qui prétendaient qu’ils me le donnaient en fussent eux-mêmes propriétaires ? Comment me suis-je aperçu qu’ils ne le possédaient pas eux-mêmes ? Ou qu’ils ne possédaient pas ce qu’ils disaient vouloir me donner ? Et qu’ils ne pensaient pas à me donner ce qu’ils possédaient et qui seul avait du prix puisque c’était à eux et qu’ils auraient pu vraiment me le donner ? Quand me suis-je aperçu que ce qu’ils m’avaient donné l’illusion et le besoin de posséder ce qu’ils m’avaient fait entrevoir et dont ils ne m’avaient pas vraiment donné les clefs, les vrais moyens d’accès, les vrais titres de propriété, que ce monde là, définitivement, j’allais le poursuivre, sans pouvoir le faire légalement mien ? Quand ai-je commencé à avoir l’impression de le voler ?
Ma famille ne me donnait ses biens que clandestinement, ou sans s’en rendre compte. Elle pensait qu’elle ne possédait que bien peu. Les biens essentiels étant ceux de l’Ecole et de l’Eglise si quelque chose me venait par d’autres intermédiaires, ça ne pouvait être qu’approximation, dérisoires possessions. Ce que me donnaient les miens était ainsi toujours un peu entaché d’insuffisance et de vulgarité,
Nous avons pourtant lieu d’être fiers de nos savoirs et de nos symboles. Et j’en suis, en vieillissant, de plus en plus fier : de sorte que, racontant mes douloureuses et difficiles intrusions dans l’universalité du monde, je le fais de plus en plus en laissant remonter en moi et transpirer dans mon propos cette effective alliance avec les plus proches images du monde, cette primitive connivence avec ce que touchent des mains que je peux toucher, ce que voient des yeux que je suis capable de voir, ce que ressentent des corps que je peux sentir, ce qu’aiment et haïssent ceux que je peux aimer et haïr, ce que disent des phrases que je suis capable d’entendre et de dire, dans l’immédiateté de l’histoire impossible. Et ne croyez pas qu’il n’y ait là que de la nostalgie...
Voici donc ces bribes que j’ai gardées de mes heurts avec le monde. Et il est vrai qu’elles cherchent à mêler les choses du monde sur le papier comme elles se sont mêlées dans ma vie. Mes textes fondateurs, la Chanson de Roland, l’Odyssée et la Bible s’y croisent forcément. Et de la Chanson de Roland mes deux versions majeures : celles que j’ai lue, restituée par l’université, et celle que j’avais entendue, apparemment plus chaotique et vivante, ou présente, revue par mon grand père qui devait l’avoir rencontrée dans les théâtres de marionnettes de Sicile à l’époque de son service militaire ; mais aussi le personnage de Roland tel que l’Arioste nous le présente et que l’imagination populaire italienne a pu l’interpréter. J’en dirai autant de la Bible que la conscience catholique ne reconnaissait que de loin. Quant à Ulysse, il est le prototype de tous les héros voyageurs, des héros de toutes les fictions. Ces textes majeurs, ces images fondatrices, croisent -ou ont croisé- bien d’autres fictions possibles : celles que l’on rencontre dans les livres, celles que l’on croit avoir rencontrées, celles que l’on pourrait y rencontrer, que l’on a entendues, lues, vues, et, en premier lieu, nos vies elles même quand on peut les considérer comme achevées ou en achèvement. Les bribes sont ainsi traversées par les échos de textes réels ou simplement possibles ; elles ramassent encore d’autres fils de cette charpie : ainsi le personnage de Dom Juan, dont je me suis figuré, au tout début de cette affaire, qu’il était emblématique de ma relation au monde et à l’art et que sa mort était une métaphore de notre façon d’être au monde. Quant à Josué, il s’est imposé dès les débuts de la mise en place des bribes. Je suppose qu’il est le négatif de Dom Juan. Il se constitue au fur et à mesure de l’avancée des bribes ; il est peut-être à Dom Juan ce qu’il fut à Moïse : celui qui, n’ayant rien promis, permet de réaliser la promesse ; et longtemps, j’ai pensé que les Bribes n’étaient rien d’autre qu’un travail de mise au monde de ce personnage.
Finalement, je n’ai rien volé. J’ai grappillé, récupéré des miettes. Elles ne sont pas une propriété pleine, entière et rassasiante, mais leur éclat m’est très précieux .

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP