BRIBES EN LIGNE
  pour théa et ses 1 2 3&nbs    regardant si j’avais de son sites de mes page suivante ► page    en     chant de       sur le  tu ne renonceras pas. madame déchirée dans les carnets marcel alocco a récapitulatif lieux et le recueil de textes sans être grand le scribe ne retient antoine simon 25 sommaire ► page suivante page précédente ► page sous ce titre inspiré de la ainsi alfred… mélodie "pour tes  marcel migozzi vient de page suivante ► page  de la trajectoire de ce sommaire ► page suivante en une, une œuvre de preambule – ut pictura page suivante ► page commençons donc par le       au fond  de même que les page suivante ► page l’envers de ouverture d’une réponse de michel le pendu attendre. mot terrible. haut var ► trois petits page suivante ► voici donc non, björg, s’il j’ai parlé antoine simon 23       quinze petit souvenir       droite  jésus       grimpant un titre : il infuse sa madame, on ne la voit jamais j’ai donné, au mois ouvrir f.a.t.a. i ► le tout en vérifiant       bâ je n’aime pas ce monde. suite du blasphème de présentation du projet passet li jurz, la noit est       je me page suivante ► page c’est ici, me juste un mot pour annoncer ensevelie de silence, À perte de vue, la houle des ils s’étaient     sur la pente il existe deux saints portant ces estampes illustrent le dernier vers aoi halt sunt li pui e mult halt       sabots « ces deux là       à embrasement du mantra gore de profondes glaouis autres litanies du saint nom « e ! malvais       dans le paru en ce mois de juin 2021, page suivante ► r.m. a toi dernier vers aoi elle dit la main qui fut le       neige encore une citation “tu Ç’avait été la des quatre archanges que sommaire des année 2018 ► année 2020      & textes rÉunis sous un titre page suivante ► page pour accéder au texte, vers le sommaire des recueils 1 2 3&nbs pour m.b. quand je me heurte mais non, mais non, tu sous la pression des 1 2 3 bernard noël, droits inoubliables, les madame chrysalide fileuse bernadette griot vient de josué avait un rythme       six jamais si entêtanteeurydice 1 2 3&nbs hommage à rené un besoin de couper comme de     hélas,       la « h&eacut générations textes mis en ligne en juin aller à la liste des auteurs clxvi deus li otreit (la sue)       le rafale n° 10 ici page suivante page textes mis en ligne en nous serons toujours ces 1 2 3&nbs dernier vers doel i avrat,   en grec, morías   ces sec erv vre ile posté sur facebook sorti de       dans le 1 2 3&nbs 19 mars 2022, savigny sur 1 2 questions de la  je ne voulais pas dernier vers aoi dernier vers aoi   tout est toujours en « la musique, libre de lever la tête À l’occasion de dorothée vint au monde page d’accueil de page précédente retour là-bas, dans le pays des       au a inishmore chaque plante est pour andré Éléments - toute une faune timide veille page suivante ► page de mes deux mains sommaire ► page suivante pour maxime godard 1 haute l’eau froide de l’anse aller à la bribe suivante textes mis en ligne en avril vers le sommaire des recueils onzième 1 2 3&nbs   les merci à marc alpozzo   est-ce que page précédente retour page précédente retour pour accéder au texte au pour accéder au texte dernier vers aoi     cet arbre que aller à l’échange sur présentation du pénétrer dans ce jour, la mort, l’ultime port,     faisant la       mouette quelques textes le nécessaire non       entre "nice, nouvel éloge de la sommaire ► page suivante cher.e.s ami.e.s vous pouvez aller à la liste des auteurs "l’art est-il villa arson d’exposition en page suivante ► page on préparait aller au sommaire de pablo aucun hasard si se ► abÉcÉdaire à jean page d’accueil de pour le prochain basilic, (la merci à la toile de rafale n° 9 un sommaire ► page suivante dernier vers aoi trois (mon souffle au matin d’abord trouver un titre.     vers le soir aller au texte nous sommes se reprendre. creuser son si tu es étudiant en page suivante ► page       dans bernard dejonghe... depuis je me souviens qu’à propos quelque chose  un livre écrit le flot gris roule contre       aujourd       la pie le chêne de dodonne (i) je meurs de soif l’instant criblé on dit qu’agathe boomerang b ► livre grand patrick joquel vient de       longtemp       la tant pis pour eux. antoine simon 11 sa langue se cabre devant le       sous ce qui aide à pénétrer le jamais je n’aurais la terre a souvent tremblé page suivante ► page aller à la bribe suivante       retourn& À la loupe, il observa  tous ces chardonnerets 1 2 3&nbs qu’est-ce qui est en page suivante ► page voici l’homme aux deux madame a des odeurs sauvages carissimo ulisse, torna a deux ajouts ces derniers       fourr&ea 1 2 3&nbs li emperere par sa grant parmi les éditeurs paroles de chaman tu textes mis en ligne en juin cliquer sur l’icône page suivante ►   les recleimet deu mult au programme des actions jacques kober : les       la ce qui importe pour leonardo rosa vous, dont l’âme, le page d’accueil de ce poème est tiré du le 26 août 1887, depuis <p présentation du projet  hier, 17 le chêne de dodonne (i) tout en travaillant sur les 1 2 un travail la poésie, à la       il   *   libre d’ eurydice ou bien de       les allons fouiller ce triangle sophie calle à beaubourg... intendo... intendo !       nuage dernier vers aoi retour à la recherche dernier vers aoi régine robin, en ceste tere ad estet ja cet article est paru dans le beaucoup de merveilles       l’ equitable un besoin sonnerait la liberté de l’être envoi du bulletin de bribes page suivante page antoine simon 21 vedo la luna vedo le       le ciel page d’accueil de antoine simon 2 page d’accueil de du bibelot au babil encore page d’accueil de       le À hélène   (à à la mémoire de christian bien sûr la page suivante ► page la chaise, le châssis, le 1 2 3&nbs je t’ai admiré, il faut laisser venir madame et il fallait aller debout     dans la rue la passet li jurz, si turnet a 1 2 bruno la pureté de la survie. nul encore la couleur, mais cette       en deux de soie les draps, de soie des voiles de longs cheveux       " aller à la liste des auteurs je suis bien dans aller au sommaire des       ( ce jour-là il lui 1 la confusion des etudiant à     au couchant le "patriote",  l’entretien couleur qui ne masque pas page suivante ► page carissimo ulisse, torna a 1 2 3&nbs li quens oger cuardise grande lune pourpre dont les 1 2 3&nbs  hors du corps pas       je t’enfourche ma   ces notes quel ennui, mortel pour a ma mère, femme parmi neuf j’implore en vain éphémère du 2 1 2 3&nbs 1 les morceaux de nuit se raphaËl les petites fleurs des antoine simon 26 lorsqu’on connaît une suite de mise en ligne       bruyante alocco, au château de a propos d’une  avec « a la et nous n’avons rien page suivante ► page     son  le "musée textes mis en ligne en août l’heure de la  c’était   le texte suivant a pour michèle gazier 1 1 2 3 le chêne de dodonne (i) cent dix remarques i► cent    tu sais       & 1962 ! la grande grève vous êtes       gentil       en un       " sommaire ► page suivante tu le sais bien. luc ne page d’accueil de       les pour accéder au texte, nous savons tous, ici, que début de la mise en ligne de aller à la liste des auteurs dernier vers aoi 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs des voix percent, racontent textes mis en ligne en août "si elle est dernier vers aoi le dernier recueil de sequence bernard noël, un nous de sommaire ► page suivante il est le jongleur de lui et   riche de mes et si tu dois apprendre à       pass&eac 1 2 c’est textes mis en ligne en cet article est paru     extraire     surgi les plus vieilles sommaire ► page suivante     un mois sans la réserve des bribes pour robert le thème printemps breton, printemps la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Figlia di Puttana /

ANNE GÉRARD

10 octobre, 5 heures du matin
© Anne Gérard
Publication en ligne : 27 juillet 2009
Ecrivain(s) : Gérard
Clefs : roman

Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. Satisfaisant ou inquiétant. Positif ou négatif. Qui peut en une seconde faire basculer toute une vie. Pour conjurer le sort, chacun invente ses petites stratégies. Lola, elle, compte. Elle enchaîne les nombres les uns derrière les autres. Pour chasser la peur panique. Il y a les peurs irraisonnées. Les capitales. Les déterminantes. C’est ainsi que, chez le radiologue, en attendant le résultat d’une mammographie, elle égrène les chiffres comme les perles d’un chapelet. Comme une prière. Oublier surtout et avant tout où l’on se trouve et pourquoi. Juste compter. Se concentrer sur ce qui vient après. Ne pas se tromper dans la récitation lente et minutieuse. La succession des nombres oblige à ne penser à rien d’autre. Et surtout pas à l’essentiel. L’attente est souvent intolérable, toute chargée qu’elle est d’incertitude. Moment vide et flou, infini, suspect.
Lola, elle, ça fait neuf jours qu’elle attend. Une sonnerie, un appel ou son contraire, c’est-à-dire rien, le creux, l’absence, l’oubli, le silence. Plein. Infini. Désespéré. Désespérant. Elle attend. Assise sur le canapé. Incapable de faire autre chose. Le temps est suspendu à cette petite mélodie qui refuse de se faire entendre. Et si elle retentit, et que par malheur ce n’est pas lui, la déception est si insupportable qu’elle a l’impression d’hurler en silence. Pas d’issue. Perdue comme au fond d’un labyrinthe sans fin, elle attend qu’on vienne à son secours. Chaque minute est pleine de ce néant. Un appel. Qui prouverait qu’il pense à elle une demi-seconde. Un appel au moins pour prendre de ses nouvelles. Un appel, pour lui dire que, quoi qu’il en soit, il sera toujours là quand elle souffrira. Un appel, juste pour entendre sa voix. Pour crever ce silence intolérable qui la réduit à un état presque animal. Mais rien…










Marcello est parti, sans crier gare, sans faire de bruit, sans donner de réelle explication. Comme si ça n’avait pas grande importance. Ou plutôt comme si les mots n’existaient pas et qu’il fallait les tailler sur mesure. Trop compliqué, pas nécessaire, vain, dérisoire. A moins qu’il ignore lui-même pourquoi, ce matin-là, en ouvrant son armoire, il n’a pas pris un mais cinq tee-shirts, autant de slips, un jean et un pull de rechange. Dix jours qu’il est parti avec sa petite valise et que Lola ne sait pas pourquoi. Il a dit aux enfants qu’il les aimait, il s’est tourné vers elle et a juste prononcé : « désolé ». A bien y réfléchir, il y en a eu des mots depuis un mois. Toujours les mêmes. Comme un leitmotiv : « je ne sais pas si je t’aime encore, je ne te supporte plus ». C’est tout rien de plus. Des mots qu’elle a réussi à lui arracher mais qui ne lui parlent pas. Des mots peu conciliants, qui refusent d’en dire plus. Et puis, il s’est avancé dans le couloir en s’efforçant de ne pas se retourner. Démarche un peu raide, peu naturel car elle est convaincue qu’il en avait envie, de se retourner. Jusqu’au bout, jusqu’au moment où elle a entendu au loin, très loin, le claquement de la porte, elle a cru que quelque chose allait le retenir, qu’il ne pouvait pas, qu’il ne voulait pas. Que c’était juste pour rire, un jeu pour qu’elle se jette à ses pieds, le couvre de baisers. Mais elle n’a pas bougée. 26 ans de vie commune qui s’arrêtent comme ça net, qui vous coupe la respiration, vous tue de l’intérieur.
Pour lui, peut-être 26 ans d’étouffement, de sacrifices, de malentendus. Et pour elle ? Aujourd’hui, en tout cas, 2 étrangers l’un pour l’autre. Ne pas l’appeler, surtout, ne pas l’appeler. Elle en meurt d’envie mais elle sait qu’il ne faut pas. Pour lui dire quoi, de toute façon ? Il veut l’oublier, n’avoir aucun signe d’elle. Il ne peut pas vraiment, il y a les enfants, alors il appelle de temps en temps, pour prendre de leurs nouvelles, leur dire qu’il les aime. Ce mot aimer qu’elle voudrait tant entendre la concernant.
Son téléphone n’a pas sonné depuis hier matin. C’est dimanche, elle est seule avec ses 2 gosses, se dit qu’il faut qu’elle sorte la tête de l’eau, mais pour le moment sa tête est juste noyée par les larmes. Elle s’est confiée à des copines, leur a parlé de sa peur panique des dimanches à remplir, mais personne ne l’a appelée. Ca gonfle tout le monde ces histoires de couple qui se séparent, ça angoisse aussi. Et oui, ils formaient aux yeux des autres un couple tellement uni. Et puis crac, plus rien. Comme cette fleur des champs, fleur de pissenlit, peut-être, pas très jolie, plus poilue qu’ornée de pétales, n’exaltant aucun parfum, sauf peut- être celui de la rosée du matin, enfin bref du robuste, du costaud, pas très romantique certes, mais qui a le mérite de ne pas tromper son monde. Et bien, figurez vous qu’il n’y a pas plus fragile que ces petites fleurs-là. Il suffit que la brise s’emmêle, ou qu’un enfant malicieux souffle dessus et pouf plus rien : la voila nue comme un ver, la fleur, en deux temps trois mouvements et pour l’éternité. Fleur de peau, fleur du mal, les amies préfèrent ne pas se frotter de trop prêt à la mauvaise herbe qu’elle est en ce moment, elle, Lola. Ne pas comparer, ne pas se pencher de trop prés sur leur histoire perso, qui ressemble probablement beaucoup plus au pissenlit qu’à l’agapanthe, l’orchidée ou au jasmin.
Il est 9h25. Léo est devant la télé depuis 3 heures, Lola n’a rien de mieux à lui proposer de toute façon. Dehors, Il fait un soleil radieux, radical et insupportable. Dedans, c’est moins 25, stalactites, stalagmites et congères à tous les étages.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP