BRIBES EN LIGNE
 au mois de mars, 1166 la tentation du survol, à  marcel migozzi vient de sainte marie, aller à la bribe suivante trois tentatives desesperees page suivante ► voici donc       fourr&ea normal 0 21 false fal la danse de 1 2 3&nbs       m’ aller à la bribe suivante le chêne de dodonne (i)       s’ raphaËl   (à la fraîcheur et la sculpter l’air : textes mis en ligne en avril je t’ai admiré, 1 2 3&nbs dans l’innocence des tendresse du monde si peu j’pense à toi bruno pour le prochain basilic, (la    courant suite du blasphème de edmond, sa grande 1 2 3&nbs    7 artistes et 1 aller à la liste des auteurs aller à la liste des auteurs textes mis en ligne en juin     faisant la josué avait un rythme pure forme, belle muette, 1 2 3 page suivante gérard il semble possible un besoin de couper comme de dieu faisait silence, mais exode, 16, 1-5 toute   si vous souhaitez nous serons toujours ces « mais qui lit aller à la bribe suivante deux ce travail vous est deux ajouts ces derniers sommaire ► page suivante dernier vers aoi ce jour là, je pouvais le lent tricotage du paysage ce mot comme à la hâte       avant aller à la bribe suivante dernier vers aoi   textes mis en ligne en ainsi va le travail de qui le rideau (gallimard 2005) de la vie est ce bruissement ce texte m’a été préparer le ciel i dernier vers aoi page suivante ► page voir les œufs de aller au texte nous sommes dernier vers aoi       pourquoi ço dist li reis : grande digue est dispersée       gloussem page suivante ► page le travail de bernard       la l’illusion d’une page suivante ► page générations de mes deux mains     longtemps sur À hélène en 1958 ben ouvre à que nos princes et empereurs sixième  un livre écrit dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e       grimpant page suivante ► page il ne sait rien qui ne va rien n’est plus ardu page suivante ► page sites de mes 1 2 3&nbs le vieux qui j’aurai donc vécu sur       assis de profondes glaouis le film sur annie sidro et le       reine aller à la bribe suivante ouverture de l’espace il y a des mots, mais comme voici l’homme aux deux quatre si la mer s’est le texte qui suit est, bien aller à la liste des auteurs si j’avais de son 1- c’est dans page suivante ► page aller à la bribe suivante ce qui importe pour préparer le ciel i       une et si au premier jour il <img852|left> forest       voyage       le au programme des actions page suivante ► page rimbaud a donc archipel shopping, la 1 2 3&nbs       dans dix l’espace ouvert au aller à la bribe suivante tout le problème       à {{}} on trouvera la page suivante ► page li emperere par sa grant nos voix page suivante ► page       droite de toutes les toute une faune timide veille le franchissement des page suivante ► page avant lire une interview de cent dix remarques i► cent aller à la bribe suivante Éléments - le flot gris roule contre       à  le "musée cent dix remarques i► cent monde imaginal, le chêne de dodonne (i)       dans le de la dans un coin de nice, nu(e), comme son nom 1 2 3 1 2 3 pour accéder au pdf, c’est — pense-t-on - i.- avaler l’art par « amis rollant, de a grant dulur tendrai puis   pour olivier deuxième essai       sur la ecrire les couleurs du monde       deux vous êtes immense est le théâtre et reflets et echos la salle aller à la liste des auteurs antoine simon 24 décembre 2001. vous, dont l’âme, le rafale n° 5 un pour lire les textes de attelage ii est une œuvre page suivante ► page et te voici humanité violette cachée ton il est le jongleur de lui pour michèle auer et       crabe-ta toutefois je m’estimais l’évidence dans les carnets page suivante ► page pour m.b. quand je me heurte       maquis  tu ne renonceras pas. 1 2 3&nbs accoucher baragouiner le ciel est clair au travers je ne sais pas si autre essai d’un pour frédéric dans le respect du cahier des souvent je ne sais rien de sommaire ► page suivante deux nouveauté, la terre nous  les éditions de le chêne de dodonne (i) antoine simon 3 page précédente retour on trouvera la video madame des forêts de       je suis aller à la liste des auteurs rêve, cauchemar, tromper le néant lire chronogaphie (bribe 133 au commencement était l’une des dernières aller à la liste des elle ose à peine a la libération, les village de poussière et de dernier vers doel i avrat, page suivante page encore la couleur, mais cette dernier vers aoi la mastication des rafale ouverture d’une sommaire ► page suivante       au dernier vers aoi à sylvie zacinto dove giacque il mio pour michèle    regardant   en grec, morías clxvi deus li otreit (la sue) préparation des corps ma mémoire ne peut me À peine jetés dans le page suivante ► page « tu sais ce que madame est la reine des dernier vers aoi comme une suite de       midi nice, le 18 novembre 2004 pour jean marie une autre approche de a - preliminaire prenez 3 se reprendre. creuser son aller à la bribe suivante       juin normalement, la rubrique j’arrivais dans les l’heure de la haut var ► trois petits vedo la luna vedo le chaises, tables, verres, cet article est paru la fraîcheur et la on croit souvent que le but il y a bien là, dans pour visionner la les premières       dans la       deux 1 2 3&nbs qu’est-ce qui est en 1 2 3 i)       ce     pourquoi tu     l’é ils avaient si longtemps, si cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le ciel 1 2 3&nbs préparer le ciel i dans le patriote du 16 mars 1 2 3&nbs aller vers bribes, livres 1 Éphémère du 22 juillet à références : xavier 1 2 3&nbs       la présentation du projet au rayon des surgelés rafale n° 9 un dernier vers aoi       sur le mon cher pétrarque, 1 les morceaux de nuit se   la baie des anges       dans le       la pie     cet arbre que     oued coulant 199* passé galerie pour maxime godard 1 haute leonardo rosa     le préparer le ciel i depuis le 20 juillet, bribes À l’occasion de d’ eurydice ou bien de   le texte suivant a "l’art est-il 1 2 3&nbs dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis     sur la pente (ma gorge est une sommaire des est-ce parce que, petit, on je découvre avant toi l’appel tonitruant du vers le sommaire des recueils tous feux éteints. des * il te reste à passer à cri et à page précédente ► page page suivante ► page à bernadette des voiles de longs cheveux napolì napolì la chaude caresse de madame est une antoine simon 14 page suivante ► page antoine simon 18       vu les pour andré de nouvelles mises en iigne,       dans le  si, du nouveau la mort, l’ultime port,       enfant au centre des quartiers de non... non... je vous dans les horizons de boue, de du maurithuis par quand il voit s’ouvrir, la toile ou, du moins, la deus li otreit (la sue)       sur le le 15 mai, à       la       apr&egra textes mis en ligne en avril dernier vers aoi rossignolet tu la 1 2 3&nbs rafale n° 12 où j’ai donc  je signerai mon       o bribes dans le nid de si j’étais un cent dix remarques i► cent       j’    seule au rafale il faut aller voir textes mis en ligne en       au fond pour anne slacik ecrire est  je ne voulais pas guetter cette chose cliquer sur le titre pour béatrice machet vient de noble folie de josué, antoine simon 19 imagine que, dans la « ces deux là       bonheu   est-ce que granz fut li colps, li dux en sept (forces cachées qui aller à la bribe suivante    en       l’ page précédente ► page je me souviens qu’à propos chère florence boomerang b ► livre grand sables mes paroles vous 7) porte-fenêtre     rien page suivante ► page       mouette       force 1 2 3&nbs 1 2 la strada       reine cela fait 53 ans que je je meurs de soif le glacis de la mort c’est la chair pourtant la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Figlia di Puttana /

ANNE GÉRARD

10 octobre, 5 heures du matin
© Anne Gérard
Publication en ligne : 27 juillet 2009
Ecrivain(s) : Gérard
Clefs : roman

Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. Satisfaisant ou inquiétant. Positif ou négatif. Qui peut en une seconde faire basculer toute une vie. Pour conjurer le sort, chacun invente ses petites stratégies. Lola, elle, compte. Elle enchaîne les nombres les uns derrière les autres. Pour chasser la peur panique. Il y a les peurs irraisonnées. Les capitales. Les déterminantes. C’est ainsi que, chez le radiologue, en attendant le résultat d’une mammographie, elle égrène les chiffres comme les perles d’un chapelet. Comme une prière. Oublier surtout et avant tout où l’on se trouve et pourquoi. Juste compter. Se concentrer sur ce qui vient après. Ne pas se tromper dans la récitation lente et minutieuse. La succession des nombres oblige à ne penser à rien d’autre. Et surtout pas à l’essentiel. L’attente est souvent intolérable, toute chargée qu’elle est d’incertitude. Moment vide et flou, infini, suspect.
Lola, elle, ça fait neuf jours qu’elle attend. Une sonnerie, un appel ou son contraire, c’est-à-dire rien, le creux, l’absence, l’oubli, le silence. Plein. Infini. Désespéré. Désespérant. Elle attend. Assise sur le canapé. Incapable de faire autre chose. Le temps est suspendu à cette petite mélodie qui refuse de se faire entendre. Et si elle retentit, et que par malheur ce n’est pas lui, la déception est si insupportable qu’elle a l’impression d’hurler en silence. Pas d’issue. Perdue comme au fond d’un labyrinthe sans fin, elle attend qu’on vienne à son secours. Chaque minute est pleine de ce néant. Un appel. Qui prouverait qu’il pense à elle une demi-seconde. Un appel au moins pour prendre de ses nouvelles. Un appel, pour lui dire que, quoi qu’il en soit, il sera toujours là quand elle souffrira. Un appel, juste pour entendre sa voix. Pour crever ce silence intolérable qui la réduit à un état presque animal. Mais rien…










Marcello est parti, sans crier gare, sans faire de bruit, sans donner de réelle explication. Comme si ça n’avait pas grande importance. Ou plutôt comme si les mots n’existaient pas et qu’il fallait les tailler sur mesure. Trop compliqué, pas nécessaire, vain, dérisoire. A moins qu’il ignore lui-même pourquoi, ce matin-là, en ouvrant son armoire, il n’a pas pris un mais cinq tee-shirts, autant de slips, un jean et un pull de rechange. Dix jours qu’il est parti avec sa petite valise et que Lola ne sait pas pourquoi. Il a dit aux enfants qu’il les aimait, il s’est tourné vers elle et a juste prononcé : « désolé ». A bien y réfléchir, il y en a eu des mots depuis un mois. Toujours les mêmes. Comme un leitmotiv : « je ne sais pas si je t’aime encore, je ne te supporte plus ». C’est tout rien de plus. Des mots qu’elle a réussi à lui arracher mais qui ne lui parlent pas. Des mots peu conciliants, qui refusent d’en dire plus. Et puis, il s’est avancé dans le couloir en s’efforçant de ne pas se retourner. Démarche un peu raide, peu naturel car elle est convaincue qu’il en avait envie, de se retourner. Jusqu’au bout, jusqu’au moment où elle a entendu au loin, très loin, le claquement de la porte, elle a cru que quelque chose allait le retenir, qu’il ne pouvait pas, qu’il ne voulait pas. Que c’était juste pour rire, un jeu pour qu’elle se jette à ses pieds, le couvre de baisers. Mais elle n’a pas bougée. 26 ans de vie commune qui s’arrêtent comme ça net, qui vous coupe la respiration, vous tue de l’intérieur.
Pour lui, peut-être 26 ans d’étouffement, de sacrifices, de malentendus. Et pour elle ? Aujourd’hui, en tout cas, 2 étrangers l’un pour l’autre. Ne pas l’appeler, surtout, ne pas l’appeler. Elle en meurt d’envie mais elle sait qu’il ne faut pas. Pour lui dire quoi, de toute façon ? Il veut l’oublier, n’avoir aucun signe d’elle. Il ne peut pas vraiment, il y a les enfants, alors il appelle de temps en temps, pour prendre de leurs nouvelles, leur dire qu’il les aime. Ce mot aimer qu’elle voudrait tant entendre la concernant.
Son téléphone n’a pas sonné depuis hier matin. C’est dimanche, elle est seule avec ses 2 gosses, se dit qu’il faut qu’elle sorte la tête de l’eau, mais pour le moment sa tête est juste noyée par les larmes. Elle s’est confiée à des copines, leur a parlé de sa peur panique des dimanches à remplir, mais personne ne l’a appelée. Ca gonfle tout le monde ces histoires de couple qui se séparent, ça angoisse aussi. Et oui, ils formaient aux yeux des autres un couple tellement uni. Et puis crac, plus rien. Comme cette fleur des champs, fleur de pissenlit, peut-être, pas très jolie, plus poilue qu’ornée de pétales, n’exaltant aucun parfum, sauf peut- être celui de la rosée du matin, enfin bref du robuste, du costaud, pas très romantique certes, mais qui a le mérite de ne pas tromper son monde. Et bien, figurez vous qu’il n’y a pas plus fragile que ces petites fleurs-là. Il suffit que la brise s’emmêle, ou qu’un enfant malicieux souffle dessus et pouf plus rien : la voila nue comme un ver, la fleur, en deux temps trois mouvements et pour l’éternité. Fleur de peau, fleur du mal, les amies préfèrent ne pas se frotter de trop prêt à la mauvaise herbe qu’elle est en ce moment, elle, Lola. Ne pas comparer, ne pas se pencher de trop prés sur leur histoire perso, qui ressemble probablement beaucoup plus au pissenlit qu’à l’agapanthe, l’orchidée ou au jasmin.
Il est 9h25. Léo est devant la télé depuis 3 heures, Lola n’a rien de mieux à lui proposer de toute façon. Dehors, Il fait un soleil radieux, radical et insupportable. Dedans, c’est moins 25, stalactites, stalagmites et congères à tous les étages.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP