BRIBES EN LIGNE
et combien je me souviens de que nos princes et empereurs je n’aime pas les gens  il y a le châssis, la force du corps, textes mis en ligne en de tantes herbes el pre je meurs de soif passet li jurz, si turnet a la gaucherie à vivre, cent dix remarques i► cent     extraire     après les installations souvent, page suivante ► page j’ai ajouté quand c’est le vent qui     tout autour “dans le dessin rita est trois fois humble. à l’entreprise dont je me     pourquoi tu sainte marie,       les les dernières le chêne de dodonne (i) abstraction voir figuration aller à la bribe suivante pas de pluie pour venir   pour le prochain page suivante page page suivante ► page la cité de la musique charogne sur le seuil ce qui la bouche pleine de bulles   si vous souhaitez page suivante ► page pourquoi yves klein a-t-il page d’accueil de 1 2 3&nbs page suivante ► r.m. a toi   voici donc la   l’instant criblé page suivante ► page rafale 1 2 en  martin miguel vient page d’accueil de       soleil       les on croit souvent que le but pure forme, belle muette, juste un mot pour annoncer aller à la liste des et si tu dois apprendre à à claude held patiente la page suivante ► page       longtemp depuis ce jour, le site nécrologie textes mis en ligne en août page d’accueil de pour michèle auer et préparer le ciel i   anatomie du m et       la pie page suivante ► page on peut croire que martine j’aurai donc vécu sur       embarq aller à la bribe suivante pour bruno charlotte, in deuxième essai j’ai relu daniel biga, page d’accueil de le chêne de dodonne (i) page suivante ► page attention beau présentation du projet cette machine entre mes avec marc, nous avons le dernier recueil de       deux dire que le livre est une       droite 1 2 3 présentation du projet la poésie, à la 1 2 3&nbs antoine simon 21 hommage à rené langues de plomb a la       bien quel ennui, mortel pour sites de mes 1 2 3 À peine jetés dans le page suivante ► voici donc c’est — pense-t-on - page suivante ► page l’illusion d’une dans la caverne primordiale   (dans le dernier vers aoi 1 2 3&nbs pour pierre theunissen la ] heureux l’homme percey priest lake sur les effleurer le ciel du bout des preambule – ut pictura  pour le dernier jour       dans le       dans le montagnes de présentation du projet cliquetis obscène des 1 2 3&nbs       m’ sommaire ► page suivante textes mis en ligne en pour le prochain basilic, (la textes mis en ligne en mai     " pour andré n’ayant pas le numéro exceptionnel de aller à la bribe suivante mélodie     sur la pente autre essai d’un petit souvenir vue à la villa tamaris saluer d’abord les plus lorsque martine orsoni pour marcel       en un       reine textes mis en ligne en Éléments - si elle est belle ? je on cheval       apparu clquez sur 1    le recueil que monticelli raphael 510 035 pour accéder au texte au page suivante ► page quai des chargeurs de nous avancions en bas de baous et rious je suis samuel chapitre 16, versets 1 aller au sommaire des dont les secrets… à quoi dernier vers aoi marie-hélène 1 2 3&nbs paien sunt morz, alquant page d’accueil de m1        la toile couvre les 1 2 3&nbs   marcel dernier vers aoi tendresse du monde si peu dernier vers aoi a claude b.   comme une dans le vacarme des couleurs, au centre des quartiers de       ...mais ce qui fait tableau : ce (la numérotation des abu zayd me déplait. pas  la lancinante     le cygne sur thème principal : la tentation du survol, à posté sur facebook sorti de il tente de déchiffrer,       en tout le temps est là sièges hans freibach : able comme capable de donner trois (mon souffle au matin j’aime chez pierre toi, mésange à vertige. une distance   pour olivier c’est la chair pourtant textes mis en ligne en j’ai travaillé page suivante ► page glaciation entre cinq madame aux yeux six de l’espace urbain, page suivante ► page       quinze pas sur coussin d’air mais       tourneso et voici maintenant quelques page suivante ► page la mort, l’ultime port, histoire de signes .       la page suivante ► page dernier vers aoi d’abord un curieux       " le soleil n’est pas le coeur du dernier vers doel i avrat, l’heure de la mougins. décembre pour m.b. quand je me heurte un titre : il infuse sa page suivante ► page max charvolen, martin miguel sommaire ► page suivante l’annÉe 2021 mois par antoine simon 16 a ma mère, femme parmi       l’ 1 2 3&nbs ► abÉcÉdaire à jean       juin raphaËl       sabots rafale n° 6 just do le texte qui suit est, bien printemps breton, printemps la terre a souvent tremblé       j’ ...et la mémoire rêve page suivante ► page       pass&eac ce qui aide à pénétrer le et nous n’avons rien etait-ce le souvenir pas même       allong&e le film sur annie sidro et le aller à la bribe suivante et ma foi, à propos des grands lien vers la totalité des À propos de fata en nice, le 8 octobre antoine simon 6 année 2018 ► année 2020 clxvi deus li otreit (la sue) derniers pour helmut page suivante ► page elle dit la main qui fut le ils sortent       une il en est des meurtrières. 1 2 3&nbs page suivante ► je suis né juste un pour egidio fiorin des mots je suis occupé ces réponse de michel il y a longtemps, tout le problème dernier vers aoi dernier vers aoi une errance de 1 2 3&nbs pour michèle gazier 1 * il te reste à passer station 5 : comment       à antoine simon 29  le "musée rafale n° 5 un       fourmi&n page suivante gérard derniers textes mis en <p présentation du projet madame, vous débusquez tu le sais et je le vois c’est extrêmement embrasement du mantra gore tromper le néant       dans le inoubliables, les       cette je n’ai pas dit que le pour lire les textes de bernard noël en débat       mouette 1 2 3&nbs un jour nous avons       "       force       ( paroles de chaman tu lu le choeur des femmes de il nous aura laissé la communication est  les éditions de rare moment de bonheur,  je ne voulais pas sommaire ► page suivante 1 2 3&nbs leonardo rosa marie antoinette c’est vrai si tu es étudiant en rafale n° 7 un       magnolia       sur le  dans toutes les rues aucun hasard si se textes mis en ligne en août vers le sommaire des recueils         clers fut li jurz e li cela fait 53 ans que je       que de       il elle disposait d’une la chaude caresse de aller à la bribe suivante       au au commencement était préparer le ciel ii 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante il y a des mots, mais comme station 3 encore il parle 1 2 3&nbs éphémère du 2 l’erbe del camp, ki normalement, la rubrique   est-ce que beaucoup de merveilles       banlieue aller à la bribe suivante pour angelo il n’est pire enfer que page d’accueil de    en sommaire ► page       rampant les amants se j’pense à toi bruno textes mis en ligne en       reine rafale n° 3 des dessiner les choses banales À la loupe, il observa la mort d’un oiseau. antoine simon 23 1 2 3&nbs page suivante ► page       marche les terrasses abandonnées ces estampes illustrent le   la production j’ai en réserve le ciel est clair au travers difficile alliage de la vie est ce bruissement rafale n° 9 un madame chrysalide fileuse je suis bien dans paysage de ta Être appelé par son nom et encore   dits le thème un temps hors du 1 2 3&nbs le 23 février 1988, il page précédente page aller à la liste des auteurs a - preliminaire prenez 3       sur le pour gilbert pour anne slacik ecrire est antoine simon 19 1- nous sommes dehors.       chaque de pareïs li seit la madame est la reine des cet article est paru dans le       l’ page suivante ► page la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : ARDEN QUIN, Carmelo /
L’enfant aux cerfs volants
Publication en ligne : 15 mars 2008
Artiste(s) : Arden Quin

Carmelo Arden Quin est une figure exemplaire de l’art de notre temps : depuis près d’un demi siècle il manie la plupart des thèmes majeurs des problématiques actuelles ; dès les années 40, il se préoccupe des transformations que peut subir la forme de la toile (la géométrie de ses limites) dès lors que l’artiste ne peut plus accepter celle, soumise aux nécessités du préétabli, du prévu, pré-fabriquéé par le commerce, figée, et qu’il accepte les trans-formations que peut générer le travail, la réflexion du peintre, la logique inédite du rapport entre ce qui est peint et ce sur quoi -ou grâce à quoi- c’est peint, qui le « supporte » ou le permet , qui l’entoure, le cerne, ou le définit, inaugurant ainsi une tradition aujourd’hui riche où la toile, le « support », ne sont pas conçus comme des données de la Peinture, mais comme lieux constamment à faire, à construire, à imaginer, et qui ainsi font, construisent ou créent la peinture, et pour lesquels on créera, entre autres, le terme de « free canvass ». C’est ainsi qu’il donne naissance à ces oeuvres, coplanals ou autres, présentées dans les expositions du mouvement MADI avant 1950, où les formes-formats entretiennent soudain entre elles des rapports libres, libres en ce sens qu’ils peuvent varier selon les accrochages, dans des lieux qu’elles cernent plus qu’elles n’en sont cernées ; ou encore qu’il en vient à prendre en compte l’épaisseur de la toile, ou du tableau, et qu’il aboutit, par exemple, à ces oeuvres galbées où la surface du tableau, et non plus seulement son pourtour, participent de la composition, affectant ainsi autant la géométrie des surfaces que celle des limites.

Cette réflexion et ces transformations affectent aussi bien d’autres domaines du champ artistique : dans le même temps qu’ils produit les coplanals Carmelo Arden Quin crée de nouveaux espaces d’écriture où les mots entretiennent, entre eux et avec leur support, des rapports analogues à ceux qu’il explore dans les formes de la peinture ; soumis à la logique des transformations, les mots construisent des livres évolutifs- ou s’en construisent- s’intègrent dans des structures textuelles mobiles, créant ,ou, mieux, générant des textes en transformation constante, jouant les uns les autres avec des supports inédits, livres-objets dira-t-on, dix ans plus tard, sculptures des mots dans l’épaisseur des pages, dans d’aériennes structures, bois , carton, tissu, objets...

C’est cet amour de la mobilité, cette recherche d’une forme impériale, impérieuse ou totale de l’art qui conduisirent Arden Quin à être à l’origine du mouvement MADI. De Rio à Paris, de l’immédiat après-guerre au début des années cinquante, ce sont les manifestations et les expositions communes à ce genre de groupe, et réunissant des artistes comme Soto, Vardanega ou Asis...

Au delà de ce que la petite histoire nous fournit comme anecdotes, plus que MADI, je veux retenir ARDEN QUIN, rêveur des deux hémisphères, capable, dit-il, d’apercevoir,depuis nos horizons, les constellations australes, homme de mots et de formes, enfant des champs d’eucalyptus et de ces cerfs-volants, dont il prétend qu’ils sont l’image de toute peinture.

Car ainsi vont nos signes : les vents qui les balaient leur donnent essor. Ainsi vont nos signes : ils ponctuent les cieux où ils se perdent, y nagent ; images de nos regards lancés, les explorent, longues excroissances de nous, tentacules fragiles, sondes auxquelles nous ne tenons que par des fils qui l’un à l’autre s’enchevêtrent, ou se tissent, et c’est ainsi que nous signons le ciel, que nous nous y échevelons, que dans notre cocon mille fois millénaire nous enserrons la terre, vieille chrysalide hésitante et laborieuse.

L’enfant le sait bien qui court sur le sol pour aider le vent à imprimer sa force contraire à sa main, et c’est dans sa main qu’il sent la force du vent, et à la course de ses pieds répond la sensation de ce qui dans sa main s’effile ; l’enfant le sait bien qui se joue ainsi du ciel et du vent.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP