BRIBES EN LIGNE
Écoute, bûcheron, arrête         &n jacques kober : les   j’ai souvent       une les céramiques et leurs station 5 : comment alain remila : un des aller à la bribe suivante antoine simon 11  dernier salut au eurydice toujours nue à on n’écrit qu’un l’une des dernières 1254 : naissance de pour hélène dubois 1) à propos “la rêve, cauchemar, madame déchirée « 8° de dernier vers aoi         dans l’innocence des avant lire une interview de attendre. mot terrible. dernier vers aoi le chêne de dodonne (i) de pareïs li seit la         oui la 199* passé galerie "sine vous avez le chêne de dodonne (i)       le un texte que j’ai  mise en ligne du texte 1) notre-dame au mur violet pour qui veut se faire une et ces page suivante ► page petit matin frais. je te page suivante ► page page suivante page dernier vers aoi mise en ligne marie antoinette alberto arbasino : deus li otreit (la sue) "nice, nouvel éloge de la pour accéder au texte, paul en guise voudrais je vous aller à l’échange sur buttati ! guarda      hélas, page d’accueil de nous avons affaire à de in the country carles respunt : textes mis en ligne en juin mais jamais on ne page d’accueil de josué avait un rythme station 3 encore il parle les carnets éclaboussés 2 envoi du bulletin de bribes       en       les retour à la recherche clxvi deus li otreit (la sue) page suivante ► page le samedi 26 mars, à 15 un survol de l’annÉe   pour le prochain douce est la terre aux yeux le recueil de textes dernier vers aoi page d’accueil de       un et il fallait aller debout la question du récit pour maxime godard 1 haute dans le train premier     pluie du dans le flou des souvenirs... je serai toujours attentif à l’attente, le fruit       la approche du continent " je suis un écorché vif. parmi les éditeurs décembre 2001. les amants se       il       sur le textes mis en ligne en avril page suivante ► page quand un critique français [voir le texte de cummings lancinant ô lancinant il a surgi sans crier 1. passera-t-on par l’eau l’évidence       mé antoine simon 7 j’imagine que, comme tout page suivante page page suivante ► page aller à la bribe suivante tout mon petit univers en       et tu       la pie  marcel migozzi vient de aller à la bribe suivante présentation du projet ce qui aide à pénétrer le       dans le page suivante ► page une il faut dire les       longtemp       dans la       à Éditeur : la diane ils s’étaient       sur page précédente retour à à la mémoire de christian il pleut. j’ai vu la       le sommaire ► page suivante       nuage gardien de phare à vie, au rafale n° 12 où vers ponctuations page suivante ► page tu le sais bien. luc ne       nuage dernier vers aoi elle réalise des voir les bifaces de b. bernard noël en débat en ceste tere ad estet ja       je fais la fonction, ainsi fut pétrarque dans       devant clers fut li jurz e li page suivante page ceci… pour prendre mesure. ouvrir la série des pages 1er moins quinze hiver textes mis en ligne en mai considérant que l’usage  la toile couvre les autres litanies du saint nom mougins. décembre pour pierre theunissen la troisième essai ce qui fascine chez pour martin seul dans la rue je ris la je meurs de soif       la  pour jean le présentation du projet iii sur l’eau a) au grÉ pour daniel farioli poussant       dans le vers les voix de l’ange cliquer sur l’icône voir aussi boltanski galerie petits rien 4 et 5 (env. 7cm "si elle est page précédente le café sommaire ► page suivante genre des mots mauvais genre         or etudiant à       reine le ciel est clair au travers       deux a claude b.   comme une madame, on ne la voit jamais textes mis en ligne en ce texte a été rédigé à entr’els nen at ne pui dernier vers aoi À peine jetés dans le ecrire les couleurs du monde pour bruno charlotte, in textes mis en ligne en mars       ton       aux l’homme est dernier vers aoi ping pong entre miche ne pas négocier ne le flot pâle des maisons béatrice machet vient de       qui page d’accueil de      & j’ai perdu mon avant propos la peinture est raphaël monticelli : quelques photos il y a longtemps, dans les hautes herbes roland barthes : propos   la production cliquez sur l’icône un jour nous avons couleur qui ne masque pas   ces notes dernier vers aoi dans ma gorge       soleil quelque chose j’ai relu daniel biga,       maquis toulon, samedi 9 li emperere s’est  il y a le châssis, de l’autre   tout est toujours en madame est toute       un à page d’accueil de       dans aller à la liste des pour lire les textes de le bulletin de villa arson d’exposition en un verre de vin pour tacher le chêne de dodonne (i) page suivante page centre georges raphaël monticelli : tu À alessandra descendre à pigalle, se rafale je suis celle qui trompe sainte marie, le coeur du   né le 7 « pouvez-vous i voici. "il y aurait eu un madame est la reine des sophie calle à beaubourg...       dans préparer le ciel i pour sophie, magali et cher.e.s ami.e.s vous pouvez sept (forces cachées qui pour michèle auer et dix l’espace ouvert au page suivante ► page       jonathan page d’accueil de ouverture de l’espace   pour théa et ses pour accéder au pdf, aller à la bribe suivante     le cygne sur le 15 mai, à et…   dits dernier vers aoi ► les mots du désir à la chaude caresse de       juin textes mis en ligne en août chère florence       "       cette naviguer dans le bazar de madame, vous débusquez       gloussem la difficile question des textes mis en ligne en mai il regarde il écoute il cent dix remarques i► cent antoine simon 31 l’envers de       retourn&       le       à dans un coin de nice, dernier vers aoi page suivante ► page tes chaussures au bas de antoine simon 14       en deux dans les horizons de boue, de   *   libre vers le sommaire des recueils éphémère du 2 titrer "claude viallat, pour accéder au pdf, pour michèle li emperere par sa grant page suivante ► page ensevelie de silence, page d’accueil de tout est possible pour qui naviguer dans le bazar de intendo... intendo ! il y a tant de saints sur pour michèle gazier 1) deuxième suite  dernières mises de tantes herbes el pre au matin du antoine simon 19 dernier vers aoi Éphémère du 22 juillet à  l’entretien vers le sommaire des recueils inoubliables, les  je signerai mon présentation du projet À la loupe, il observa sans être grand       alla mouans sartoux. traverse de ou aux mots noyés dans quand c’est le vent qui agnus dei qui tollis peccata   la baie des anges le voici devant la toile antoine simon 24       voyage en introduction à travail de tissage, dans « e ! malvais baous et rious je suis page suivante ► page aller à la bribe suivante cliquer sur l’icône il n’y a pas de plus mais non, mais non, tu  au mois de mars, 1166 ] heureux l’homme Ç’avait été la dernier vers aoi à propos des grands         les embrassées , cantilène rafale n° 10 ici siglent a fort e nagent e ce texte m’a été l’appel tonitruant du recleimet deu mult       sur le aller à la bribe suivante « amis rollant, de le chêne de dodonne (i)       la sommaire des mises en a la femme au guetter cette chose vers le sommaire des recueils pour le prochain basilic, (la encore la couleur, mais cette       neige carmelo arden quin est une à la bonne carles li reis en ad prise sa naviguer dans le bazar de       bonheur page suivante ► page page suivante ► page textes mis en ligne en juin patrick joquel vient de sommaire ► page suivante rm : tu as décidé peinture de rimes. le texte non... non... je vous ■ cézanne en peinture dernier vers aoi trois (mon souffle au matin       est-ce imagine que, dans la       le long       quand cent dix remarques i► cent vers la deuxième bruno mendonça avait son sauvage et fuyant comme il existe deux saints portant elle disposait d’une ouverture d’une aller à la liste des auteurs a propos de quatre oeuvres de la parol

Retour à l'accueil

MICHEL BUTOR

Un coup de dé sur le tambour
© Michel Butor
Publication en ligne : 3 juillet 2009
Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : essai , Mallarmé

pour Egidio Fiorin

Des mots en quelque sorte en suspension, non seulement dans la page, mais dans la double page, pour que la ligne horizontale puisse se déployer plus longuement ; ils s’agrègent parfois tout naturellement en paragraphes qui font des phrases ou plutôt des morceaux de phrases conservant leur agitation à l’intérieur de phrases plus vastes où elles essaient de s’installer en subordonnées, incises ou parenthèses sans qu’on réussisse toujours à choisir entre diverses possibilités, ce qui donne un sentiment d’agitation, de tremblement perpétuel.

Dans la préface :

La différence des caractères d’imprimerie entre le motif prépondérant, un secondaire et d’adjacents, dicte son importance à l’émission orale...” Selon le langage de la typographie, tout est dans le même “caractère”, avec des différences de corps (c’est-à-dire de dimensions) et l’opposition entre romain et italique.

Le motif prépondérant dont l’émission sera la plus forte dans la lecture à voix haute (et le demeurera virtuellement dans celle à voix basse), inclut le titre et l’anime en phrase principale :

“UN COUP DE DÉS

JAMAIS
N’ABOLIRA
LE HASARD”.

Il est en capitales romaines, et je lui attribue la grandeur 1. Les barres obliques indiquent le passage à une nouvelle double page quelquefois assez distante.

Le motif secondaire commence après le mot “jamais”, en capitales romaines lui aussi, mais nettement plus petit ; je lui attribue la grandeur 2 :

“QUAND BIEN MËME LANCÉ DANS DES CIRCONSTANCES ÉTERNELLES, DU FOND D’UN NAUFRAGE

SOIT”

(lequel, comme il n’est pas repris dans la même intensité, impliquerait dans une ponctuation ordinaire un point d’exclamation)

“LE MAÎTRE

EXISTÂT-IL
COMMENÇÂT-IL ET CESSÂT-IL
SE CHIFFRÂT-IL
ILLUMINÂT-IL,”

(ces interrogations qui reprennent la signification du “quand bien même”, forment une incise à l’inérieur de la grande parenthèse en italiques) ; puis, après le dernier mot du motif principal : “le hasard”, il reprend en une phrase bien complète :

“RIEN

N’AURA EU LIEU
QUE LE LIEU

EXCEPTÉ

PEUT-ÊTRE
UNE CONSTELLATION”

Le premier motif adjacent est encore en romain, mais utilise la minuscule :

“(SOIT) que l’Abîme blanchi étale furieux, sous une inclinaison plane désespérément d’ailes...”

C’est lui qui termine l’oeuvre. Quelques majuscules y apparaissent, mais pour détacher certains mots : “Abîme, Nombre, Esprit, Fiançailles, Septentrion, Nord”, sauf pour la dernière ligne qui se détache toute entière en maxime :

“Toute Pensée émet un Coup de Dés”.

C’est la taille normale d’un caractère dans une page de prose ; je lui donne la grandeur 3.

Second motif adjacent, la grande parenthèse en italiques (il n’y a aucune italique avant ou après), avec des capitales de grandeur 2 : les “COMME SI” qui encadrent la première double page, le “SI” qui s’isole dans la troisième, et dans la quatrième : “C’ÉTAIT LE NOMBRE CE SERAIT” qui vient cueillir en quelque sorte comme attribut “LE HASARD” du motif principal.

A l’intérieur se développent trois phrases en italiques et minuscules, de grandeur 3, annoncées chacune par une capitale d’entrée :

“Une insinuation simple au silence enroulée avec ironie...”,

“La lucide et seigneuriale aigrette de vertige au front invisible scintille...”,

“Choit la plume rythmique suspens du sinistre s’ensevelir aux écumes originelles...”

S’introduit comme un murmure dans la double page où apparaît “LE HASARD” ce qui donne à cette expression une sorte d’immensité ; ce sont des italiques de grandeur 4 :

“SI CÉTAIT LE NOMBRE issu stellaire CE SERAIT pire non davantage ni moins indifféremment mais autant”.

En commentaire ou écho à l’incise “EXISTÂT-IL...ILLUMINÂT-IL”, des minuscules romaines de grandeur 4 :

“autrement qu’hallucination éparse d’agonie...”

Suite de la préface :

“Et la portée, moyenne, en haut, en bas de page, notera que monte ou descend l’intonation.”
Il s’agit ici de la mélodie de la phrase, inscrite comme dans une partition. Cela est indubitable pour le premier motif :

“UN COUP DE DÉS” (hauteur moyenne),
“JAMAIS” (plus grave),
“N’ABOLIRA” (encore plus grave),
“LE HASARD” (plus haut, à mi-chemin entre “un coup dé dés” et “jamais”).

C’est encore vrai pour le second. Mais ici l’on remarque immédiatement que sa première partie jusqu’à “ILLUMINÂT-IL” se cantonne dans la moitié supérieure de la page, alors que le premier motif reste dans l’inférieure. Nous avons ici une opposition entre voix masculine et féminine. Après l’explosion de “LE HASARD”, le second motif descend dans la moitié inférieure, la voix grave, masculine, pour “RIEN N’AURA EU LIEU QUE LE LIEU”, et c’est la voix haute, féminine qui répond : “EXCEPTÉ PEUT-ÊTRE UNE CONSTELLATION”.

Par contre au troisième niveau, même si l’on peut imaginer en gros une descente générale de la voix du haut en bas de la page, celle-ci est évidemment secondaire par rapport à la prise de respiration qu’implique, comme dans la versification classique, tout passage à la ligne, plus ou moins forte selon la quantité de blanc, avec une remontée à la fois de l’intensité et de la hauteur. Chaque retour vers la gauche implique un certain retour vers le haut ; la page s’incurve comme une vague dans le mouvement de la main qui fait passer à la suivante, mouvement qui ne fait qu’esquisser celui qu’impliquerait la double page entière.

Que viennent faire les italiques dans cette diction ? D’une part elles sont plus fluides, plus proche d’un manuscrit cursif. Ce serait donc comme un chuchotement. D’autre part elles sont utilisées pour marquer les mots étrangers ; elles indiqueraient alors une distance, celle-même de l’écrivain qui se recule pour se parler à lui-même, “plume solitaire éperdue”, hésitant après avoir énoncé “N’ABOLIRA”, avant d’introduire “LE HASARD”, plume qui va “choir” après la profération de ce mot, mais pour laisser la place à l’écriture de l’historien “RIEN de la mémorable crise... N’AURA EU LIEU... EXCEPTÉ”

Et les romaines de l’incise sont comme une inscription dans un temple ou son envers, le lieu du doute, remplaçant l’affirmation : “il existe” (“je suis celui qui suis”) par le nostalgique “même s’il existait”, et de même pour les autres articles du credo (“...est né de la vierge Marie, a été crucifié, est mort, a été enseveli...”.

Oratorio donc, avec ses choeurs, mais aussi le compositeur-librettiste en abîme, méditant dans sa chambre où se réfléchit le monde avec ses interrogations.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP