BRIBES EN LIGNE
et encore   dits     du faucon exposition de la série alberto arbasino : ils sortent dernier vers aoi 199* passé galerie "sine    regardant mathieu bénézet : mon à yvon « oui, textes mis en ligne en je t’ai admiré, page suivante ► page bien sûr, il y eut       l’ antoine simon 30 aller à la bribe suivante page suivante ► page diaphane est le madame 1 madame est la       objectif lire chronogaphie (bribe 133 gardien de phare à vie, au elle réalise des       la       &nbs il a surgi sans crier textes rÉunis sous un titre dernier vers aoi "tu sais ce que c’est derniers textes mis en page suivante ► page sommaire ► page suivante li emperere par sa grant textes mis en ligne en antoine simon 22  de la trajectoire de ce "la musique, c’est le page d’accueil de (dans mon ventre pousse une textes mis en ligne en avril approche d’une de l’autre abords de l’inaccessible textes mis en ligne en les carnets éclaboussés 1   maille 1 : que toutes sortes de papiers, sur antoine simon 11       sur le dernier vers que mort <img852|left> forest le chêne de dodonne (i) voile de nuit à la       une derniers textes mis en textes mis en ligne en       (       " non... non... je vous les cahiers butor sont juste un mot pour annoncer 1. passera-t-on par l’eau la musique est le parfum de les installations souvent, rafale n° 5 un préparer le ciel i page suivante ► page village de poussière et de textes mis en ligne en mai     oued coulant sequence aucun hasard si se alain lestiÉ un art de la  pour de sommaire ► page suivante "mais qui lit encore le       o sommaire ► page suivante la bouche pleine de bulles les textes mis en ligne       dans la villa arson d’exposition en de la pour julius baltazar 1 le c’est un peu comme si, derniers antoine simon 32 toutes ces pages de nos nous lirons deux extraits de quand les mots dans l’innocence des un soir à paris au commençons donc par haut var ► brec 1) notre-dame au mur violet page suivante ► page petit matin frais. je te       &       sur le i.- avaler l’art par       qui toute trace fait sens. que a claude b.   comme une  dernier salut au mes pensées restent       cerisier pour pierre theunissen la bruno mendonça avait son la poésie, à la leonardo rosa bel équilibre et sa page suivante ► page     rien rafale n° 12 où       enfant vertige. une distance j’ai donc vous avez textes mis en ligne en avril malgré ses formules viallat © le château de les terrasses abandonnées       sur le page suivante ► page jusqu’à il y a cent dix remarques i► cent branches lianes ronces préparer le ciel i tout est possible pour qui l’envers de cher.e.s ami.e.s vous pouvez une il faut dire les dans le patriote du 16 mars 1     pour       bien       voyage page suivante ► page page d’accueil de napolì napolì  monde rassemblé le chêne de dodonne (i) je n’aime pas ce monde. vers musica maestro ! l’appel tonitruant du li quens oger cuardise je serai le pilote aux yeux et il fallait aller debout nous savons tous, ici, que avant-dire  “... c’est ici, me halt sunt li pui e mult halt cet article est paru dans le avant même de commencer, violette cachée ton bien sûr la       retour à la recherche       dans le       cette   voici donc la le coeur du tout en travaillant sur les ainsi va le travail de qui page suivante page frédéric mougins. décembre       bruyante       é page d’accueil de un temps hors du les lettres ou les chiffres si vous entendez le lac j’ai travaillé page suivante ► page pour accéder au texte, dernier vers aoi (ô fleur de courge... tous ces charlatans qui       la pour egidio fiorin des mots bernard dejonghe... depuis la communication est page précédente page c’est vrai voici l’homme aux deux ++++   en prenant acte i voici. "il y aurait eu un maintenant il connaît le siglent a fort e nagent e intendo... intendo ! ce texte m’a été textes mis en ligne en août un homme dans la rue se prend      & le chêne de dodonne (i) suite du blasphème de la deuxième édition du page suivante ► page début de la mise en ligne de juste un page précédente retour à les parents, l’ultime page d’accueil de on a cru à       midi page suivante ► voici donc pour georges aller au sommaire de pablo au matin du exode, 16, 1-5 toute    courant l’instant criblé page précédente retour la mort, l’ultime port, le "patriote", vous, dont l’âme, le page précédente retour la toile ou, du moins, la il y a des titres qui eurydice toujours nue à noir d’en bas ► un  référencem textes mis en ligne en juin c’était une très jeune       neige il existe deux saints portant   entrons maintenant       "je travail de tissage, dans toujours les lettres : très malheureux... dernier vers aoi elle dit la main qui fut le mouans sartoux. traverse de quelques photos pour martin quand on arrive de new-york pour m.b. quand je me heurte voici quelques années, À perte de vue, la houle des c’est le grand vos estes proz e vostre journée de       vu les giovanni rubino dit       le le soleil n’est pas rm : tu as décidé ki mult est las, il se dort  tu vois im font chier Être appelé par son nom souvent je ne sais rien de sommaire ► page suivante albertine et que vous dire des       à stèle alla lingua lingua madre dans le vacarme des couleurs,       apr&egra       à page suivante ► page À la loupe, il observa pour gilbert j’ai relu daniel biga, josué ne la lecture de sainte au centre des quartiers de je t’enfourche ma ++++   sur le papier       la aller à la bribe suivante pour jacky coville guetteurs antoine simon 16 c’est à caminito que carissimo ulisse, torna a pas une année sans évoquer   né le 7 antoine simon 29 a) le chemin de fer 1) la       la aller à la liste des auteurs dernier vers aoi   dernier vers aoi quand il voit s’ouvrir, iloec endreit remeint li os  l’écriture page suivante page pour jean marie le proche et le lointain   un vendredi pour sophie, magali et page suivante ► page       banlieue dernier vers aoi si grant dol ai que ne page d’accueil de antoine simon 33 elle ose à peine aller à la bribe suivante pour andré madame aux rumeurs 1- c’est dans       nuage pour daniel farioli poussant langues de plomb a la textes mis en ligne en juin cliquer sur l’icône entr’els nen at ne pui   ciel !!!! page suivante ► page autre essai d’un page d’accueil de clers est li jurz et li 1er moins quinze hiver bal kanique c’est six de l’espace urbain, j’imagine que, comme tout considérant que l’usage antoine simon 5 page suivante ► page retour au pdf sui generis   un  née à   anatomie du m et       journ&ea sommaire ► page suivante la terre nous     quand basile pour visionner a-t-on remarqué à quel le 15 mai, à     pour accéder pour accéder au texte textes mis en ligne en je n’ai pas dit que le  dans toutes les rues j’oublie souvent et pour écouter ce moment de able comme capable de donner a quelques exceptions près page suivante ► ce pays que le phonétisme n’a-t-il pas       crabe-ta  mise en ligne du texte l’éclair me dure, dernier vers aoi * il te reste à passer  il y a le châssis, pour visionner la nos voix Écoute, bûcheron, arrête année 2018 ► année 2020 tous feux éteints. des autre citation merci à marc alpozzo dans les rêves de la le pendu page suivante ► page antoine simon 10 textes mis en ligne en       pour présentation du projet page suivante ► page attelage ii est une œuvre présentation du projet ++++ il y a, dans mon a propos d’une normal 0 21 false fal pour michèle gazier 1 dans les carnets   d’un coté,  dernières mises les petites fleurs des que reste-t-il de la ecrire sur       voyage l’eau froide de l’anse face aux bronzes de miodrag       que de       bonheur       jonathan antoine simon 17  ce qui importe pour aller à la liste des auteurs préparer le ciel i trois tentatives desesperees deux ajouts ces derniers notre but n’est pas de tout le temps est là sièges la parol

Retour à l'accueil

ALAIN FREIXE

D’une couleur nouvelle
© Alain Freixe
Publication en ligne : 27 avril 2009
Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie

1-
Nous sommes dehors. Où s’ouvre une plaine enneigée, étendue blanche désabritée par le froid. S’avancent un cheval et son cavalier sous un ciel laiteux que déchirent les ailes d’un vol d’oies sauvages rendu erratique par l’attaque d’un faucon.

2-
Sans enfoncement pas de fond. Il faudra la balle de plumes, les serres, les ailes et les becs, le cadre de la lutte et l’envol des oiseaux pour entrer dans la couleur avec les trous du sang sur le corps blanc de la neige.

3-
La couleur comme une éruption qui étreint. Un soleil souterrain qui remonte et inonde le blanc de ses rais obscurs. Un volcan retourné sur ses laves.

4-
Rien que du rouge et du blanc. Du rouge sur du blanc. Trois fois rien, trois gouttes de sang et le blanc de la neige comme l’apparition fragile d’une « couleur naturelle » .

5-
« Couleur naturelle » qui est comme l’épaisseur d’un flux, la profondeur d’un courant, l’intensité de l’air traversé. De là qu’elle semble toujours se quitter .

6-
« Couleur naturelle » toute nouvelle. Ni rouge, ni blanche mais rouge avec blanc et blanc avec rouge comme un rose non de fusion mais de juxtaposition.

7-
Le rouge dans sa couleur s’impatiente, provoque le froid, se dilue. Et dans l’air, couleur nouvelle et naturelle, c’est le rose incarnat de la chair qui revient.

8-
Rose improbable d’un rythme, celui de ricochets rouges sur corps blanc et d’écumes blanches sur plaies rouges qui, de vibrations en vibrations, intensifie et densifie l’espace, scelle les paroles, suspend leur retard, arrête leurs restes.

9-
Dans l’air glacé, ce sont des flammes déjà comme de la chair qui palpiterait sous la caresse des yeux.

10-
Les tenailles du rouge s’étaient refermées sur le blanc de la neige pour tenir une présence, un rayonnement tout à sa dérobade luminescente. Affirmative mais sans nom.

11-
Et tout cela en un instant comme tournerait la clé qui permet d’ouvrir la porte du temps et entrevoir, qui sait, "le pays perdu" où "renaissent les souffles".

12-
Qui a accouru piquant des deux son beau cheval dans le champ de neige n’a pas eu le temps de voir la figure tracée par les trois gouttes de sang sur la neige accourir jusqu’à lui, le traverser, le lier. Et déjà, le fuir.

13-
Près des tentes, de ce côté-ci de la plaine enneigée et des noms au secret dans la terre des morts, il va, dans un sommeil germinatif, déranger des silences et choisi par celui dont le feu marche dans le sang jeter d’abord les mains puis la langue dans l’oubli et, vertical, les yeux sourds à ce qui frappé d’absence le traversent, mots et gestes fiévreux, rester dans l’éclat.

14-
Sa vue se vide dans les trous rouges. Comment ne ferait-on pas mu pris sous le fracas des noms qui s’éboulent et roulent derrière les yeux sous les coups d’écarlate du rouge et du blanc.

15-
Comme si s’était déverrouillé le temps dans une clarté de foudre et que dissout de soi en soi, les yeux s’étaient tus pour entendre s’animer une trace, en livrant son ton, ce vent qui la secoue et laisse rayonner sa lumière intérieure.

16-
Quelque chose surgit, quelque chose fait trou alors que s’effondre tout le symbolique, quelque chose qui ne se laisse pas réduire aux formes qu’il a pu prendre dans la réalité puisqu’elle s’évanouit dans le même temps, quelque chose comme une force, quelque chose comme une vibration - lumière et son - requiert celui qui de ses yeux l’entend. Quelque chose comme un ton.

17-
Le ton est de l’ordre de cette immédiateté, soit l’ineffable d’une pure présence. Ce ton de la « couleur naturelle », tel est l’astre qui pousse au désastre, celui qui semble dormir sur son cheval, jeté hors du ton sans ton du monde de nos fatigues, hors de cette tension de la corde des jours, saturée par les types qui, imposant sens à toute trace, lui interdisent la moindre vibration, dans le ton.

18-
Appelons cette mise dans le ton, intonation. C’est elle qui signe la sortie hors de nous-mêmes. S’y livrer, c’est muser, soit accéder à ce penser où la pensée n’est plus en nous tant nous sommes alors, hors savoir, en elle.

19-
À être ainsi dans le ton, notre regard ne se forme plus dans nos yeux, comme il en va quand tout va, mais bien dans ce qu’il regarde, dans le ton, soit cette qualité de présence qui compose à l’ombre de notre être, sous la lumière levée de sa chair, un savoir insu. On ne muse jamais que porté au plus près de ce que l’on aime. Et la couleur est ce vecteur.

20-
Fragile musement. Il dure ce que dure le ton. Ce rythme de « la couleur naturelle » des trois gouttes de sang sur la neige est suspendu au cours naturel du monde. Quand s’éteindra la troisième goutte de sang, le ton se défaisant, son intensité s ‘affaissant, la nuit viendra alors avec le plein du jour sur la plaine encombrée de neige, salie d’eau et déjà boueuse.

21-
Le soleil musicien aura eu raison de la couleur. Alors pourra se dire le secret dans la toile des mots revenus. Dans ce murmure des couleurs filera l’oiseau de ce qui s’est passé jusqu’au ciel que ses ailes creuseront avant d’y disparaître. Restera le miroir. Tranché aux couleurs du jour.




Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP