BRIBES EN LIGNE
ce jour-là il lui aller à la bribe suivante  l’entretien début de la mise en ligne de constellations et nice, le 18 novembre 2004       jardin page précédente ► page références : xavier       qui mon cher pétrarque, 1- c’est dans et tout avait comme un prÉliminaire la le temps passe dans la en 1958 ben ouvre à inoubliables, les   six formes de la le flot gris roule contre antoine simon 9 que reste-t-il de la textes mis en ligne en mai je voudrais voir les arbres c’est — pense-t-on - À venise je dispose, sur le parcourir les espaces ► page suivante ► page       nuage     sur la kurt schwitters. :       un pourquoi yves klein a-t-il quand il voit s’ouvrir, un nouvel espace est ouvert textes mis en ligne en mai cinq madame aux yeux face aux bronzes de miodrag       bonheu dernier vers doel i avrat, un verre de vin pour tacher       l’ quelques autres à propos “la       en pour gilbert   pour olivier       pé noir d’en bas ► un buttati ! guarda  difficile alliage de 1254 : naissance de     ton plaisir depuis ce jour, le site page d’accueil de       sur la commençons donc par le accéder à l’article       sur le on préparait nos voix l’heure de la page suivante ► page       à "la musique, c’est le albertine c’est la chair pourtant page suivante page la bouche pleine de bulles avant-dire  “...       ma page d’accueil de textes mis en ligne en juin si j’étais un les amants se     hélas, À alessandra et encore   dits le 26 août 1887, depuis aller à la liste des auteurs on n’écrit qu’un vertige. une distance derniers textes mis en il existe deux saints portant pour accéder au pdf, sommaire des contributions josué avait un rythme traquer des conserves ! pénétrer dans ce jour, tes chaussures au bas de page suivante ► page nous serons toujours ces vers le sommaire des recueils madame est une le bulletin de aller à la bribe suivante       maquis la terre nous antoine simon 14       montagne questions de temps suivi de titrer "claude viallat, (la numérotation des page d’accueil de in the country aller à la bribe suivante samuel chapitre 16, versets 1 able comme capable de donner je serai toujours attentif à il n’y a pas de plus page suivante ► page sommaire des contributions cliquez sur l’icône qui d’entre nous       aux napolì napolì       ruelle page suivante ► page page suivante ► page d’un côté passent .x. portes, exposition et ouvrage de comme ce mur blanc iloec endreit remeint li os les céramiques et leurs les mots te viennent que tu    de femme liseuse page suivante ► page pour michèle auer et gérard ki mult est las, il se dort       quand à yvon quand une fois on a d’abord quelques l’impossible ecrire, la vie en dépend, à claude held patiente la       allong&e d’abord la crise du de mes deux mains réponse de michel textes mis en ligne en ping pong entre miche très saintes litanies la force du corps, page précédente retour à page suivante ► page       dans le il ne sait rien qui ne va commençons donc par antoine simon 30   entrons maintenant karles se dort cum hume rafale un texte venu de l’autre   dits de page suivante ► nous le poiseau de parisi mon « (…) et il       la       je me abu zayd me déplait. pas la musique est le parfum de le voici devant la toile des quatre archanges que pour robert page d’accueil de alain lestiÉ un art de la accoucher baragouiner effeuillage d’une feuille aller à la bribe suivante antoine simon 16 éphémère du 2 page suivante ► page sommaire ► page suivante toute une faune timide veille  jésus page suivante ► je suis né pour écouter ce moment de posté sur facebook sorti de on peut croire que martine rafale n° 5 un morz est rollant, deus en ad a l’aube des apaches, page suivante ►   les présentation du projet       fleurett page suivante ► page portrait. 1255 : page suivante ► page antoine simon 32    si tout au long   (à page suivante ► page edmond, sa grande toute trace fait sens. que a ma mère, femme parmi leonardo rosa 1er moins quinze hiver jamais je n’aurais ecrire sur préparer le ciel i aller à la liste des auteurs dessiner les choses banales       clquez sur aller vers le musicien nègre page d’accueil de page suivante ► r.m. a toi le géographe sait tout j’imagine que, comme tout Ç’avait été la       aujourd quand un critique français l’attente, le fruit sites de mes mais jamais on ne la poésie, à la sommaire des mises en présentation du projet et si j’avais de son pour lee       le certains prétendent nouvelles mises en nous dirons donc « non, peut-être par max et andré pour andré c’était une très jeune je découvre avant toi       su lou raphaël monticelli 30 juin  pour le dernier jour et ma foi, travail de tissage, dans a l’extrémité du sables mes paroles vous diaphane est le il y a des soirs où le le chêne de dodonne (i)       le       vaches une autre approche de abstraction voir figuration   un ( ce texte a pour accéder au pdf de Écoute, bûcheron, arrête sa langue se cabre devant le lors de la fête du livre <img852|left> forest jean dubuffet : honneur toutefois je m’estimais le chêne de dodonne (i) page suivante ► page 7) porte-fenêtre sommaire ► page suivante   nous sommes sous ces étagements liquides « je définirai la       à       vu les  je ne voulais pas tromper le néant ce qui importe pour station 3 encore il parle À propos de fata en derniers percey priest lake sur les       les aller à la bribe suivante sommaire ► page à cri et à page suivante ► page fragilité humaine. page suivante ► page voir les œufs de même si mise en ligne d’un a propos d’une       ".. "école de   maille 1 : que  les œuvres de     nous avions  tous ces chardonnerets « 8° de ce texte m’a été bernar venet - seul dans la rue je ris la comme une suite de dieu faisait silence, mais station 5 : comment  le grand brassage des lancinant ô lancinant aller au sommaire de pablo page suivante gérard (vois-tu, sancho, je suis sculpter l’air :       reine autre citation antoine simon 5 le samedi 26 mars, à 15 dernier vers aoi le thème sommaire ► page suivante guetter cette chose       "       cerisier     faisant la mes pensées restent la mort d’un oiseau. nous serons toujours ces outre la poursuite de la mise sommaire ► page suivante monticelli raphael 510 035 voir les œufs de "pour tes les lettres ou les chiffres       reine la pureté de la survie. nul textes mis en ligne en août 1 au retour au moment ce après la lecture de chaises, tables, verres, de sorte que bientôt pas même présentation du projet antoine simon 10       le mise en ligne       la       crabe-ta       o rafale n° 4 on le cliquer sur l’icône dire que le livre est une       apr&egra madame, on ne la voit jamais       bonheur pour egidio fiorin des mots voir aussi boltanski galerie       la l’annÉe 2022 mois par ce texte a été rédigé à aller au sommaire de pablo a-t-on remarqué à quel ils s’étaient sixième   un vendredi de prime abord, il page suivante ► page cent dix remarques i► cent  hors du corps pas la fraîcheur et la aller au texte nous sommes au labyrinthe des pleursils page suivante ► page errer est notre lot, madame, il n’était qu’un       "je aller à la liste des auteurs     m2   dernier vers aoi   je désire un introibo ad altare 1    le recueil que ce 28 février 2002. la vie est dans la vie. se est-ce parce que, petit, on tu le sais bien. luc ne      & (ma gorge est une page suivante ► page rare moment de bonheur, dernier vers aoi peinture de rimes. le texte cristina m’avait demandé les photos et archives       objectif autre essai d’un ceci… pour prendre mesure. pur ceste espee ai dulor e textes mis en ligne en mai À l’occasion de       en un le phonétisme n’a-t-il pas       pav&eacu zacinto dove giacque il mio à propos des grands m1          tu sais la difficile question des c’est seulement au la parol

Retour à l'accueil

MICHEL BUTOR

Pile et face
© Michel Butor

ou passer les bornes

Publication en ligne : 15 février 2009
Artiste(s) : Miguel

pour Martin Miguel

Peinture ? Sculpture ?

Comme il était facile au XIXème siècle de faire la différence ! D’abord la peinture était plate, aussi lisse que possible et bien contenue dans son cadre doré, tandis que la sculpture était blanche, plâtre ou marbre, ou encore d’un sombre métal, quasi-noir, mais noir lumineux, luisant, le bronze, en tous cas d’une seule couleur. On était tranquille.

Il y avait bien entre les deux le bas-relief : une sculpture qui s’aplatit en peinture parfois jusqu’à la médaille, se permettant même des effets de perspectives comme au baptistère de Florence. Il y avait même des rumeurs, à travers les auteurs les plus classiques, que le Zeus de Phidias était “chryséléphantin”, d’ivoire et d’or. Cela donnait déjà aux académiciens des cauchemars.

Puis voilà que des historiens se sont mis à fouiller tlut cela, nous apprenant qu’il y avait déjà de la sculpture polychrome non seulement au Moyen-Age (on se doutait bien que tous ces artisans des cathédrales, avec leur apparente naïveté, étaient déjà d’enragés romantiques), mais même dans les époques modèoles parmi les modèles, dans l’Antiquité, dans la Grèce du Vème siècle, à Rome dont les statues exhumées à la Renaissance, blanchies par des siècles d’enfouissement, nous avaient enseigné l’évangile de la blancheur.

Quoi ! Il fallait s’y résigner, les statues de l’Acropole étaient donc peintes ! Les statues de presque toutes les nations étaient le plus souvent peintes. Et en regardant mieux les rétables des églises , ne voyait-on pas que le bas-relief était tout autant une avancée de la peinture, passant du trompe-l’oeil à l’objet même, qu’un aplatissement de la sculpture.

Naturellement les artistes en ont profité. Seurat s’est mis à peintre aussi le cadre. Mais alors où s’arrêter ? Pourquoi ne pas déborder sur le mur à côté ? On avait cru que le cadre était là pour protéger la peinture des agressions extérieures. On s’apercevait qu’il servait aussi, un peu comme le mur de Berlin, à la contenir dans ses frontières, à l’empêcher de se répandre, de s’évader, à protéger notre logis de l’envahissante peinture.

Et l’envers ? On ne serait même plus à l’abri dans l’envers. C’est qu’il y avait bien des volets dans les polyptiques que l’on pouvait ouvrirf ou fermer, détacher du mur dans l’espace. C’étaient des livres magnifiés ; on tournait les pages de la peinture.

Et voici que la matière même du bâtiment dans lequel on expose se fait peinture ou sculpture qui peut même, après des orgies de couleurs, pendant que se poursuit le feu d’artifice, redevenir quasi-monochrome. Mais ce n’est plus le blanc du marbre ni les bruns-verts ou rouges du bronze, c’est le gris de nos échafaudages et le noir de nos ruines, tisons qui demeurent des écroulements.

Le torchon brûle dans la cuisine de l’alchimiste qui édifie une Babel de cendres pour nous rendre les continuités perdues, traduire nos langages et signaler nos épaves.

L’Histoire de l’Art sort de son cadre pour nous indiquer les passages secrets.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP