BRIBES EN LIGNE
      bâ "pour tes l’entreprise dont je me 1 2 3       le   1) cette « je suis un langues de plomb a la dernier vers aoi le flot pâle des maisons   iv    vers l’impression la plus petits rien 4 et 5 (env. 7cm tes chaussures au bas de j’aime chez pierre 1 2 3 pour accéder au texte au avant lire une interview de vers la lettre ouverte au page précédente retour derniers textes mis en où l’on revient 1 2 3&nbs à claude held patiente la page suivante ► page préparer le ciel i "le renard connaît  les premières il y a des objets qui ont la c’est une sorte de introibo ad altare 1 2 3&nbs trois tentatives desesperees aller à la liste des auteurs se placer sous le signe de       allong&e 1 2 bruno  les œuvres de accéder à l’article page suivante ► page bribes dans le nid de depuis ce jour, le site il existe au moins deux six de l’espace urbain, dernier vers aoi la lecture de sainte le chêne de dodonne (i) approche d’une pour lire les textes de c’est ici, me raphaël monticelli : tu 1 2 3&nbs toutefois je m’estimais marché ou souk ou accéder au texte en cliquant retour au pdf sui generis le géographe sait tout agnus dei qui tollis peccata la pureté de la survie. nul       midi rafale n° 9 un dans le patriote du 16 mars       une seul dans la rue je ris la les ruelles blanches qui le lourd travail des meules les plus terribles le corps encaisse comme il predication_du_15_ao dans les horizons de boue, de hans freibach : et tout avait pour michèle gazier 1) chers élèves du collège pour nicolas lavarenne ma       st textes mis en ligne en si c’est ça, certains prétendent même si bien sûr, il y eut a grant dulur tendrai puis max charvolen, martin miguel dans l’innocence des       sur le textes mis en ligne en avril préparer le ciel i rafale n° 7 un voir l’essai sur  le "musée il n’est pire enfer que         année 2019 ► albert       le 1962 ! la grande grève antoine simon 26 page suivante ► page "si elle est       le       sur le pour accéder au texte, sixième   que signifie    si tout au long       aux quatrième essai de voile de nuit à la descendre à pigalle, se madame aux rumeurs une errance de   pour théa et ses madame dans l’ombre des 1 2 3   (à antoine simon 32 page suivante ► nous c’était une très jeune       ce qui de pa(i)smeisuns en est venuz imagine que, dans la jusqu’à il y a     chant de je désire un ainsi alfred… 1 2 3&nbs aux george(s) (s est la je voudrais voir les arbres       droite sur la toile de renoir, les textes mis en ligne en le peintre manuel casimiro le galop du poème me 1- nous sommes dehors.       objectif de mes deux mains textes mis en ligne en août  marcel migozzi vient de page suivante ► page mult ben i fierent franceis e       é dernier vers aoi       je me le soleil n’est pas pour anne slacik ecrire est       avant   anatomie du m et carles li reis en ad prise sa de pareïs li seit la       l’ les petites fleurs des les dernières arbre épanoui au ciel       fleurett page suivante ► page             le     les fleurs du     surgi fête du livre  l’écriture textes mis en ligne en ...et la mémoire rêve dernier vers aoi sous ce titre inspiré de la     double de nouvelles mises en iigne, neuf j’implore en vain références : xavier nos voix sous la pression des le poiseau de parisi mon les terrasses abandonnées antoine simon 23 nous avancions en bas de alocco, au château de aller à la bribe suivante traversé le lieu-dit de       voyage sculpter l’air : page suivante ► page le samedi 26 mars, à 15   nous sommes « mais qui lit page précédente ► de samuel chapitre 16, versets 1 attendre. mot terrible.       l’ le chêne de dodonne (i)       aujourd   toute trace fait sens. que carles respunt : dernier vers aoi       ç       ma préparer le ciel i je reviens sur des 1254 : naissance de clere est la noit e la des voix percent, racontent page d’accueil de deux mille ans nous       journ&ea l’attente, le fruit       charogne sur le seuil ce qui effeuillage d’une feuille textes mis en ligne en juin       sur le comme ce mur blanc photo charles chaboud, si j’avais de son dernier vers aoi textes mis en ligne en avril       la et que vous dire des       entre       quinze pas de pluie pour venir aller à la liste des auteurs pour accéder au texte la terre a souvent tremblé que nos princes et empereurs chercher une sorte de       dans le       sur la j’aurai donc vécu sur pour andré       bonheu <img852|left> forest textes mis en ligne en août     nous avions il arriva que suite de « je ne crois pas pour écouter la lecture, aller à la liste des auteurs Éléments - aller à la bribe suivante voir les œufs de je serai le pilote aux yeux (À l’église « e ! malvais la légende fleurie est siglent a fort e nagent e    en tout mon petit univers en apaches : page suivante page deuxième essai       dans le année 2018 ► année 2020 la gaucherie à vivre, rafale n° 3 des dans l’innocence des page suivante ► r.m. a toi aller vers bribes, livres 1 1 2 3&nbs présentation du projet la chaude caresse de page d’accueil de le chêne de dodonne (i) maintenant il connaît le oui la  au mois de mars, 1166 attelage ii est une œuvre       " rafale issent de mer, venent as cent dix remarques i► cent antoine simon 5   on n’est     longtemps sur       neige       sabots  de la trajectoire de ce       au       & sommaire ► page suivante "a cannes, propos de table des conserves ! la fraîcheur et la 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs comme une suite de le proche et le lointain       fleur textes mis en ligne en c’est seulement au posté sur facebook sorti de page d’accueil de       deux la visite de la fondation page d’accueil de 1 la confusion des mélodie aller à la bribe suivante naviguer dans le bazar de       retourn& textes mis en ligne en 1 2 3&nbs ce 28 février 2002. aller à la bribe suivante       reine       embarq le grand combat : j’ai parlé      &  les éditions de antoine simon 6 il ne s’agit pas de mais jamais on ne pas facile d’ajuster le       le       le   le texte suivant a         &n       apr&egra villa arson, nice, du 17 page suivante page je t’enfourche ma antoine simon 13 c’est vrai dernier vers aoi quand c’est le vent qui sommaire ► page suivante 1- ai-je reçu une             vu les       bonheur     oued coulant pourquoi yves klein a-t-il le plus insupportable chez mon cher pétrarque, l’envers de c’était une retour à la recherche de prime abord, il 1 2 questions le vieux qui page suivante ►   les   pour le prochain page suivante ► page       je fais 1 2 3&nbs 19 mars 2022, savigny sur j’ai changé le sainte marie,       banlieue dernier vers aoi mouans sartoux. traverse de madame déchirée   d’un coté, je serai toujours attentif à ço dist li reis : torna a sorrento ulisse torna un titre : il infuse sa haut var ► trois petits faisant dialoguer  un livre écrit (elle entretenait cent dix remarques i► cent préparer le ciel i madame est une torche. elle (ô fleur de courge...  dans toutes les rues huit c’est encore à       alla dernier vers aoi denis roche : antoine simon 3 cliquez sur l’icône le 28 novembre, mise en ligne fragilité humaine. de l’autre       va ton page suivante ► page sors de mon territoire. fais  jésus       sur le station 3 encore il parle si vous entendez le lac     les provisions envoi du bulletin de bribes assise par accroc au bord de 199* passé galerie cyclades, iii° dieu faisait silence, mais   j’ai souvent bernadette griot vient de aller à la liste des auteurs       "       le vent   les alocco en patchworck © page suivante ► page   entrons maintenant la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : E. PIGNON-ERNEST /
Regards de biais
Publication en ligne : 20 juillet 2008
Première publication : avril 1995 / article dans revue d’art
Artiste(s) : Pignon (site)

Qu’est-ce qui est en jeu dans l’efficacité du travail d’Ernest Pignon-Ernest ? Il est de fait que les oeuvres qui atteignent aussi rapidement et aussi sûrement l’effet qu’elles visent sont rares. On l’a connu multipliant par centaines l’image voyageuse d’un Rimbaud errant dans Paris, flottant dans les endroits les plus inattendus, à hauteur de regards, légèrement surdimensionnée, peu à peu avec le temps s’effaçant, s’effilochant... Et cette image de la fin des années 70 rappelait celle de la famille du Cap, en attente derrière ses grilles , qui avait peuplé la ville de Nice au moment d’un jumelage que Pignon avait jugé honteux. Et ses images, les unes les autres s’appellent : immigrés, avortées, expulsés, images inspirés de Boccace ou de Virgile, sorties du Caravage, portées par tous les grands rêves des hommes : rêves d’émancipation, rêves de libération, rêves de la tradition ouvrière, comme ceux des traditions judéo-chrétiennes ou gréco-latine... L’oeuvre s’est ainsi construite autour d’images fortes dans une utilisation constamment détournée : images qui prennent place dans un monde d’images, mais comme décontextées, sans autre ancrage que nos regards et ce dont nos regards sont chargés en images communes...

C’est dans cet usage de l’image que se trouvent quelques éléments de réponse : cet art est efficace parce qu’il s’en va chercher son (ou construire un) public dans la rue avant de le retrouver dans la galerie ou le musée, qu’en même temps il se constitue à partir de ce que ce public potentiel porte en lui d’images et de rêve, et qu’enfin il travaille ces images et ces rêves communs, qu’il les malmène et les détourne... Cette efficacité résulte d’une très précise et très complexe -et vraisemblablement très lucide- combinaison d’éléments. Et Ernest Pignon-Ernest ne redoute pas de mêler parfois avec ambiguïté, des démarches contradictoires.

Le premier constituant est la figure. Pignon est un classique en ce sens qu’il sait faire avec talent ce que l’on apprend dans les classes. Le dessinateur de talent a la passion des corps et une frénésie du regard digne des héritiers de la renaissance. Ernest Pignon-Ernest s’inscrit ainsi à la fois dans une tradition séculaire du savoir faire occidental et dans les tendances figuratives de la peinture du XX° siècle ; A vrai dire ce premier constituant est piégé et Ernest Pignon-Ernest ne se fait pas faute d’en accentuer les pièges.
Il est clair que le plaisir de la figure est un plaisir trivial : Ernest Pignon-Ernest caresse le public potentiel dans le sens du poil lui donnant à reconnaître le travail de l’artiste là ou tout spectateur occidental a appris d’une manière ou d’une autre à le reconnaître, et il y a dans cette manoeuvre de séduction quelque chose d’inquiétant et d’irritant.

Mais ce savoir faire est lui-même piégé : le plus évident, c’est qu’il existe toujours plusieurs versions publiques de la même figure, et ces versions sont de plusieurs types : l’étude, le dessin achevé, le multiple, la photo d’oeuvre en situation ; et chacun de ces types remplit un fonction très particulière dans le système Pignon.
La version qui s’en va à la recherche du public, c’est la version multiple, et il se passe entre les études et les multiples des transformations très intéressantes.
La version multiple, sérigraphiée, perd toute une série d’informations concernant le travail, non seulement, évidemment, l’étude de mise en place et de composition, mais surtout la qualité du dessin, du trait... D’une certaine façon, si Ernest Pignon-Ernest est un dessinateur classique, il inverse le statut classique du dessin par rapport à l’oeuvre, puisque l’œuvre achevée, celle qui s’en va au public dans la rue, apparaît, à première vue, plus pauvre, plus grossière que son dessin préparatoire.
Cette transformation des statuts affecte aussi le rapport entre l’oeuvre achevée et ses études. Là encore, l’étude propre des variations et son travail, focalise l’attention de telle sorte qu’elle apparaît plus riche que le dessin auquel elle est sensée aboutir.
L’étude est l’objet de la galerie ou du musée, elle peut très aisément acquérir un statut de marchandise, elle joue la reconnaissance du public averti, celui qui ne saurait supporter l’idée de la perte de l’objet et du sens, qui s’attache au multiple exposé dans la rue. L’étude joue de toutes les séductions de la mise en scène du travail en cours : qualités diverses du papier, rapport entre travaillé et non travaillé imitant le surgissement, biffures, grattages, oblitérations, toutes les variations du repentir... Le plaisir offert du spectacle de la recherche esthétique dont toute personne honnêtement cultivée reconnaît la qualité et la validité de recherche puisque chacun voit bien ce qu’elle cherche et comment elle le cherche.

Le rôle de la photo est de rappeler la ville et le temps ; elle permet de les faire apparaître dans le cadre de l’exposition... L’art de Pignon est un art urbain fait de peuple et de pertes... Régis Debray écrit très joliment à ce propos que le musée fait le trottoir. Il y a effectivement chez Pignon une volonté de mettre l’art à la rue... L’objectif cependant est moins de donner à voir de l’art dans la rue, que de voir ce que peut devenir la pratique de l’art à partir du moment où elle se trouve confrontée à la rue... C’est tout à la fois la pratique de l’observation de la réalité urbaine et humaine qu’il investit qui sont en cause que les effets de la mise à la rue sur les oeuvres. Là encore la démarche de Pignon est très clairement assumée : “Je travaille sur les villes, dit-il, elles sont mon véritable matériau”.
De ce point de vue, l’apport d’Ernest Pignon-Ernest est des plus importants parce qu’il revisite les pratiques politiques et économiques (les objectifs) du dessin donnant aux utopies de l’art pour tous et de l’art dans la rue, une dimension de réalité et une charge de travail.
Par ailleurs ce rapport à la ville, dans toutes ses dimension : humaine, historique, économique... permet de poser autrement le problème de la figure, ou de l’image, dans cette oeuvre : finalement le problème d’Ernest Pignon-Ernest n’est pas de figurer ou de représenter : il travaille les images, la façon dont elles se forment dans l’imaginaire collectif, la façon dont elles sont perçues ; son problème n’est pas la réalité figurée, ni les relations entre l’image et la réalité qu’elle représente, mais le fonctionnement des images dans la réalité, le contexte, où elles apparaissent,. et les charges affectives et symboliques qu’elles mettent en jeu.
Il y a plus qu’une oeuvre dans la démarche d’Ernest Pignon-Ernest : il y a un système complexe où se jouent tout à la fois le jeu des stéréotypes et celui de l’art, le drame de l’histoire et les tragédies du mythe... Ernest Pignon-Ernest c’est tout à la fois l’héritier de la renaissance et des ateliers de mai 68 ou des épopées politiques de ce siècle, celui qui se souvient des leçons de Duchamp, du Pop et des Nouveaux Réalistes et l’éternel apprenti, fièrement humble, des leçons du corps, de la poésie des anatomies, l’homme du Musée et de la rue, des livres et de l’atelier, de la solitude et du nombre... autant dire un ensemble contradictoire au fonctionnement fascinant.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP