BRIBES EN LIGNE
c’est vrai le galop du poème me         haut var ► trois petits       normal 0 21 false fal  marcel migozzi vient de     au couchant couleur qui ne masque pas  dans toutes les rues mais jamais on ne page d’accueil de halt sunt li pui e mult halt il ne s’agit pas de madame déchirée pour marcel on a cru à       magnolia de nouvelles mises en iigne,  zones gardées de clers est li jurz et li <script     dernier vers aoi mise en ligne d’un 1254 : naissance de prenez vos casseroles et       objectif page suivante ► page le long de l’ombre de tantes herbes el pre 1 2 3&nbs antoine simon 27 le 15 mai, à une autre approche de autre citation abstraction voir figuration       longtemp mis en ligne durant montagnes de pour lire les textes de il n’était qu’un 1 2 3&nbs encore une citation “tu 1 2 3&nbs a l’extrémité du page précédente retour page suivante gérard dernier vers aoi leonardo rosa antoine simon 24 aller à la liste des auteurs page suivante ► page       jardin station 3 encore il parle       pass&eac dernier vers aoi descendre à pigalle, se préparer le ciel ii 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante antoine simon 19       sur le bernard noël, droits cent dix remarques i► cent 1 2 3&nbs présentation du projet 1 2 3&nbs pour pierre theunissen la portrait. 1255 : sauver la vie c’est ne       ce qui       dans le aller à la bribe i au autre essai d’un  ce mois ci : sub en ceste tere ad estet ja 199* passé galerie       gloussem      & de toutes les ainsi fut pétrarque dans       st il y a des titres qui     le cygne sur       au station 5 : comment et combien       sur je déambule et suis abords de l’inaccessible textes mis en ligne en préparation des corps aller à 7) porte-fenêtre ou aux mots noyés dans       un sept (forces cachées qui       va ton page suivante ► page aller à la liste des etait-ce le souvenir       à   né le 7       enfant antoine simon 25 alocco, au château de       vu les c’est un peu comme si, un survol de l’annÉe quand c’est le vent qui       coude juste un mot pour annoncer   maille 1 : que         or un tunnel sans fin et, à raphaël monticelli : tu pour philippe     du faucon aller à la bribe suivante       et Ç’avait été la page suivante ► page « je suis un page suivante ► page j’ai longtemps       chaque quando me ne so itu pe 1 2 3&nbs vue à la villa tamaris les plus vieilles « voici cent dix remarques i► cent dernier vers aoi textes mis en ligne en avril polenta préparer le ciel i deuxième essai pour bruno charlotte, in page précédente le café rafale n° 7 un est-ce parce que, petit, on    au balcon       voyage deuxième suite page d’accueil de       é  tous ces chardonnerets       la deux mille ans nous sommaire ► page suivante merci au printemps des Éphémère du 22 juillet à       vedo la luna vedo le de la 1 2 3&nbs exode, 16, 1-5 toute page d’accueil de si elle est belle ? je         &n « h&eacut marché ou souk ou 1. il se trouve que je suis la rencontre d’une le chêne de dodonne (i) aller à la bribe suivante dernier vers aoi sommaire ► page suivante quel ennui, mortel pour "le renard connaît textes mis en ligne en juin   ciel !!!! {{}} on trouvera la ce jour là, je pouvais     faisant la       la  pour le dernier jour page d’accueil de page suivante ► page j’arrivais dans les page suivante ► page chants à tu mon recueil dernier vers aoi et si au premier jour il quel étonnant madame est toute on trouvera la video présentation du projet la question du récit   je n’ai jamais d’un côté mult est vassal carles de josué ne ouvrir f.a.t.a. i ► le       au pas la pureté de la survie. nul       la pie       à difficile alliage de l’éclair me dure, dans le pain brisé son retour à la recherche madame est une torche. elle aller à la bribe suivante les plus terribles de profondes glaouis       la dernier vers aoi       le       sur le textes mis en ligne en page suivante ► page dernier vers aoi j’aurai donc vécu sur       "j& toulon, samedi 9 la gaucherie à vivre, et ces  de la trajectoire de ce  tu ne renonceras pas. violette cachée ton       mouette antoine simon 14 chère florence  un livre écrit il arriva que reflets et echos la salle la terre a souvent tremblé       ton 10 vers la laisse ccxxxii l’appel tonitruant du       fourmi&n textes mis en ligne en août     double de pareïs li seit la page suivante page l’envers de page suivante ► page comment entrer dans une       je suis l’eau froide de l’anse page précédente retour rossignolet tu la       ".. epuisement de la salle, comme c’est  dans le livre, le pour accéder au texte au textes mis en ligne en       à a-t-il la mort d’un oiseau. 5) triptyque marocain sommaire ► page suivante le slam ? une ruse de avec marc, nous avons page précédente page dernier vers aoi       parfois page suivante ► page rafale 1 2 3&nbs À l’occasion de pas facile d’ajuster le en 1958 ben ouvre à       la       six       dans le sables mes paroles vous elle disposait d’une textes mis en ligne en fin première les ruelles blanches qui     son Éléments - sommaire ► page « la musique,       deux       é 1 2 3&nbs       " et il fallait aller debout giovanni rubino dit       " sur la toile de renoir, les le vieux qui   dits de       longtem et que dire de la grâce d’ eurydice ou bien de i.- avaler l’art par vers le sommaire des recueils derniers textes mis en en une, une œuvre de aller à la bribe suivante 1 2 3&nbs "l’art est-il la tentation du survol, à la terre nous abu zayd me déplait. pas toutes ces pages de nos sauvage et fuyant comme     " un soir à paris au les terrasses abandonnées il ne sait rien qui ne va  dernières mises éphémère du 2 1 2 3 quatrième essai de rien n’est plus ardu pour angelo (de)lecta lucta   monticelli raphael 510 035 page suivante ► page c’était une très jeune la toile ou, du moins, la embrasement du mantra gore 1 2 3 en sommaire ► page suivante       le vent  dernier salut au aller à la bribe suivante présentation du projet nouvelles mises en textes mis en ligne en pierre ciel jamais si entêtanteeurydice le peintre manuel casimiro pour gilbert page précédente ► page dernier vers aoi petit matin frais. je te glaciation entre la vie est ce bruissement très saintes litanies   ces sec erv vre ile antoine simon 10       mé bribes en ligne a       ruelle pour maxime godard 1 haute passet li jurz, si turnet a derniers peinture de rimes. le texte       au soir aller à l’échange sur       &       dans village de poussière et de page suivante ► page un texte que j’ai préparer le ciel i page suivante page page d’accueil de pour michèle gazier 1 ecrire les couleurs du monde       neige       " le numéro exceptionnel de la deuxième édition du       au aller à la liste des auteurs charogne sur le seuil ce qui ne pas négocier ne rafale n° 5 un pas de pluie pour venir aux barrières des octrois noble folie de josué,       l’ le chêne de dodonne (i) a ma mère, femme parmi et voici maintenant quelques  avec « a la page suivante ► page les petites fleurs des vous dites : "un antoine simon 6 ce texte m’a été 1 2 3&nbs c’est ici, me cet article est paru dans le quand les mots * il te reste à passer catalogue.03pdf.pdf voir document expo boltanski il faut aller voir 1) notre-dame au mur violet antoine simon 26       le écoute, josué,       sur le l’ami michel dans le vacarme des couleurs, la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Martine Orsoni /
Saint Georges de la Manade de Marie
Publication en ligne : 31 décembre 2008
/ catalogue d’exposition
Artiste(s) : Orsoni

Il existe deux saints portant le nom de Georges ; si le plus ancien est très célèbre et révéré, l’autre, bien qu’inconnu, ne lui cède rien en grandeur, dévotion et humilité.
Georges veut dire, à peu près, terrien ou paysan ; et personne que lui n’a mieux mérité un si beau nom. C’est de la terre en effet que Georges tirait sa force ; comme la terre il s’humilia volontiers sous le pied de qui le foulait, sans lui rendre de haine ; pourtant, comme elle, il était capable de réactions irrépressibles, soit que des forces profondes la travaillent, soit que, dans nos dérisoires efforts pour la soumettre, nous finissons par outrepasser les bornes de notre condition.
Georges était l’un des fleurons d’une manade des environs d’Arles et il s’était pris d’une grande dévotion pour la B.V.M. Dire quelle manade et pourquoi cette dévotion sortirait de mon propos ; sache seulement que, saisi d’étonnement en entendant les bruits d’une procession, un quinze août, il avait glissé un regard par deux lattes disjointes et avait rencontré l’image de Marie ; le regard de Georges était si doux, ainsi tendu, que la B.V.M., touchée par tant d’innocence, lui avait inspiré un sentiment nouveau pour lui, fait de tendresse et de dévotion pour la mère de Dieu.
Georges garda ce sentiment dans son coeur puisqu’aussi bien, il ne pouvait le communiquer à personne, pas même à ses semblables ; il poursuivit son innocente existence, en consacrant désormais toutes ses pensées à la divine vision qui, un quinze août, avait bouleversé sa vie.
Le jour vint, au bout d’un an, où Georges dut passer dans l’arène. Il suivit avec son indifférence habituelle la voie qu’on lui traçait, sans souci pour le temps qui passait ou pour ce qui pouvait lui advenir ; il se retrouva enclos dans une cellule où lui parvenaient des rumeurs de foule en liesse. Cela le rendait nerveux ; mais ses pensées revenaient sans cesse à la bonne dame qui lui avait rendu un regard d’une innocence très douce parmi les bruits, et il en était tranquillisé.
Les rumeurs cependant enflaient ; des rythmes excédés retentissaient ; l’air, rempli de poussière et de soleil, commençait à sentir la sueur de cheval... On commença à le houspiller, puis, dans un grand éclat de silence chaud, les portes de son enclos s’écartèrent et il fut projeté dans un espace nu, grand comme une mer, et qui vibra de voix et de cris quand il en fit le tour en courant.
Aussitôt, fusant de mille endroits, mille diables portant toutes sortes d’instruments de torture, se mirent à traverser l’espace en l’agaçant, et commença alors pour lui le moment le plus douloureux de sa vie ; tout l’étourdissait : la chaleur, les bruits, les rumeurs et les silences, les hommes courant, les flèches qu’on lui fichait dans le dos et aux flancs, ses propres bruits, son coeur battant, sa respiration forte et rapide, ses oreilles bourdonnantes. Un cavalier immense, montée sur une bête carapaçonnée, lui planta dans le cou un poinçon fixé au bout d’une longue perche avec lequel il le taraudait, en appuyant dessus. Après quoi, dans le silence, un nouveau bourreau entra dans l’arène et déclencha de grandes manifestations d’allégresse. Il était râblé, cambré, une canne à la main, tout ruisselant de rouge et d’or ; Il avançait avec la digne allure d’un prélat, la poitrine bombée, le menton levé, le sourire figé, la narine dilatée, et tournait alternativement la tête de droite à gauche, tout en faisant pivoter, d’une dédaigneuse poussée de la canne sur le sol, le torse et le bassin de gauche à droite, et, comme dansant sans hâte, posait la pointe de son soulier sur le sable, avant d’y appuyer le talon.
Dans sa lourde caboche, sous le vaste espace velu entre les yeux, Georges sut que celui-là serait impitoyable ; profitant de ce court moment de tranquillité, il tourna ses pensées vers la dame au regard innocent.

Bonne dame, douce mère, disait-il à peu près en son for intérieur, du jour où vous m’êtes apparue, voici longtemps, vous avez fait couler au fond de mon coeur de grands ruisseaux d’apaisement ; mais désormais, je sais aussi ce qu’est souffrir. Vous m’avez donné tant de joie, souffrez que je vous offre toute ma peine. Je ne sais ni ce qui m’atteint, ni ce qui m’attend, je sais seulement que le soleil est chaud, mes naseaux secs et pleins de sable, mes yeux se brouillent de sang, et cet homme est effrayant !

Ayant dit, Georges tomba à genoux sur ses pattes de devant. Alors, sous des milliers de regards, la bonne Vierge posa sa main sur le museau brûlant, et, tandis que le toréador tombait foudroyé, on vit l’âme de Georges, très lumineuse quoique toute petite, guidée d’une main sur le museau par la Vierge Marie, quitter lentement son corps et tranquillement s’élever. Alors, des dizaines, des centaines, des milliers d’âmes de toros se hissèrent du sable et leur longue et lumineuse procession accompagna Georges et Marie, formant la plus lumineuse des manades, dans un pénétrant mugissement continu.
C’est ainsi que, dans le souvenir des toros, comme dans le fond innocent et animal des gens de bien, Georges, le petit taureau de la terre, est devenu, dans le ciel, saint Georges de la Manade de Marie.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP