BRIBES EN LIGNE
i.- avaler l’art par il en est des noms comme du « ah ! mon pour lee       droite je me souviens qu’à propos page d’accueil de       dans le ainsi alfred… page précédente le café pour michèle gazier 1 accorde ton désir à ta       l’ dans les carnets depuis ce jour, le site retour vers le musicien station 7 : as-tu vu judas se vers le sommaire des recueils se placer sous le signe de pierre ciel textes mis en ligne en le dernier recueil de       un 1 2 3&nbs les grands vous avez tu le sais bien. luc ne écrire comme on se       "j&       la j’ai changé le titrer "claude viallat, un texte que j’ai rimbaud a donc 1 2 3&nbs autre essai d’un antoine simon 5 voir document expo boltanski nos voix       pass&eac « e ! malvais assise par accroc au bord de page précédente ► page chère florence des quatre archanges que seins isabelle boizard page suivante ► page ne pas négocier ne sommaire ► page suivante apaches :   adagio   je 1 2 questions page suivante ► page predication_du_15_ao début de la mise en ligne de préparer le ciel i Éléments - ce qui importe pour page d’accueil de et ces toutes ces pages de nos       mouette noble folie de josué, il existe deux saints portant le peintre manuel casimiro baous et rious je suis si tu es étudiant en deux nouveauté,       force {{}} on trouvera la sommaire des  epître aux voici quelques années,   un     longtemps sur     " les embrassées , cantilène voici l’homme aux deux       vaches       " antoine simon 31 1 2 3&nbs       fleurett traquer tout le temps est là sièges me page d’accueil de archipel shopping, la aller à la bribe suivante onze sous les cercles page suivante ► page il nous aura laissé vous, dont l’âme, le voudrais je vous il ne s’agit pas de de pareïs li seit la 1 2 3 derniers vers sun destre page suivante ► page d’abord l’échange des dans le train premier       embarq le samedi 26 mars, à 15 page précédente retour à le vieux qui mais jamais on ne depuis le 20 juillet, bribes démodocos... Ça a bien un madame chrysalide fileuse cliquer sur le titre pour  le livre, avec 1.- les rêves de et c’était dans présentation du projet       les   en grec, morías sous ce titre inspiré de la la chaude caresse de la deuxième édition du       ...mais aller à la liste des auteurs attendre. mot terrible. l’erbe del camp, ki sommaire ► page suivante passet li jurz, la noit est 1. il se trouve que je suis et encore   dits comme c’est   encore une       un si j’avais de son de prime abord, il       pourquoi samuel chapitre 16, versets 1  tous ces chardonnerets entr’els nen at ne pui       le ciel deux ce travail vous est difficile alliage de       je textes mis en ligne en juin mes pensées restent ...et la mémoire rêve dernier vers aoi         rampant antoine simon 26  la lancinante pure forme, belle muette, Être appelé par son nom je sais bien ce qu’il cent dix remarques i► cent attendre. mot terrible.       chaque janvier 2002 .traverse       aujourd que d’heures       fleur le flot pâle des maisons  martin miguel vient cent dix remarques i► cent sixième le chêne de dodonne (i) il n’y a pas de plus  jésus page d’accueil de       neige le lourd travail des meules passet li jurz, si turnet a en ceste tere ad estet ja voir les œufs de un texte que j’ai aller à la bribe suivante le bulletin de paroles de chaman tu       banlieue marcel alocco a éphémère du 6 octobre * il te reste à passer       l’   je n’ai jamais et ma foi, de profondes glaouis tendresse du monde si peu thème principal : tandis que dans la grande À peine jetés dans le À perte de vue, la houle des page suivante ► page   je ne comprends plus la vie est dans la vie. se ( ce texte a posté sur facebook sorti de li emperere s’est voir les œufs de que reste-t-il de la quatre si la mer s’est ….omme virginia par la  tu vois im font chier premier vers aoi dernier             au soir     [1] l madame 1 madame est la j’aime chez pierre cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en carmelo arden quin est une page suivante ► christ a l’homme est jamais je n’aurais       araucari voile de nuit à la       jonathan ce qui fait tableau : ce       dans la les céramiques et leurs     double bernard noël, droits et tout avait     m2   rafale n° 12 où       le sommaire ► page suivante rafale n° 4 on le l’entreprise dont je me   tout est toujours en page suivante ► page       m’ le chêne de dodonne (i) toutes sortes de papiers, sur 1 au retour au moment derniers textes mis en       la page d’accueil de revue       en un <script     tout en travaillant sur les sous l’occupation dans l’herbier de ses le 26 août 1887, depuis cent dix remarques i► cent mult est vassal carles de le lent déferlement  l’écriture textes mis en ligne en mai à bernadette nous savons tous, ici, que pour andré textes mis en ligne en page suivante ► voici donc libre de lever la tête cette machine entre mes       qui dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais monde imaginal,     pluie du dernier vers aoi et si au premier jour il je rêve aux gorges       & sors de mon territoire. fais antoine simon 11 page suivante page  dans toutes les rues pour nicolas lavarenne ma rafale   un vendredi pour daniel farioli poussant page suivante ► page la fraîcheur et la   six formes de la page suivante ► page       sur les       allong&e       à sculpter l’air : i mes doigts se sont ouverts sainte marie,       dans le in the country       deux présentation du projet je désire un tout le problème  tu ne renonceras pas. rafale 1 2 3 dans les rêves de la ainsi fut pétrarque dans le plus insupportable chez le lent tricotage du paysage fragilité humaine.       m’ présentation du projet cet article est paru dans l’effilé de heureuse ruine, pensait sauras-tu lui répondre    regardant antoine simon 14 pour lire les textes de       le à       "je       je me j’ai ajouté       apparu on trouvera la video la cité de la musique un besoin de couper comme de la danse de aller à la liste des auteurs de pa(i)smeisuns en est venuz là-bas, dans le pays des 1 2 3 paru en ce mois de juin 2021, quatrième essai de pour alain borer le 26 textes mis en ligne en mai rossignolet tu la « h&eacut sommaire ► page suivante napolì napolì (la numérotation des dernier vers aoi pour visionner la       la page suivante page 1 2 en       nuage vers le sommaire des recueils cet article est paru dans le station 3 encore il parle normalement, la rubrique <img852|left> forest       coude       sur       montagne antoine simon 16 dans un coin de nice, dans l’innocence des le thème       et tu paysage de ta pour egidio fiorin des mots la légende fleurie est à claude held patiente la 1 les morceaux de nuit se je ne saurais dire avec assez la tentation du survol, à nice, le 18 novembre 2004 saluer d’abord les plus    courant 10 vers la laisse ccxxxii l’illusion d’une textes mis en ligne en août de mes deux mains       l’       fourr&ea "a cannes, propos de table page suivante ► page frères et essai de nécrologie, il tente de déchiffrer, page suivante ► page qui d’entre nous pour accéder au pdf de bien sûr la sommaire ► page suivante       allong&e aller au sommaire des page suivante ► page page suivante ► page       une il est le jongleur de lui alocco, au château de nice, le 8 octobre tout en vérifiant dentelle : il avait c’est seulement au les ruelles blanches qui pour robert antoine simon 9       cette chaque automne les       &nbs 1 2 3&nbs pour michèle gazier 1) ma mémoire ne peut me douze (se fait terre se dernier vers aoi la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Martine Orsoni /
Sainte Marie Madeleine
Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1993 / catalogue d’exposition
Artiste(s) : Orsoni

Certains prétendent que Marie, la soeur de Marthe et Lazare chez qui séjournait volontiers J.-C., était bien Marie de Magdala dont N.S. avait chassé sept démons et que c’était cette même femme que saint Luc nous présente, sans la nommer, en larmes aux pieds de J.-C. alors qu’il était reçu par Simon le Pharisien. On assure même que cette Marie était de noble origine et qu’elle tenait son nom de Magdala d’un château qui lui était échu en partage. La vanité de cette tradition oublie qu’il échut à Marie-Madeleine bien plus qu’une noble origine et un château, toutes choses mondaines et vouées à périr, mais la suprême douceur de N.S.J.-C., qui abîma son coeur non dans le repentir, comme on le dit très perfidement parfois, mais dans l’amour absolu qui ne demande ni n’attend rien.
La seule chose dont tu puisses être sûre, c’est que, passant en Galilée, dans la ville de Naïn, N.S.J.-C. fut reçu par Simon le pharisien, et qu’ une femme, du nom de Marie, poussée par la curiosité et le doute, s’introduisit dans la réception. On la disait originaire des bords du lac de Gennésareth, de Magdala sans doute, et elle était connue pour gagner sa vie du commerce qu’elle faisait de son propre corps.
La chaleur était étouffante et le soleil délogeait les chiens des coins d’ombre qu’il rétrécissait sans cesse ; dans la cour où le Pharisien recevait J.-C., un treillage soutenait des pampres lourds, borné par un figuier à l’ombre verte et odorante ; du puits central on hissait régulièrement des seaux d’eau dont on aspergeait le sol. Marie de Magdala était une de ces lucioles au teint mat ; le regard que, petite fille, elle avait vif et rieur, lui était venu, avec la vie, ardent et triste. Cette tristesse du regard était masquée sous la lourdeur des parures, la richesse pénétrante et subtile des parfums et une science assurée du maquillage. C’est ainsi qu’elle présentait aux yeux du monde une apparence arrogante d’éclat et de luxe ; et c’est ainsi qu’elle apparut chez Simon, jusqu’à ce que ses yeux rencontrent ceux de J.-C. Marie savait peser le regard des hommes et y reconnaître la charge de trouble et de désir qu’elle était experte à allumer en eux. Au moment où elle glissait son oeillade entre ses cils, elle vit N.S. la regarder avec une douceur et une bienveillance infinies, et elle sut qu’elle voyait pour la première fois ce qu’elle s’ingéniait à imiter ; elle sut aussi que toute la sincérité de tous les regards d’amour était le reflet de ce regard-là.
Tant de douceur la terrassa ; les vannes de son coeur s’ouvrirent et elle fut incapable de retenir les pleurs qui surgissaient du fond d’elle avec la violence innocente et douce des torrents de mai. Sanglotante et éperdue, elle abîma son visage dans ses cheveux, aux pieds de J.-C. qui considérait maintenant Simon avec une curiosité amusée.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP