BRIBES EN LIGNE
posté sur facebook sorti de de tantes herbes el pre ce mot comme à la hâte antoine simon 25       "je madame aux rumeurs dans le train premier       dans  les éditions de j’ai relu daniel biga,       allong&e prenez vos casseroles et il a surgi sans crier le pendu le 23 février 1988, il l’ami michel dieu faisait silence, mais 1 2 3&nbs page précédente longue       les traquer       l’ le flot gris roule contre naviguer dans le bazar de page suivante ► page derniers textes mis en samuel chapitre 16, versets 1 sommaire des de l’autre préparer le ciel i glaciation entre un nouvel espace est ouvert     faisant la « ces deux là tous feux éteints. des page précédente retour à voir les œufs de j’ai donné, au mois       sous retour vers le musicien des quatre archanges que 7) porte-fenêtre ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi antoine simon 5 l’homme est       baie de pa(i)smeisuns en est venuz  si, du nouveau il aurait voulu être dernier vers aoi bruno mendonça voici quelques années,       deux   un à propos des grands cent dix remarques i► cent la littérature de dans un clignement de pour m.b. quand je me heurte 1 2 3&nbs  le livre, avec pour lee aller à la bribe suivante pour accéder au pdf, a la fin   il ne resta les lettres ou les chiffres dire que le livre est une toi, mésange à l’attente, le fruit josué avait un rythme journée de tu le sais et je le vois       apr&egra i.- avaler l’art par toujours les lettres : exode, 16, 1-5 toute portrait. 1255 : sommaire ► page suivante bernard noël, droits et ma foi, voile de nuit à la   si vous souhaitez du bibelot au babil encore recleimet deu mult       dans un soir à paris au 1 2 3&nbs ce qui importe pour 1 2 3 cliquer sur l’icône je voudrais voir les arbres page suivante page À propos de fata en pure forme, belle muette, où l’on revient et si tu dois apprendre à antoine simon 11 eurydice toujours nue à aller à la bribe suivante       vu les la communication est       dans la violette cachée ton l’annÉe 2021 mois par le géographe sait tout   six formes de la antoine simon 17 accéder à l’article boomerang b ► livre grand cinq madame aux yeux       " ouvrir f.a.t.a. i ► le voici des œuvres qui, le quel étonnant les cahiers butor sont derniers vers sun destre sommaire ► page suivante page suivante ► r.m. a toi des quatre archanges que       et tu avec marc, nous avons   ces notes les grands page suivante ► page aller à la bribe suivante dernier vers aoi   cet univers sans sommaire ► page suivante textes mis en ligne en (vois-tu, sancho, je suis       entre madame a des odeurs sauvages la terre a souvent tremblé de mes deux mains voir document expo boltanski     après     rien       sur la page précédente ► de "l’art est-il page suivante page dernier vers aoi       avant pour écouter la lecture, 1 la confusion des page d’accueil de aller à la bribe suivante page suivante ► page textes mis en ligne en antoine simon 27 textes mis en ligne en mai   un vendredi page suivante ► page haut var ► trois petits le travail de bernard nos voix lien vers la totalité des pluies et bruines, comment aller à la bribe i au le thème nous lirons deux extraits de iloec endreit remeint li os leonardo rosa sauras-tu lui répondre préparer le ciel i grant est la plaigne e large napolì napolì       &nbs aller à la liste des auteurs a quelques exceptions près  dans toutes les rues       l’ la mort, l’ultime port,  les premières passet li jurz, si turnet a preambule – ut pictura antoine simon 21       s’ clers fut li jurz e li préparer le ciel i ► abÉcÉdaire à jean carissimo ulisse, torna a Éléments - nouvelles mises en elle dit la main qui fut le    tu sais       cette premier vers aoi dernier    en 199* passé galerie pas même       à madame est la reine des raphaël monticelli 30 juin 1 2 3&nbs dernier vers aoi clers est li jurz et li   les dernier vers aoi je n’ai pas dit que le madame déchirée pour visionner la j’aurai donc vécu sur libre de lever la tête en une, une œuvre de village de poussière et de je ne sais pas si et nous n’avons rien lire chronogaphie (bribe 133 au matin du une il faut dire les ainsi alfred… coupé le son à       est-ce page précédente page 1 2 3&nbs ...et la mémoire rêve à       au dans le monde de cette       bonheu éphémère du 2 j’arrivais dans les le chêne de dodonne (i) errer est notre lot, madame, antoine simon 10 page suivante ► page seins isabelle boizard "a cannes, propos de table textes mis en ligne en moi cocon moi momie fuseau entr’els nen at ne pui ici, les choses les plus   (dans le page suivante ►   les mon cher pétrarque, travail de tissage, dans je n’aime pas les gens <script     li emperere par sa grant tant pis pour eux. sommaire ► page suivante page suivante ► page et encore   dits derniers références : xavier       quand diaphane est le page suivante ► page peinture de rimes. le texte quand il voit s’ouvrir, d’ eurydice ou bien de 1.- les rêves de ecrire les couleurs du monde       aujourd aller vers le musicien nègre in the country page suivante ► page quelque temps plus tard, de récapitulatif lieux et des voiles de longs cheveux 1 2 3 1 2 3&nbs   dits de         1 2 3&nbs aller à la bribe suivante il n’y a pas de plus alla lingua lingua madre       dans le textes mis en ligne en la vie est ce bruissement aux barrières des octrois là-bas, dans le pays des 1 2 3 sophie calle à beaubourg... les dernières pour marcel page suivante ► page textes mis en ligne en mars       ruelle page suivante ► christ a page d’accueil de qu’est-ce qui est en mult est vassal carles de 1 2 3&nbs pour accéder au texte le ciel est clair au travers art jonction semble enfin présentation du projet       dé tout est possible pour qui « ah ! mon les photos et archives la visite de la fondation       montagne       droite page suivante ► page hommage à rené la tentation du survol, à       "j& sous la pression des 13) polynésie zacinto dove giacque il mio dessiner les choses banales       journ&ea le lourd travail des meules guetter cette chose       grimpant joseph a pour sens "dieu       longtem il y a des titres qui 0- souviens-toi. sa page suivante ► page sommaire ► page suivante aller à la liste des auteurs madame chrysalide fileuse le tissu d’acier page suivante ► page j’ai en réserve la chaise, le châssis, le petits rien 4 et 5 (env. 7cm je serai le pilote aux yeux vous, dont l’âme, le 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante  zones gardées de dernier vers aoi dentelle : il avait etait-ce le souvenir on préparait et   riche de mes l’heure de la       descenda "pour tes     un mois sans aller à la bribe suivante page précédente retour textes mis en ligne en se placer sous le signe de « voici les parents, l’ultime cliquetis obscène des       la pie haut var ► brec les textes mis en ligne écrire comme on se ce texte m’a été n’ayant pas rafale n° 4 on le le chêne de dodonne (i) 1 2 3&nbs madame, on ne la voit jamais  au mois de mars, 1166       quinze cent dix remarques i► cent 1 2 3&nbs outre la poursuite de la mise       au percey priest lake sur les dernier vers aoi 1 2 3&nbs j’ai ajouté ne pas négocier ne josué ne   j’ai souvent dernier vers aoi aller à la liste des auteurs pour accéder au texte, quand on arrive de new-york dernier vers aoi nous serons toujours ces je reviens sur des       pénétrer dans ce jour, antoine simon 26    si tout au long abords de l’inaccessible textes mis en ligne en mai baous et rious je suis c’est extrêmement madame est une torche. elle page d’accueil de bernard noël, un nous de exposition et ouvrage de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Martine Orsoni /
La nativité de N.S.J.C.
Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1993 / catalogue d’exposition
Artiste(s) : Orsoni

Imagine que, dans la Palestine du 1er siècle, vivait un peuple dans une précarité bien proche de celle que connaît la Palestine d’aujourd’hui ; il vivait sous le même soleil, dans la même poussière, avec le même goût de sel persistant au fond de la gorge, cerné par le même sable, avec la même ferveur pour l’eau douce et pour l’ombre, cherchant, comme tous les peuples, de quoi s’abriter, subsister et se perpétuer et, comme tous les peuples, y parvenant non dans la tranquillité, le calme et la joie, comme il conviendrait, mais dans la souffrance, la douleur, l’incertitude, comme nous le savons, déterminés par des puissances lointaines, aveugles et comme inattaquables. Comme tous les peuples, celui-là puisait dans la longue histoire de ses peines la cause de ses plaintes et de ses rêves, la force de son espérance.
Nous savons que c’est dans ce peuple juif du 1er siècle que J.-C. est venu au monde ; on dit que c’est à Bethléem. Tu sais que J.-C. naquit alors que Rome avait décidé de dénombrer les habitants de ses territoires et, dans cette intention, elle avait ordonné que tous les hommes devraient aller se présenter au lieu de leur origine. Joseph, le père putatif de J.-C., vivait, avec Marie, à Nazareth ; mais il était originaire de Bethléem, car il était de la descendance de David et des anciens rois d’Israël.
C’est en arrivant à Bethléem que la B.V.M. sentit les premiers signes de la naissance imminente de son enfant. La journée finissait, le temps fraîchissait et toutes les hôtelleries étaient bondées de sorte que Joseph ne put trouver aucun endroit protégé pour y loger. Ayant frappé à toutes les portes et, malgré l’état de Marie, n’ayant rencontré que des refus, Joseph se résolut, dans la hâte où le mettait l’imminence de l’accouchement, à aménager tant bien que mal un lieu ouvert et passant. Les traditions divergent quant au lieu : on parle de grotte ou d’étable, on dit aussi qu’il s’agissait d’un espace couvert entre deux maisons.
Il y avait là un petit endroit aménagé en mangeoire devant lequel était attaché un taureau ; Joseph y lia l’âne sur lequel Marie avait voyagé, alluma une petite lampe à huile qu’il fixa, à hauteur de regards, à une pierre qui faisait relief, nettoya rapidement le sol de ses impuretés et de ses cailloux, y étala son manteau de voyage et y installa Marie ; Après quoi, il rapproprit le foin dans l’espace qui séparait l’âne du taureau et y posa une sorte de vareuse qu’il avait. Quand il eut terminé ses préparatifs, il s’approcha de Marie et lui prit la main en souriant.
Le taureau avait considéré ces intrus avec placidité et une curiosité attentive que l’on ne lui soupçonne habituellement pas ; il avait tendu son museau vers l’âne, reconnaissant, dans les odeurs du voyage, des nuances d’herbes et de terres ; il avait secoué la tête, poussé le front contre l’épaule de Joseph, effleuré sa main de sa grosse langue râpeuse, puis s’était immobilisé, tournant vers Marie ses yeux pleins de douceur. De son côté, l’âne, d’abord indifférent à tout, avait commencé par se rassasier ; après quoi, lui aussi, avait tourné la tête vers le couple, tandis que le silence de la nuit enveloppait Bethléem.
Quand l’heure du travail arriva, Joseph aida Marie à se placer ; il s’efforça de la soulager en facilitant le passage de l’enfant, coupa le cordon, essuya le nouveau-né et le donna à Marie. Au premier vagissement, celui qui déploie en bouquets bourgeonnants les délicates circonvolutions de nos bronches et les remplit pour la première fois d’un air ardent qui les stimule, le souvenir des cris d’origine remplit non seulement Marie et Joseph, mais aussi l’âne et le taureau qui reconnaissaient là comme un cri de détresse, un appel à protection. Lorsque Joseph posa l’enfant sur la vareuse entre les bêtes, celles-ci reniflèrent la petite vie nouvelle, y sentirent des odeurs de sexe et de sang, et cette évanescente fraîcheur que l’on voudrait toujours conserver entre narines et lèvre ; et ils tendaient doucement la tête en considérant le petit corps palpitant, et lançaient vers lui de délicats coups de langue.
Si le terme de naissance désigne la venue au monde du point de vue de l’action et du résultat de la parturition, le terme de nativité oublie l’acte au profit du fait et de la date, le travail au profit de la qualité et l’action au profit de l’état. Tu sauras donc que célébrant la naissance de N.S., on ne saurait mieux faire que de la nommer de sorte qu’on entende la date, la qualité et l’état. La date parce qu’elle inaugure une ère nouvelle et que notre humanité se détermine en avant et après cette date ; la qualité parce que cet événement met en lumière la sainteté de toute venue au monde ; l’état parce que désormais on ne considérera plus notre existence que comme une éternelle naissance.
Il existe trois nativités : celle de la B.V.M.., celle de Jean-Baptiste, celle de N.S.J.-C. La première est la plus merveilleuse car elle a donné au monde, par les oeuvres de la chair, un être pur et sans taches ; la deuxième est la plus émouvante, car elle est celle de celui qui vient au nom de celui qui doit venir ; la troisième est celle de J.-C. par laquelle se réalise la sainteté des deux premières et, par elles, notre sanctification.
La nativité de J.-C. proclame que notre sainteté réside toute dans la parole : conçu selon l’Esprit seul, J.-C. accomplit le miracle de l’incarnation du Verbe, signifiant ainsi que nous ne devons nos plus hautes qualités d’Homme qu’au fait d’être nés des mots, et que les mots tirent leur valeur du fait qu’ils s’inscrivent dans des êtres de chair.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP