BRIBES EN LIGNE
page d’accueil de il y a des objets qui ont la j’ai relu daniel biga, textes mis en ligne en oui la dans le patriote du 16 mars constellations et pour accéder au texte au pour helmut madame est une hommage à rené page suivante ► page ce jour là, je pouvais   dits de à bernadette bruits de langues. en rester       longtem * il te reste à passer antoine simon 15 avant dernier vers aoi   pour théa et ses retour au texte nous avancions en bas de sommaire ► page suivante le bulletin de démodocos... Ça a bien un       chaque 7) porte-fenêtre       l’ le scribe ne retient 1 2 3&nbs quelque temps plus tard, de page suivante ► page je n’aime pas ce monde. la deuxième édition du et si au premier jour il  les trois ensembles les photos et archives le 26 août 1887, depuis effleurer le ciel du bout des textes mis en ligne en       objectif le glacis de la mort  le "musée page d’accueil de pour max charvolen 1) textes mis en ligne en juin     " pour accéder au pdf, voir l’essai sur 1 2 3&nbs le slam ? une ruse de page suivante page       ...mais si j’avais de son le "patriote", dans ce périlleux     hélas,  ce qui importe pour rêve, cauchemar, je t’enlace gargouille antoine simon 28 ajout de fichiers sons dans pour andré les embrassées , cantilène halt sunt li pui e mult halt madame dans l’ombre des tout mon petit univers en très saintes litanies il faut aller voir     le cygne sur photos de frédéric la mastication des       que de six de l’espace urbain, haut var ► trois petits "si elle est pour lee able comme capable de donner textes mis en ligne en       est-ce       assis rafale aller à la liste des auteurs cinq madame aux yeux fête du livre aller à la bribe suivante pour gilbert 1 2 3&nbs    en madame est une torche. elle page suivante ► page       fleurett     les provisions page suivante ► page ] heureux l’homme pourquoi yves klein a-t-il vue à la villa tamaris       pav&eacu a inishmore chaque plante est « 8° de       objectif 1 les morceaux de nuit se il y a deux villes à 1- c’est dans un temps hors du le geste de l’ancienne, bribes dans le nid de j’ai travaillé 1 2 3&nbs textes mis en ligne en mars antoine simon 14 il en est des noms comme du dernier vers aoi ouvrir f.a.t.a. i ► le dernier vers aoi       neige quatre si la mer s’est (vois-tu, sancho, je suis cher.e.s ami.e.s vous pouvez       l’ rafale n° 9 un 1 2 3&nbs cliquer sur le titre pour       dans le 1 2 3&nbs sept (forces cachées qui 1- ai-je reçu une       dans le   si vous souhaitez mon cher pétrarque, rare moment de bonheur, 1 2 3&nbs la vie est dans la vie. se embrasement du mantra gore tout en vérifiant     les fleurs du 1 2 3 page suivante page carles li reis en ad prise sa       neige 1 2 3&nbs   en grec, morías la question du récit       il       droite dans les horizons de boue, de       la pie c’est ici, me aller au texte nous sommes en 1958 ben ouvre à l’annÉe 2021 mois par l’envers de       la page précédente retour c’est extrêmement       pé page suivante mes pensées restent au rayon des surgelés 1 2 3&nbs antoine simon 13 pour pierre theunissen la la fonction, j’ai longtemps je serai toujours attentif à il y a des mots, mais comme l’éclair me dure,   du maurithuis par   saint paul trois       la quelques textes       sous       fourmi&n toutes sortes de papiers, sur pour le prochain basilic, (la si vous entendez le lac alberto arbasino : retour à la recherche dessiner les choses banales libre de lever la tête     tout autour il était question non de la les articles mis en ligne en dorothée vint au monde sommaire ► page suivante aller à la liste des auteurs     après 1 2 3&nbs li quens oger cuardise il souffle sur les collines       je me 1 2 3&nbs textes mis en ligne en page suivante ►   les     dans la rue la fragilité humaine. page d’accueil de dernier vers aoi textes mis en ligne en août pour andré attention beau à la bonne antoine simon 33 cliquer sur l’icône page suivante ► page etait-ce le souvenir   ces sec erv vre ile cela fait 53 ans que je pure forme, belle muette, préparer le ciel ii       ce qui       alla 1.- les rêves de la tentation du survol, à pierre ciel quand c’est le vent qui je suis occupé ces       su lou dernier vers aoi   nous sommes tout est possible pour qui textes mis en ligne en mars pour lire les textes de un jour nous avons nouvelles mises en a claude b.   comme une il y a tant de saints sur que d’heures pour maxime godard 1 haute peinture de rimes. le texte     surgi pour robert voir aussi boltanski galerie aller à la liste des auteurs cover-oleti_artin_ri je suis bien dans preambule – ut pictura       pass&eac et…   dits « pouvez-vous 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante lorsqu’on connaît une au matin du 0- souviens-toi. sa page précédente ► page "a cannes, propos de table page suivante ► page 1 2 3&nbs granz est li calz, si se la rencontre d’une rafale rien n’est plus ardu jacques kober : les       ruelle le tissu d’acier vous dites : "un 1 2 3&nbs année 2019 ► albert  ce mois ci : sub d’abord l’échange des       deux sauvage et fuyant comme exposition et ouvrage de pour egidio fiorin des mots predication_du_15_ao sommaire ► page suivante dernier vers que mort  le livre, avec page suivante ► page  dernières mises nice, le 8 octobre et si tu dois apprendre à aller au sommaire de pablo       la     son une fois entré dans la l’instant criblé (ma gorge est une       dé 1 2 3&nbs madame des forêts de pour accéder au texte, faisant dialoguer page précédente longue les dernières dernier vers aoi la mort d’un oiseau. catalogue.03pdf.pdf page suivante ► page     pluie du derniers textes mis en page d’accueil de textes mis en ligne en page suivante ► page pour jacky coville guetteurs la prédication faite page d’accueil de cet article est paru dans le pour michèle gazier 1) nous lirons deux extraits de les plus terribles antoine simon 3       "je monde imaginal, pour accéder au pdf de la chaude caresse de voici l’homme aux deux 1 la confusion des dernier vers s’il       o       à aller à la liste des auteurs       sur le ses mains aussi étaient mieux valait découper    courant dont les secrets… à quoi cent dix remarques i► cent accéder à l’article quai des chargeurs de vers le sommaire des recueils giovanni rubino dit page suivante ► page 1 2 3&nbs       bruyante       la       é aller à la bribe suivante page suivante ► page quant carles oït la page suivante ► page antoine simon 29 antoine simon 10 pour michèle aux george(s) (s est la textes mis en ligne en       dans la page suivante ► je suis né (la numérotation des ce qui aide à pénétrer le allons fouiller ce triangle  tous ces chardonnerets 1 2 3&nbs présentation du projet dernier vers aoi joseph a pour sens "dieu attendre. mot terrible.       gloussem de mes deux mains quand on arrive de new-york difficile alliage de chaises, tables, verres, « e ! malvais 1 2 3&nbs       ç antoine simon 26 d’ eurydice ou bien de       le de prime abord, il alocco, au château de dans les écroulements 1 2 3&nbs ce 28 février 2002. sophie calle à beaubourg... ceci… pour prendre mesure. equitable un besoin sonnerait nous serons toujours ces quatrième essai de huit c’est encore à       apparu se reprendre. creuser son si tu es étudiant en creuser de la langue, outil       banlieue 1 2 3&nbs accoucher baragouiner cliquez sur l’icône samuel chapitre 16, versets 1 aller au sommaire de pablo a propos de quatre oeuvres de mult ben i fierent franceis e que reste-t-il de la passent .x. portes, voir les bifaces de b. l’envers de glaciation entre page précédente le café fin première mult est vassal carles de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Martine Orsoni /
La nativité de N.S.J.C.
Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1993 / catalogue d’exposition
Artiste(s) : Orsoni

Imagine que, dans la Palestine du 1er siècle, vivait un peuple dans une précarité bien proche de celle que connaît la Palestine d’aujourd’hui ; il vivait sous le même soleil, dans la même poussière, avec le même goût de sel persistant au fond de la gorge, cerné par le même sable, avec la même ferveur pour l’eau douce et pour l’ombre, cherchant, comme tous les peuples, de quoi s’abriter, subsister et se perpétuer et, comme tous les peuples, y parvenant non dans la tranquillité, le calme et la joie, comme il conviendrait, mais dans la souffrance, la douleur, l’incertitude, comme nous le savons, déterminés par des puissances lointaines, aveugles et comme inattaquables. Comme tous les peuples, celui-là puisait dans la longue histoire de ses peines la cause de ses plaintes et de ses rêves, la force de son espérance.
Nous savons que c’est dans ce peuple juif du 1er siècle que J.-C. est venu au monde ; on dit que c’est à Bethléem. Tu sais que J.-C. naquit alors que Rome avait décidé de dénombrer les habitants de ses territoires et, dans cette intention, elle avait ordonné que tous les hommes devraient aller se présenter au lieu de leur origine. Joseph, le père putatif de J.-C., vivait, avec Marie, à Nazareth ; mais il était originaire de Bethléem, car il était de la descendance de David et des anciens rois d’Israël.
C’est en arrivant à Bethléem que la B.V.M. sentit les premiers signes de la naissance imminente de son enfant. La journée finissait, le temps fraîchissait et toutes les hôtelleries étaient bondées de sorte que Joseph ne put trouver aucun endroit protégé pour y loger. Ayant frappé à toutes les portes et, malgré l’état de Marie, n’ayant rencontré que des refus, Joseph se résolut, dans la hâte où le mettait l’imminence de l’accouchement, à aménager tant bien que mal un lieu ouvert et passant. Les traditions divergent quant au lieu : on parle de grotte ou d’étable, on dit aussi qu’il s’agissait d’un espace couvert entre deux maisons.
Il y avait là un petit endroit aménagé en mangeoire devant lequel était attaché un taureau ; Joseph y lia l’âne sur lequel Marie avait voyagé, alluma une petite lampe à huile qu’il fixa, à hauteur de regards, à une pierre qui faisait relief, nettoya rapidement le sol de ses impuretés et de ses cailloux, y étala son manteau de voyage et y installa Marie ; Après quoi, il rapproprit le foin dans l’espace qui séparait l’âne du taureau et y posa une sorte de vareuse qu’il avait. Quand il eut terminé ses préparatifs, il s’approcha de Marie et lui prit la main en souriant.
Le taureau avait considéré ces intrus avec placidité et une curiosité attentive que l’on ne lui soupçonne habituellement pas ; il avait tendu son museau vers l’âne, reconnaissant, dans les odeurs du voyage, des nuances d’herbes et de terres ; il avait secoué la tête, poussé le front contre l’épaule de Joseph, effleuré sa main de sa grosse langue râpeuse, puis s’était immobilisé, tournant vers Marie ses yeux pleins de douceur. De son côté, l’âne, d’abord indifférent à tout, avait commencé par se rassasier ; après quoi, lui aussi, avait tourné la tête vers le couple, tandis que le silence de la nuit enveloppait Bethléem.
Quand l’heure du travail arriva, Joseph aida Marie à se placer ; il s’efforça de la soulager en facilitant le passage de l’enfant, coupa le cordon, essuya le nouveau-né et le donna à Marie. Au premier vagissement, celui qui déploie en bouquets bourgeonnants les délicates circonvolutions de nos bronches et les remplit pour la première fois d’un air ardent qui les stimule, le souvenir des cris d’origine remplit non seulement Marie et Joseph, mais aussi l’âne et le taureau qui reconnaissaient là comme un cri de détresse, un appel à protection. Lorsque Joseph posa l’enfant sur la vareuse entre les bêtes, celles-ci reniflèrent la petite vie nouvelle, y sentirent des odeurs de sexe et de sang, et cette évanescente fraîcheur que l’on voudrait toujours conserver entre narines et lèvre ; et ils tendaient doucement la tête en considérant le petit corps palpitant, et lançaient vers lui de délicats coups de langue.
Si le terme de naissance désigne la venue au monde du point de vue de l’action et du résultat de la parturition, le terme de nativité oublie l’acte au profit du fait et de la date, le travail au profit de la qualité et l’action au profit de l’état. Tu sauras donc que célébrant la naissance de N.S., on ne saurait mieux faire que de la nommer de sorte qu’on entende la date, la qualité et l’état. La date parce qu’elle inaugure une ère nouvelle et que notre humanité se détermine en avant et après cette date ; la qualité parce que cet événement met en lumière la sainteté de toute venue au monde ; l’état parce que désormais on ne considérera plus notre existence que comme une éternelle naissance.
Il existe trois nativités : celle de la B.V.M.., celle de Jean-Baptiste, celle de N.S.J.-C. La première est la plus merveilleuse car elle a donné au monde, par les oeuvres de la chair, un être pur et sans taches ; la deuxième est la plus émouvante, car elle est celle de celui qui vient au nom de celui qui doit venir ; la troisième est celle de J.-C. par laquelle se réalise la sainteté des deux premières et, par elles, notre sanctification.
La nativité de J.-C. proclame que notre sainteté réside toute dans la parole : conçu selon l’Esprit seul, J.-C. accomplit le miracle de l’incarnation du Verbe, signifiant ainsi que nous ne devons nos plus hautes qualités d’Homme qu’au fait d’être nés des mots, et que les mots tirent leur valeur du fait qu’ils s’inscrivent dans des êtres de chair.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP