BRIBES EN LIGNE
      cerisier station 7 : as-tu vu judas se page suivante ► page       sur les       entre page d’accueil de je déambule et suis je ne sais pas si archipel shopping, la passet li jurz, la noit est pour frédéric la visite de la fondation       la a l’aube des apaches, pour andré villers 1) madame est une torche. elle quel étonnant textes mis en ligne en       montagne       chaque “dans le dessin le 23 février 1988, il le texte qui suit est, bien nouvelles mises en paroles de chaman tu textes mis en ligne en mise en ligne textes mis en ligne en       la bernard noël, droits     les fleurs du quelque chose entr’els nen at ne pui creuser de la langue, outil (elle entretenait j’arrivais dans les tu le sais et je le vois pour daniel farioli poussant   se l’annÉe 2021 mois par page d’accueil de       o page d’accueil de bernar venet - ainsi fut pétrarque dans pénétrer dans ce jour, dans un coin de nice, page d’accueil de textes mis en ligne en août ouverture d’une les carnets éclaboussés 2 le long de l’ombre kurt schwitters. : quand les mots mis en ligne durant       enfant « h&eacut a la femme au page suivante ► page retour au texte dessiner les choses banales         textes mis en ligne en mars que nos princes et empereurs aller à la liste des auteurs quel ennui, mortel pour  si, du nouveau cent dix remarques i► cent très saintes litanies  zones gardées de page suivante ► page textes mis en ligne en mes pensées restent À peine jetés dans le     extraire  la toile couvre les cent dix remarques i► cent       fleurett retour au pdf sui generis la chaise, le châssis, le       fleur       est-ce       pour       au soir préparer le ciel i       les       ...mais textes mis en ligne en samuel chapitre 16, versets 1 par max et andré nous savons tous, ici, que       la toulon, samedi 9 les céramiques et leurs alocco peinture en laudatu sii, mi signore,     double de l’autre dans ma gorge textes mis en ligne en juin les embrassées , cantilène c’est à caminito que derniers textes mis en  tu vois im font chier page d’accueil de  hier, 17   un vendredi       le Éditeur : la diane portrait. 1255 : c’est — pense-t-on - rimbaud a donc carles respunt : il arriva que ce qu’un paysage peut       au sa langue se cabre devant le et te voici humanité toute une faune timide veille leonardo rosa ici, les choses les plus ainsi alfred… page suivante ► page lire chronogaphie (bribe 133 in the country bribes en ligne a   jn 2,1-12 : et voici maintenant quelques un nouvel espace est ouvert       le page d’accueil de page suivante ► page a) les villes abandonnées il       dans la aller à l’échange sur errer est notre lot, madame,       en     sur la pente 1- c’est dans un titre : il infuse sa stèle de la il y a des titres qui prenez vos casseroles et elle réalise des polenta retour à la recherche rossignolet tu la de pa(i)smeisuns en est venuz depuis ce jour, le site des quatre archanges que  la lancinante a) le chemin de fer 1) la    en       dans le       l’ rafale n° 4 on le chaises, tables, verres, antoine simon 12 la littérature de       neige à propos “la       les bruno mendonça avait son rafale       tourneso paysage de ta pour helmut (ô fleur de courge... paru en ce mois de juin 2021, dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.-       bâ préparer le ciel i les installations souvent, la prédication faite je t’ai admiré, madame dans l’ombre des       l’ dans l’innocence des denis roche : bernard dejonghe... depuis page précédente retour   *   libre dans le patriote du 16 mars heureuse ruine, pensait sous ces étagements liquides À propos de fata en de profondes glaouis le chêne de dodonne (i) pour michèle auer et gérard sables mes paroles vous charogne sur le seuil ce qui sommaire ► page suivante       s’     m2   page suivante ► page Éphémère du 22 juillet à la poésie, à la       sur       le long       apr&egra    tu sais oiseau tranquille au vol       fourmi&n l’ami michel   pour théa et ses effeuillage d’une feuille le lourd travail des meules textes mis en ligne en     surgi l’homme est vers les voix de l’ange j’ai ajouté la bouche pleine de bulles sous la pression des textes mis en ligne en avril textes mis en ligne en avril 1- ai-je reçu une le franchissement des il pleut. j’ai vu la « l’essentiel est toujours les lettres :       à   pour le prochain page suivante ► page parcourir les espaces ► les mots te viennent que tu présentation du outre la poursuite de la mise c’est un peu comme si, un texte venu de l’autre peinture de rimes. le texte au programme des actions aller à la bribe suivante dieu faisait silence, mais le soleil n’est pas sainte marie,       deux  les œuvres de aller vers le musicien nègre pour lee dernier vers aoi       quand la chaude caresse de sculpter l’air :  de la trajectoire de ce eurydice toujours nue à villa arson, nice, du 17 sommaire ► page de prime abord, il hans freibach : marcel alocco a       nuage       en deux  l’exposition  l’éclair me dure, i mes doigts se sont ouverts page suivante ► page et tout avait       droite à la mémoire de christian dans le monde de cette allons fouiller ce triangle je n’ai pas dit que le       voyage       à torna a sorrento ulisse torna madame a des odeurs sauvages quatre si la mer s’est si vous entendez le lac les cahiers butor sont       pourquoi       la accéder au texte en cliquant iloec endreit remeint li os quand on arrive de new-york 19 mars 2022, savigny sur d’abord trouver un titre.       un page d’accueil de sommaire ► page suivante cliquer pour rejoindre la (ma gorge est une naviguer dans le bazar de les lettres ou les chiffres fin première  je ne voulais pas       neige j’ai changé le ils sortent traversé le lieu-dit de     hélas, au centre des quartiers de sors de mon territoire. fais       bonheu       le pour accéder au recueil, art et territoire durant soudain un blanc fauche le       j’ carcassonne, le 06   (à   À léon-gontran vous êtes ■ cézanne en peinture grande lune pourpre dont les art jonction semble enfin c’est ici, me  il y a le châssis, ecrire les couleurs du monde l’évidence le phonétisme n’a-t-il pas       sur la   la production rafale n° 5 un       dans le       une       il feuilleton d’un travail sommaire ► page suivante encore une citation “tu       fourr&ea able comme capable de donner l’instant, celui qui ne ce poème est tiré du pour le prochain basilic, (la il y a des mots, mais comme cinq madame aux yeux vers ponctuations   j’ai souvent trois (mon souffle au matin page suivante ► page et toi figure le chêne de dodonne (i) les plus terribles dont les secrets… à quoi aller à la liste des auteurs     nous avions jamais si entêtanteeurydice le "patriote",       une pour sophie, magali et « non, peut-être des voix percent, racontent page suivante aller à la bribe suivante         or autre citation normalement, la rubrique du maurithuis par       sur le page suivante page karles se dort cum hume lorsque martine orsoni page d’accueil de [voir le texte de cummings voir les questions de r. le samedi 26 mars, à 15 i) dieu doit-il présenter sous ce titre inspiré de la si grant dol ai que ne suite du blasphème de a la fin   il ne resta voir document expo boltanski genre des mots mauvais genre al matin, quant primes pert cet article est paru dans le derniers textes mis en agnus dei qui tollis peccata il était question non cent dix remarques i► cent ils avaient si longtemps, si quelques autres page suivante ► macles et pour alain borer le 26 en europe enfin, c’est la régine robin,       la je suis et ma foi, ce qui fascine chez dernier vers doel i avrat, toute trace fait sens. que voir les œufs de les étourneaux ! aller au sommaire de pablo station 5 : comment "mais qui lit encore le la mort d’un oiseau.       un on peut croire que martine voir les œufs de  pour le dernier jour page suivante page je serai le pilote aux yeux la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

Espèce de conte à l’usage des enfants
Publication en ligne : 23 août 2022
Sur le net : Pascal Simonet

Cette "espèce de conte à l’usage des enfants qui veulent comprendre Pascal Simonet et des autres s’ils souhaitent le comprendre aussi" a servi de préface à l’exposition de l’artiste à Antibes en 1999.


pour Sophie, Magali et Pierre

C’était il y a bien longtemps... Un monde nouveau s’apprêtait alors à naître. Dire un monde nouveau n’est pas très juste ; ce qui naissait c’était aussi une façon nouvelle de regarder le monde. C’était à la fin du XIII° siècle ; l’art, dans des pays comme le nôtre, allait peu à peu cesser de dire l’ordre de dieu, pour, peu à peu, figurer les objets et créatures du monde. Peu à peu les ciels des tableaux allaient perdre la feuille d’or et devenir bleus... et, plus encore, peu à peu, allaient se charger de nuages... Peu à peu, le monde apparent allait s’inscrire dans la peinture des artistes, avec ses montagnes, ses villes, ses animaux, sauvages et domestiques, ses hommes et ses femmes, plus ou moins beaux, plus ou moins pauvres, plus ou moins jeunes, avec aussi ses arbres, ses herbes, ses fleurs, ses guerres, ses amours, ses palais et ses maisons, ses intérieurs, plus ou moins intimes, plus ou moins modestes, avec des tables plus ou moins garnies...
Le monde des hommes.
Je m’en souviens comme si c’était hier... Il y avait alors un homme... A vrai dire on le croyait alors un peu fou... qui s’était mis en tête de parler à toutes les choses du monde d’alors : les oiseaux et les poissons, les autres hommes... Il s’adressait aussi bien au soleil et à la lune, aux étoiles, à l’eau, à la terre et au feu... Et il disait ainsi aux autres hommes que notre monde mérite qu’on le considère, qu’on en parle, qu’on lui parle, que nous sommes si proches de ces bêtes et de ces choses, que nous avons tellement besoin d’elles, que nous devons apprendre à vivre avec elles, à les aimer, peut-être même... ou à les rendre aimables.
Oui, c’est comme si c’était hier... Il s’appelait François. Vivait dans une ville italienne appelée Assise.Vous avez peut-être entendu parler de lui:Saint François d’Assise. Et la légende dit qu’il avait même longuement discuté avec un loup -vous savez que la plupart des gens pensent qu’un loup c’est forcément féroce- et qu’il avait conclu un pacte avec lui pour faire la paix, pour que le loup puisse vivre en bonne intelligence avec les habitants de la région. Vous comprenez, bien sûr, que ce loup représente tout ce qui nous fait peur et que la légende de saint François nous dit qu’il faut apprendre à regarder notre monde comme il est et à apprivoiser nos peurs.

Bien, me dites vous, mais pourquoi nous parles-tu de tout ça ? Et qu’est-ce que ça a à voir avec ce que fait Pascal Simonet ? Parce que, si on a bien compris, tu devais nous parler de Pascal Simonet, non ?

++++

Bien sûr, bien sûr... Je dois parler du travail de Pascal Simonet. Et c’est un peu de ça que je parle. Voyez vous, aujourd’hui, comme il y a bien longtemps, un monde nouveau est en train de naître, et nous avons besoin d’une nouvelle façon de de regarder ce monde. Oh, il n’est pas toujours agréable à regarder ce monde, ni toujours aimable, je suis bien d’accord, il est plein de loups, si vous préférez. Tenez, prenez les objets par exemple. Un peu, c’est bien, mais il y en a tant, dans nos pays, qu’ils nous étouffent. ça fait des empilements monstrueux dans nos supermarchés ; nos maisons en sont pleines, ça nous cerne, ça remplit nos rêves (parce que nous rêvons de les posséder tous), mais ça remplit aussi nos cauchemars (parce que nous avons peur que cette avalanche de possession nous tue).

Et il n’y a pas que les objets des supermarchés, il y a ceux de nos villes, et des routes qui relient nos villes. Il y a ces grands loups qui mangent tant de vies innocentes, ces grands responsables de douleur et de mort : les déplacements, les automobiles, les routes, les autoroutes... Nous savons bien que nous avons besoin de tout ça... Mais en même temps, ça nous inquiète beaucoup. Voyez la moindre route... Si vous avez déjà vu goudronner un chemin de terre et de pierre vous savez combien c’est terrible : la terre étouffe, là-dessous, on le sent bien... D’ailleurs plus rien ne pousse. L’eau même ne peut plus y pénétrer. La route bitumée : comme une longue pierre tombale qui écrase la terre.

L'objet du fait divers, 1999, 123x85x48

En plus, tout ça, ça fait du déchet, ça se jette, ça ne se recycle pas forcément. Que ferons-nous des carcasses de nos voitures, et des rambardes enfoncées de nos autoroutes ? Que ferons nous des cadavres imputrescibles de tous nos objets ? Et comment arriverons nous encore à regarder nos herbes et nos plantes, nos racines et nos arbres ? Comment garderons-nous, malgré tout, le goût des aloès, la saveur des agaves, la couleur lourde des oliviers et l’odeur entêtante des palmes ?

Et Pascal Simonet ? me dites vous encore...

++++

Chair de poule, 1998 - 80x65x130

Eh bien, c’est toujours de lui que je vous parle ; et c’est tout simple, écoutez. Pascal Simonet est un de ces artistes qui ne nous dit pas le monde qui fut ou un monde idéal. Non, il va parler au monde tel qu’il est, et aux choses du monde telles qu’elles sont aujourd’hui. Et il s’adresse aux pneus de nos voitures, aux tables de nos jardins et de nos cafés, aux souffleries, aux poteaux, aux lanternes de nos villes, pour nous dire que notre monde mérite qu’on le considère, qu’on le regarde ; que, bien sûr, nos objets ne sont pas toujours jolis, jolis, mais nous avons tellement besoin d’eux, et nous sommes si proches d’eux, et, c’est terrible à dire, ils nous ressemblent tellement !
Et même, ils ressemblent tellement à tout ce qui nous fait rêver. Alors, Pascal Simonet nous les montre comme nous ne les avions pas encore vus : voyez comme l’image de ce pneu éclaté hésite entre le souvenir d’une peau de lézard ou de crocodile et celui d’une belle plante endormie. Voyez comme cette branche, ou cette fleur, dessinent la forme des lampadaires de nos villes, comme une enseigne peut devenir un livre de poèmes. C’est un peu comme dans ce poème de Prévert où l’on voit, dans une salle de classe, le crayon qui redevient arbre, la craie qui redevient falaise ou la plume qui redevient oiseau... Et ce n’est pas seule légende de dire que Pascal Simonet va chercher à apprivoiser ces objets de nos grandes peurs. Tous ces loups qui risquent de nous dévorer.

A 8 , 1992 - 75 x 40

Mais voyez vous, il ne dit pas non plus que l’objet industriel est plus beau ou plus laid que l’objet naturel, il ne dit pas non plus tout à fait comme Prévert.... Parce que Pascal Simonet ne fait pas disparaître le crayon, la craie ou la plume : à la place de Prévert, il aurait mis la plume à côté de l’oiseau : c’est ça, sans doute, de parler aujourd’hui, aux choses de ce monde, c’est de faire circuler des images et des rêves entre ce que nous appelons "la nature" et nos objets industriels, c’est de les mettre en communication, de les faire dialoguer. J’imagine bien ce que pourrait nous dire Pascal Simonet :

Cicatrices 1 , 1988, 136x50x21

"Rendons nos objets à leurs origines, aux images qu’ils portent en eux : elles sont aussi les nôtres ; rendons le pot de fleur à la terre et aux plantes qui l’ont fait naître et lui ont donné forme ; l’extracteur d’air aux grands vents qui l’inspirent et aux cris des mouettes aux bords des plages ; les pneus aux monstres dont ils ont adopté la mue ; et rendons la grâce et le chant à tous les végétaux qui bleuissent la terre."

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP