BRIBES EN LIGNE
rafale textes mis en ligne en mai madame déchirée dans ma gorge les petites fleurs des page suivante ► page traversé le lieu-dit de page suivante ► page page suivante ► page voir les œufs de raphaël monticelli 30 juin quand il voit s’ouvrir, alain lestié, gravure       la violette cachée ton deuxième essai       m’       "j& cent dix remarques i► cent page suivante page 1 la confusion des patrick joquel vient de     les fleurs du       l’       le "ces deux là se       fourr&ea max charvolen, martin miguel page d’accueil de       ç pour bruno charlotte, in alla lingua lingua madre bernar venet - torna a sorrento ulisse torna page suivante ► page toutes sortes de papiers, sur la visite de la fondation pour michèle gazier 1) j’ai travaillé le numéro exceptionnel de quand c’est le vent qui (vois-tu, sancho, je suis page d’accueil de "le renard connaît écrire comme on se       au etait-ce le souvenir "a cannes, propos de table on peut croire que martine     quand basile       que de mieux valait découper      & (ô fleur de courge... le geste de l’ancienne, cliquer sur l’icône polenta sommaire des mises en le plus insupportable chez page d’accueil de antoine simon 25 les cahiers butor sont rossignolet tu la il ne s’agit pas de la rencontre d’une ouverture d’une       pour accéder au texte, dans un clignement de le phonétisme n’a-t-il pas sauver la vie c’est ne   la baie des anges couleur qui ne masque pas elle disposait d’une madame est une torche. elle tant pis pour eux. sommaire des contributions 1- c’est dans textes mis en ligne en juin in the country vous avez aux george(s) (s est la page suivante ► page glaciation entre il existe deux saints portant       à petit matin frais. je te clere est la noit e la madame aux rumeurs       " page précédente retour les carnets éclaboussés 1       je fais sommaire des contributions dans les hautes herbes i mes doigts se sont ouverts page suivante ► page il nous aura laissé le chêne de dodonne (i) cent dix remarques i► cent       maquis me À perte de vue, la houle des       le       ( j’aime chez pierre mis en ligne durant lors de la fête du livre  la lancinante     faisant la depuis ce jour, le site textes rÉunis sous un titre       l’ antoine simon 30 sainte marie, voir les bifaces de b.  je ne voulais pas dans le patriote du 16 mars sequence avant propos la peinture est j’ai donc journée de kurt schwitters. : pour nicolas lavarenne ma un homme dans la rue se prend la bouche pleine de bulles les photos et archives et ma foi, samuel chapitre 16, versets 1 comme une suite de si vous entendez le lac paysage de ta       qui       en dernier vers aoi       reine page suivante ► page dans l’herbier de ses  pour de pas une année sans évoquer       banlieue       les pour écouter ce moment de dimanche 18 avril 2010 nous mult est vassal carles de page suivante ► page page suivante ► page passet li jurz, si turnet a j’aurai donc vécu sur la vie est dans la vie. se ++++ il y a, dans mon       sur la agnus dei qui tollis peccata page suivante ► page pas sur coussin d’air mais page d’accueil de   anatomie du m et la strada n° 27, textes mis en ligne en août raphaËl paroles de chaman tu bel équilibre et sa accoucher baragouiner la réserve des bribes       apparu   les quatrième essai de rafale n° 4 on le marcel alocco a       pass&eac du bibelot au babil encore      & maintenant il connaît le et…   dits à bernadette page suivante ► page cher.e.s ami.e.s vous pouvez page d’accueil de rare moment de bonheur, « pouvez-vous       dans le en cet anniversaire, ce qui pour robert la prédication faite       sur les 13) polynésie page d’accueil de sommaire ► page suivante sommaire ► page suivante {{}} on trouvera la       sur le nice, le 8 octobre haut var ► trois petits l’annÉe 2022 mois par dernier vers aoi le long de l’ombre on a cru à suite du blasphème de  le livre, avec dernier vers aoi page suivante ► page le tissu d’acier c’est vrai régine robin, premier vers aoi dernier       dé je serai le pilote aux yeux antoine simon 20 je n’aime pas ce monde. préparer le ciel i noir d’en bas ► un pour michèle auer et le dit du guide de le galop du poème me page suivante ► page l’odeur de ce sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante carcassonne, le 06 où l’on revient bernard noël, un nous de sommaire ► page suivante d’abord trouver un titre. ce jour-là il lui 1 les morceaux de nuit se nu(e), comme son nom textes mis en ligne en mai rafale n° 6 just do un texte que j’ai effeuillage d’une feuille attendre. mot terrible. je suis quelque chose       ...mais al matin, quant primes pert       nuage       force       un À peine jetés dans le page suivante ► page page suivante ► page       deux encore une citation “tu       à normalement, la rubrique "ah ! mon doux pays, ce texte m’a été la fraîcheur et la aller au sommaire de pablo   né le 7 voir les œufs de il arriva que   j’ai souvent derniers textes mis en sommaire ► page  avec « a la la difficile question des eloge de la boite aux ► les mots du désir à accéder à l’article dernier vers aoi quelques autres dernier vers aoi station 5 : comment a la femme au un texte que j’ai       sur le aller à la liste des auteurs bruits de langues. en rester il était question non sites de mes bribes en ligne a       au       gloussem chère florence  hier, 17 sommaire ► page suivante pourquoi yves klein a-t-il sommaire ► page suivante biboon. plus qu’une saison. cet article est paru rafale il en est des noms comme du  la toile couvre les « non, peut-être  l’entretien lire chronogaphie (bribe 133  pour le dernier jour sept (forces cachées qui sous ce titre inspiré de la béatrice machet vient de madame des forêts de il faut aller voir le lourd travail des meules       rampant voir les œufs de a propos d’une lire la réponse de michel       nuage nous lirons deux extraits de je rêve aux gorges elle réalise des (de)lecta lucta   carles respunt : le slam ? une ruse de j’ai changé le     sur la pente normal 0 21 false fal a) les villes abandonnées il dernier vers aoi noble folie de josué,       avant outre la poursuite de la mise sommaire des       le autre citation mon cher pétrarque, sommaire ► page suivante rafale n° 7 un diaphane est le       dans textes mis en ligne en juin textes mis en ligne en très saintes litanies quelques photos début de la mise en ligne de cent dix remarques i► cent tu le sais bien. luc ne petits rien 4 et 5 (env. 7cm rafale la danse de page précédente le café À propos de fata en  au travers de toi je l’évidence peinture de rimes. le texte Éléments - il n’est pire enfer que page suivante ► page le chêne de dodonne (i) les terrasses abandonnées le bulletin de antoine simon 26 pour sophie, magali et pour accéder au recueil,       au présentation du projet retour à la recherche comment entrer dans une aller à la liste des auteurs dans un coin de nice, qui d’entre nous ce je sais bien ce qu’il pour accéder au pdf, baous et rious je suis c’est ici, me dans les carnets deux mille ans nous       l’ un verre de vin pour tacher (ma gorge est une       pav&eacu si grant dol ai que ne à la bonne commençons donc par introibo ad altare en 1958 ben ouvre à très malheureux... embrasement du mantra gore cliquer sur le titre pour antoine simon 23 l’instant criblé un texte venu de l’autre ils s’étaient       la dernier vers doel i avrat, pour andré la lecture de sainte page suivante ► page inoubliables, les   iv    vers       au soir village de poussière et de   est-ce que       soleil aller à la bribe suivante page suivante ► christ a voir aussi boltanski galerie ] heureux l’homme sommaire des contributions les premières la parol

Retour à l'accueil

MICHEL DIAZ

Comme une porte au vent
© Michel Diaz
Publication en ligne : 21 juin 2022
Clefs : 2022 , prose poétique

À Alessandra Pizarnik


« C’est contre la mort que j’écris comme on écrit contre un mur. »

Alain Borne, La nuit me parle de toi


« J’écris contre la peur. Contre le vent et ses serres qui se logent dans mon souffle. »

Alessandra Pizarnik, L’Enfer musical

++++

tu es née sur un signe de la lumière qui partage toujours avec nous tes moissons, une lumière de feu triste où le jour se consume, celle-là qui furtivement s’apitoie, au pied des murs blessés, sur les pauvres herbes qui s’opiniâtrent

parfois ton corps s’éclaire de l’intérieur et souvent s’obscurcit comme fume une lampe, sans cesser de parler sa langue silencieuse en mots qui viennent de si loin, patiemment tracés à la craie sur le tableau noir de tes veilles

chuchotant toujours la question : où trouver le lieu du passage, le cœur même de ton désir, ce désir dont personne n’a la couleur ?

++++

tu ne fus qu’illicite incursion, ailée de vents contraires mais sans supplications adressées aux dieux sourds qui hantent la pénombre, une aveugle incursion qui ne fut rien que vilain temps aux vitres froides de l’enfance

depuis lors, tu ne sus jamais regarder le soleil fixement, chaque nuit s’achevant en lagune dans les radoubs de l’aube

tu luttais pourtant à lèvres blessées contre la fatalité des bourrasques, les portes qui battaient au vent, et la caravane indigente des rêves t’enseigna peu à peu à pétrir le pain de ta parole– qui avait goût de cendre, la soupe de tes soirs la lenteur du silence et des larmes, et souvent tes mains frissonnaient dans l’eau grise du temps

++++

il ne suffisait pourtant pas d’épeler son feuillage pour sentir le vent vert féconder l’olivier, ni d’emprunter leurs bracelets aux pluies pour mûrir dans la chair des saisons

un seul fil d’amitié te rattachait au monde, un fil ténu ténu mais opiniâtre que la soif séchait à tes joues

– mais te tournant toujours, te retournant, entre le oui le non roulés sur la litière des questions, spasmes d’amour sueurs d’angoisses, payant tribut au sang qui rince le lichen d’une longue insomnie incrustée dans la pierre des nuits

fenêtre aveugle où vit collé un front meurtri, un poumon hésitant, une bouche quêteuse de la moindre lueur d’aurore, quelque chose pleure dans l’air

++++

il ne faut plus que tu aies peur puisque, je sais, ton cœur peut aussi battre à l’aise derrière le seul arbre de tes doigts qui ont pour bagues l’horizon

puisque pareille à la rivière tu charries encore, sombre et tremblante, cette clarté de sable fin et pur comme une tresse de soleil enlacé à sa propre brûlure

que l’air pesant sur tes épaules se rappelle ta voix de saule nu dont les mots, l’autre côté de la nuit, s’éparpillent en gouttes de sel

++++

pensant à toi, je pense aussi à une flamme grave, lys de la barque des morts, devenue lys et flamme brillant dans le sommeil des flammes telle une lampe de nuages

et qui, sinon le feu de cette lampe, aux liseraies de tes poèmes veille en silence dans les nœuds d’un cœur nourri aux très nocturnes sources d’une lumière déchirée ?

++++

tu vécus ici-bas, comme on boit lentement un poison, le cœur empli de fleurs tragiques, une main serrée sur la gorge, avec ce goût d’écume verte, ne savais de tes jours qu’une peur lumineuse, et cette voix qui t’entraînait vers l’autre rive

souffle toujours en équilibre entre la transcription des sédiments de la mémoire et la trace en perpétuelle expansion de cette incurable douleur, une éclisse au genou du temps, avec la nuit devant, toute la nuit derrière, la nuit dans la poitrine, chemin d’une inconsolation qui creuse sous la neige et marche vers la mer

tu n’appartenais tout simplement pas à ce monde, habitais la lune avec frénésie, ne voulais qu’apprendre à dormir dans la calme respiration d’un animal qui rêve, sous un drap qui tombe en poussière, regardant tes yeux esseulés

++++

c’était chemin de craie que la mémoire sous les pieds dérobe, sans cesse renaissant, comme un pont dévorant le vide confondrait la première et l’ultime enjambée de ses arches, comme crépuscule et aurore sont à jamais la même nuit

chemin de cendre, de sable de velours de ronces, une ombre nous précède qui nous tient au bout de sa chaîne

et l’on a froid sous l’arbre de son sang, et l’on jette ses mots vers le ciel comme une bague au fond d’un puits

et l’on couche son cri dans le dortoir des feuilles, et l’on voudrait enfouir son souffle dans un nœud d’oiseaux endormis, au creux même de sa présence, les yeux écarquillés sur la blancheur du rien

++++

la nuit, te disais-tu, est le seul mot que rien n’érode, l’espace d’une errance aux obscures frontières

un silence où l’on mange sa bouche, où l’on boit son regard, où l’on pose ses nerfs, où l’on patauge dans sa bourbe, où l’on s’avance à reculons dans un présent au cou tranché, où l’on s’embaume dans l’absence et dans l’oubli du devenir

je ne sais quoi de pâle, un nom saigné aux quatre veines, une ride poudreuse, un rire déserté

car le chemin de l’écriture est chemin dans la mort

++++

se taire, seulement te taire, ainsi qu’un arbre défeuillé se penche vers le fleuve, toujours plus bas, pour se perdre dans son image et que les oiseaux rament, à flanc de crépuscule, traînant la chanson triste de leurs ailes dans la pluie

être de ce lointain, habité, habitable, qu’est la transparence de son visage

épouser à jamais le silence, comme une corde brusquement tendue suspend l’éclat trop tapageur d’une ronde inutile

++++

tu es morte sur un ordre de ta raison, à l’oblique d’un soleil froid, ne trouvant qu’en lui seul ta propre justification

nous laissant sur le bord de tes lèvres un baiser de salive sèche, un éclat de parole brisée, une adresse illisible et une clé rouillée

une question posée sur ton silence comme un document de douleur où le vent abandonne, ténue, la réponse indécise des feuilles de l’automne

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?