BRIBES EN LIGNE
rêve, cauchemar, li quens oger cuardise bernard noël en débat et voici maintenant quelques       l’ une errance de 1 2 3&nbs passet li jurz, la noit est station 1 : judas traquer « amis rollant, de  ce mois ci : sub éphémère du 2 page d’accueil de       le       deux le film sur annie sidro et le 1 2 3&nbs la question du récit histoire de signes . page d’accueil de 1 2 3&nbs d’abord trouver un titre. sauvage et fuyant comme       la quatre si la mer s’est attention beau la brume. nuages les grands branches lianes ronces     double <script     page suivante ► page 1- c’est dans nous serons toujours ces page suivante ► page page suivante ► page dernier vers aoi sur la toile de renoir, les     &nbs pour bruno charlotte, in page suivante ► page mais jamais on ne  l’entretien l’impression la plus       "j& textes mis en ligne en mai bribes en ligne a démodocos... Ça a bien un mult ben i fierent franceis e jamais si entêtanteeurydice on peut croire que martine suite de de tantes herbes el pre huit c’est encore à exode, 16, 1-5 toute 1 2 3&nbs edmond, sa grande le corps encaisse comme il sous ces étagements liquides       l’ sommaire ► page suivante 1 2 3&nbs cent dix remarques i► cent madame 1 madame est la cet article est paru ce n’est pas aux choses présentation du projet etait-ce le souvenir page suivante ► page       fourmi&n quand on arrive de new-york       dans la vue à la villa tamaris       dans le textes mis en ligne en difficile alliage de   que signifie       dé       " aller à la bribe suivante ecrire, la vie en dépend,       sur le allons fouiller ce triangle 1 2 3&nbs madame porte à les photos et archives antoine simon 3 pluies et bruines, comment le chêne de dodonne (i) le thème “dans le dessin quatrième essai de page suivante ► page À l’occasion de c’était une très jeune qui d’entre nous cliquer pour rejoindre la  si, du nouveau nous dirons donc al matin, quant primes pert dernier vers aoi retour au texte cet article est paru dans le la musique est le parfum de et si au premier jour il haut var ► brec et   riche de mes préparer le ciel i nous serons toujours ces granz fut li colps, li dux en derniers vers sun destre percey priest lake sur les reflets et echos la salle outre la poursuite de la mise j’aurai donc vécu sur   d’un coté, au centre des quartiers de dans l’innocence des cher.e.s ami.e.s vous pouvez       une c’est une sorte de clers fut li jurz e li c’est ici, me je ne sais pas si « tu sais ce que       il rafale n° 9 un     ton plaisir       le long soudain un blanc fauche le page suivante page suivante ► page ainsi fut pétrarque dans tout en vérifiant j’ai donc approche d’une année 2018 ► année 2020   encore une le chêne de dodonne (i) page suivante ► voici donc avec marc, nous avons       " samuel chapitre 16, versets 1 rafale n° 4 on le 1 2 3&nbs vers le sommaire des recueils 1 2 3&nbs passent .x. portes,   on n’est derniers textes mis en 1 2 3 en 0- souviens-toi. sa   pour théa et ses de profondes glaouis   anatomie du m et sequence       l’ pour helmut pour michèle gazier 1 art jonction semble enfin iloec endreit remeint li os page précédente retour d’ eurydice ou bien de si tu es étudiant en pour frédéric langues de plomb a la cliquez sur l’icône dernier vers aoi et encore   dits viallat © le château de troisième essai si elle est belle ? je (elle entretenait today i eat my la prédication faite   ces notes page suivante ► page    il certains prétendent toulon, samedi 9 mélodie page suivante ► page à yvon quand une fois on a antoine simon 5 du bibelot au babil encore a - preliminaire prenez 3 1 2 3 1- ai-je reçu une       dans le 1 2 3&nbs baous et rious je suis pour accéder au texte, je déambule et suis vos estes proz e vostre       &  les premières agnus dei qui tollis peccata j’ai changé le aux george(s) (s est la il n’est pire enfer que antoine simon 16 le lourd travail des meules la gaucherie à vivre, textes mis en ligne en août madame déchirée       la marie antoinette  née à ces estampes illustrent le page suivante ► page         avant même de commencer, pour marcel est-ce parce que, petit, on village de poussière et de à la bonne ….omme virginia par la quando me ne so itu pe       " 1. il se trouve que je suis la force du corps, je voudrais voir les arbres À propos de fata en       la en cet anniversaire, ce qui cent dix remarques i► cent       apr&egra vers le sommaire des recueils page d’accueil de dernier vers aoi   à propos des grands voir document expo boltanski se reprendre. creuser son abu zayd me déplait. pas page suivante ► page 1 2 3&nbs mise en ligne d’un  l’écriture       aux aller à l’échange sur page suivante ► macles et de nouvelles mises en iigne, on cheval le plus insupportable chez éphémère du 6 octobre pour qui veut se faire une frères et premier vers aoi dernier non, björg, s’il pour accéder au texte au un verre de vin pour tacher commençons donc par le      & récapitulatif lieux et pour accéder au pdf, aller à la bribe suivante je serai toujours attentif à antoine simon 33 aller à la bribe suivante 1.- les rêves de       dans la le dernier recueil de aller à la bribe suivante       baie face aux bronzes de miodrag       mé       droite cliquetis obscène des "le renard connaît tromper le néant madame dans l’ombre des voici quelques années, voir les bifaces de b. (dans mon ventre pousse une 1) notre-dame au mur violet derniers textes mis en je suis occupé ces immense est le théâtre et présentation du projet      & le lent tricotage du paysage « h&eacut 1 2 la strada 1254 : naissance de rafale n° 3 des       vu les       la les textes mis en ligne page suivante page    de femme liseuse tes chaussures au bas de cent dix remarques i► cent l’heure de la page précédente ► page   jn 2,1-12 : moi cocon moi momie fuseau quel étonnant ce qui importe pour (vois-tu, sancho, je suis (la numérotation des page d’accueil de jusqu’à il y a il arriva que       enfant  il y a le châssis, au matin du depuis ce jour, le site       j’       qui page suivante page les cuivres de la symphonie antoine simon 11       assis lancinant ô lancinant antoine simon 32 j’pense à toi bruno 1 2 3&nbs page suivante ► page dernier vers aoi ils sortent un survol de l’annÉe un jour nous avons rien n’est plus ardu retour à la recherche voir l’essai sur       devant "a cannes, propos de table 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs       allong&e page suivante ► page marcel alocco a l’appel tonitruant du aller à la bribe suivante il en est des meurtrières. dernier vers aoi       le deuxième suite  je ne voulais pas nice, le 8 octobre page d’accueil de on croit souvent que le but rafale       la       apparu  monde rassemblé et nous n’avons rien grant est la plaigne e large     oued coulant autre petite voix tous ces charlatans qui nous lirons deux extraits de page précédente retour un temps hors du page suivante ► page hans freibach : toute trace fait sens. que elle dit la main qui fut le       é pur ceste espee ai dulor e le chêne de dodonne (i) « voici présentation du projet le géographe sait tout dentelle : il avait dans le train premier 1 2 3&nbs       ruelle dessiner les choses banales ce dans le patriote du 16 mars pour michèle       sur le violette cachée ton aller à la liste des auteurs arbre épanoui au ciel pour jacky coville guetteurs l’ami michel    7 artistes et 1 aller à la bribe suivante (ô fleur de courge... a claude b.   comme une noble folie de josué, me antoine simon 30 elle réalise des je suis bien dans n’ayant pas petites proses sur terre cliquer sur l’icône la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LE JOURNAL INTERMITTENT /

RAPHAËL MONTICELLI

Journal intermittent, décembre 2001

/ article dans revue

Artiste(s) : Thupinier

Le journal intermittent est né en 2001. Pour des raisons professionnelles, j’avais quitté la présidence de l’association des amis de l’Amourier, laissant la place à Alain Freixe. Les amis m’ont alors demandé de garder une présence dans l’association, par exemple en intervenant dans le Basilic, la gazette de l’association. J’ai alors proposé l’idée d’un « journal » que je tiendrais à leur demande quand la place le permettrait dans le Basilic.
C’est ainsi qu’aujourd’hui encore, de façon intermittente, à leur demande, je poursuis ces petites interventions.
Je reprends toutes ici, dans l’ordre chronologique... Et comme leur forme et leurs sujets correspondent à l’esthétique des Bribes, je les place dans cette rubrique...

(On peut consulter tous les numéros du Basilic à l’adresse https://www.amourier.fr/gazette-basilic/)


Petit souvenir d’école
J’avais cinq ou six ans, je devais être au cours préparatoire... notre instituteur nous avait distribué des gabarits en carton de la carte de France... Là, parmi d’autres informations que j’ai oubliées, en gros caractères, s’inscrivait la phrase suivante :
“Enfant, voici ton pays...”
Ne parlons ni de mon trouble de petit Italien, ni de mes discussions avec le maître, ni de mes vaines recherches
pour trouver, en Italie, une carte analogue.
Il m’est resté ce rêve de donner à tous les enfants d’Hommes des cartes analogues et qui leur diraient aussi précisément : “ Enfant, voici toutes les œuvres du monde, elles sont à toi, voici tous les livres qui ont été écrits, ils t’appartiennent. ”
Il m’est resté ce rêve, et il ne me quitte jamais...

À propos de Légendes de Martin Winckler
Depuis le 1er septembre, et jusqu’à la fin février, Martin Winckler tient le “ feuilleton ” des éditions P.O.L., que vous pouvez retrouver à l’adresse suivante : des éditions [1] Ce feuilleton se présente comme une autobiographie qui explorerait la vie de l’auteur en passant par les vecteurs de “légendes” : de la photo de famille aux séries B de la télévision en passant par la bande dessinée, le cinéma, les événements, familiaux ou collectifs... Je suis pris par des sentiments fort divers en suivant ce feuilleton... Mais peu à peu se dessine une œuvre qui peut-être donne une forme nouvelle au genre de l’autobographie et qui, à coup sûr, est en train de changer le statut de ce que l’on appelle la culture populaire. En tout cas, ça vaut le coup. Allez-y voir !

À propos de l’exposition de Gérald Thupinier au MAMAC de Nice, jusqu’au 20 janvier 2002.
Petit à petit le musée de Nice expose les peintres qui travaillent à Nice, même s’ils ne sont pas répertoriés, estampillés, classés...
L’exposition de Gérald Thupinier est impressionnante. Il est rare de se retrouver face à un ensemble d’œuvres aussi “présentes” et qui – paradoxalement ?– questionnent aussi violemment la disparition, ou l’évanescence... Un petit critère psycho-physique personnel : quand je regarde les œuvres de GT dans le musée, j’ai l’impression de flotter. C’est une impression analogue à celle que connaît, parfois, le rêveur. Je sais alors que cela signifie que ce n’est plus l’espace physique dans lequel j’évolue qui me sert de référence – ce n’est donc plus le sol sur lequel je pose mes pieds – mais l’espace de l’œuvre exposée...

À propos du bâtiment de la nouvelle médiathèque de Nice à vocation... régionale, dit “la tête au carré”. Imaginez ça... Il n’y a plus d’oreilles, plus de narines, plus de bouche, plus d’yeux, plus de crâne, plus de cerveau. Rien ne peut plus entrer ici. Rien ne peut plus en sortir. Il ne resterait plus que ce fameux mouvement de menton, assez mou malgré tout... Moi, ça me fait froid dans le dos...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Notes

[1je n’ai pas retrouvé cette rubrique sur le site des éditions POL (note d’avril 2022)

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP