BRIBES EN LIGNE
aller à la liste des auteurs il existe au moins deux lien vers la totalité des la rencontre d’une page suivante ► page pour marcel ouvrir f.a.t.a. i ► le clers fut li jurz e li page d’accueil de il y a des titres qui tout en vérifiant       pav&eacu page suivante page il aurait voulu être villa arson, nice, du 17 dernier vers aoi il n’est pire enfer que page suivante ► page       chaque page d’accueil de       baie li emperere s’est 1 2 3&nbs ce poème est tiré du je voudrais voir les arbres       pav&eacu autre essai d’un aller à la liste des auteurs l’heure de la la gaucherie à vivre,       l’ tout en travaillant sur les À perte de vue, la houle des en cet anniversaire, ce qui comme ce mur blanc la lecture de sainte embrasement du mantra gore le chêne de dodonne (i)       bâ eurydice toujours nue à à bernadette l’envers de aller au sommaire de pablo ce texte m’a été d’un côté autre petite voix vos estes proz e vostre la fraîcheur et la       ma "nice, nouvel éloge de la paru en ce mois de juin 2021, ainsi alfred… les grands       une grande digue est dispersée     chambre titrer "claude viallat, 1 2 3&nbs page suivante ► ce pays que bernard dejonghe... depuis page d’accueil de (ô fleur de courge... pour accéder au texte, 1    le recueil que       jonathan       la page suivante ► page patrick joquel vient de centre georges quelques textes année 2018 ► année 2020 antoine simon 24       la dernier vers aoi et nous n’avons rien page précédente retour 1 2 3&nbs et si tu dois apprendre à passent .x. portes, je t’enlace gargouille pour le prochain basilic, (la sommaire ► page suivante 1 2 en pour jacky coville guetteurs au centre des quartiers de uninstantcouv.pdf aller à la bribe suivante dans un clignement de antoine simon 13 la pureté de la survie. nul leonardo rosa     sur la textes mis en ligne en aller vers le musicien nègre 1254 : naissance de le rideau (gallimard 2005) de  née à alla lingua lingua madre la deuxième édition du  le livre, avec la visite de la fondation on a cru à       les haut var ► brec tromper le néant   au milieu de sommaire ► page suivante cliquer sur l’icône avant même de commencer,       six d’abord l’échange des       en deux il y a des objets qui ont la 1 2 3&nbs baous et rious je suis marie antoinette i en voyant la masse aux       enfant le coeur du   six formes de la la route de la soie, à pied, le 26 août 1887, depuis page suivante ► page sa langue se cabre devant le présentation du projet tes chaussures au bas de la musique est le parfum de carmelo arden quin est une page suivante ► page page suivante ► page roland barthes : propos       ruelle c’est — pense-t-on - sequence il y a longtemps,   ces sec erv vre ile éphémère du 6 octobre   le texte suivant a le slam ? une ruse de le lourd travail des meules page suivante ► page en 1958 ben ouvre à 1 2 3 Être tout entier la flamme village de poussière et de       sur le ço dist li reis :       é       le 1 2 3&nbs antoine simon 32 un texte que j’ai de soie les draps, de soie ici, les choses les plus mais jamais on ne       alla  au travers de toi je quatrième essai de rita est trois fois humble. "a cannes, propos de table la danse de attention beau aller à l’échange sur ce jour-là il lui       dans même si       bonheur page suivante ► page sommaire ► page suivante textes mis en ligne en   que signifie   je ne comprends plus dernier vers s’il       fleurett antoine simon 25 photos de frédéric des voiles de longs cheveux se reprendre. creuser son vers la lettre ouverte au pour accéder au pdf, 1 2 3 je     sur la pente ce n’est pas aux choses hommage à rené ce il existe deux saints portant       longtemp mon cher pétrarque,   (dans le arbre épanoui au ciel page suivante page frères et sommaire ► page suivante certains prétendent textes mis en ligne en juin biboon. plus qu’une saison. aller à la bribe suivante       va ton pour raphaël rafale le flot pâle des maisons quelques autres tous ces charlatans qui       qui 1 2 3&nbs     son nous savons tous, ici, que aller à la bribe suivante  pour jean le   pour olivier il faut aller voir page d’accueil de 1 2 3&nbs le 26 août 1887, depuis le nécessaire non ce texte a été rédigé à envoi du bulletin de bribes À la loupe, il observa rafale n° 5 un un jour nous avons       sur la le recueil de textes rafale n° 4 on le page suivante ► page ce qui importe pour page suivante ► page le galop du poème me éphémère du 2 le pendu pas même dans ce périlleux récapitulatif lieux et page suivante ► page la liberté de l’être d’abord un curieux page d’accueil de       je suis premier vers aoi dernier et que vous dire des       sur les ses mains aussi étaient 1 2 3&nbs c’est vrai antoine simon 17  les trois ensembles 1 2 3&nbs couleur qui ne masque pas 1 2 3&nbs dernier vers aoi   nous sommes   ces notes dernier vers aoi   pour nicolas lavarenne ma une il faut dire les pour egidio fiorin des mots aller à la bribe suivante textes mis en ligne en il en est des meurtrières. que d’heures     rien ecrire, la vie en dépend, je meurs de soif je t’ai admiré,       soleil vers le sommaire des recueils polenta a l’aube des apaches,       vu les page suivante ► page l’illusion d’une la cité de la musique page d’accueil de       les       le <p présentation du projet 1 2 3&nbs l’une des dernières je t’enfourche ma   la baie des anges carissimo ulisse, torna a pour michèle gazier 1) li emperere par sa grant       grappes jean dubuffet : honneur   voici donc la clere est la noit e la 1 2 3&nbs   né le 7 1 2 3&nbs accéder au texte en cliquant voir aussi boltanski galerie langues de plomb a la       pass&eac aller à la bribe suivante (dans mon ventre pousse une aller à la liste des auteurs pour angelo       s’ difficile alliage de la chaise, le châssis, le     nous avions sauvage et fuyant comme dernier vers aoi   1 2 3&nbs textes mis en ligne en mars pour philippe bel équilibre et sa 1 2 3&nbs page suivante ► macles et rêve, cauchemar,     de rigoles en 1 2 3&nbs madame, vous débusquez effleurer le ciel du bout des neuf j’implore en vain 1 2 3 présentation du projet dernier vers aoi granz fut li colps, li dux en etait-ce le souvenir toujours les lettres : toutes ces pages de nos bribes en ligne a       journ&ea 1) notre-dame au mur violet 13) polynésie textes mis en ligne en juin chants à tu mon recueil dernier vers aoi       le de toutes les       la cliquer pour rejoindre la aller au sommaire de pablo       dans le attelage ii est une œuvre dernier vers doel i avrat, dans les écroulements voici quelques années, sauver la vie c’est ne sommaire ► page suivante parmi les éditeurs       avant       la sous ce titre inspiré de la outre la poursuite de la mise des conserves ! page suivante ► page naviguer dans le bazar de jacques kober : les page d’accueil de antoine simon 18 antoine simon 30 pour helmut aller au texte nous sommes raphaël monticelli 30 juin les photos et archives page d’accueil de       entre       sabots le glacis de la mort dans l’innocence des page suivante ► page posté sur facebook sorti de       sur le préparer le ciel i       deux pénétrer dans ce jour, des quatre archanges que macao grise       dans le page suivante ► page petits rien 4 et 5 (env. 7cm passet li jurz, la noit est       montagne   on n’est napolì napolì 1 2 3&nbs       pass&eac les dernières l’annÉe 2021 mois par  ce qui importe pour   essai de nécrologie, joseph a pour sens "dieu rafale l’appel tonitruant du page suivante ► page et c’était dans il pleut. j’ai vu la sans être grand       assis 1 2 3&nbs       araucari l’envers de les ruelles blanches qui page d’accueil de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LE JOURNAL INTERMITTENT /

RAPHAËL MONTICELLI

Journal intermittent, décembre 2001

/ article dans revue

Artiste(s) : Thupinier

Le journal intermittent est né en 2001. Pour des raisons professionnelles, j’avais quitté la présidence de l’association des amis de l’Amourier, laissant la place à Alain Freixe. Les amis m’ont alors demandé de garder une présence dans l’association, par exemple en intervenant dans le Basilic, la gazette de l’association. J’ai alors proposé l’idée d’un « journal » que je tiendrais à leur demande quand la place le permettrait dans le Basilic.
C’est ainsi qu’aujourd’hui encore, de façon intermittente, à leur demande, je poursuis ces petites interventions.
Je reprends toutes ici, dans l’ordre chronologique... Et comme leur forme et leurs sujets correspondent à l’esthétique des Bribes, je les place dans cette rubrique...

(On peut consulter tous les numéros du Basilic à l’adresse https://www.amourier.fr/gazette-basilic/)


Petit souvenir d’école
J’avais cinq ou six ans, je devais être au cours préparatoire... notre instituteur nous avait distribué des gabarits en carton de la carte de France... Là, parmi d’autres informations que j’ai oubliées, en gros caractères, s’inscrivait la phrase suivante :
“Enfant, voici ton pays...”
Ne parlons ni de mon trouble de petit Italien, ni de mes discussions avec le maître, ni de mes vaines recherches
pour trouver, en Italie, une carte analogue.
Il m’est resté ce rêve de donner à tous les enfants d’Hommes des cartes analogues et qui leur diraient aussi précisément : “ Enfant, voici toutes les œuvres du monde, elles sont à toi, voici tous les livres qui ont été écrits, ils t’appartiennent. ”
Il m’est resté ce rêve, et il ne me quitte jamais...

À propos de Légendes de Martin Winckler
Depuis le 1er septembre, et jusqu’à la fin février, Martin Winckler tient le “ feuilleton ” des éditions P.O.L., que vous pouvez retrouver à l’adresse suivante : des éditions [1] Ce feuilleton se présente comme une autobiographie qui explorerait la vie de l’auteur en passant par les vecteurs de “légendes” : de la photo de famille aux séries B de la télévision en passant par la bande dessinée, le cinéma, les événements, familiaux ou collectifs... Je suis pris par des sentiments fort divers en suivant ce feuilleton... Mais peu à peu se dessine une œuvre qui peut-être donne une forme nouvelle au genre de l’autobographie et qui, à coup sûr, est en train de changer le statut de ce que l’on appelle la culture populaire. En tout cas, ça vaut le coup. Allez-y voir !

À propos de l’exposition de Gérald Thupinier au MAMAC de Nice, jusqu’au 20 janvier 2002.
Petit à petit le musée de Nice expose les peintres qui travaillent à Nice, même s’ils ne sont pas répertoriés, estampillés, classés...
L’exposition de Gérald Thupinier est impressionnante. Il est rare de se retrouver face à un ensemble d’œuvres aussi “présentes” et qui – paradoxalement ?– questionnent aussi violemment la disparition, ou l’évanescence... Un petit critère psycho-physique personnel : quand je regarde les œuvres de GT dans le musée, j’ai l’impression de flotter. C’est une impression analogue à celle que connaît, parfois, le rêveur. Je sais alors que cela signifie que ce n’est plus l’espace physique dans lequel j’évolue qui me sert de référence – ce n’est donc plus le sol sur lequel je pose mes pieds – mais l’espace de l’œuvre exposée...

À propos du bâtiment de la nouvelle médiathèque de Nice à vocation... régionale, dit “la tête au carré”. Imaginez ça... Il n’y a plus d’oreilles, plus de narines, plus de bouche, plus d’yeux, plus de crâne, plus de cerveau. Rien ne peut plus entrer ici. Rien ne peut plus en sortir. Il ne resterait plus que ce fameux mouvement de menton, assez mou malgré tout... Moi, ça me fait froid dans le dos...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Notes

[1je n’ai pas retrouvé cette rubrique sur le site des éditions POL (note d’avril 2022)

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP