BRIBES EN LIGNE
toujours les lettres :       apr&egra la mastication des ki mult est las, il se dort     le cygne sur 19 mars 2022, savigny sur art jonction semble enfin cent dix remarques i► cent ouverture d’une la pureté de la survie. nul À hélène dans l’innocence des textes mis en ligne en j’oublie souvent et 1 2 3&nbs dernier vers aoi   éphémère du 2 au rayon des surgelés madame porte à un survol de l’annÉe apaches : un verre de vin pour tacher vers le sommaire des recueils   est-ce que page suivante ► page non, björg, s’il pour michèle gazier 1) page précédente page       sur la       alla les étourneaux ! dorothée vint au monde ce poème est tiré du rafale n° 7 un cliquetis obscène des allons fouiller ce triangle page précédente retour vue à la villa tamaris       bonheu a la libération, les se reprendre. creuser son dernier vers s’il     au couchant       " les plus terribles  tu ne renonceras pas. page suivante ► page antoine simon 10 page suivante ► page de pareïs li seit la les dernières grant est la plaigne e large tes chaussures au bas de 1 2 3&nbs le lent déferlement page précédente retour je serai le pilote aux yeux page suivante ► page dans le train premier  c’était {{}} on trouvera la       le   pour théa et ses viallat © le château de cent dix remarques i► cent réponse de michel       ...mais dimanche 18 avril 2010 nous page d’accueil de sommaire ► page suivante iloec endreit remeint li os page suivante ► page Ç’avait été la sables mes paroles vous si j’avais de son j’ai ajouté madame dans l’ombre des 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs je t’enfourche ma   ces notes page suivante ► page chaises, tables, verres, dans les carnets dernier vers aoi de profondes glaouis une autre approche de « la musique, à bernadette accorde ton désir à ta       à démodocos... Ça a bien un  le "musée clere est la noit e la li quens oger cuardise la liberté de l’être       dans voir l’essai sur si grant dol ai que ne page suivante page       au soir page d’accueil de je sais bien ce qu’il glaciation entre       la la question du récit       grimpant creuser de la langue, outil   si vous souhaitez 1 2 3&nbs       objectif       dans le ils sortent en 1958 ben ouvre à jusqu’à il y a un titre : il infuse sa rafale n° 5 un  jésus titrer "claude viallat, lorsque martine orsoni le tissu d’acier « h&eacut une fois entré dans la       neige petit souvenir au commencement était pas une année sans évoquer page suivante ► page toi, mésange à ils avaient si longtemps, si       sous très malheureux... page suivante ► page antoine simon 26 ce qui importe pour       le sur la toile de renoir, les voir les œufs de comme ce mur blanc 1 2 3&nbs       " deux ajouts ces derniers saluer d’abord les plus lorsqu’on connaît une page précédente page       longtem les éditions de la passe du       au pas page suivante ► page 1 2 3&nbs c’est la peur qui fait page suivante ► page marie antoinette bernadette griot vient de page suivante ► page ce texte m’a été le rideau (gallimard 2005) de comment entrer dans une je reviens sur des  dans le livre, le  martin miguel vient nous lirons deux extraits de dans la caverne primordiale vous êtes antoine simon 16 sequence pour michèle       dernier vers aoi  si, du nouveau       rampant six de l’espace urbain, pluies et bruines, comment ceci… pour prendre mesure. 1 2 3 constellations et sommaire ► page  dans toutes les rues pour helmut je t’enlace gargouille sommaire ► page suivante       cerisier toutefois je m’estimais "a cannes, propos de table pour jean-louis cantin 1.- si vous entendez le lac la danse de aller à la bribe suivante paru en ce mois de juin 2021, page suivante ► page seul dans la rue je ris la le coeur du       l’       parfois madame est une torche. elle c’est ici, me page suivante ► page  le grand brassage des 1 2 3 page précédente ► page page d’accueil de vous avez ici, les choses les plus thème principal :       voyage accéder à l’article dans un coin de nice, 199* passé galerie trois (mon souffle au matin bribes en ligne a pour lee       l’ page précédente le café à sylvie juste un j’ai relu daniel biga,   se         &n heureuse ruine, pensait 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante voir les œufs de aller à la bribe suivante 1) notre-dame au mur violet « pouvez-vous   la baie des anges 0- souviens-toi. sa sauras-tu lui répondre       un si elle est belle ? je al matin, quant primes pert le 26 août 1887, depuis deux ce travail vous est carles li reis en ad prise sa aller à la bribe suivante     [1] l       maquis       sur le dont les secrets… à quoi printemps breton, printemps  l’entretien    au balcon page d’accueil de ço dist li reis :       fourr&ea page suivante ► page rimbaud a donc en introduction à sommaire ► page suivante le géographe sait tout 1 2 3&nbs douce est la terre aux yeux ce qui aide à pénétrer le dans un clignement de       allong&e dix l’espace ouvert au textes mis en ligne en avril dans le pain brisé son 1 2 3&nbs  dernières mises aux barrières des octrois a supposer que ce monde ses mains aussi étaient carissimo ulisse, torna a       les après la lecture de aller à la bribe suivante     le ensevelie de silence, a quelques exceptions près deux mille ans nous textes mis en ligne en avril le plus insupportable chez sommaire ► page suivante       sur le page suivante ► page (elle entretenait des conserves ! aller à la liste des auteurs       sur le    courant     de rigoles en lancinant ô lancinant     les provisions dans les carnets aller à la bribe suivante   ces sec erv vre ile “dans le dessin 1 2 la strada madame, c’est notre antoine simon 33 pour visionner la ce qui fait tableau : ce     un mois sans il y a longtemps, le flot gris roule contre quatre si la mer s’est page suivante ► page       dans la       voyage intendo... intendo ! la légende fleurie est couleur qui ne masque pas retour au pdf sui generis ce 28 février 2002. 1 2 3&nbs dans le monde de cette cette machine entre mes janvier 2002 .traverse sauver la vie c’est ne sous l’occupation ] heureux l’homme très saintes litanies 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante elle disposait d’une bien sûr la je n’aime pas ce monde. page d’accueil de (À l’église pour raphaël    si tout au long mult ben i fierent franceis e textes mis en ligne en tout mon petit univers en je n’hésiterai 1 2 3       crabe-ta retour au texte rafale page suivante ► page lu le choeur des femmes de dernier vers aoi branches lianes ronces     cet arbre que       le   je ne comprends plus tout en travaillant sur les 1 2 3&nbs j’aime chez pierre "école de page suivante ► page l’évidence 7) porte-fenêtre dernier vers aoi       fleur textes mis en ligne en s’ouvre la ...et la mémoire rêve les photos et archives  pour jean le   né le 7 vous, dont l’âme, le je suis  les trois ensembles 1 2 3 en un besoin de couper comme de li emperere s’est       mouette je n’ai pas dit que le huit c’est encore à il est le jongleur de lui voir aussi boltanski galerie       au  il y a le châssis, cliquer pour rejoindre la sculpter l’air : noble folie de josué, antoine simon 30 tout est possible pour qui       ".. l’entreprise dont je me (dans mon ventre pousse une voile de nuit à la merci au printemps des       vaches sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante     m2      7 artistes et 1       araucari pour accéder au pdf, ainsi fut pétrarque dans 1 2 3&nbs textes mis en ligne en      &       la que nos princes et empereurs nos voix       deux nous serons toujours ces sommaire ► page suivante vertige. une distance textes rÉunis sous un titre 1 au retour au moment       un il y a deux villes à       " la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Wasselin Lucien /

Lucien Wasselin

Mare Nostrum
© Lucien Wasselin
Publication en ligne : 26 avril
Sur le net : Recours au poème

Note de RM :
Lucien Wasselin nous a quitté en ce début du mois d’Avril. Nous ne nous étions jamais rencontrés. Nous nous lisions.
Il y a une dizaine d’années, il avait publié sur le site du Recours au poème, cette approche de Mer Intérieure que venaient de publier La Passe du Vent.
Façon de lui rendre hommage, Je reproduis ici le texte.
On en trouvera la mise en ligne sur le site « Recours au poème » en cliquant ci-dessus à droite de la mention « Sur le net »


1
 
 Le recueil que vient de publier Raphaël Monticelli à la Passe du Vent, Mer intérieure, n’est pas sans faire penser à l’antique Mare nostrum du temps de nos études. Mais au-delà de cette évidence, il n’est pas sans poser quelques problèmes redoutables au critique. Selon le principe de la collection, les poèmes sont suivis d’un entretien de l’auteur avec Thierry Renard. L’ordre de lecture semble ainsi s’imposer, cependant les douze poèmes qui composent ce livre résistent parfois fortement et le lecteur éprouve quelques difficultés à créer du sens. Mais l’entretien éclaire les textes et la méthode est exposée clairement en même temps que sont précisées des pistes de lecture. Si bien que l’on s’interroge sur l’ordre : faut-il commencer par l’entretien ? Et comme ce que pourrait écrire le critique s’y trouve en partie, que faire ?
 
2
 
 Raphaël Monticelli peut être défini comme un poète de la connaissance. D’ailleurs, il affirme à plusieurs reprises qu’il écrit pour comprendre : “Écrire, c’est chercher à donner réponse à des problèmes… Et si l’on en croit Bachelard, la « connaissance », c’est bien ça : la réponse à un problème.” Mais il ne faut pas faire de sa poésie la traduction d’un savoir : plusieurs versions existent des poèmes ici regroupés. Il affirme même : “J’ai travaillé Inventions d’Hypothia, ou Aux belles dormeuses pendant des mois et il existe je ne sais combien de versions”.
 Je pense ici à cette belle expression de Raoul-Jean Moulin pour qualifier la démarche plastique de Kijno : “transmutation de l’état des connaissances”. Cela me semble rejoindre quelque peu ce que dit Monticelli de sa façon de travailler : “… je mets en place des dispositifs d’écriture qui me permettent des transformations comme autant d’hypothèses que je retiens ou non. Le texte commence à me convenir quand j’en sors moins ignare que je n’y suis entré”.
 
3
 
 Mer intérieure : douze poèmes donc suivis d’un entretien. Mais douze poèmes nés d’une œuvre d’art (chacun des poèmes est dédié au plasticien avec qui il a travaillé, sur l’œuvre duquel il a travaillé). Écrire pour comprendre. Mais ce recueil n’est pas une simple compilation. “Mer intérieure évoque la Grèce, l’Italie, la Croatie, la Provence, Malte, l’Égypte, la Tunisie, et invoque, ou convoque, des figures féminines. L’ensemble fonctionne comme une archéologie de la voix…”
 
4
 
 Reste dans ce livre l’absence des œuvres d’art points de départ. Comment lire ces poèmes si l’on ne connaît pas ces œuvres ni le travail de ces artistes ? À l’aveugle ? (Picasso disait que la peinture est un métier d’aveugle). C’est ce que j’ai fait : sept poèmes me parlent pour des raisons diverses, m’ont parlé immédiatement avant même la lecture de l’entretien. Puisque chaque poème part d’une œuvre plastique, si chaque poème évoque des paysages italiens ou plus généralement méditerranéens et des personnages de ce bassin (qui ne correspondent pas forcément aux paysages), il est inutile de vouloir tout repérer pour comprendre, inutile de tout savoir, de tout connaître pour tout comprendre, sentir ou aimer cette poésie.
 Si je ne connais pas l’œuvre de Leonardo Rosa à l’origine de Labia, l’évocation de Delphes et de la Pythie antique me touche : je vois les choses autrement et je comprends mieux le réel de l’époque (de l’oracle ?) grâce à ces vers : “Dans l’ordre de la voix // libre // Pythie / s’évade”.
 Si je ne connaissais pas l’histoire d’Hypathia, la fille du philosophe et mathématicien Théon d’Alexandrie, le poème éveille en moi la curiosité et je sors de sa lecture moins ignare que je n’y étais entré…
 Si je ne sais rien d’Oscari Nivese, ni du travail plastique qui a permis l’émergence du Tamis de l’ange, le poème est clair pour moi, indépendamment des circonstances précises. J’y lis l’horreur de la guerre et des bombes, la rumeur continue des douleurs me fend le cœur et renforce mes convictions.
 Etc.
 Et je peux supposer que le lecteur trouvera son bien dans ces poèmes détachés des peintures et autres œuvres artistiques.
 
5
 
 Je dois à la vérité de dire que le travail d’Henri Maccheroni ne m’était pas inconnu ni ses 2000 photographies du sexe d’une femme. J’ai eu sous les yeux le numéro d’Obliques (de 2000) où Raphaël Monticelli donnait le texte ici reproduit (dans une autre version ?) aux côtés d’une bonne vingtaine d’auteurs.
 Je pense alors à L’Origine du monde de Courbet et les deux vers qui terminent l’Ode au sexe féminin m’éclairent singulièrement : “voici le monde // et l’absence du monde”.
 
6
 
 À trop retravailler ses textes pour les rendre conformes à sa pensée, Raphaël Monticelli prend parfois le risque de les rendre illisibles au commun des lecteurs. C’est un reproche qu’on peut lui faire, comme on peut le faire à ce même commun des lecteurs de ne savoir lire que ce que l’idéologie dominante propose comme lisible, pour mieux asservir. Comment alors résoudre cette contradiction ? C’est la question qu’on se pose à la lecture des poèmes de Raphaël Monticelli. La poésie demande des lecteurs exigeants.
 
7
 
 Raphaël Monticelli parle de “sage variété formelle”. Si, effectivement, l’écriture reste dans un créneau caractéristique à l’opposé de la prosodie classique, on peut repérer à l’intérieur de ce créneau (même si le vers libre domine largement) une grande variété d’approches : vers et prose mêlés, laisses amples de poèmes, vers troués de blancs de longueurs variables (entre crochets), vers soigneusement disposés dans la page avec prédominance du vers bref (rarement autour des 10/12 syllabes), bribes de dialogues, disposition en colonnes, poèmes “inachevés” avec coupure au milieu du vers ou du mot…
 Comme si Raphaël Monticelli voulait adapter son texte au fond de sa pensée. Voire au support originel du texte. Une phrase à relever dans l’entretien : “Enfin, je travaille la disposition spatiale du texte, en fonction du support particulier, du type de texte, de l’objectif de lecture…” Il en reste quelque chose ici.
 
8
 
 La critique est une activité à risques. Finalement, lisez d’abord l’entretien. Ce qui est dit au risque de me tromper…
 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP