BRIBES EN LIGNE
bribes dans le nid de  si, du nouveau marie-hélène page d’accueil de       sur le       l’ sables mes paroles vous j’arrivais dans les page suivante ► page bel équilibre et sa page suivante ►   les boomerang b ► livre grand [voir le texte de cummings aller à la liste des auteurs dans les hautes herbes voir document expo boltanski    regardant       sur le a) les villes abandonnées il ma mémoire ne peut me (elle entretenait toulon, samedi 9 sommaire ► page suivante j’imagine que, comme tout  les premières antoine simon 21       en deux merci à la toile de   en grec, morías le 28 novembre, mise en ligne la toile ou, du moins, la       fleur la prédication faite       autres litanies du saint nom l’homme est la littérature de       en un des conserves ! l’annÉe 2022 mois par le géographe sait tout       à suite du blasphème de     au couchant g. duchêne, écriture le traversé le lieu-dit de page précédente retour sommaire ► page suivante pas même raphaël monticelli 30 juin le thème raphaël monticelli : tu       au       dans le je ne saurais dire avec assez si grant dol ai que ne et…   dits       pav&eacu je désire un     hélas, saluer d’abord les plus quelques photos  dans toutes les rues vers avant-œuvre ► mots, pour frédéric le chêne de dodonne (i) les amants se derniers prologue et puis t’es la communication est quand on arrive de new-york un soir à paris au       embarq cent dix remarques i► cent pour max charvolen 1) elle réalise des hommage à rené passent .x. portes, rêve, cauchemar, leonardo rosa où l’on revient       é     du faucon nous dirons donc au centre des quartiers de toutes sortes de papiers, sur accoucher baragouiner   À léon-gontran   la baie des anges dans ce périlleux   tout est toujours en attelage ii est une œuvre diaphane est le vous dites : "un voir les œufs de page suivante ► page sites de mes       il       parfois m1       préparer le ciel i       les antoine simon 5 nous avons affaire à de       pour antoine simon 18 <script     ceci… pour prendre mesure. 10 vers la laisse ccxxxii 5) triptyque marocain on croit souvent que le but les photos et archives dernier vers aoi onze sous les cercles pour andré villers 1) dans le patriote du 16 mars page suivante ► page madame, c’est notre il y a des titres qui j’ai changé le  pour le dernier jour  il est des objets sur À venise je dispose, sur le 1. passera-t-on par l’eau pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi effrayante humilité de ces attendre. mot terrible. ► abÉcÉdaire à jean  au mois de mars, 1166 a claude b.   comme une couleur qui ne masque pas quando me ne so itu pe le flot gris roule contre vers jean-jacques, peintre       je me dernier vers s’il en une, une œuvre de page suivante ► page       au pas très saintes litanies * il te reste à passer pour michèle gazier 1 se reprendre. creuser son page suivante ► page antoine simon 31 raphaël monticelli :   "je me tais. pour taire. in the country dans un coin de nice, le 15 mai, à marché ou souk ou mes pensées restent oui la       retourn& bruno mendonça aller à la bribe suivante vous avez dans le respect du cahier des       la art jonction semble enfin accorde ton désir à ta petit matin frais. je te aux barrières des octrois  il y a le châssis,       pass&eac       sur le cyclades, iii°       su lou descendre à pigalle, se apaches :      & quant carles oït la chaque automne les présentation du projet     cet arbre que ils sortent ce texte m’a été lire le texte page suivante ► page page suivante ► page envoi du bulletin de bribes page précédente retour le geste de l’ancienne, clxvi deus li otreit (la sue) maintenant il connaît le textes mis en ligne en nous savons tous, ici, que l’erbe del camp, ki ce qui importe pour page suivante page À max charvolen et   est-ce que textes mis en ligne en     rien textes mis en ligne en mai       la         ouverture de l’espace agnus dei qui tollis peccata cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le long pour andré page suivante ► page À la loupe, il observa page suivante ► page aller à la liste des auteurs rafale au seuil de l’atelier       les et c’était dans montagnes de page suivante ► page sors de mon territoire. fais page d’accueil de c’est ici, me la légende fleurie est Écoute, bûcheron, arrête textes mis en ligne en mars       le présentation du projet   un vendredi monde imaginal, les textes mis en ligne aller vers le musicien nègre raphaël monticelli 30 juin frères et bernard noël, droits est-ce parce que, petit, on       apr&egra   je n’ai jamais       apparu avant-dire  “... pour alain borer le 26    au balcon parmi les éditeurs le texte qui suit est, bien un titre : il infuse sa noble folie de josué, aller à la bribe suivante antoine simon 30 voir l’essai sur textes mis en ligne en de tantes herbes el pre     pourquoi tu voile de nuit à la       avant       fleurett 30 décembre 1963. revue réponse de michel il avait accepté cristina de simone : le       ruelle rm : tu as décidé aller à la bribe suivante l’envers de le chêne de dodonne (i) albertine tu le sais bien. luc ne naviguer dans le bazar de       à dernier vers aoi arbre épanoui au ciel a supposer que ce monde voici l’homme aux deux ► les mots du désir à les carnets éclaboussés 2 essai de nécrologie, tandis que dans la grande dimanche 18 avril 2010 nous       la     après       l’ rafale n° 7 un dernier vers aoi       dans le aller à la liste des auteurs       ".. cent dix remarques i► cent       vu les tous ces charlatans qui ço dist li reis : clquez sur cent dix remarques i► cent     quand basile comme un prÉliminaire la il souffle sur les collines page d’accueil de la vie est ce bruissement       il page suivante ► page       assis page d’accueil de dans l’innocence des page suivante ► page       j’       &nbs un homme dans la rue se prend clere est la noit e la les éditions colophonarte 1.- les rêves de sommaire des contributions du bibelot au babil encore rare moment de bonheur, page d’accueil de "la musique, c’est le et il fallait aller debout   marcel si vous entendez le lac   que signifie alocco peinture en a l’aube des apaches, la cité de la musique normalement, la rubrique village de poussière et de oiseau tranquille au vol c’est un peu comme si, tous feux éteints. des bernard dejonghe... depuis patrick joquel vient de à raphaël on n’écrit qu’un de sorte que bientôt sommaire ► page suivante       au fond sommaire ► page suivante dernier vers aoi page suivante page a l’extrémité du les éditions de la passe du archipel shopping, la les dessins de martine orsoni <p présentation du projet       midi textes mis en ligne en il existe deux saints portant dernier vers aoi 1254 : naissance de       la       je suis photos de frédéric  avec « a la pierre ciel dernier vers aoi c’est la peur qui fait       " alain remila : un des       bonheu antoine simon 24       la une errance de       sabots       le voir les œufs de page d’accueil de dont les secrets… à quoi     surgi centre georges en cet anniversaire, ce qui le vieux qui il a surgi sans crier cliquer sur l’icône li emperere s’est mult est vassal carles de torna a sorrento ulisse torna page suivante ► page cent dix remarques i► cent   (dans le a-t-on remarqué à quel dix l’espace ouvert au <img852|left> forest la poésie, à la aller à la bribe suivante naviguer dans le bazar de je n’aime pas ce monde. aller à la bribe suivante bernadette griot vient de pluies et bruines, comment dans le flou des souvenirs... morz est rollant, deus en ad présentation du projet ce paysage que tu contemplais aller au sommaire de pablo textes mis en ligne en       nuage vous, dont l’âme, le le travail de bernard       un la parol

Retour à l'accueil

FLORENCE SAINT-ROCH

Dix extractions
© Raphaël Monticelli, Florence Saint-Roch
Publication en ligne : 25 mars 2022

Dans les Montagnes noires de Florence Saint-Roch, Raphaël Monticelli a cru entendre des échos de ses Terrils sur des dessins de Daniel Mohen.
Le projet s’est vite imposé de mettre ces deux textes en dialogue... pour voir.
Voici le résultat. Florence Saint-Roch en romain, Raphaël Monticelli en italique.


1.
On est un peu fatigués
De vouloir saisir toujours
Ce qui n’a pas de nom
 
Tant d’heures à scruter
Les failles les interstices
Par lesquels ces drôles de choses
Passeraient
 
C’est tout noir là-dedans
De jour comme de nuit
Les heures obtuses
Au fond du crassier
 
Rêves de naissance
ils attendent
dans des veines de sève durcie
Si on veut approcher sa bouche de celle des enfers
on est saisi

On en porte la trace au bout des plumes
des pinceaux.

 ++++
2.
L’horizon s’efface
Longue descente
Au cœur de la matière sombre
 
La terre au travail avec elle-même
Dans un crépuscule permanent
 
La veine ouverte se ramifie
On passe en-deçà de tous les seuils
Autres mesures autres échelles
Pour gagner l’aveugle souterrain
La source ténébreuse

temps momifié

enveloppes détruites
pauvres armures

temps a laissé
cet éclat terne de laves et de rouilles
ce goût de cendre et de charbon

et survit à sa perte

++++ 
3.
Marne roche ou minerai
Masses confuses odeurs contradictoires
Les matières défaites se recomposent
Sans trouver leur couleur
 
Pourquoi vouloir tout éclairer
Ici plus qu’ailleurs on sait
La mise en lumière parfois fatale
 
Alors on y va les yeux fermés
L’autorité du verbe est restée là-haut
Avec lui l’assurance des mots

Sous le bruit des écorces
c’est la respiration humide des aubiers
endormie dans sa forme
où les feux sont enfouis

Ils ont détruit une
toutes les enveloppes
pauvres armures ;

Ils ont laissé ces cendres,
charbons, laves et rouilles

et se survivent

++++ 
4.
On dit ressources fossiles
Gisements végétatifs
Vastes forêts disparues
 
Si les replis oublient
Les fêtes du solstice
Est-ce que le temps
S’est endormi
 
Comme si l’attente restait
Au fond de la boîte
 
La terre elle-même
Voudrait refaire surface
Rêve de collines
Où les arbres ne mourraient pas
 

Les sèves froides
sont demeurées
béances au bord du vide.

Elles sont
survie de leur perte

Elles viennent

Ardeur des lumières
explosive

Ardeur des oxydations
Lente

++++ 
5.
Là-dessous point d’aurores
Les températures restent tièdes
L’air partout rare et pesant
 
D’affleurements en enfoncements
Chacun rejoint sa nuit
 
Quel lieu plus grave plus attractif
 
On y apprivoise nos forces
C’est cela comprendre
Mesurer l’étendue du bassin
Apporter des consolidations
Défaire les couches compactes
Aller ferrailler plus loin

Qu’elle vienne, la force silencieuse des longues métamorphoses,

Ardeur des explosions
Lumineuse
Celle des oxydations
Lente

Qu’elle creuse les doutes
Plus profond que la chair

Qu’elle mette à vif les plaies les plus secrètes.

 
++++ 
6.
Nulle étoile pour désigner la route
 
Notre marche met du silence
À l’intérieur du silence
Les murmures se meurent
Les voix ne bougent plus
 
Prudemment on ouvre
La porte des chambres
On en extrait l’ombre infinie
Et d’abondance ça vient
Noir d’ébène ou de fumée 
Brou de noix ailes de corbeau
 
 Ici se sont enfouis tous les feux à venir

Ils nous laissent béances
au bord du vide
perdus parmi cendres charbons laves et rouilles

qui survivent de sa mort

++++
7.
L’obscurité s’incruste sous les ongles
Emplit les pores de la peau
 
Galeries et couloirs opaques
Forment un passage étroit
Nous on pioche on se noue
Et quand la fatigue insiste
On fait pelote autour du noyau
 
Au coude à coude avec les anses
Les méandres
Les perspectives manquent peut-être
On méconnaît l’oiseau
 
Toutes nos enveloppes
nos pauvres armures
une à une
détruites

Nous avons établi nos espaces
dans le chatoiement sourds des poussières

Des rêves de naissance attendent
au creux des veines durcies

++++
8.
Est-ce qu’on se situe avant
Ou après le chaos
 
Avec industrie on déblaye
À cent pieds sous terre
Des milliers de tonnes
Sur des milliers de mètres
 
Au milieu de nulle part
Ce serait tentant
De penser qu’on ne rencontre pas
 
Sans rien y voir
On fait de la place
On apparaît autrement
 
 Il viendra le feu
Ardeur des lumières explosives
des oxydations lentes.

Il nous saisit quand
nous nous penchons au bord des enfers

On ne se consume que des feux que l’on a osé voler

++++
9.
Nos mains devenues habiles
Auscultent les parois
Palpent leur membrane sensible
 
Obstinément pulse
Ce qui jamais ne sera porté
Au grand jour
 
Comme si le ciel était le seul abri
La seule promesse
 
Rien ne se réduit à rien
Et à force même le vase clos
Devient communicant
 
béance en bord de vide
Pour survivre à la perte

On jette ses traces
en gestes vifs illuminés de froid

Un feu les reprendra

la vie tremblante

Plaies à vif
Plis intimes
Plus profondes que les douleurs de chair

Les torrents des sèves endormies sont toujours prêts à sourdre

On ne se consume que des feux dérobés.

++++
10.
Le principe semble indiscutable
Il y a forcément quelque chose dessous

Là-haut les arbres et les rivières le savent
Mais nous on n’a pas d’images
Juste des odeurs
Pour le croire
 
Comment être sûr de reconnaître
En tâtonnant toujours
 
On suit la veine on se déploie
On ne veut pas manquer
Ce que le noir exige de nous

dans le sourd chatoiement des charbons et des cendres
poussière que le vent de solitude blesse

on établit ces espaces dont on veut prendre possession

Nos douleurs y sont ensevelies
Plus profondes que celle des chairs mises à vif au creux le plus intime de nous mêmes

Des rêves de naissance frémissent
sous les torrents durcis des sèves endormies

On pose
Ce qui fut
en tremblement de vie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP