BRIBES EN LIGNE
raphaël monticelli : tu 1 2 3&nbs predication_du_15_ao 1 2 3   (dans le « vive la dernier vers doel i avrat, pur ceste espee ai dulor e écrire comme on se madame des forêts de du bibelot au babil encore certains prétendent 1 2 3&nbs elle dit la main qui fut le       fourr&ea (À l’église de prime abord, il aller à la liste des il existe deux saints portant       cette rita est trois fois humble.       je fais 1 2 3&nbs si grant dol ai que ne     " au labyrinthe des pleursils pour gilbert alocco, au château de les photos et archives 1 2 3&nbs dernier vers aoi page suivante ► page la musique est le parfum de nous serons toujours ces lorsque martine orsoni dix l’espace ouvert au ce chant général reste son dans les écroulements       les attention beau 1 2 3&nbs antoine simon 30 petits rien 4 et 5 (env. 7cm il n’est pire enfer que retour vers le musicien raphaël monticelli 30 juin textes mis en ligne en textes mis en ligne en août des quatre archanges que je déambule et suis beaucoup de merveilles rafale il y a des titres qui       va ton dernier vers aoi cover-oleti_artin_ri bribes en ligne a les cahiers butor sont sables mes paroles vous       la 1 2 3&nbs il ne sait rien qui ne va textes mis en ligne en juin 1 2 3&nbs     vers le soir       qui  le "musée       bâ seins isabelle boizard       ruelle lorsqu’on connaît une sommaire ► page suivante « mais qui lit sommaire ► page suivante en 1958 ben ouvre à aller à la bribe suivante pour raphaël vous êtes pour jean-louis cantin 1.- page suivante ► page dans les carnets normal 0 21 false fal la cité de la musique percey priest lake sur les démodocos... Ça a bien un    si tout au long    courant pour robert et encore   dits page suivante page laure et pétrarque comme la prédication faite avant lire une interview de 1- ai-je reçu une       grimpant diaphane est le page d’accueil de village de poussière et de quai des chargeurs de       allong&e  le grand brassage des je meurs de soif j’ai perdu mon moi cocon moi momie fuseau antoine simon 25 le 26 août 1887, depuis revue 1 2 3&nbs autre essai d’un 1 2 3 douce est la terre aux yeux ( ce texte a Éléments - on préparait agnus dei qui tollis peccata décembre 2001. dernier vers aoi page suivante ► page aller à la liste des auteurs       o       gloussem carles respunt : sixième antoine simon 3   que signifie       voyage       la       longtemp       alla       enfant histoire de signes .       la i.- avaler l’art par pas facile d’ajuster le  pour le dernier jour à propos “la       dé nos voix descendre à pigalle, se aller à la bribe suivante réponse de michel  au travers de toi je       la passet li jurz, la noit est    de femme liseuse trois (mon souffle au matin textes mis en ligne en introibo ad altare 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs page suivante ► page présentation du projet 1 2 3&nbs textes mis en ligne en avril 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs heureuse ruine, pensait cet article est paru rafale "si elle est cent dix remarques i► cent       deux est-ce parce que, petit, on pour bruno charlotte, in monticelli raphael 510 035 mise en ligne       un rafale  au mois de mars, 1166 les installations souvent,       la page d’accueil de a-t-il       sur le il était question non       baie morz est rollant, deus en ad  il y a le châssis, pour angelo       midi préparer le ciel i deux ce travail vous est in the country tu le sais bien. luc ne page suivante ► page    nous toulon, samedi 9 sites de mes dernier vers aoi le peintre manuel casimiro à cri et à la question du récit torna a sorrento ulisse torna onze sous les cercles   entrons maintenant deux ajouts ces derniers tout en travaillant sur les branches lianes ronces textes mis en ligne en mars la vie est dans la vie. se       force la deuxième édition du le franchissement des à page suivante ► page cliquer sur l’icône       il <img852|left> forest aller à la liste des auteurs       voyage 1 2 3&nbs 5) triptyque marocain voudrais je vous       au fond quatre si la mer s’est rafale n° 9 un 1 2 3&nbs   encore une   anatomie du m et cent dix remarques i► cent    au balcon cliquetis obscène des les céramiques et leurs pour le prochain basilic, (la vers le sommaire des recueils aller à la bribe suivante aller à la liste des auteurs 1254 : naissance de ils sortent quatrième essai de à claude held patiente la madame a des odeurs sauvages aux george(s) (s est la dernier vers aoi page suivante ► macles et pas sur coussin d’air mais le scribe ne retient d’abord l’échange des la lecture de sainte pour accéder au texte, page suivante ► r.m. a toi page suivante ► page       cerisier       & quelque temps plus tard, de textes mis en ligne en à la bonne je me souviens de patrick joquel vient de 1 2 3&nbs pour anne slacik ecrire est un nouvel espace est ouvert page d’accueil de       maquis générations bernard noël en débat pour marcel       dans le et que dire de la grâce       à rossignolet tu la j’ai donc la route de la soie, à pied, le soleil n’est pas voici quelques années, aller à la liste des auteurs le 28 novembre, mise en ligne page suivante page page suivante ► page antoine simon 9 aller à errer est notre lot, madame, année 2018 ► année 2020 page précédente ► de   maille 1 : que pour michèle auer et {{}} on trouvera la nous serons toujours ces antoine simon 32 c’était une très jeune       le vent  de même que les il avait accepté       un cent dix remarques i► cent   ciel !!!!       pour textes mis en ligne en       fourr&ea dernier vers aoi et voici maintenant quelques sauvage et fuyant comme       apr&egra préparer le ciel i le coeur du   six formes de la et nous n’avons rien       droite pour helmut a la libération, les       au soir préparer le ciel i toi, mésange à sommaire des allons fouiller ce triangle sur l’erbe verte si est page d’accueil de quelques textes ses mains aussi étaient page suivante ► page       "    il Ç’avait été la dans les carnets 1 2 3&nbs page suivante ► page que d’heures page précédente ► page voir les œufs de dans un clignement de petit souvenir textes mis en ligne en la fonction, l’appel tonitruant du posté sur facebook sorti de   je ne comprends plus       tourneso       entre aller à la bribe suivante dans le pain brisé son sommaire ► page suivante il en est des noms comme du 1 2 3&nbs le chêne de dodonne (i) lancinant ô lancinant une autre approche de le chêne de dodonne (i)  dernières mises intendo... intendo ! le galop du poème me l’une des dernières huit c’est encore à 1 2 3&nbs il y a deux villes à abords de l’inaccessible jusqu’à il y a vers le sommaire des recueils antoine simon 24 des voix percent, racontent 1 2 3&nbs bel équilibre et sa le chêne de dodonne (i) quel ennui, mortel pour villa arson, nice, du 17 cent dix remarques i► cent  les trois ensembles page d’accueil de (dans mon ventre pousse une 1- nous sommes dehors. archipel shopping, la       crabe-ta quando me ne so itu pe la fraîcheur et la dernier vers aoi ce mot comme à la hâte l’impression la plus       quinze les terrasses abandonnées       gentil bernadette griot vient de  pour jean le ce 28 février 2002. la chaude caresse de difficile alliage de       marche dernier vers aoi page suivante gérard dieu faisait silence, mais que nos princes et empereurs rafale n° 3 des et c’était dans max charvolen, martin miguel comme une suite de dans ce périlleux il pleut. j’ai vu la 1 2 3&nbs bal kanique c’est où l’on revient       sur les dernier vers aoi la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Cultes /
Prédication du 15 janvier 2022
© Yves Ughes
Publication en ligne : 6 mars

I) Dieu doit-il présenter une excuse ?

Ne craignons rien, pas même les provocations humoristiques. Je commencerai ainsi cette prédication par une citation quelque peu perturbante du cinéaste Woody Allen, dont on connait la fantaisie décalée.

Avec son style, le voici déclarant : « Je ne sais pas si Dieu existe, mais s’il existe, j’espère qu’il a une bonne excuse ». [1]

La pensée est perturbante, mais elle reflète une opinion commune à laquelle nous sommes fréquemment confrontée ; formulée plus platement on pourrait la dire ainsi : « mais si votre Dieu existe, comment tolère-t-il tout cela ? Les guerres, la famine, la misère. Et tout ce cortège de malheurs qui nous est quotidiennement décrit au gré des informations ».

La question est légitime et nous ne pouvons l’esquiver, sauf en se réfugiant dans un entre-soi frileux et protecteur.

Un premier élément de réponse pourrait être esquissé par un dialogue fictif que l’on prête à deux déportés dans l’un des camps de la mort. L’un est croyant, l’autre non. Le second demande au premier : « Où est ton Dieu ? ». Le premier répond : « Où est l’Homme ? »

Sous une apparente évidence ces deux questions soulignent la complexité du problème, elles établissent une vraie problématique.

Effectivement, si Dieu tolérait ainsi toutes les horreurs du monde, s’il n’intervenait pas, il serait soit inopérant, soit complice. Ou alors il n’existe pas. Ces lieux communs courent dans la vie courante. Et ce sont des interrogations légitimes. On ne pourrait dès lors avoir foi en Lui, quel que soit le cas.

Se développerait alors unilatéralement un humanisme, une foi en l’homme qui nous vient de loin. Dans Candide, Voltaire présente un Eldorado qui n’a plus ni juges ni prisons, ni transgressions. La culture, les sciences, la beauté des villes tout a concouru pour éradiquer le mal en l’homme. Mission accomplie. La terre est devenue une terre d’or, un havre de bonheurs. Au XIX ème siècle, Victor Hugo affirme, avec le sens de la formule qui le caractérise : « Ouvrez une école, vous fermerez une prison ».

Partant de ces deux auteurs, et de leur indéniable apport, nous pouvons aujourd’hui mesurer les limites d’un humanisme uniquement centré sur l’homme. Les sciences et l’éducation ont énormément progressé depuis lors, et cela n’a pas empêché des pays de haute culture comme l’Italie et l’Allemagne de tomber dans les pires horreurs, celles du fascisme et du nazisme. Et toute notre culture nationale n’a pas empêché une collaboration honteuse. Nombre d’écoles ont été ouvertes depuis le XIX ème siècle, et les prisons sont toujours là comme une nécessité obligée. A tel point qu’on en arrive même à ouvrir des centres scolaires dans les maisons d’arrêt.

Nous voici donc dans la contradiction la plus complète, une véritable aporie : si Dieu n’intervient pas, comment croire en lui ? Parallèlement, avoir une foi inébranlable en l’homme relève de l’aveuglement. Comment en sortir ?

Notes

[1Dieu, Shakespeare et moi. Woody Allen, 1975

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP