BRIBES EN LIGNE
      force il est le jongleur de lui textes mis en ligne en juin page suivante ► page   anatomie du m et la danse de page précédente page page suivante ► page       deux effrayante humilité de ces       voyage rafale n° 10 ici ils avaient si longtemps, si " je suis un écorché vif. normal 0 21 false fal pour lee       ç questions de temps suivi de présentation du projet ce texte m’a été pour jacky coville guetteurs mult ben i fierent franceis e mougins. décembre       la frères et aller à la liste des auteurs la rencontre d’une pure forme, belle muette, cristina de simone : le aller à la bribe suivante aller au texte nous sommes il y a tant de saints sur       les j’ai travaillé sous la pression des page précédente retour able comme capable de donner   la baie des anges grande lune pourpre dont les       alla accéder au texte en cliquant il y a bien là, dans madame, on ne la voit jamais d’abord un curieux il existe au moins deux   encore une page suivante ► page la bouche pleine de bulles marie-hélène dernier vers aoi     après le voici devant la toile pour daniel farioli poussant       dans page précédente retour       ce qui raphaël monticelli 30 juin         pour accéder au texte, présentation du projet   est-ce que antoine simon 19 se placer sous le signe de ou aux mots noyés dans 1) notre-dame au mur violet a) les villes abandonnées il alocco en patchworck © alain lestiÉ un art de la page suivante ► page rafale       s’ voici des œuvres qui, le station 7 : as-tu vu judas se tandis que dans la grande 1- c’est dans les étourneaux !  dernières mises <img852|left> forest pas même dernier vers que mort sommaire ► page suivante préparer le ciel i (À l’église la littérature de       à       "je       et tu       la un besoin de couper comme de       au dans la caverne primordiale pour max charvolen 1) page suivante ► ce pays que voir les questions de r.       allong&e       que de     quand basile page suivante ► page       voyage petites proses sur terre comment entrer dans une dernier vers aoi la mastication des       le l’entreprise dont je me s’égarer on halt sunt li pui e mult halt       l’ merci à la toile de lire le texte  les premières villa arson, nice, du 17 cliquetis obscène des même si   voici donc la à la mémoire de christian démodocos... Ça a bien un     hélas, vers le sommaire des recueils les textes mis en ligne textes mis en ligne en il n’y a pas de plus notre but n’est pas de equitable un besoin sonnerait a - preliminaire prenez 3 quatrième essai de vous pouvez directement me mathieu bénézet : mon le lent tricotage du paysage légendes de michel 1 la confusion des       grimpant       la       crabe-ta de l’autre aller à la bribe suivante elle dit la main qui fut le dernier vers aoi nécrologie madame aux rumeurs    regardant       " lorsqu’on connaît une faisant dialoguer depuis le 20 juillet, bribes dorothée vint au monde karles se dort cum hume chère florence le 28 novembre, mise en ligne aux george(s) (s est la encore un peu de patience  ce mois ci : sub apaches : et c’était dans page d’accueil de page suivante ► page sommaire ► page * il te reste à passer       le long       le page d’accueil de preambule – ut pictura   jn 2,1-12 : difficile alliage de cristina m’avait demandé nous serons toujours ces sous l’occupation bernard noël en débat sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante page suivante ► page       (       avant des voix percent, racontent il aurait voulu être pour frédéric paien sunt morz, alquant antoine simon 14  hors du corps pas ++++   en prenant acte une errance de     une abeille de     &nbs voile de nuit à la "ces deux là se éphémère du 2 page suivante ► page immense est le théâtre et ce qui fascine chez   iv    vers pour georges j’pense à toi bruno    il la galerie chave qui aller au sommaire de pablo je t’enfourche ma a la libération, les aux barrières des octrois page suivante gérard feuilleton d’un travail inoubliables, les   né le 7  je ne voulais pas antoine simon 6   pour théa et ses lu le choeur des femmes de     sur la c’était une a l’extrémité du non... non... je vous   le texte suivant a l’une des dernières c’est à caminito que  avec « a la dernier vers aoi   paysage de ta parcourir les espaces ► ce texte a été rédigé à la mort d’un oiseau. jamais je n’aurais reste de cet été dans cet ajout de fichiers sons dans   À léon-gontran agnus dei qui tollis peccata vers la première antoine simon 10 cent dix remarques i► cent antoine simon 25 rafale dernier vers aoi page suivante ► page le corps encaisse comme il l’homme est       gentil 1    le recueil que  monde rassemblé li emperere s’est       grappes l’évidence revue       je fais page suivante ► page hommage à rené       la j’ai perdu mon 1.- les rêves de       st et combien il y a deux villes à À max charvolen et un temps hors du hans freibach : cet univers sans       vaches deux nouveauté, 1 au retour au moment régine robin,       sur le suite de page suivante ► page page suivante ► r.m. a toi       dans a la femme au année 2019 ► albert vers la première       sur qu’est-ce qui est en mise en ligne d’un Éditeur : la diane     tout autour sous ce titre inspiré de la antoine simon 15 page d’accueil de antoine simon 18 l’attente, le fruit     double éphémère du 6 octobre  c’était merci au printemps des je découvre avant toi des quatre archanges que clers fut li jurz e li soudain un blanc fauche le page suivante ► page page suivante ► page les parents, l’ultime on croit souvent que le but page suivante ► page quant carles oït la alain remila : un des dans les carnets et encore   dits il arriva que rafale n° 5 un  pour de         page d’accueil de page suivante ► page dire que le livre est une cent dix remarques i► cent c’est — pense-t-on - station 1 : judas voici quelques années, écoute, josué, toulon, samedi 9 page d’accueil de à sylvie textes mis en ligne en       parfois au commencement était les éditions de la passe du sommaire ► page suivante c’est un peu comme si, vers le sommaire des recueils considérant que l’usage présentation du projet les petites fleurs des ( ce texte a 1- ai-je reçu une       le       l’ village de poussière et de le 23 février 1988, il     les fleurs du       pour sommaire des contributions le plus insupportable chez   je n’ai jamais today i eat my textes mis en ligne en août dans le respect du cahier des       coude bruno mendonça josué avait un rythme posté sur facebook sorti de il existe deux saints portant page suivante ► page voir les œufs de antoine simon 7 à in the country À perte de vue, la houle des page précédente retour passet li jurz, la noit est mis en ligne durant titrer "claude viallat, torna a sorrento ulisse torna mise en ligne page suivante ► page   nous sommes       aujourd       fourmi&n le long de l’ombre viallat © le château de la communication est pour jean-louis cantin 1.- vedo la luna vedo le       je       devant     surgi cent dix remarques i► cent a-t-il       l’ page suivante page pour accéder au pdf, effleurer le ciel du bout des dans un clignement de 1     pour page précédente retour dieu faisait silence, mais j’imagine que, comme tout quelque chose (la numérotation des page suivante ► page il souffle sur les collines textes mis en ligne en pour qui veut se faire une       bâ il regarde il écoute il et…   dits antoine simon 22       chaque derniers préparation des corps pour accéder au texte, page d’accueil de       soleil dernier vers s’il samuel chapitre 16, versets 1 vous êtes vers le sommaire des recueils cliquer sur l’icône la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

Stat silva dolorosa
Publication en ligne : 11 février 2022
Sur le net : terreaciel

En 2017 paraissait sur le site Terreaciel une anthologie proposée et organisée par Florence Saint Roch sur le thème "l’épais des forêts".
Ce texte Stat mater dolorosa est une version largement remaniée de Les voix de l’ange, paru en 2014 aux éditions de la Diane française avec des illustrations de Muriel Desambrois. On pourra trouver Les voix de l’ange ailleurs sur ce site.
Ci-dessous, Stat mater dolorosa. Ci-dessus l’adresse URL de l’anthologie "L’épais des forêts"


vers Les voix de l’ange

si tu meurs
Mère
tu renaîtras

si tu meurs
Mère
je mourrai

J’ai été millions traversant l’espace
heureux dans tes sous bois
protecteurs ma protectrice
J’étais l’enfant
sans voix la terre
portait des odeurs d’aube
de nuit
la fraîcheur de source où frissonnaient
des vies imperceptibles

Les anges dit-on

Tu me tenais dans tes bras tu savais
déjà ma mort à l’œuvre tu savais
que les sources en moi tariraient
que je sècherais retournant
terre dans la terre
calcaire dans le calcaire
eau perdue parmi les eaux
bribes d’espace perdues dans l’espace
atomes mêlés aux atomes de l’air

J’étais l’enfant sans voix
Et tu souffrais

++++

J’ai été millions creusant l’espace
tout tremblait tu étais
présente et si fragile
entourée entourante
mille bras ailes au vent ouvertes
venu de toi vers toi je suis venu
insouciant triomphant
oublieux
t’oubliant
je suis venu vers toi
oubliant
que j’étais venu de toi
que tu m’avais donné ton air ta chaleur ta douceur
ta fraîcheur l’eau de tes fruits la douceur animale
le lent
travail des vies minuscules
l’air qui m’inspirait
oublieux
t’oubliant
oubliant
m’oubliant
triomphant

j’ai été pour toi un sujet de souffrance
une balle tirée de loin par un snipper

++++

J’ai été des millions traversant les déserts
fuyant la haine
fuyant
les couteaux les fusils les balles
fuyant
le massacre des innocents
j’ai été des millions
portant en moi toi qui me portais
portant en moi tes odeurs vivantes
porté par tes odeurs de vie
toi présente
accompagnant ma fuite
toi souffrant
de me voir fuir
et fuyant avec moi
écartelée de toi

Je me suis éloigné de toi
foule parmi les foules
écrasant la terre foulant
des vies
brisant tes arbres élevant
des murs des tours
brisant
l’harmonie des souffles animaux traquant
oiseaux et bêtes fauves Ce qui restait de toi
souffrait de ne plus me sentir près de toi

souffrait
de me sentir perdu

++++

J’ai été millions
portant tes arbres morts assassinés
que tu m’as vu porter
millions portant tes millions d’arbres vivants
pour en faire massues gourdins gibets et croix
Tu m’as vu
porter tes arbres morts ma mort sur mes épaules

Tu m’as vu aller à la mort

Tu m’as vu
retourner contre moi la mort que je portais
retourner contre moi ta mort
Tu m’as vu
incapable de me tourner vers toi pour retrouver
la mélodie des souffles de l’air parmi tes herbes et tes branches
Tu m’as vu mort

tu as vu et tu vois
mère souffrante
tu vois
venir
ma mort

Tu me recueilleras
millions de souffles disparus
os lentement blanchis poussières
Tu mêleras tes sèves tes flux tes eaux
branches et racines
musiques et lumières
ombres fraîcheurs
herbes ronces humus des humbles vies
à mes restes dont tu te nourriras

Je serai milliers de millions ensevelis
dont tu referas
vie

++++

Et je reviens vers toi
rêvant de rêver encore parmi les herbes
J’effleure ta peau d’animal rugueux
placide bienveillant
Timidement je creuse
comme toujours
ta terre
ma terre
pour quelque temps encore
humant les mille odeurs qui s’y composent
creuset vivant parfums de vie
source
Je viens vers toi
me perdre comme si
je pouvais encore t’être fidèle
Je sais ta souffrance
Et toi tu donnes
tout ce que peut donner une mère affligée
la douceur encore un peu de joie un peu
de cet apaisement dans l’harmonie des bêtes et des herbes
la patience têtue des lombrics les frôlements
d’une aile un chant soudain
un vacarme
un feulement parfois encore
des crissements
le passage discret d’une harde
un hululement
les pièges fragiles des araignées fileuses
où le monde se diapre

Je reviens vers toi encore

La voix des anges
est désormais si loin

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP