BRIBES EN LIGNE
rafale n° 4 on le « pouvez-vous si j’étais un       je fais       neige les mots te viennent que tu pour michèle auer et gérard à yvon quand une fois on a le film sur annie sidro et le page d’accueil de textes mis en ligne en août je voudrais voir les arbres présentation du projet nous serons toujours ces       qui avec marc, nous avons  si, du nouveau présentation du projet et   j’ai souvent pour jean marie carissimo ulisse, torna a pour le prochain basilic, (la en cet anniversaire, ce qui raphaël monticelli 30 juin    nous paru en ce mois de juin 2021, page suivante ► page deux nouveauté, sommaire ► page suivante la fonction, page d’accueil de dieu faisait silence, mais pour visionner la   nous sommes sommaire ► page suivante textes mis en ligne en avril reflets et echos la salle       j’ai donc autre petite voix le tissu d’acier     &nbs       embarq "le renard connaît tous ces charlatans qui sauras-tu lui répondre page suivante ► page aller à la bribe suivante       le pour hélène dubois 1) mon cher pétrarque, je reviens sur des  il est des objets sur textes mis en ligne en et tout avait madame est une       sur le page suivante ► page page suivante ► page etudiant à i mes doigts se sont ouverts à propos “la mais jamais on ne       force nice, le 8 octobre et si au premier jour il eloge de la boite aux non, björg, s’il À venise je dispose, sur le page suivante ► page il tente de déchiffrer, l’annÉe 2022 mois par page précédente retour est-ce parce que, petit, on aller à la bribe suivante   est-ce que  la lancinante page suivante page lorsque la langue dérape, le       l’ je serai le pilote aux yeux       pass&eac pour accéder au pdf, j’oublie souvent et   se cette machine entre mes dernier vers aoi béatrice machet vient de madame chrysalide fileuse 1) dans la caverne primordiale       dans  mise en ligne du texte       voyage « h&eacut elle réalise des ► les mots du désir à madame déchirée d’abord trouver un titre.       je suis mouans sartoux. traverse de       au <script     j’ai longtemps quando me ne so itu pe ce qui importe pour     les fleurs du       ma a la libération, les alocco peinture en g. duchêne, écriture le villa arson d’exposition en page d’accueil de a ma mère, femme parmi antoine simon 9 maintenant il connaît le le 28 novembre, mise en ligne       o le peintre manuel casimiro hommage à rené préparer le ciel i    en abords de l’inaccessible naviguer dans le bazar de si tu es étudiant en       le ce n’est pas aux choses les petites fleurs des le chêne de dodonne (i) tu le sais et je le vois page suivante ► page 1254 : naissance de frères et pour accéder au texte, tu le sais bien. luc ne naviguer dans le bazar de   je ne comprends plus naviguer dans le bazar de s’il lui faut, en dépit de         dernier vers aoi siglent a fort e nagent e attention beau       le ciel carissimo ulisse, torna a antoine simon 11 dans l’herbier de ses pour maxime godard 1 haute que nos princes et empereurs       midi tous feux éteints. des a l’écrivain… comme si page suivante ► page mult ben i fierent franceis e l’impression la plus station 4 : judas  ço dist li reis : page suivante ► page oui la s’égarer on page suivante ► page   À léon-gontran page d’accueil de le chêne de dodonne (i) antoine simon 7       à juste un       grimpant approche du continent Éditeur : la diane page suivante ► page pour robert la vie est ce bruissement on préparait (ô fleur de courge... today i eat my trois tentatives desesperees page suivante ► page je découvre avant toi   je n’ai jamais autre essai d’un dans un clignement de page suivante ► page il est le jongleur de lui antoine simon 30 antoine simon 29 jusqu’à il y a nu(e), comme son nom page d’accueil de aller à la liste des auteurs le chêne de dodonne (i) essai de nécrologie, non... non... je vous     longtemps sur       crabe-ta li quens oger cuardise     hélas, dernier vers aoi rafale fête du livre nous lirons deux extraits de page suivante ► page   au milieu de il faut laisser venir madame ] heureux l’homme       avant attelage ii est une œuvre la brume. nuages  ce mois ci : sub aller à la liste des auteurs jamais je n’aurais comme c’est dans ma gorge page suivante ► page huit c’est encore à à bernadette antoine simon 21 aller à la bribe suivante   jn 2,1-12 :       dans       ".. la littérature de       retourn& page suivante ► page "la musique, c’est le montagnes de       nuage attendre. mot terrible. page suivante ► page       juin villa arson, nice, du 17   un     dans la rue la générations       sur la       banlieue albertine antoine simon 28     le cygne sur rafale n° 10 ici je t’ai admiré, prologue et puis t’es j’arrivais dans les       sur le régine robin,       la         &n       droite  dans le livre, le (la numérotation des page d’accueil de quelque temps plus tard, de accoucher baragouiner c’est une sorte de ouvrir la série des pages ce jour-là il lui rossignolet tu la du maurithuis par aller à la bribe suivante page d’accueil de et c’était dans noble folie de josué,  zones gardées de une fois entré dans la entr’els nen at ne pui chercher une sorte de       magnolia gardien de phare à vie, au cyclades, iii° antoine simon 16 aller à la bribe suivante « e ! malvais faisant dialoguer   tout est toujours en le flot pâle des maisons « 8° de je suis glaciation entre À peine jetés dans le     pourquoi tu page suivante ► page seul dans la rue je ris la      &     le sommaire ► page suivante dernier vers aoi  jésus polenta dans l’innocence des c’était une très jeune page suivante ► page cristina m’avait demandé elle disposait d’une i en voyant la masse aux 1     pour un temps hors du  hors du corps pas intendo... intendo ! préparer le ciel i 0- souviens-toi. sa au rayon des surgelés sommaire ► page suivante aller vers bribes, livres 1 dans le vacarme des couleurs, tout est possible pour qui       et derniers la galerie chave qui cela fait 53 ans que je le chêne de dodonne (i) c’est seulement au       vaches approche d’une l’envers de pour qui veut se faire une l’envers de antoine simon 27         aller à la liste des auteurs merci au printemps des violette cachée ton madame aux rumeurs un nouvel espace est ouvert de toutes les page suivante ► page cent dix remarques i► cent page suivante ► page vers la première naviguer dans le bazar de s’ouvre la page d’accueil de       aux quand un critique français bien sûr la la strada n° 27, un survol de l’annÉe       baie aller à la bribe suivante je ne saurais dire avec assez vers les voix de l’ange  il y a le châssis, kurt schwitters. : la tentation du survol, à pour jean-louis cantin 1.- d’abord la crise du page précédente ► page voir aussi boltanski galerie seins isabelle boizard 2005 denis roche : textes mis en ligne en pour gilbert cent dix remarques i► cent       montagne noir d’en bas ► un       est-ce dans l’effilé de c’est le grand  de la trajectoire de ce peinture de rimes. le texte imagine que, dans la (de)lecta lucta   À propos de fata en    7 artistes et 1 7) porte-fenêtre avant-dire  “... la fraîcheur et la josué ne sommaire ► page suivante normal 0 21 false fal les dessins de martine orsoni   le texte suivant a et encore   dits j’ai perdu mon on n’écrit qu’un       bâ {{}} on trouvera la à cri et à page suivante ► page     surgi sommaire des mises en antoine simon 20 aller à la bribe suivante pour egidio fiorin des mots le chêne de dodonne (i) aux george(s) (s est la pour martin feuilleton d’un travail aller à la liste des auteurs       au soir des voiles de longs cheveux à la bonne 1- c’est dans textes mis en ligne en juin la parol

Retour à l'accueil

PATRICK JOQUEL

Éphémères, août 2021
© Patrick Joquel
Publication en ligne : 5 février 2022

Il y avait eu les éphémères publiés en ligne sur ce site en 2010.Retour ligne automatique
Il y a eu les éphémères du passant aux éditions Océanes, les éphémères du bouquetin aux éditions Corps Puce et puis en 21, avec le thème du Printemps des Poètes 22, j’ai repris ce type d’écriture. Voici donc Les Éphèmères 2021.


à Claude Held

Patiente la mer. Si patiente. Avec ses roulés galets sur le sable doré. Mouillé. Lissé. Cette lente usure. Cette obsession de la courbe. De la poudre. De la couleur. D’une douceur aussi. Pas toujours. Parfois à l’aurore un câlin rose orangé sur la peu du nageur. Doré. Pouillé. Lissé. Cette obsession à le caresser. Caresse totale. Intime. Parfaite . Et la lumière renouvelée sans cesse de l’écume au ressac. Cette obsession de la lumière enroulée.

*

à Sylvie Joquel

Carrefour Vauban Cannes. Verts platanes et verts cyprès. Couleurs peu variées des autos. Couleurs régulières des feux de circulation. Couleurs plus variées des corps et de leurs vêtements en marche. Ciel bleu limpide et sans répit. Deux drapeaux flottent dans l’air incolore. Bleu blanc rouge et l’autre bleu étoilé. Noir du café terrasse. Cannes un matin d’été. Un matin tôt. Matin souligné de jardinières fleuries. D’objets multiples et d’engins divers. Mécaniques ou immobiles. De corps mobiles ou de végétaux. Les mécaniques de la vie.

*

à Sébastien Féranec

aurore. La grève. Sable lissé pur ; pas mème une patte de goéland. Cependant mes yeux suivent les lignes des vagues nocturnes. Courbes fines tavelées de petits galets colorés. Brassés à chaque vaguelette. Installation rocheuse éphémère. Comme ces lignes. Chaque vague efface une ou plusieurs courbes. En trace une autre. Tout aussi éphémère. Arthur mêlait l’éternité à la mer. Les lignes du rivages en marquent l’éphémère. Lignes de mer. Lignes de vie.

*

À Jorge Vargas

4,25 am. une étoile est tombée dans mon mug de thé. M’a éclaboussé d’espace. De temps aussi. Une fraction de seconde : je me souviens de ces grandes étendues vides et obscures. De ces tourbillons de matière. De ces blocs errants solitaires dans la solitude. Juste en face du balcon un trait de lumière. Et mes yeux qui le traverse. Hasard de rencontre. Instant du sourire. Un caillou suffit à me rendre heureux. Un mug de thé et un caillou.

éphémère du 17 août

à ga desliens

4h21am. Le thé au balcon. Entrées maritimes. Les nuages côtiers cachent les étoiles. Chaleur humide. Une auto s’arrête. Quelqu’un marche. Entre dans l’immeuble. Le livreur du Monde. Chaque matin sauf le lundi : le Monde dans la boite aux lettres. Grâce à un livreur. Finalement le monde n’est pas si grand. Pas si lourd. Chaque matin il trouve un abri le monde.

Un monde en papier me parle d’hommes sans papiers. Sans domicile. D’hommes errants. Hommes. Femmes. Enfants. Ados. Exilés. L’espoir d’une vie. Quelque part. Ils ne font que passer dans la boite aux lettres. Éphémère abri. Je lis leurs mots. Je pense à eux. J’écris quelques mots. Je les donne à lire. Solidarité de papiers partagés. Des mots qui passent. D’un regard à l’autre. D’un passant à un autre. Nous sommes tous de passage.

*

 

éphémère du 18 août

à Clara Regy

tout un cheminement solaire. Mouvant. L’horizon à portée de cils. Les vagues écument leurs paupières sous tes yeux. Tu ris avec la mer en mille éclats. Tu marches. léger. Sur des paillettes de lumière. Étincelles flottantes.

Tu le sais le jour va passer. Tu n’es pas certain d’en atteindre le crépuscule. La mer non plus. Elle s’en moque autant que toi. Houle des vagues. Haussement d’épaules. Peu importe : l’instant est à la lumière, au ressac et aux cigales

*

éphémère du 20 août

à Sophie Braganti

Je regarde la mer. La mer aux dix mille secrets. Parfois un écueil pointe ses dents entre deux vagues. Parfois un poisson volant. Ou un dauphin. La tête d’un cormoran. Un périscope. Non. J’exagère. Les seuls périscopes que j’ai vu sont dans Tintin ou au cinéma. Tant mieux. La mer ici est en paix. Moi aussi.

*

éphémère du 24 aout

à Alain Boudet IM

Le commandant et son équipage te souhaitent la bienvenue à bord du Passage. Je t’imagine, sourire lunaire et curieux, regarder autour de toi qui t’accompagne aujourd’hui. Des inconnus. Tous les âges, un bel échantillon d’humanité, diversité comme tu aimes. Tu remarques un vieux dictateur [1], tu te dis qu’il aurait pu choisir un autre jour. Tu préfères suivre des yeux ce batteur [2] d’un groupe de rock. Tu imagines les baguettes posées sur la batterie comme ton clavier muet ou ton crayon à la mine cassée sur ton cahier. Mains vides. Juste des souvenirs sur les étagères, quelques éclairs au frigo.

Et moi, je garde ton sourire lumineux, ta gentillesse et tes mots.

Merci Alain.

*

éphémère du 25 août

à Jean-Louis Wathy

Aurore. La mer. Les nuages. Légers, les nuages. Juste pour la couleur. L’orange de l’éveil. Et ce cheminement aux cent miroirs pour guider l’horizon à tes yeux. L’horizon. 

Quelques souvenirs montent sous la paupière. Des reflets. Des paillettes. Des éclats de braises intérieures affinent tes iris. Comme un goéland aiguise le ciel de son vol rauque. À l’affût. Pêcheur d’instants. Futurs ou passés, tous présents. Dans les nuages. La mer. L’aurore.

*

 

Notes

[1Hissène Habré

[2Charlie Watts, (batteur des rolling stones)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP