BRIBES EN LIGNE
toulon, samedi 9 de nouvelles mises en iigne, tout le problème deuxième suite   un vendredi 1 2 3&nbs la galerie chave qui pour écouter la lecture, 1 2 3&nbs  dernier salut au page précédente retour       la pour julius baltazar 1 le nous dirons donc un jour nous avons le géographe sait tout  de la trajectoire de ce maintenant il connaît le présentation du aller à la bribe suivante       assis      & al matin, quant primes pert page précédente longue assise par accroc au bord de antoine simon 32 aller à la bribe suivante page suivante ► page nous serons toujours ces    de femme liseuse       il derniers page suivante ► page l’entreprise dont je me       sur les  les premières       dans la eurydice toujours nue à 1 2 3&nbs dernier vers aoi depuis ce jour, le site       le seul dans la rue je ris la oiseau tranquille au vol       st bien sûr la 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs antoine simon 18       mé imagine que, dans la 1) notre-dame au mur violet page suivante ► page toi, mésange à       sur le 1 2 3&nbs       grappes cent dix remarques i► cent 1 2 3 pourquoi yves klein a-t-il reflets et echos la salle a la fin   il ne resta uninstantcouv.pdf     les provisions un verre de vin pour tacher pour philippe       la pas de pluie pour venir à pierre ciel voici l’homme aux deux pas une année sans évoquer elle dit la main qui fut le 1 2 3&nbs page suivante ► page       la pie des voiles de longs cheveux les terrasses abandonnées page suivante ► page     &nbs est-ce parce que, petit, on 1 2 3&nbs Éphémère du 22 juillet à         toutefois je m’estimais l’une des dernières haut var ► trois petits derniers textes mis en aller à la bribe suivante       la ce qui importe pour quatrième essai de a quelques exceptions près pour raphaël 1 2 3&nbs       à et si au premier jour il présentation du projet       m’ l’appel tonitruant du predication_du_15_ao c’est extrêmement (À l’église pour lee 1 2 3&nbs je n’ai pas dit que le la toile ou, du moins, la embrasement du mantra gore     un mois sans textes mis en ligne en juin  ce mois ci : sub 10 vers la laisse ccxxxii a christiane paien sunt morz, alquant errer est notre lot, madame, sommaire ► page suivante sommaire ► page suivante un soir à paris au boomerang b ► livre grand il y a longtemps, dans l’effilé de   (dans le dernier vers s’il difficile alliage de       dans sors de mon territoire. fais voile de nuit à la pour egidio fiorin des mots textes mis en ligne en mai       sur le etait-ce le souvenir       objectif « pouvez-vous sous ce titre inspiré de la       qui pour accéder au texte, revue sommaire ► page suivante       au pas   marcel je suis et te voici humanité antoine simon 20 1 2 3&nbs un homme dans la rue se prend       l’ vers le sommaire des recueils tout est possible pour qui aller à la liste des auteurs ce qui aide à pénétrer le     de rigoles en page suivante ► page dix l’espace ouvert au aller à la bribe suivante   on n’est le galop du poème me j’ai ajouté montagnes de sommaire ► page suivante ensevelie de silence, voir les bifaces de b.   jn 2,1-12 : antoine simon 3 et   riche de mes page d’accueil de archipel shopping, la intendo... intendo ! 0- souviens-toi. sa antoine simon 21       é dernier vers aoi rita est trois fois humble. la route de la soie, à pied, ainsi alfred… 1 2 3&nbs il n’y a pas de plus cliquer sur le titre pour       nuage aller à la liste des auteurs sites de mes pour daniel farioli poussant 1 2 3&nbs madame aux rumeurs quel ennui, mortel pour rafale   se fin première page suivante ► page en ceste tere ad estet ja j’aime chez pierre lire chronogaphie (bribe 133       pass&eac j’ai donné, au mois c’est un peu comme si, 1 2 3&nbs j’ai en réserve mougins. décembre aucun hasard si se le film sur annie sidro et le       o le long de l’ombre la pureté de la survie. nul non, björg, s’il 1 2 3&nbs     rien       l’ tristan_cabral_a_l_e ce n’est pas aux choses carles respunt : j’arrivais dans les le peintre manuel casimiro  tu ne renonceras pas. ce paysage que tu contemplais textes mis en ligne en cliquer sur l’icône lorsque martine orsoni page suivante gérard pour andré rien n’est plus ardu art jonction semble enfin       ( dernier vers aoi antoine simon 16 page suivante page antoine simon 28 max charvolen, martin miguel soudain un blanc fauche le du bibelot au babil encore sommaire ► page suivante       la  dans toutes les rues villa arson, nice, du 17 rafale n° 4 on le le numéro exceptionnel de rossignolet tu la textes mis en ligne en       la dire que le livre est une page d’accueil de aller à la liste des auteurs textes mis en ligne en août et ma foi, elle réalise des 1 2 3&nbs sauver la vie c’est ne ses mains aussi étaient       allong&e village de poussière et de page d’accueil de il souffle sur les collines bel équilibre et sa quel étonnant ainsi va le travail de qui cliquer pour rejoindre la page suivante ► page mon cher pétrarque, je crie la rue mue douleur huit c’est encore à il y a deux villes à envoi du bulletin de bribes       soleil 1 2 3&nbs li emperere s’est    seule au les dessins de martine orsoni non... non... je vous antoine simon 14 page suivante ► page vue à la villa tamaris la musique est le parfum de   un elle ose à peine page suivante ► page 1 2 3&nbs textes mis en ligne en ici, les choses les plus à propos “la  ce qui importe pour le proche et le lointain de toutes les       en deux page suivante ► page       les       je suis       force l’impression la plus 1 2 3&nbs       l’ on cheval à propos des grands le temps passe dans la       " préparer le ciel i deuxième essai j’oublie souvent et       bien 1 au retour au moment le chêne de dodonne (i)       l’       que de 1 2 3&nbs page suivante ► page    regardant ► abÉcÉdaire à jean dernier vers aoi merci à marc alpozzo accoucher baragouiner dernier vers aoi la rencontre d’une travail de tissage, dans carissimo ulisse, torna a issent de mer, venent as       sur le « ah ! mon frères et       à et que dire de la grâce dans le vacarme des couleurs, 1 2 3&nbs pour andré villers 1)       dans le page suivante ► page  monde rassemblé j’ai parlé 1 2 3&nbs       dans le toute trace fait sens. que et tout avait l’ami michel dernier vers aoi au programme des actions 1 2 3&nbs (vois-tu, sancho, je suis 1 2 3&nbs vers le sommaire des recueils     m2   au labyrinthe des pleursils page suivante ► page présentation du projet quand les mots       sur quand c’est le vent qui de soie les draps, de soie et encore   dits à la mémoire de christian de profondes glaouis je découvre avant toi granz est li calz, si se ce 28 février 2002. fragilité humaine.       ce qui la fraîcheur et la et il fallait aller debout aller à la bribe suivante cette machine entre mes mult ben i fierent franceis e au commencement était page précédente page pour robert       jardin 1 2 3 rafale       au       pour  si, du nouveau cent dix remarques i► cent antoine simon 25 le tissu d’acier aller à « tu sais ce que antoine simon 5 écrire comme on se iloec endreit remeint li os       au soir abstraction voir figuration       " clere est la noit e la biboon. plus qu’une saison.       "je les plus terribles sommaire ► page suivante     pluie du se placer sous le signe de les amants se merci au printemps des c’était une très jeune voudrais je vous juste un mot pour annoncer titrer "claude viallat, page suivante ► page <script           le ciel page d’accueil de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Freixe, Alain / LESTIÉ Alain / Lestié Alain /

ALAIN FREIXE

Quand manque la grande image
© Alain Freixe
Publication en ligne : 2 février
Artiste(s) : Lestié

« Si l’homme a besoin de mensonge, après tout libre à lui ! Mais enfin : je n’oublierai jamais ce qui se lie de violent et de merveilleux à la volonté d’ouvrir les yeux, de voir en face ce qui arrive, ce qui est. »

Georges Bataille


Alain Lestié, Gravure 6

21-
Alain Lestié a beau encadrer ses dispositifs visuels, la manière dont ils jouent les uns avec les autres, dont ils se bouleversent, témoigne du travail d’une force qui vient d’ailleurs, d’avant le cadre et que le cadre ne parviendra pas à limiter. Cette force prend ses formes dans le cadre mais elle le traverse. Se trouve sauvée par là l’intensité que les divers codes convertissent et monnayent en représentations.
Pour que quelque chose passe, il faut flux et reflux, c’est cette coupure qui assure le saut, bond et rebond. Un rythme…

22-
Sans discuter l’appréciation de Jean-Marie Pontévia qui voit la peinture d’Alain Lestié comme relevant d’une « peinture française », j’oserais dire qu’en présence de son travail, je me sens plutôt espagnol. En effet, s’il y a bien une lumière dans ses œuvres, si « l’ange » y a bien travaillé ; si la « muse » a tiré du chaos des formes dont se jouent les cadres qui partitionne l’œuvre ; j’y sens battre ce « duende » dont parle Garcia Lorca qui comme un démon tient l’ensemble. Ça ne devrait pas tenir, et ça tient. Un rythme assemble et tient ensemble ces morceaux disparates d’images qui font les images d’Alain Lestié.

23-
Surtout ne pas confondre le rythme avec la cadence, cette idée de mesure qui renvoie au tic-tac spatialisé des horloges. Le rythme est du coté de la vague toujours en formation, en auto-mouvement vivant en quelque sorte sur la crête d’elle-même, renaissant de ses propres failles. Les œuvres d’Alain lestié respirent – tendez l’oreille ! – un rythme souffle entre les noirs et les blancs, les traits et les espaces. Dessins et gravures prennent vie. Rien, du blanc, du vide, c’est lui qui fait s’animer le plein de la figure par le rythme des traits ; c’est lui qui est générateur d’énergie – J’ai vu Alain Lestié se pencher sur le bois et y aller de quelques creusements pour blanchir tel ou tel espace – évider, donner place au vide, condition première du rythme. Le vide est dans le suspens du respirer. Le rythme n’est pas un mode de la représentation mais un mode de la présence. Comme tel il échappe au langage. Il est de l’ordre de cette « signifiance insignifiable » dont parlait le poète Hugo Von Hoffmansthal.

24-
Après l’été des pointes et des gouges, dans l’hiver de l’encre émergent des poussées. Ecarts et charnières. Traînées ébréchées de lumière. Des noirs ? Non ! Des champs de neige, la nuit. Et la caresse violente des étoiles. Le ressac de leurs lumières. C’est cela que l’on peut entendre dans ces huit gravures d’Alain Lestié.
Oserais-je dire que ses « dessins de peinture » aussi sont faits moins pour être vus que pour être entendus ? Qu’ils sont moins objets que voix. C’est dans la déroute du voir, lorsque les traces figurées se sont détachées de leurs types, fruits d’un savoir antérieur et figé et qu’elles se sont comme effondrées sur elles-mêmes, que l’œil peut alors écouter comme le disait Paul Claudel. Et ce que l’on entend alors c’est la petite musique d’un sens qui file vers son horizon impossible.

info portfolio

Alain Lestié, Gravure 1 Alain Lestié, Gravure 2 Alain Lestié, Gravure 3 Alain Lestié, Gravure 4 Alain Lestié, Gravure 5 Alain Lestié, Gravure 7 Alain Lestié, Gravure 8

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP