BRIBES EN LIGNE
 tu vois im font chier a propos de quatre oeuvres de les premières sequence de nouvelles mises en iigne, préparer le ciel ii page précédente ► page la deuxième édition du le coeur du ecrire, la vie en dépend, clxvi deus li otreit (la sue)       vu les aller à la bribe suivante très saintes litanies cinq madame aux yeux carcassonne, le 06 avant lire une interview de année 2018 ► année 2020 dernier vers aoi les éditions de la passe du à propos des grands de mes deux mains histoire de signes . la chaise, le châssis, le antoine simon 12 et   riche de mes antoine simon 25 textes mis en ligne en juin textes mis en ligne en     cet arbre que j’ai en réserve rafale n° 3 des le lent tricotage du paysage au programme des actions derniers textes mis en vous êtes ce qui aide à pénétrer le retour au pdf sui generis saluer d’abord les plus page d’accueil de attendre. mot terrible.       dans pour michèle auer et et toi figure       au soir en ceste tere ad estet ja moi cocon moi momie fuseau commençons donc par le max charvolen, martin miguel 1 2 bruno il tente de déchiffrer, retour vers le musicien béatrice machet vient de       et tu       tourneso démodocos... Ça a bien un       objectif page suivante ► page 0- souviens-toi. sa       à violette cachée ton karles se dort cum hume j’ai longtemps       sur le       soleil 1 2 3&nbs tout en vérifiant le chêne de dodonne (i) 1 2 3&nbs textes mis en ligne en 1 2 3&nbs page suivante ► page page précédente retour page suivante ► page dernier vers aoi je me souviens qu’à propos a supposer que ce monde madame est une torche. elle textes mis en ligne en juin les grands       reine       pav&eacu journée de au labyrinthe des pleursils au commencement était lancinant ô lancinant quando me ne so itu pe pour andré coupé le son à       sur le       il « pouvez-vous 1 2 3&nbs prenez vos casseroles et "si elle est       soleil  référencem À hélène un nouvel espace est ouvert sommaire ► page suivante sites de mes de pareïs li seit la pas une année sans évoquer a l’extrémité du 1 2 3&nbs   entrons maintenant page suivante ► page je ne sais pas si mult est vassal carles de quand c’est le vent qui   pour le prochain     surgi       embarq pour max charvolen 1)       droite quel étonnant cet univers sans i.- avaler l’art par baous et rious je suis       est-ce l’homme est le chêne de dodonne (i) quelques autres dans l’effilé de textes mis en ligne en     double commençons donc par page suivante ► page ce qui importe pour si tu es étudiant en 1 2 3&nbs     le       maquis       dans dans l’innocence des dernier vers aoi éphémère du 6 octobre toujours les lettres : la lecture de sainte     rien 1 2 3&nbs       grimpant page suivante ► page       é encore une citation “tu présentation du projet le geste de l’ancienne, pour frédéric pour accéder au pdf de  les œuvres de aller à la liste des auteurs page d’accueil de       va ton    seule au cela fait 53 ans que je       & page suivante ► page je suis occupé ces "école de cliquer sur l’icône le grand combat :       le aller à la liste des auteurs ils s’étaient voir les bifaces de b. 1 2 3 Éléments - aller à la bribe suivante retour au texte       bâ mieux valait découper (la numérotation des       la    tu sais "l’art est-il a propos d’une page suivante ► page       midi mouans sartoux. traverse de chaque automne les de proche en proche tous antoine simon 30 tu le sais et je le vois antoine simon 5 de sorte que bientôt juste un mot pour annoncer   est-ce que dans un clignement de  c’était pour accéder au texte, page d’accueil de un verre de vin pour tacher seul dans la rue je ris la * il te reste à passer page d’accueil de d’abord un curieux constellations et avec marc, nous avons travail de tissage, dans       "       neige ce n’est pas aux choses 1 2 3&nbs je me souviens de       six voici des œuvres qui, le traquer dernier vers aoi dix l’espace ouvert au 1 2 3&nbs ce qu’un paysage peut dernier vers aoi pour anne slacik ecrire est         il en est des noms comme du dans le respect du cahier des  les premières gardien de phare à vie, au onze sous les cercles aller au texte nous sommes la liberté de l’être il n’était qu’un vos estes proz e vostre mélodie 13) polynésie dernier vers aoi textes rÉunis sous un titre dernier vers aoi textes mis en ligne en août dernier vers aoi « et bien, pour michèle       bonheu ce jour-là il lui aller à la bribe suivante     vers le soir petit matin frais. je te 1 2 3 je     après les amants se page suivante page jamais si entêtanteeurydice fragilité humaine. 1 2 3&nbs page suivante ► page leonardo rosa l’illusion d’une   ces sec erv vre ile je suis bien dans c’est extrêmement page suivante ► page le nécessaire non passet li jurz, si turnet a le film sur annie sidro et le nous avons affaire à de       le madame déchirée trois (mon souffle au matin 1254 : naissance de le flot pâle des maisons a l’aube des apaches, une errance de sixième à cri et à au rayon des surgelés textes mis en ligne en tout est possible pour qui ce madame 1 madame est la on croit souvent que le but la fraîcheur et la textes mis en ligne en mai neuf j’implore en vain Éphémère du 22 juillet à dernier vers aoi   et combien       sur le               neige « ah ! mon ouverture d’une     les provisions la légende fleurie est la terre a souvent tremblé pénétrer dans ce jour, décembre 2001.       vaches sommaire ► page suivante       pourquoi patrick joquel vient de page suivante ► page encore la couleur, mais cette       ce 1 2 3&nbs les céramiques et leurs l’envers de       sur le       à si elle est belle ? je à claude held patiente la avant dernier vers aoi       fourr&ea écoute, josué, boomerang b ► livre grand il était question non antoine simon 22 vers le sommaire des recueils       allong&e    si tout au long page suivante ► page cent dix remarques i► cent raphaël monticelli 30 juin       descenda au seuil de l’atelier présentation du projet imagine que, dans la pour alain borer le 26 1 2 3&nbs lorsqu’on connaît une  l’exposition  pour egidio fiorin des mots une il faut dire les 1 2 questions et il fallait aller debout vous, dont l’âme, le dernier vers aoi au matin du toutes sortes de papiers, sur       le passet li jurz, la noit est page suivante ► page sommaire ► page suivante       parfois page suivante ► page 1 2 en sommaire ► page suivante       il sauvage et fuyant comme il n’est pire enfer que pour accéder au pdf, ….omme virginia par la "a cannes, propos de table j’ai perdu mon antoine simon 15 il faut laisser venir madame un titre : il infuse sa       l’ 19 mars 2022, savigny sur le poiseau de parisi mon écrire comme on se exposition de la série archipel shopping, la aller à la bribe suivante il aurait voulu être 1 2 3&nbs le chêne de dodonne (i)       reine éphémère du 2   dits de page suivante page page suivante ► page paysage de ta rafale dernier vers aoi page d’accueil de d’abord trouver un titre. le chêne de dodonne (i) récapitulatif lieux et dans le flou des souvenirs... 1 2 3&nbs eloge de la boite aux  je signerai mon tant pis pour eux. ces estampes illustrent le page précédente retour 1 2 la strada « h&eacut pur ceste espee ai dulor e des quatre archanges que page suivante ► page couleur qui ne masque pas douce est la terre aux yeux page précédente retour equitable un besoin sonnerait page d’accueil de       le s’égarer on autre essai d’un page précédente page antoine simon 2 Ç’avait été la début de la mise en ligne de art jonction semble enfin la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LOLA GASSIN /

RAPHAËL MONTICELLI

Bribes à Lola

{Fictions}

Publication en ligne : 16 décembre 2021
/ catalogue d’exposition Catalogue musée
Artiste(s) : Lola Gassin
Sur le net : Galerie Lola Gassin

Hélène Jourdan-Gassin est, à Nice, l’une des figures marquantes de l’art contemporain. Elle a pris le nom de sa grand-mère, Lola Gassin, pour la galerie qu’elle ouvrait en 1984. On lui doit aussi Art-Jonction International, foire de l’art contemporain qu’elle fondait en 1986... Je n’en dirai pas plus sur ses nombreuses activités que vous pourrez découvrir sur son site et son blog,
En 2008, elle présentait une partie de sa collection dans les galeries municipales de Nice. C’est à cette occasion qu’elle m’a demandé l’un des textes du catalogue. J’aurais pu l’intituler « Rencontres à la galerie Lola Gassin ». Le voici.


À Hélène Jourdan-Gassin

Lola passe glisse
foule

La ville fuit,
rouge pluie
rare
rayonnement clarté
nuit ville avaleuse d’ombre
Elle est
fille de ville
promeneuse d’avenues
femme aux ordres de mer

lumière vacille aux galets humides et salés

Rez-de-chaussée. Une pièce s’ouvre de grandes baies se faufiler parmi les peuples aux noms brûlants espaces, exhorter parmi les fragments criards d’une carte au trésor bariolée, « Madame Delaunay rendez à l’Afrique ! » Quelqu’un susurre « toi et moi rien que toi et moi » « Mon chou, tu me racontes des salades » répond une autre voix

lumière vacille
elle
avaleuse d’écume
loge aux abords de la mer
aime les plains-pieds les sous-sols les cours inattendues les jardins intérieurs

il y a un rêve de cloître dans les regards de Lola

Elle approche ce masque tranchant, face d’ombre, énigme, Cape, aux regards obliques, cris assourdis fusant, volti, visi, visages de gisants, souillés, aveuglés de signes, pauvre cœur livide murmurant ses doutes, lent pétales de lèvres, est-il (sera-t-il) encore temps de rédiger cette lettre à l’artiste ?

Petite voix répète en sourdine « Lola de quoi t’effraies-tu ? »

Elle apparaît
fait vibrer l’air
éclaire les objets
pèse sur eux
effleurements, hésitations, retenues, caresses, butinement
l’air divague
remue un goût de sel

A l’étage, s’agite la féerie des primesautiers sabre, hors du fourreau, on s’exalte bleu blanc rouge, rires qui rusent, ça bouge, ça balance, en nuées d’étourneaux, ça s’esclaffe (telles vaches qui rient) un musicien se précipite, assaut des peintres farceurs, tremble de tous ses archets, ça danse, ça crie, du jaune au vert, le bleu s’enrouge, c’est la beauté des fous, le soleil toute l’année, à la lueur d’un seul briquet, dans un bourgeonnement d’amours fades (« uniquement toi et moi... seuls ») et la fraîcheur verte d’un berlingot gros comme un coussin quelqu’un ose « alias. pillow.. »

Lola s’en amuse

l’air remue
un goût de sel y vibre et tremble
jardin goutte d’eau
écume à peine
masse élancée du palmier silencieux parmi les souvenirs bavards
Elle regarde
c’est passion compassion sympathie

c’est sympathie

On redescend, coussins de moine abandonnés sur leurs boîtes encombrent le bas des marches, béton à nue luit d’une échancrure de suie.
Descendre encore. Ici, mettre à profit la lumière timide des sous-sols, oser des intrusions dans des intimités pâlies, régler les pénibles dispositifs de la conservation des corps et de leur réanimation, s’époumoner, baudruche entravée, chambre à air Risquer l’étal, à nuque brisée. Lente, une horloge indécise ne marque plus que le rythme alterné des douleurs et des voix, une pomme en pierre de lune piquée d’étoiles avale la maigre lumière qui sourd

Lola s’en inquiète

Elle se dresse
les ombres passent
elles murmurent
s’élèvent de chaque toile de chaque dessin des tiroirs des étagères de chaque ouvrage de chaque feuille
elles disent les voix les vies les souffrances les joies les disparitions les permanences la banalité
la mystérieuse et éblouissante banalité du vivant.

Trônant sur la rue, en prince d’équinoxe, Auguste immobile s’est plâtré un sourire sans faille, la femme géométrique, torse campé sur le socle des hanches, poitrine pointée, lèvres attentives, ferme les yeux dans l’extase Bécassine, perplexe, les contemple, fibrillonnante, un peu si elle osait ! On a tenté une signalétique, une minéralogie, incertaine encore, ébauchée à peine, attention, hommes au travail, pourrait-on dire.

Lola s’en doute

une voix s’élève
traverse les pièces
n’envahit ni ne s’impose
s’insinue vibre doucement le long des murs
pénètre les herbes du jardin
les fibres des tissus
les couleurs et les traits
l’art ment-il dit-il la vérité

face au front de mer, le désert des Agriates musique ses rouilles de sable et ses reliefs ordonnés de cendre et de fer, l’humidité festonnée de plomb cache à peine des douleurs anciennes et discrètes des falaises s’écoule lentement, et en ordre, un peuple d’ovins entre ciel et eau le soleil couchant installe des créneaux de mer parmi les tours contre un ciel délavé.

L’art ne ment ni ne dit vrai
il se pose et se noue

Rejoindre la cour sur la terrasse, on entend patiemment l’aurore la mémoire poursuit « aux doigts de rose ») Tandis qu’un volcan très sage éructe savamment des arcs-en-ciel en poussant droit ses fumerolles, et qu’un portique tourbillonne, dans les palmiers du matin poussent des envies de musiques, des nostalgies de vieilles boîtes à rythme sur la planche à laver des arts.

Lola poursuit en souriant un parfum d’ombre vert acidulé crayé de mémoire « Just the two of us. Just the two of us. »

Lola s’en émeut.

se pose
se noue

s’efface

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP