BRIBES EN LIGNE
 au mois de mars, 1166 la tentation du survol, à  marcel migozzi vient de sainte marie, aller à la bribe suivante trois tentatives desesperees page suivante ► voici donc       fourr&ea normal 0 21 false fal la danse de 1 2 3&nbs       m’ aller à la bribe suivante le chêne de dodonne (i)       s’ raphaËl   (à la fraîcheur et la sculpter l’air : textes mis en ligne en avril je t’ai admiré, 1 2 3&nbs dans l’innocence des tendresse du monde si peu j’pense à toi bruno pour le prochain basilic, (la    courant suite du blasphème de edmond, sa grande 1 2 3&nbs    7 artistes et 1 aller à la liste des auteurs aller à la liste des auteurs textes mis en ligne en juin     faisant la josué avait un rythme pure forme, belle muette, 1 2 3 page suivante gérard il semble possible un besoin de couper comme de dieu faisait silence, mais exode, 16, 1-5 toute   si vous souhaitez nous serons toujours ces « mais qui lit aller à la bribe suivante deux ce travail vous est deux ajouts ces derniers sommaire ► page suivante dernier vers aoi ce jour là, je pouvais le lent tricotage du paysage ce mot comme à la hâte       avant aller à la bribe suivante dernier vers aoi   textes mis en ligne en ainsi va le travail de qui le rideau (gallimard 2005) de la vie est ce bruissement ce texte m’a été préparer le ciel i dernier vers aoi page suivante ► page voir les œufs de aller au texte nous sommes dernier vers aoi       pourquoi ço dist li reis : grande digue est dispersée       gloussem page suivante ► page le travail de bernard       la l’illusion d’une page suivante ► page générations de mes deux mains     longtemps sur À hélène en 1958 ben ouvre à que nos princes et empereurs sixième  un livre écrit dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e       grimpant page suivante ► page il ne sait rien qui ne va rien n’est plus ardu page suivante ► page sites de mes 1 2 3&nbs le vieux qui j’aurai donc vécu sur       assis de profondes glaouis le film sur annie sidro et le       reine aller à la bribe suivante ouverture de l’espace il y a des mots, mais comme voici l’homme aux deux quatre si la mer s’est le texte qui suit est, bien aller à la liste des auteurs si j’avais de son 1- c’est dans page suivante ► page aller à la bribe suivante ce qui importe pour préparer le ciel i       une et si au premier jour il <img852|left> forest       voyage       le au programme des actions page suivante ► page rimbaud a donc archipel shopping, la 1 2 3&nbs       dans dix l’espace ouvert au aller à la bribe suivante tout le problème       à {{}} on trouvera la page suivante ► page li emperere par sa grant nos voix page suivante ► page       droite de toutes les toute une faune timide veille le franchissement des page suivante ► page avant lire une interview de cent dix remarques i► cent aller à la bribe suivante Éléments - le flot gris roule contre       à  le "musée cent dix remarques i► cent monde imaginal, le chêne de dodonne (i)       dans le de la dans un coin de nice, nu(e), comme son nom 1 2 3 1 2 3 pour accéder au pdf, c’est — pense-t-on - i.- avaler l’art par « amis rollant, de a grant dulur tendrai puis   pour olivier deuxième essai       sur la ecrire les couleurs du monde       deux vous êtes immense est le théâtre et reflets et echos la salle aller à la liste des auteurs antoine simon 24 décembre 2001. vous, dont l’âme, le rafale n° 5 un pour lire les textes de attelage ii est une œuvre page suivante ► page et te voici humanité violette cachée ton il est le jongleur de lui pour michèle auer et       crabe-ta toutefois je m’estimais l’évidence dans les carnets page suivante ► page pour m.b. quand je me heurte       maquis  tu ne renonceras pas. 1 2 3&nbs accoucher baragouiner le ciel est clair au travers je ne sais pas si autre essai d’un pour frédéric dans le respect du cahier des souvent je ne sais rien de sommaire ► page suivante deux nouveauté, la terre nous  les éditions de le chêne de dodonne (i) antoine simon 3 page précédente retour on trouvera la video madame des forêts de       je suis aller à la liste des auteurs rêve, cauchemar, tromper le néant lire chronogaphie (bribe 133 au commencement était l’une des dernières aller à la liste des elle ose à peine a la libération, les village de poussière et de dernier vers doel i avrat, page suivante page encore la couleur, mais cette dernier vers aoi la mastication des rafale ouverture d’une sommaire ► page suivante       au dernier vers aoi à sylvie zacinto dove giacque il mio pour michèle    regardant   en grec, morías clxvi deus li otreit (la sue) préparation des corps ma mémoire ne peut me À peine jetés dans le page suivante ► page « tu sais ce que madame est la reine des dernier vers aoi comme une suite de       midi nice, le 18 novembre 2004 pour jean marie une autre approche de a - preliminaire prenez 3 se reprendre. creuser son aller à la bribe suivante       juin normalement, la rubrique j’arrivais dans les l’heure de la haut var ► trois petits vedo la luna vedo le chaises, tables, verres, cet article est paru la fraîcheur et la on croit souvent que le but il y a bien là, dans pour visionner la les premières       dans la       deux 1 2 3&nbs qu’est-ce qui est en 1 2 3 i)       ce     pourquoi tu     l’é ils avaient si longtemps, si cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le ciel 1 2 3&nbs préparer le ciel i dans le patriote du 16 mars 1 2 3&nbs aller vers bribes, livres 1 Éphémère du 22 juillet à références : xavier 1 2 3&nbs       la présentation du projet au rayon des surgelés rafale n° 9 un dernier vers aoi       sur le mon cher pétrarque, 1 les morceaux de nuit se   la baie des anges       dans le       la pie     cet arbre que     oued coulant 199* passé galerie pour maxime godard 1 haute leonardo rosa     le préparer le ciel i depuis le 20 juillet, bribes À l’occasion de d’ eurydice ou bien de   le texte suivant a "l’art est-il 1 2 3&nbs dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis     sur la pente (ma gorge est une sommaire des est-ce parce que, petit, on je découvre avant toi l’appel tonitruant du vers le sommaire des recueils tous feux éteints. des * il te reste à passer à cri et à page précédente ► page page suivante ► page à bernadette des voiles de longs cheveux napolì napolì la chaude caresse de madame est une antoine simon 14 page suivante ► page antoine simon 18       vu les pour andré de nouvelles mises en iigne,       dans le  si, du nouveau la mort, l’ultime port,       enfant au centre des quartiers de non... non... je vous dans les horizons de boue, de du maurithuis par quand il voit s’ouvrir, la toile ou, du moins, la deus li otreit (la sue)       sur le le 15 mai, à       la       apr&egra textes mis en ligne en avril dernier vers aoi rossignolet tu la 1 2 3&nbs rafale n° 12 où j’ai donc  je signerai mon       o bribes dans le nid de si j’étais un cent dix remarques i► cent       j’    seule au rafale il faut aller voir textes mis en ligne en       au fond pour anne slacik ecrire est  je ne voulais pas guetter cette chose cliquer sur le titre pour béatrice machet vient de noble folie de josué, antoine simon 19 imagine que, dans la « ces deux là       bonheu   est-ce que granz fut li colps, li dux en sept (forces cachées qui aller à la bribe suivante    en       l’ page précédente ► page je me souviens qu’à propos chère florence boomerang b ► livre grand sables mes paroles vous 7) porte-fenêtre     rien page suivante ► page       mouette       force 1 2 3&nbs 1 2 la strada       reine cela fait 53 ans que je je meurs de soif le glacis de la mort c’est la chair pourtant la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LOLA GASSIN /

RAPHAËL MONTICELLI

Bribes à Lola

{Fictions}

Publication en ligne : 16 décembre 2021
/ catalogue d’exposition Catalogue musée
Artiste(s) : Lola Gassin
Sur le net : Galerie Lola Gassin

Hélène Jourdan-Gassin est, à Nice, l’une des figures marquantes de l’art contemporain. Elle a pris le nom de sa grand-mère, Lola Gassin, pour la galerie qu’elle ouvrait en 1984. On lui doit aussi Art-Jonction International, foire de l’art contemporain qu’elle fondait en 1986... Je n’en dirai pas plus sur ses nombreuses activités que vous pourrez découvrir sur son site et son blog,
En 2008, elle présentait une partie de sa collection dans les galeries municipales de Nice. C’est à cette occasion qu’elle m’a demandé l’un des textes du catalogue. J’aurais pu l’intituler « Rencontres à la galerie Lola Gassin ». Le voici.


À Hélène Jourdan-Gassin

Lola passe glisse
foule

La ville fuit,
rouge pluie
rare
rayonnement clarté
nuit ville avaleuse d’ombre
Elle est
fille de ville
promeneuse d’avenues
femme aux ordres de mer

lumière vacille aux galets humides et salés

Rez-de-chaussée. Une pièce s’ouvre de grandes baies se faufiler parmi les peuples aux noms brûlants espaces, exhorter parmi les fragments criards d’une carte au trésor bariolée, « Madame Delaunay rendez à l’Afrique ! » Quelqu’un susurre « toi et moi rien que toi et moi » « Mon chou, tu me racontes des salades » répond une autre voix

lumière vacille
elle
avaleuse d’écume
loge aux abords de la mer
aime les plains-pieds les sous-sols les cours inattendues les jardins intérieurs

il y a un rêve de cloître dans les regards de Lola

Elle approche ce masque tranchant, face d’ombre, énigme, Cape, aux regards obliques, cris assourdis fusant, volti, visi, visages de gisants, souillés, aveuglés de signes, pauvre cœur livide murmurant ses doutes, lent pétales de lèvres, est-il (sera-t-il) encore temps de rédiger cette lettre à l’artiste ?

Petite voix répète en sourdine « Lola de quoi t’effraies-tu ? »

Elle apparaît
fait vibrer l’air
éclaire les objets
pèse sur eux
effleurements, hésitations, retenues, caresses, butinement
l’air divague
remue un goût de sel

A l’étage, s’agite la féerie des primesautiers sabre, hors du fourreau, on s’exalte bleu blanc rouge, rires qui rusent, ça bouge, ça balance, en nuées d’étourneaux, ça s’esclaffe (telles vaches qui rient) un musicien se précipite, assaut des peintres farceurs, tremble de tous ses archets, ça danse, ça crie, du jaune au vert, le bleu s’enrouge, c’est la beauté des fous, le soleil toute l’année, à la lueur d’un seul briquet, dans un bourgeonnement d’amours fades (« uniquement toi et moi... seuls ») et la fraîcheur verte d’un berlingot gros comme un coussin quelqu’un ose « alias. pillow.. »

Lola s’en amuse

l’air remue
un goût de sel y vibre et tremble
jardin goutte d’eau
écume à peine
masse élancée du palmier silencieux parmi les souvenirs bavards
Elle regarde
c’est passion compassion sympathie

c’est sympathie

On redescend, coussins de moine abandonnés sur leurs boîtes encombrent le bas des marches, béton à nue luit d’une échancrure de suie.
Descendre encore. Ici, mettre à profit la lumière timide des sous-sols, oser des intrusions dans des intimités pâlies, régler les pénibles dispositifs de la conservation des corps et de leur réanimation, s’époumoner, baudruche entravée, chambre à air Risquer l’étal, à nuque brisée. Lente, une horloge indécise ne marque plus que le rythme alterné des douleurs et des voix, une pomme en pierre de lune piquée d’étoiles avale la maigre lumière qui sourd

Lola s’en inquiète

Elle se dresse
les ombres passent
elles murmurent
s’élèvent de chaque toile de chaque dessin des tiroirs des étagères de chaque ouvrage de chaque feuille
elles disent les voix les vies les souffrances les joies les disparitions les permanences la banalité
la mystérieuse et éblouissante banalité du vivant.

Trônant sur la rue, en prince d’équinoxe, Auguste immobile s’est plâtré un sourire sans faille, la femme géométrique, torse campé sur le socle des hanches, poitrine pointée, lèvres attentives, ferme les yeux dans l’extase Bécassine, perplexe, les contemple, fibrillonnante, un peu si elle osait ! On a tenté une signalétique, une minéralogie, incertaine encore, ébauchée à peine, attention, hommes au travail, pourrait-on dire.

Lola s’en doute

une voix s’élève
traverse les pièces
n’envahit ni ne s’impose
s’insinue vibre doucement le long des murs
pénètre les herbes du jardin
les fibres des tissus
les couleurs et les traits
l’art ment-il dit-il la vérité

face au front de mer, le désert des Agriates musique ses rouilles de sable et ses reliefs ordonnés de cendre et de fer, l’humidité festonnée de plomb cache à peine des douleurs anciennes et discrètes des falaises s’écoule lentement, et en ordre, un peuple d’ovins entre ciel et eau le soleil couchant installe des créneaux de mer parmi les tours contre un ciel délavé.

L’art ne ment ni ne dit vrai
il se pose et se noue

Rejoindre la cour sur la terrasse, on entend patiemment l’aurore la mémoire poursuit « aux doigts de rose ») Tandis qu’un volcan très sage éructe savamment des arcs-en-ciel en poussant droit ses fumerolles, et qu’un portique tourbillonne, dans les palmiers du matin poussent des envies de musiques, des nostalgies de vieilles boîtes à rythme sur la planche à laver des arts.

Lola poursuit en souriant un parfum d’ombre vert acidulé crayé de mémoire « Just the two of us. Just the two of us. »

Lola s’en émeut.

se pose
se noue

s’efface

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP