BRIBES EN LIGNE
sept (forces cachées qui se reprendre. creuser son le plus insupportable chez si j’avais de son « je me tais. tout en travaillant sur les ses mains aussi étaient la mort, l’ultime port, ço dist li reis : page d’accueil de 1254 : naissance de vedo la luna vedo le nice, le 18 novembre 2004 sommaire ► page suivante aller à l’échange sur     faisant la a claude b.   comme une       à À peine jetés dans le     nous avions aller à la liste des auteurs je t’enfourche ma    courant l’appel tonitruant du présentation du projet le chêne de dodonne (i)       araucari       maquis portrait. 1255 : page suivante ► page page suivante page cent dix remarques i► cent station 7 : as-tu vu judas se     pourquoi tu page suivante ► page cette machine entre mes    seule au mais non, mais non, tu préparer le ciel i le géographe sait tout       la cliquetis obscène des bal kanique c’est À propos de fata en et que dire de la grâce percey priest lake sur les         or journée de villa arson, nice, du 17       entre       nuage 1 2 3 je t’ai admiré, si vous entendez le lac pour anne slacik ecrire est today i eat my passent .x. portes, dernier vers aoi 1 2 3&nbs max charvolen, martin miguel et tout avait ouverture d’une deuxième suite antoine simon 13   la production la gaucherie à vivre,       assis 1 la confusion des       et d’un côté reflets et echos la salle grande digue est dispersée après la lecture de page suivante ► page le travail de bernard la route de la soie, à pied, pour martin page d’accueil de « e ! malvais ….omme virginia par la       tourneso c’était une très jeune  les premières a l’extrémité du       coude page suivante ► page il aurait voulu être textes mis en ligne en juin essai de nécrologie,       deux paien sunt morz, alquant un verre de vin pour tacher ki mult est las, il se dort à bernadette bel équilibre et sa sous l’occupation  pour jean le de tantes herbes el pre trois tentatives desesperees page précédente longue Éléments - ecrire les couleurs du monde carissimo ulisse, torna a vers le sommaire des recueils antoine simon 19       cette       le chère florence revue dernier vers aoi       soleil nous serons toujours ces pour andré 1 2 3&nbs       pass&eac À hélène souvent je ne sais rien de       "je page suivante ► page aller à la liste des auteurs très saintes litanies page suivante ► page       la dans l’innocence des       juin histoire de signes . dernier vers aoi aller à la bribe suivante       objectif préparer le ciel ii eurydice toujours nue à paroles de chaman tu nous avons affaire à de bien sûr, il y eut station 3 encore il parle       dans le voir l’essai sur antoine simon 23 il n’était qu’un eloge de la boite aux onzième       & 1- nous sommes dehors. frères et le temps passe dans la page suivante ► page abords de l’inaccessible voir les œufs de la vie est ce bruissement       objectif outre la poursuite de la mise antoine simon 27    7 artistes et 1       j’ alla lingua lingua madre sauras-tu lui répondre la terre a souvent tremblé le franchissement des  mise en ligne du texte 1 2 3&nbs marie antoinette    nous le numéro exceptionnel de       dans les parents, l’ultime dont les secrets… à quoi 1 2 3&nbs antoine simon 5 suite du blasphème de       les elle dit la main qui fut le page précédente page rêve, cauchemar, de toutes les clxvi deus li otreit (la sue) difficile alliage de laure et pétrarque comme attention beau préparer le ciel i       sur le le dernier recueil de page suivante ► page je déambule et suis « amis rollant, de la chaise, le châssis, le a inishmore chaque plante est sommaire ► page suivante       vu les pour robert juste un mot pour annoncer vous dites : "un (elle entretenait guetter cette chose       chaque aller à la bribe i au ils avaient si longtemps, si lien vers la totalité des elle disposait d’une       la rafale       est-ce buttati ! guarda  textes mis en ligne en pour accéder au pdf de   iv    vers   entrons maintenant thème principal : a propos d’une page suivante ► page aller à la liste des paru en ce mois de juin 2021,       six ecrire, la vie en dépend,  les éditions de 1 2 3&nbs   le texte suivant a juste un il y a tant de saints sur depuis ce jour, le site il y a bien là, dans textes mis en ligne en mai       je me d’ eurydice ou bien de 1 2 bruno 199* passé galerie je serai le pilote aux yeux     de rigoles en page suivante ► page accéder au texte en cliquant les dernières station 4 : judas  seins isabelle boizard c’est un peu comme si, deux ajouts ces derniers c’est une sorte de dans l’herbier de ses aller à la bribe suivante dernier vers aoi   la littérature de sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante la force du corps, le samedi 26 mars, à 15 mult est vassal carles de pour nicolas lavarenne ma jamais si entêtanteeurydice l’évidence il existe deux saints portant pas même rafale n° 12 où       le la prédication faite normal 0 21 false fal présentation du projet       sur       la     m2   aller à la bribe suivante et c’était dans  epître aux madame porte à présentation du page suivante ► page       é les embrassées , cantilène pour accéder au texte au antoine simon 32  de la trajectoire de ce       aux du maurithuis par       pé antoine simon 12 a l’aube des apaches, {{}} on trouvera la bruno mendonça       pav&eacu 1 2 3&nbs la brume. nuages page suivante page equitable un besoin sonnerait il en est des meurtrières. 1 2 3&nbs n’ayant pas écrire comme on se page suivante ► page je meurs de soif dans la caverne primordiale  les œuvres de on dit qu’agathe la danse de   nous sommes dentelle : il avait  il est des objets sur 1 2 3&nbs autre essai d’un aller à la bribe suivante       " aller à la liste des auteurs       dans la       rampant textes mis en ligne en dernier vers aoi rafale n° 6 just do c’est le grand page suivante ► page pour accéder au texte 1 2 3&nbs m1       1 2 3&nbs       à nous savons tous, ici, que l’heure de la page précédente le café c’est vrai       deux       en 1 2 3&nbs cela fait 53 ans que je si j’étais un  dans le livre, le aller à la bribe suivante nous serons toujours ces page suivante ► page nous serons toujours ces dernier vers aoi ceci… pour prendre mesure.         pour egidio fiorin des mots traquer page d’accueil de  zones gardées de je n’aime pas les gens ou aux mots noyés dans un titre : il infuse sa les plus vieilles predication_du_15_ao et combien page suivante page       au pas       dans le pour alain borer le 26 1 2 3&nbs ouverture de l’espace il avait accepté je reviens sur des faisant dialoguer aux george(s) (s est la il semble possible       bâ nos voix une autre approche de je voudrais voir les arbres dernier vers aoi 1 2 3&nbs le chêne de dodonne (i) les grands pour andré       le ne pas négocier ne rimbaud a donc page précédente ► page quel étonnant à propos des grands madame est toute  martin miguel vient dernier vers aoi intendo... intendo ! pour accéder au texte, je suis occupé ces sommaire ► page suivante Ç’avait été la tristan_cabral_a_l_e traversé le lieu-dit de       gentil 1 2 3&nbs textes mis en ligne en bernard noël, droits       la Être tout entier la flamme bribes dans le nid de deus li otreit (la sue) baous et rious je suis     pluie du    au balcon de mes deux mains madame 1 madame est la li quens oger cuardise je me souviens qu’à propos   maille 1 : que quelque temps plus tard, de vous, dont l’âme, le un soir à paris au antoine simon 20 voir aussi boltanski galerie  c’était la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Cappelletto Sandro / COLOPHON PROPOSTE D’ARTE /

SANDRO CAPPELLETTO

Sui Generis - Delwende ! (version française)
© Sandro Cappelletto
Publication en ligne : 10 décembre 2021
Artiste(s) : Grazia Varisco

Traduction du récit de Sandro Cappelletto


retour au PDF Sui Generis ►

SANDRO CAPPELLETTO


Delwende !

(Lève toi !)

The youth of today are the leaders of tomorrow.
As we are liberated from our own fear,
our presence will liberate others.
Lighting your way to a better future

It is a world of great promise and hope.

It is also a world of despair, disease and hunger.
Overcoming poverty is an act of justice.

Education is the most powerful

Weapon which you can use to change the world.

(Nelson Mandela)

Les fourmis couraient, rapides, pour se cacher sous terre : il allait bientôt pleuvoir
.

Nous devons nous dépêcher, charger dans la voiture le générateur électrique, le réservoir de diesel, le projecteur, l’écran, les câbles. Il faut s’en aller avant que les routes ne deviennent une profonde bande de boue. « Un film ! » dit Pougbila. « Dans mon village, nous n’avons jamais vu de film. Les anciens ne seront pas contents. » Je lui réponds : « Ce n’est pas un film. C’est ton film. Le film qui raconte l’histoire d’une femme accusée d’être une dévoreuse d’âmes et cette femme est ta mère et je te dis que tout le monde le verra, si nous réussissons à arriver au village."

Pougbila monte en voiture et nous partons. Sa mère était déjà retournée au village. Pas son père.

Raogo ! Un vent de mort

souffle sur notre village. Un autre enfant

n’a pas pu profiter de la vie.

Raogo, divin Raogo, aide-le dans sa traversée

vers la terre de nos ancêtres, qu’il y trouve la paix.

Tu sais ce qui arrive. Tu le sais ?

On était dans la saison sèche. Trois enfants du village de Pougbila, dans la région de l’Oudalan, au nord du Burkina Faso, étaient tombés malades. Leur front était brûlant, leurs yeux ne supportaient pas la lumière du jour, leur cou s’était raidi, le sommeil ne les quittait pas, et tandis qu’ils dormaient, ils étaient agités de violentes secousses. Ils ne parlaient plus, ils ne répondaient pas aux questions. Avant qu’ils ne tombent malades, pendant cinq jours, l’harmattan avait soufflé, ce vent sec qui vient du nord, du Sahara, traverse le Sahel et se perd dans le Golfe de Guinée. L’harmattan porte avec lui de la poussière et du sable qui recouvrent les maisons et soulèvent des nuages si épais qu’ils asssombrissent le soleil. Tout le monde s’interrogeait : était-ce le vent qui entraînait le mal avec lui ? Et si c’était le vent, pourquoi a-t-il choisi notre village ? Qui lui en avait ouvert les portes ?

Pourquoi ici, pourquoi nous ?

Qui dévore les âmes de nos frères ?

Cette nuit aussi, toi aussi, petit Yabi.

Laafi, Yabi. Laafi, que notre chanson

t’apporte notre amour. Laafi !

Ce n’est pas à cause des hommes

ce qui se produit.

Toute la nuit, les chiens ont aboyé.

Qui a ouvert les portes de notre village

au mal, à la mort ?

Qui les fermera ?

Ces trois enfants n’ont pas guéri. Les anciens se sont alors réunis et ont décidé d’appeler le chaman. Le chaman les a écoutés et a dit : « le village est sous le coup d’une malédiction. Le coupable est ici, parmi nous. Trouvez deux garçons qui n’ont jamais couché avec une femme et préparez le fétiche. Mettez le fétiche sur les épaules de ces deux garçons : il découvrira où se cache le mal, afin que nous puissions le chasser. Le fétiche montrera le chemin.

Les deux garçons qui n’ont jamais couché avec une femme commencent à se mouvoir, ce sont leurs jambes qui marchent, mais c’est comme si une force autre les guidait. Le fétiche va, court de hutte en hutte, revient en arrière, avance et ralentit. Maintenant, il se déplace plus lentement, hésite, écoute des voix qu’il est le seul à pouvoir entendre. Il s’arrête, tourne sur lui-même, prend une direction précise, accélère, court vers le dernier. groupe de huttes, il y a une femme debout devant sa hutte. Napoko est seule, le fétiche s’approche d’elle et quand il est à un pas d’elle, il s’arrête.

Raogo ! Pourquoi devant cette femme ?

Est-elle la cause du mal ?

Si c’est elle, frappe-la. C’est elle, Raogo ? C’est elle ?

Napoko !

Le fétiche t’a eue.

Napoko, c’est toi la sorcière qui a apporté le mal ?

Tu dévores les âmes de nos enfants !

Napoko, quitte le village !

Loin de nous, Napoko, tu es le mal !

Napoko, tu dévores nos âmes !

Le fétiche a parlé. Napoko est jetée hors du village. Sans eau, sans nourriture. C’est une condamnation à mort : personne ne l’aidera, personne offrira de la nourriture ni de l’eau à une femme errant seule dans la savane. Parce que si vous rencontrez une femme errant seule dans la savane, sans nourriture et sans eau, cela ne signifie qu’une seule chose : cette femme est une sorcière, elle dévore des âmes, son village s’est débarrassé d’elle et elle mourra de faim et de soif, ou sera mise en pièces par des hyènes durant son sommeil, épuisée. Napoko a un mari, qui ne la défend pas. Napoko a une fille, Pougbila qui connaît la vérité. Elle sait que le démon ne s’est pas emparé de sa mère, qu’elle n’est pas la cause de la mort des trois enfants. Elle ne se laisse pas berner Mais comment peut-elle dire sa vérité, qui n’est pas celle du fétiche ?

Pougbila, la lumière brille dans les ténèbres.

Les ténèbres ne l’ont pas obscurcie. Ne t’arrête pas,

Pougbila. Toi, tu connais les deux vérités.

Pougbila aussi quitte le village et part seule, vers la ville, à la recherche de sa mère. Au seul endroit où elle peut encore être en vie : si elle réussit à atteindre la « maison de la sorcière », là et seulement là, où se réfugient les femmes accusées d’apporter la malédiction, sa mère est peut-être encore en vie. Pougbila sait que ces maisons existent, mais elle ne sait pas où elles se trouvent. Elle ne demande pas où elles sont, parce que personne ne l’aiderait à les trouver : jeune-fille, pourquoi cherches-tu cette maison, qui es-tu, qui est la femme que tu cherches ? Pougbila marche et observe, marche et écoute, atteint la ville qu’elle ne connaît pas, la parcourt, cherche des traces de sa mère, suit les femmes qui vont seules, que tout le monde évite, qui ne parlent à personne. Toujours marcher, toujours espérer.

Mère, regarde-moi ! Je suis venue.

Relève-toi, retournons au village.

Nous ne pouvons pas vivre avec cette honte.

Nous connaissons la vérité.

Les anciens nous écouteront.

Relève-toi, mère.

Ces enfants ne sont pas morts à cause d’un mauvais sort. Ils ont été tués par la maladie apportée par le vent sec et sale du Nord. Ton mari ne veut plus de toi, mère. J’ai tout vu. Il a ligué contre toi les deux garçons qui portaient le fétiche pour pouvoir t’atteindre. Nous allons retourner au village et appeler les anciens. Eux prétendront que le fétiche a déjà parlé, nous, nous dirons notre vérité. Ils nous écouteront. Tu as vu la façon dont mon père me regarde. Tu sais pourquoi il voulait te quitter et être seul avec moi. Non mère, ne me demande rien d’autre. Mon père a utilisé le fétiche pour te chasser du village et maintenant nous allons retourner au village. Nous ne pouvons pas vivre avec cette honte, nous ne nous cacherons pas à cause de cette honte. C’est tout ce qui compte. C’est pourquoi je suis venu te trouver. Delwende, mère.

La pluie et la boue sur la route ne nous ont pas arrêtés. Nous avons atteint le village. Dans dix minutes, la nuit tombera et tout le monde regardera le film qui parle de toi et de ta mère. La clairière sous le grand baobab est déjà pleine. Les anciens sont là aussi. Il y a ta mère. Mais pas ton père. Pougbila, ton nom signifie ma petite femme, mais tu a été plus tenace et plus forte que Raogo, le tronc de bois dur dans lequel est sculpté le fétiche. Delwende ! Lève-toi, Pougbila, c’est ton histoire et tu l’as racontée. Tu as gagné.

Sandro Cappelletto

Delwende ! (Lève-toi, sauve ta mère !)
inspiré de l’épisode d’un reportage
et du film de Pierre Yaméogo

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP