BRIBES EN LIGNE
voudrais je vous       la page d’accueil de       " si elle est belle ? je page suivante ► page       vaches allons fouiller ce triangle montagnes de page suivante ► page       l’     le "et bien, voilà..." dit il aurait voulu être le ciel est clair au travers   les m1       josué ne il tente de déchiffrer,         ouvrir la série des pages parmi les éditeurs beaucoup de merveilles merci à la toile de dernier vers aoi autre citation page suivante ► page nos voix aller à la liste des auteurs sur l’erbe verte si est ce 28 février 2002.   ciel !!!! sors de mon territoire. fais lire la réponse de michel dans le respect du cahier des       un page suivante ► page "le renard connaît rêve, cauchemar, (ô fleur de courge... effrayante humilité de ces       que de       quinze approche du continent a l’écrivain… comme si textes mis en ligne en onzième alla lingua lingua madre albertine textes mis en ligne en juin ils avaient si longtemps, si   est-ce que       fourr&ea vers le sommaire des recueils les cahiers butor sont rafale clers est li jurz et li page suivante ► page lancinant ô lancinant macao grise rafale n° 7 un       sur le page suivante page la rencontre d’une « 8° de Écoute, bûcheron, arrête       en un le numéro exceptionnel de   saint paul trois la musique est le parfum de dans l’innocence des aller à la bribe suivante       deux deux ajouts ces derniers je n’aime pas ce monde. l’éclair me dure, la mort, l’ultime port, d’abord un curieux "mais qui lit encore le vers le sommaire des recueils dans le patriote du 16 mars         or       sur le "je me tais. pour taire. l’évidence maintenant il connaît le bernard noël, un nous de le travail de bernard page précédente le café ce texte m’a été il n’est pire enfer que       bien le 26 août 1887, depuis j’ai perdu mon on n’écrit qu’un cyclades, iii° et tout avait le 23 février 1988, il       droite page d’accueil de ce paysage que tu contemplais elle réalise des       enfant     les provisions il souffle sur les collines cette machine entre mes assise par accroc au bord de passent .x. portes,  ce mois ci : sub rafale n° 10 ici À max charvolen et arbre épanoui au ciel je découvre avant toi je ne sais pas si pour michèle auer et page d’accueil de mais jamais on ne le "patriote",       embarq page suivante page ceci… pour prendre mesure. tout est possible pour qui aller à la bribe suivante nécrologie       avant textes mis en ligne en août un texte venu de l’autre libre de lever la tête nous serons toujours ces page suivante ► page antoine simon 10 générations cliquer sur l’icône pour sophie, magali et sous ces étagements liquides À hélène dernier vers que mort       la quelque chose paien sunt morz, alquant exposition de la série la mort d’un oiseau.       assis l’instant, celui qui ne    de femme liseuse régine robin, page d’accueil de dans l’innocence des effleurer le ciel du bout des page suivante ► page ce qui fascine chez je ne saurais dire avec assez traquer je meurs de soif aller à la liste des auteurs nous avons affaire à de a grant dulur tendrai puis       dans le ...et la mémoire rêve textes mis en ligne en la lecture de sainte     au couchant d’abord la crise du légendes de michel page d’accueil de un texte que j’ai béatrice machet vient de ► abÉcÉdaire à jean page précédente retour encore une citation “tu  l’exposition  station 7 : as-tu vu judas se page suivante station 1 : judas soudain un blanc fauche le       ".. dernier vers aoi sept (forces cachées qui page d’accueil de   encore une la terre nous alain lestiÉ un art de la a la fin   il ne resta préparation des corps de la pur ceste espee ai dulor e page suivante ► page histoire de signes . les terrasses abandonnées un besoin de couper comme de le 28 novembre, mise en ligne l’illusion d’une       sur le mathieu bénézet : mon       les       soleil l’envers de faisant dialoguer cent dix remarques i► cent marcel alocco a  marcel migozzi vient de toulon, samedi 9       j’       é six de l’espace urbain, textes mis en ligne en       midi les carnets éclaboussés 2 dans le flou des souvenirs... creuser de la langue, outil cliquer pour rejoindre la bernadette griot vient de l’homme est revue       la     les fleurs du halt sunt li pui e mult halt page suivante ► page antoine simon 18 sainte marie,       "j& ecrire, la vie en dépend,       le le chêne de dodonne (i) page suivante ► page "la musique, c’est le Être tout entier la flamme il faut laisser venir madame ouvrir f.a.t.a. i ► le boomerang b ► livre grand       alla il n’y a pas de plus des quatre archanges que  née à   en grec, morías   pour le prochain alocco peinture en jamais si entêtanteeurydice       rampant       gentil alocco, au château de c’est ici, me denis roche :         chaque automne les ++++ il y a, dans mon lire le texte le bulletin de       entre       mé     un mois sans viallat © le château de antoine simon 7 et il fallait aller debout textes mis en ligne en page suivante ► page pour alain borer le 26 l’annÉe 2022 mois par après la lecture de 1 au retour au moment page suivante ► page quand c’est le vent qui page d’accueil de oui la huit c’est encore à bernar venet -       ton cinq madame aux yeux  dernier salut au un titre : il infuse sa aller à la bribe suivante       dans       sur les       le ici, les choses les plus pour martin comme un prÉliminaire la le géographe sait tout  je ne voulais pas d’abord trouver un titre.     pluie du aller à la bribe suivante raphaËl station 3 encore il parle  jésus page suivante ► page dessiner les choses banales       je me       l’ à la bonne       le a ma mère, femme parmi la réserve des bribes aller à la bribe suivante page suivante ► page présentation du projet les ruelles blanches qui aller à la liste des auteurs attention beau       pass&eac je suis celle qui trompe voir les œufs de pour visionner petites proses sur terre cliquer sur le titre pour textes mis en ligne en mars sauras-tu lui répondre depuis le 20 juillet, bribes je voudrais voir les arbres "si elle est traversé le lieu-dit de sommaire ► page suivante page suivante ► page       fourr&ea la fonction, sous l’occupation  dernières mises paul       deux aller à la liste des auteurs le chêne de dodonne (i) et combien percey priest lake sur les madame est toute art jonction semble enfin page suivante ► page pour accéder au pdf de deux mille ans nous       "       deux madame dans l’ombre des       pour       une <img852|left> forest pour andré même si 1- nous sommes dehors. naviguer dans le bazar de reste de cet été dans cet très saintes litanies ■ cézanne en peinture       "je   (à madame des forêts de où l’on revient janvier 2002 .traverse le lent déferlement tandis que dans la grande       objectif aller vers bribes, livres 1       &nbs textes mis en ligne en on peut croire que martine c’était une très jeune ki mult est las, il se dort max charvolen, martin miguel il nous aura laissé les dessins de martine orsoni j’arrivais dans les suite de antoine simon 13       les equitable un besoin sonnerait à claude held patiente la       jonathan une fois entré dans la reprise du site avec la page d’accueil de <p présentation du projet pour raphaël   À léon-gontran pour écouter ce moment de mon cher pétrarque, pour andré cela fait 53 ans que je page suivante ► je suis né l’heure de la accéder au texte en cliquant       voyage le poiseau de parisi mon c’est extrêmement le geste de l’ancienne, ce qui importe pour 1 la confusion des     tout autour cent dix remarques i► cent essai de nécrologie,   si vous souhaitez nouvelles mises en non... non... je vous       au fond l’envers de la parol

Retour à l'accueil

DACIA MARAINI

Sui Generis - {Glossaire} (version française)
© Dacia Maraini
Publication en ligne : 10 décembre 2021
Artiste(s) : Grazia Varisco

Traduction du Glossaire de Dacia Maraini.


retour au PDF Sui Generis ►

DACIA MARAINI


GLOSSAIRE

JUSTICE : J’ai toujours eu un sens aigu de la justice. Lorsque la justice est bafouée, je m’indigne et j’essaie de faire quelque chose. Toutes les injustices, et pas seulement celles subies par les femmes. En fait, je me suis occupée d’hôpitaux psychiatriques, de sans-abri, de prisons, d’enquêtes pour des journaux et des magazines. J’ai très tôt découvert que les injustices dont les femmes ont souffert au cours de l’histoire sont très graves et qu’on n’en parle pas assez. J’ai donc essayé d’agir, en utilisant mes moyens propres - l’écriture, les mots, le théâtre et la fiction - pour sensibiliser à cette question. Au début, j’étais seule, puis j’ai rencontré le féminisme et je me suis immergée dans le mouvement, heureuse de me retrouver avec tant d’autres femmes qui se battent pour la conquête de droits civiques et la reconnaissance culturelle et artistique.

FEMINISME : Le féminisme en tant qu’idéologie et utopie n’existe plus. C’est un fait historique. Ce n’est pas par hasard que les jeunes femmes d’aujourd’hui ne s’y reconnaissent pas. Elles rejettent le mot féminisme. Il existe une nouvelle façon de lutter pour les droits, qui est peut-être moins organisée, moins idéologique, mais pas moins réelle. Les jeunes femmes d’aujourd’hui sont attachées à leurs libertés et n’ont pas la moindre envie de les abandonner. Mais le rapide développement de la mondialisation décourage la mémoire, et, la plupart du temps, n’aide pas, à comprendre ce qui a donné naissance au mouvement et comment il a réussi à changer des lois rétrogrades dans un pays réactionnaire et fondamentalement catholique et traditionaliste comme le nôtre. Le droit de la famille, la loi sur le divorce et l’avortement, la loi sur les violences faites aux femmes, l’égalité professionnelle, la loi sur les crimes dits d’honneur, sont autant de conquêtes du féminisme, la seule révolution pacifique et gagnante.

FAMILLE : Le thème le plus souvent abordé par les jeunes écrivaines, mais aussi par les jeunes écrivains, est la famille. Pourquoi cela ? demandent les lecteurs. Le fait est que tout le monde se rend compte aujourd’hui que la famille est en crise. Les écrivains n’ont pas de recettes pour résoudre les problèmes, mais ils s’interrogent pour comprendre cette fracture sociale et alerter l’opinion publique. C’est pour cela qu’ils en parlent : tous les livres que je lis racontent les relations - difficiles mais aussi nouvelles - entre mère et fille, père et fils, sœurs et frères, grands-parents, petits-enfants.

ÉCRITURE FÉMININE : Il n’existe pas d’écriture féminine et chacun a le sien qui, quand il est original, est reconnaissable entre tous. Admettons qu’il existe un point de vue féminin, mais il n’est pas d’origine biologique. Il vient de l’histoire. Les femmes ont une expérience millénaire de la réclusion, de la dévalorisation, des tabous, des dépendances, qui les conduit à une vision du monde différente de celle des hommes, formés pour découvrir des terres inconnues, voyager, étudier, et se sentir maîtres du futur et chefs de la famille. Mais les points de vue changent avec le temps, alors que les différences biologiques ne changent pas. Quoi qu’il en soit, à mon avis, tout point de vue qui assoit la diversité sur la physiologie glisse vers le racisme. Il n’y a pas deux races, la féminine et la masculine : il y a des êtres humains, tous différents pour des raisons historiques, culturelles, économiques, géographiques, religieuses, personnelles. Mais les droits essentiels, tels le droit à l’existence, aux soins, à l’éducation, la liberté d’expression, de pensée et de mouvement, doivent être considérés comme des biens universels, valables pour tous, sans distinctions de sexe, d’ethnie ou de religion.

IDENTITÉ : On continue à parler d’identité comme si c’était monolithique et, pire, comme si elle relevait biologie. Mais ce faisant, on risque facilement de finir dans le racisme. Il est clair que, de nos jours, les femmes sont majoritairement plus déterminées que les hommes, mais ce n’est pas parce qu’elles ont un utérus, mais parce qu’elles ont été exclues du pouvoir des millénaires durant. Le pouvoir crée en effet des habitudes et des privilèges auxquels on ne peut renoncer ; en outre le pouvoir corrompt et développe souvent les vices.
Je comprends les femmes qui défendent l’idée d’une identité biologique féminine. Elles sont fascinées par la thèse selon laquelle c’est pour des raisons biologiques qu’elles sont plus créatives, plus pacifiques et plus altruistes que les hommes. Mais il me semble que s’appuyer sur des différences physiques conduise au racisme. Après trois mille ans d’histoire dominée par un patriarcat qui a raconté, inventé, exalté ou dénigré les femmes, comment peut-on définir l’origine de différences qui semblent aujourd’hui définitives ? Mais si nous partons de l’idée que les femmes sont des êtres humains, capables d’agir pour le bien comme pour le mal, si nous pensons qu’elles ont été contraintes de sublimer leurs instincts agressifs jusqu’à intérioriser leurs capacités de soin et de dévouement, nous pouvons affirmer que nous sommes filles de l’histoire ; or, si l’histoire peut être modifiée, la biologie ne peut l’être. voilà pourquoi les femmes sont douées de libre arbitre et peuvent changer leur place dans le monde.

PEUR DU DÉSIR FÉMININ. Jusqu’à présent, le seul désir sexuel qui a été pris en compte est le désir masculin. Ce désir était légitime et même encouragé. Le corps des femmes devait s’apprêter et s’enjoliver pour susciter le désir des hommes, fondement de la perpétuation de l’espèce. Le désir des femmes n’était pas pris en compte. Bien au contraire : on le décourageait et on le réprimait résolument, parce qu’on pensait que le désir mène à l’action, et l’action des femmes faisait peur. Comment le système patriarcal aurait-il pu se maintenir si les femmes avaient commencer à agir selon leur désir ? La peur d’un corps indépendant, autonome, qui exige de choisir son propre plaisir, peut rendre fous ceux qui identifient virilité et possession. De là à la violence, il n’y a qu’un pas que beaucoup franchissent sans se rendre compte de l’énormité de leur action.

LE MOT AMOUR : Je vais paraître utopique et paradoxale, mais je veux parler d’amour : un mot dont on fait bien peu de cas de nos jours. Si nous voulons que la relation entre les sexes, la famille, les liens entre les mères et les filles, les pères et les fils aient un avenir, nous devons aimer cet avenir et non faire comme s’il n’existait pas. Nous devons aimer notre place dans ce monde, dans ce pays, croire en nos forces, nous devons accorder plus de confiance et de considération à notre vie en commun. Dans cette perspective, l’amour n’est pas un fait de biologie mais de culture. C’est ce que disait Hume, un philosophe que j’apprécie : sans une implication des sens les plus profonds, on ne peut rien construire. Voilà pourquoi je dis avec Dante : aimons "l’amor che move il sole e l’altre stelle", (l’amour qui fait bouger le soleil et les autres étoiles) parce que "l’amor e il cor gentile sono una sola cosa". (amour et noblesse de cœur sont une même chose ».

VIOL : Les données de la police et de la Commission européenne sont frappantes : les agressions, les vols, à la tire ou à main armée ont diminué dans la ville de Rome, mais la violence contre les femmes a augmenté. Comment interpréter ce phénomène, qui touche non seulement Rome mais toute l’Italie ? Ce n’est pas seulement une question de villes plus ou moins sûres. Il s’agit d’une dégradation culturelle dont les femmes sont les premières victimes.
Je veux rappeler que le viol est une arme de guerre. Le viol n’a rien à voir avec le désir sexuel, mais avec l’humiliation d’un corps que l’on veut punir. En le frappant à l’endroit le plus sacré et le plus puissant, l’endroit où il prend du plaisir et donne la vie.
Certains pourraient se poser cette question : pourquoi une arme de guerre en temps de paix ? La réponse est que dans chaque prétendue paix, il y a des guerres souterraines qui opposent la culture d’un genre - dont les privilèges sont menacés- à l’autre genre. Le violeur est souvent le soldat involontaire qui participe à un conflit qui le dépasse. Il ne s’en rend peut-être pas compte, mais en violant une femme, il donne libre cours à une colère masculine ancienne et répandue qui ne supporte pas la perte de la hiérarchie traditionnelle et vit comme une offense la moindre insoumission des femmes. Rabaisser, humilier, châtier une femme pour ce qu’elle est, c’est la base du viol. Ce n’est pas par hasard que, dans les guerres les plus anciennes, on considérait que le vainqueur avait le droit d’abuser des femmes du pays vaincu. C’était une façon de confirmer, y compris symboliquement, sa propre supériorité. On ne pouvait considérer un ennemi parfaitement mâté que si le vainqueur pouvait démontrer qu’il avait pris le contrôle non seulement de sa terre, de ses villes et de ses maisons, mais aussi du ventre des femmes, futures porteuses de la semence masculine de ce pays, de ce peuple et de cette religion.

HOMOSEXUALITÉ : Si on regarde les choses en grand, en se concentrant sur les ravages que nous sommes en train de provoquer et sur les risques d’extinction auxquels nous nous heurtons, on pourrait penser que la nature agit d’une manière grossière mais efficace pour se défendre : d’abord les pandémies qui tendent à diminuer drastiquement la population mondiale, ensuite une plus grande permissivité à l’égard de l’homosexualité pour éviter la prolifération de l’espèce humaine au détriment de toutes les autres que nous détruisons (300 espèces disparaissent chaque année du fait de nos ravages et de la désertification comme si nous voulions nous rendre stériles et nus comme la lune. ) Quand les peuples n’étaient constitués que de peu d’individus sans cesse menacées par les maladies, la guerre et la mort, on peut comprendre que l’homosexualité fût condamnée. À notre époque, avec une population mondiale qui augmente de plusieurs millions chaque année et une mortalité infantile réduite pratiquement à zéro, les sociétés n’ont plus besoin de rejeter l’homosexualité, qui fait partie de la nature humaine.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP