BRIBES EN LIGNE
bribes dans le nid de  si, du nouveau marie-hélène page d’accueil de       sur le       l’ sables mes paroles vous j’arrivais dans les page suivante ► page bel équilibre et sa page suivante ►   les boomerang b ► livre grand [voir le texte de cummings aller à la liste des auteurs dans les hautes herbes voir document expo boltanski    regardant       sur le a) les villes abandonnées il ma mémoire ne peut me (elle entretenait toulon, samedi 9 sommaire ► page suivante j’imagine que, comme tout  les premières antoine simon 21       en deux merci à la toile de   en grec, morías le 28 novembre, mise en ligne la toile ou, du moins, la       fleur la prédication faite       autres litanies du saint nom l’homme est la littérature de       en un des conserves ! l’annÉe 2022 mois par le géographe sait tout       à suite du blasphème de     au couchant g. duchêne, écriture le traversé le lieu-dit de page précédente retour sommaire ► page suivante pas même raphaël monticelli 30 juin le thème raphaël monticelli : tu       au       dans le je ne saurais dire avec assez si grant dol ai que ne et…   dits       pav&eacu je désire un     hélas, saluer d’abord les plus quelques photos  dans toutes les rues vers avant-œuvre ► mots, pour frédéric le chêne de dodonne (i) les amants se derniers prologue et puis t’es la communication est quand on arrive de new-york un soir à paris au       embarq cent dix remarques i► cent pour max charvolen 1) elle réalise des hommage à rené passent .x. portes, rêve, cauchemar, leonardo rosa où l’on revient       é     du faucon nous dirons donc au centre des quartiers de toutes sortes de papiers, sur accoucher baragouiner   À léon-gontran   la baie des anges dans ce périlleux   tout est toujours en attelage ii est une œuvre diaphane est le vous dites : "un voir les œufs de page suivante ► page sites de mes       il       parfois m1       préparer le ciel i       les antoine simon 5 nous avons affaire à de       pour antoine simon 18 <script     ceci… pour prendre mesure. 10 vers la laisse ccxxxii 5) triptyque marocain on croit souvent que le but les photos et archives dernier vers aoi onze sous les cercles pour andré villers 1) dans le patriote du 16 mars page suivante ► page madame, c’est notre il y a des titres qui j’ai changé le  pour le dernier jour  il est des objets sur À venise je dispose, sur le 1. passera-t-on par l’eau pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi effrayante humilité de ces attendre. mot terrible. ► abÉcÉdaire à jean  au mois de mars, 1166 a claude b.   comme une couleur qui ne masque pas quando me ne so itu pe le flot gris roule contre vers jean-jacques, peintre       je me dernier vers s’il en une, une œuvre de page suivante ► page       au pas très saintes litanies * il te reste à passer pour michèle gazier 1 se reprendre. creuser son page suivante ► page antoine simon 31 raphaël monticelli :   "je me tais. pour taire. in the country dans un coin de nice, le 15 mai, à marché ou souk ou mes pensées restent oui la       retourn& bruno mendonça aller à la bribe suivante vous avez dans le respect du cahier des       la art jonction semble enfin accorde ton désir à ta petit matin frais. je te aux barrières des octrois  il y a le châssis,       pass&eac       sur le cyclades, iii°       su lou descendre à pigalle, se apaches :      & quant carles oït la chaque automne les présentation du projet     cet arbre que ils sortent ce texte m’a été lire le texte page suivante ► page page suivante ► page envoi du bulletin de bribes page précédente retour le geste de l’ancienne, clxvi deus li otreit (la sue) maintenant il connaît le textes mis en ligne en nous savons tous, ici, que l’erbe del camp, ki ce qui importe pour page suivante page À max charvolen et   est-ce que textes mis en ligne en     rien textes mis en ligne en mai       la         ouverture de l’espace agnus dei qui tollis peccata cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le long pour andré page suivante ► page À la loupe, il observa page suivante ► page aller à la liste des auteurs rafale au seuil de l’atelier       les et c’était dans montagnes de page suivante ► page sors de mon territoire. fais page d’accueil de c’est ici, me la légende fleurie est Écoute, bûcheron, arrête textes mis en ligne en mars       le présentation du projet   un vendredi monde imaginal, les textes mis en ligne aller vers le musicien nègre raphaël monticelli 30 juin frères et bernard noël, droits est-ce parce que, petit, on       apr&egra   je n’ai jamais       apparu avant-dire  “... pour alain borer le 26    au balcon parmi les éditeurs le texte qui suit est, bien un titre : il infuse sa noble folie de josué, aller à la bribe suivante antoine simon 30 voir l’essai sur textes mis en ligne en de tantes herbes el pre     pourquoi tu voile de nuit à la       avant       fleurett 30 décembre 1963. revue réponse de michel il avait accepté cristina de simone : le       ruelle rm : tu as décidé aller à la bribe suivante l’envers de le chêne de dodonne (i) albertine tu le sais bien. luc ne naviguer dans le bazar de       à dernier vers aoi arbre épanoui au ciel a supposer que ce monde voici l’homme aux deux ► les mots du désir à les carnets éclaboussés 2 essai de nécrologie, tandis que dans la grande dimanche 18 avril 2010 nous       la     après       l’ rafale n° 7 un dernier vers aoi       dans le aller à la liste des auteurs       ".. cent dix remarques i► cent       vu les tous ces charlatans qui ço dist li reis : clquez sur cent dix remarques i► cent     quand basile comme un prÉliminaire la il souffle sur les collines page d’accueil de la vie est ce bruissement       il page suivante ► page       assis page d’accueil de dans l’innocence des page suivante ► page       j’       &nbs un homme dans la rue se prend clere est la noit e la les éditions colophonarte 1.- les rêves de sommaire des contributions du bibelot au babil encore rare moment de bonheur, page d’accueil de "la musique, c’est le et il fallait aller debout   marcel si vous entendez le lac   que signifie alocco peinture en a l’aube des apaches, la cité de la musique normalement, la rubrique village de poussière et de oiseau tranquille au vol c’est un peu comme si, tous feux éteints. des bernard dejonghe... depuis patrick joquel vient de à raphaël on n’écrit qu’un de sorte que bientôt sommaire ► page suivante       au fond sommaire ► page suivante dernier vers aoi page suivante page a l’extrémité du les éditions de la passe du archipel shopping, la les dessins de martine orsoni <p présentation du projet       midi textes mis en ligne en il existe deux saints portant dernier vers aoi 1254 : naissance de       la       je suis photos de frédéric  avec « a la pierre ciel dernier vers aoi c’est la peur qui fait       " alain remila : un des       bonheu antoine simon 24       la une errance de       sabots       le voir les œufs de page d’accueil de dont les secrets… à quoi     surgi centre georges en cet anniversaire, ce qui le vieux qui il a surgi sans crier cliquer sur l’icône li emperere s’est mult est vassal carles de torna a sorrento ulisse torna page suivante ► page cent dix remarques i► cent   (dans le a-t-on remarqué à quel dix l’espace ouvert au <img852|left> forest la poésie, à la aller à la bribe suivante naviguer dans le bazar de je n’aime pas ce monde. aller à la bribe suivante bernadette griot vient de pluies et bruines, comment dans le flou des souvenirs... morz est rollant, deus en ad présentation du projet ce paysage que tu contemplais aller au sommaire de pablo textes mis en ligne en       nuage vous, dont l’âme, le le travail de bernard       un la parol

Retour à l'accueil

THIERRY RENARD

Ma part muette
© Thierry Renard
Publication en ligne : 2 décembre 2021

Clermont-Ferrand, le vendredi 19 novembre 2021 ;
Vénissieux, le dimanche 21 novembre


L’odeur de ce feu-là,
s’en faire un manteau pour l’enfance.

Paola Pigani, La chaise de Van Gogh

On se moque quelquefois de moi par rapport à mon écriture. C’est, sans aucun doute, le lot de chaque auteur. Trop lyrique, pour les uns, ou même un peu trop classique (par les temps qui courent, un honneur), voire un brin naïf. Trop « enfant de la banlieue », employant des formules toutes faites et des expressions populaires, voire vulgaires, pour les autres. Trop conceptuelle (et si !), encore, ou au contraire trop spontanée.

On se moque de moi, et pourtant on me lit fort peu. J’écris comme j’écris, c’est-à-dire comme je peux ou, dans le meilleur des cas, comme je veux, mêlant langage parlé et langue des cimes hautes, langue aussi des orages, des rivières et des forêts...

Langue estivale, surtout, du soleil et de la mer.

Langue, enfin, des villes et des champs.

D’un côté, immeubles, tours, barres, fumées d’usines, citernes, rails et wagons, notamment. De l’autre, grands arbres, champs divers et paysages silencieux.

J’ai passé ma vie ainsi, entre béton et verdure, ferraille et végétal, urbain et rural. La pluralité des mondes et leurs confins m’assignent quelque part à résidence. Je suis presque bien, et chez moi, partout.

Certes, j’ai mes préférences, comme tout le monde. Et elles vont le plus souvent, justement, au bleu du ciel, à la mer amie et à la montagne escarpée.

Plages désertes, sentiers sinueux, tout est là. Tout tient en une seule phrase, presque.

++++

J’ai dans mon ciel de novembre un autre ciel pour le futur. J’ai des tas de rêves en perdition, que je ne parviens pas toujours à rassembler. J’ai une nomenclature dérivée des revers, des échecs et des plus vaines gloires. J’ai, devant moi, un parcours international depuis le premier jour de ma vie. Je ne suis pas encore mort, et c’est miracle. Je vis et je marche en sursis sur la corde raide du temps. J’ai un piège dérobé aux heures mornes, une longue piste, reconnaissable entre toutes. Et je la suis. Je creuse mon trou, ou j’enfonce mon clou.

Je pars et, en même temps, je reste.

Je pars, mais toujours je reviens.

Je vais où mes pas me guident.

Il m’arrive de boire un coup, ou deux, ou trois... Il m’arrive d’être totalement à jeun, sobre et chic. Cela dépend des moments et du stress, et des angoisses liées aux événements...

Il m’arrive de pencher du bon ou du mauvais côté. Il m’arrive, aussi, de me tenir debout et droit dans mes bottes. Je suis un être changeant, comme la plupart des êtres humains sur la terre. Je ne manie avec grâce aucune certitude. Et pourtant je fouille, je fouille, je fouille. Je continue de fouiller.

Ce que je cherche se trouve sûrement quelque part, enfoui en moi.

Et puis j’arpente, à mes heures les plus rétrécies, les terres désolées de la conscience. Elles se confondent avec la vision presque surnaturelle de ces paysages d’automne, en milieu de matinée, entre Clermont-Ferrand et Saint-Étienne, où la brume et le soleil se disputent déjà un morceau de jour plus grand qu’eux. Champs et forêts, au bord des villages, tenus immobiles dans un coin de ma pensée.

++++

Naguère, c’est durant ce trajet, en train je crois, qu’une relecture de quelques-unes des pages d’Arthur Rimbaud m’a foudroyé sur place en me sautant aux yeux. Sensibilité ou sensiblerie ? On ne se refait pas.

L’anecdote est singulière. Et je me la remémore chaque fois que je retrouve la voie terrestre qui sépare les deux villes ici citées. Aube naissante et brume matinale sont aussi deux des formules qu’également souvent je fréquente quand le temps s’y prête et que mon humeur se tourne tout naturellement vers la nostalgie d’un passé que je réveille avec les mots de la tribu.

La vie nous attend toujours, au détour d’un vers ou d’une phrase. Et la vie nous surprend, avec sa kyrielle d’imprévus et ses rêves toujours à explorer. L’automne n’est certes pas ma saison de prédilection, mais elle offre des perspectives riches de conséquences. On n’échappe pas à sa destinée, même si heureusement, grâce à la « pensée poétique du monde », on parvient quelquefois à la bousculer. La chahuter, véritablement.

++++

Maintenant assis sur un banc, place Jean-Jaurès à Saint-Étienne, et attendant celles qui devraient bientôt arriver et me rejoindre pour le déjeuner, femme et fille, je revisite ma mémoire et toutes les années écoulées. Je m’interroge par rapport aux risques pris et aux actions accomplies. Tout ce que j’ai fait, jusqu’à aujourd’hui, l’a été en faveur du théâtre et de la poésie. Je place ces deux formes d’expression artistique très haut dans mon ciel. Avec, encore, la musique, la peinture, le cinéma et la photographie.

Au fond, c’est l’art dans son entier que je mets en première ligne. Ce qui n’empêche ni l’amour ni l’amitié, bien au contraire. L’amitié du monde tient forcément dans la fraternité du poème.

Il y a sûrement, là, une grande affaire de générosité et d’abandon plus qu’une simple affaire de savoir et d’intelligence. Je n’ai jamais su vivre autrement. C’est ce qui explique, et exige, chez moi (comme chez d’autres) excès et sacrifices, voire dépassement.

Le dépassement de soi est une solution pour vivre plus et, espérons-le, pour vivre mieux. Et cela ne va pas sans tourments, sans prise de risque. Mais cela favorise l’émotion et ouvre des voies restées inexplorées. Il y a une part de mystère en chacun de nous, et nous ne pouvons pas la laisser s’étouffer, et disparaître pour de bon. Cette part secrète redonne, elle aussi, tout son sens à notre existence précaire.

L’éternité se cache dans chaque poème, j’en suis désormais convaincu.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP