BRIBES EN LIGNE
i.- avaler l’art par il en est des noms comme du « ah ! mon pour lee       droite je me souviens qu’à propos page d’accueil de       dans le ainsi alfred… page précédente le café pour michèle gazier 1 accorde ton désir à ta       l’ dans les carnets depuis ce jour, le site retour vers le musicien station 7 : as-tu vu judas se vers le sommaire des recueils se placer sous le signe de pierre ciel textes mis en ligne en le dernier recueil de       un 1 2 3&nbs les grands vous avez tu le sais bien. luc ne écrire comme on se       "j&       la j’ai changé le titrer "claude viallat, un texte que j’ai rimbaud a donc 1 2 3&nbs autre essai d’un antoine simon 5 voir document expo boltanski nos voix       pass&eac « e ! malvais assise par accroc au bord de page précédente ► page chère florence des quatre archanges que seins isabelle boizard page suivante ► page ne pas négocier ne sommaire ► page suivante apaches :   adagio   je 1 2 questions page suivante ► page predication_du_15_ao début de la mise en ligne de préparer le ciel i Éléments - ce qui importe pour page d’accueil de et ces toutes ces pages de nos       mouette noble folie de josué, il existe deux saints portant le peintre manuel casimiro baous et rious je suis si tu es étudiant en deux nouveauté,       force {{}} on trouvera la sommaire des  epître aux voici quelques années,   un     longtemps sur     " les embrassées , cantilène voici l’homme aux deux       vaches       " antoine simon 31 1 2 3&nbs       fleurett traquer tout le temps est là sièges me page d’accueil de archipel shopping, la aller à la bribe suivante onze sous les cercles page suivante ► page il nous aura laissé vous, dont l’âme, le voudrais je vous il ne s’agit pas de de pareïs li seit la 1 2 3 derniers vers sun destre page suivante ► page d’abord l’échange des dans le train premier       embarq le samedi 26 mars, à 15 page précédente retour à le vieux qui mais jamais on ne depuis le 20 juillet, bribes démodocos... Ça a bien un madame chrysalide fileuse cliquer sur le titre pour  le livre, avec 1.- les rêves de et c’était dans présentation du projet       les   en grec, morías sous ce titre inspiré de la la chaude caresse de la deuxième édition du       ...mais aller à la liste des auteurs attendre. mot terrible. l’erbe del camp, ki sommaire ► page suivante passet li jurz, la noit est 1. il se trouve que je suis et encore   dits comme c’est   encore une       un si j’avais de son de prime abord, il       pourquoi samuel chapitre 16, versets 1  tous ces chardonnerets entr’els nen at ne pui       le ciel deux ce travail vous est difficile alliage de       je textes mis en ligne en juin mes pensées restent ...et la mémoire rêve dernier vers aoi         rampant antoine simon 26  la lancinante pure forme, belle muette, Être appelé par son nom je sais bien ce qu’il cent dix remarques i► cent attendre. mot terrible.       chaque janvier 2002 .traverse       aujourd que d’heures       fleur le flot pâle des maisons  martin miguel vient cent dix remarques i► cent sixième le chêne de dodonne (i) il n’y a pas de plus  jésus page d’accueil de       neige le lourd travail des meules passet li jurz, si turnet a en ceste tere ad estet ja voir les œufs de un texte que j’ai aller à la bribe suivante le bulletin de paroles de chaman tu       banlieue marcel alocco a éphémère du 6 octobre * il te reste à passer       l’   je n’ai jamais et ma foi, de profondes glaouis tendresse du monde si peu thème principal : tandis que dans la grande À peine jetés dans le À perte de vue, la houle des page suivante ► page   je ne comprends plus la vie est dans la vie. se ( ce texte a posté sur facebook sorti de li emperere s’est voir les œufs de que reste-t-il de la quatre si la mer s’est ….omme virginia par la  tu vois im font chier premier vers aoi dernier             au soir     [1] l madame 1 madame est la j’aime chez pierre cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en carmelo arden quin est une page suivante ► christ a l’homme est jamais je n’aurais       araucari voile de nuit à la       jonathan ce qui fait tableau : ce       dans la les céramiques et leurs     double bernard noël, droits et tout avait     m2   rafale n° 12 où       le sommaire ► page suivante rafale n° 4 on le l’entreprise dont je me   tout est toujours en page suivante ► page       m’ le chêne de dodonne (i) toutes sortes de papiers, sur 1 au retour au moment derniers textes mis en       la page d’accueil de revue       en un <script     tout en travaillant sur les sous l’occupation dans l’herbier de ses le 26 août 1887, depuis cent dix remarques i► cent mult est vassal carles de le lent déferlement  l’écriture textes mis en ligne en mai à bernadette nous savons tous, ici, que pour andré textes mis en ligne en page suivante ► voici donc libre de lever la tête cette machine entre mes       qui dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais monde imaginal,     pluie du dernier vers aoi et si au premier jour il je rêve aux gorges       & sors de mon territoire. fais antoine simon 11 page suivante page  dans toutes les rues pour nicolas lavarenne ma rafale   un vendredi pour daniel farioli poussant page suivante ► page la fraîcheur et la   six formes de la page suivante ► page       sur les       allong&e       à sculpter l’air : i mes doigts se sont ouverts sainte marie,       dans le in the country       deux présentation du projet je désire un tout le problème  tu ne renonceras pas. rafale 1 2 3 dans les rêves de la ainsi fut pétrarque dans le plus insupportable chez le lent tricotage du paysage fragilité humaine.       m’ présentation du projet cet article est paru dans l’effilé de heureuse ruine, pensait sauras-tu lui répondre    regardant antoine simon 14 pour lire les textes de       le à       "je       je me j’ai ajouté       apparu on trouvera la video la cité de la musique un besoin de couper comme de la danse de aller à la liste des auteurs de pa(i)smeisuns en est venuz là-bas, dans le pays des 1 2 3 paru en ce mois de juin 2021, quatrième essai de pour alain borer le 26 textes mis en ligne en mai rossignolet tu la « h&eacut sommaire ► page suivante napolì napolì (la numérotation des dernier vers aoi pour visionner la       la page suivante page 1 2 en       nuage vers le sommaire des recueils cet article est paru dans le station 3 encore il parle normalement, la rubrique <img852|left> forest       coude       sur       montagne antoine simon 16 dans un coin de nice, dans l’innocence des le thème       et tu paysage de ta pour egidio fiorin des mots la légende fleurie est à claude held patiente la 1 les morceaux de nuit se je ne saurais dire avec assez la tentation du survol, à nice, le 18 novembre 2004 saluer d’abord les plus    courant 10 vers la laisse ccxxxii l’illusion d’une textes mis en ligne en août de mes deux mains       l’       fourr&ea "a cannes, propos de table page suivante ► page frères et essai de nécrologie, il tente de déchiffrer, page suivante ► page qui d’entre nous pour accéder au pdf de bien sûr la sommaire ► page suivante       allong&e aller au sommaire des page suivante ► page page suivante ► page       une il est le jongleur de lui alocco, au château de nice, le 8 octobre tout en vérifiant dentelle : il avait c’est seulement au les ruelles blanches qui pour robert antoine simon 9       cette chaque automne les       &nbs 1 2 3&nbs pour michèle gazier 1) ma mémoire ne peut me douze (se fait terre se dernier vers aoi la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Alocco, Marcel /

MARCEL ALOCCO

Ce jour de printemps où j’ai rencontré Auguste Renoir
© Marcel Alocco
Publication en ligne : 30 septembre 2021
Artiste(s) : Alocco (site)
Clefs : 2000-2004

Dans ses archives, Marcel Alocco a retrouvé une série de textes. Voici la mise en ligne du premier d’entre eux, écrit en août 2004 poue un projet de Michel Gaudet et demeuré inédit.


C’était une très jeune fille, rose et d’un blond vénitien auréolé de lumière. Assise à l’envers du banc, tournant le dos aux danseurs, elle me faisait face, le regard attentif, comme interrogateur. Un visage adolescent qui semblait exprimer la tendresse, un peu de désarroi peut-être – mais toute de clarté, alors qu’une femme plus sombre était debout derrière elle, penchée les bras appuyés à ses épaules, comme pour la rassurer, ou la livrer. L’épaisseur transparente de la lumière en faisait un être de rêve, plus proche de mes fantasmes que la petite jeune fille qui dans l’atelier de peinture de Louise Charbonnier m’intéressait assez pour que je tente d’en faire le portrait. Je ne sais quand j’ai eu sous les yeux cette reproduction impressionnante. Dans mon inconscience d’explorateur débutant j’ai négligé de noter le jour où j’ai rencontré Auguste Renoir. Une autre toile présentait une jeune femme nue dont le corps reflétait comme en un prisme explosé les éclats irréels d’une chair désirable et impossible. Incertitude du destin. Celle que nous retrouverions dans la prairie, où au piano, serait-elle la même, une semblable, une autre… Danserait-elle à Bougival ou à la ville ?
Jeune garçon qui vivait à Nice dans un milieu sans culture, je n’avais jamais visité d’autre musée que celui d’Histoire Naturelle : j’aimais, le long du Paillon où en ces temps fort lointains se tenait le « marché aux puces », à flâner et feuilleter des livres anciens. Ici était la frontière rarement franchie de mon vieux quartier populaire. Sans doute incité par notre professeur de sciences naturelles, surmontant ma timidité j’avais osé pénétrer l’ombre du musée Barla, découvrant champignons de plâtre, herbiers et (mais je l’ai peut-être rêvé ?) une momie de bébé.
Je crois me souvenir que j’ai rencontré Auguste Renoir un jour de printemps tout bleu où les feuilles des platanes laissaient jouer sur le trottoir des taches de soleil, dans l’un de ces tourniquets qui présentaient des cartes postales devant une librairie proche du Lycée Félix Faure. J’ai là découvert aussi dans cette même période Paul Klee et Frantisek Kupka qui m’intriguaient beaucoup, puis des artistes abstraits, mais c’est une autre histoire. Nous étions en un temps inimaginable où il était possible d’être bachelier sans avoir jamais entendu parler de peinture, et notre Lagarde et Michard dans les années cinquante était illustré totalement (ou presque ?) en noir et blanc. J’ai ensuite succombé à partir de ces cartes postales au terrible Musée Imaginaire de la peinture moderne et contemporaine… Terrible, car il donne l’illusion de connaître ce qu’on ne saura s’approprier progressivement qu’aux contacts d’œuvres en trois dimensions, avec leurs épaisseurs de bois, de textile, de couleurs, leur format spécifique et le corps à corps dans l’espace qui les sépare de nos rétines.
Nous admirions beaucoup Madame Louise Charbonnier, une très gentille vieille dame (au moins à mes yeux d’adolescent) toujours vêtue d’un tailleur parme et coiffée d’un chapeau orné de fleurs ou de fruits. Avec Edouard Fer, ils étaient me semble-t-il en ces temps obscurs de désert culturel provincial les seuls artistes niçois vivants (hormis peut-être les Mossa conservateurs du lieu) à figurer sur les cimaises du Musée des Beaux-Arts Jules Chéret. Un mur était consacré, à l’étage, tout au bout du couloir, à ses deux aquarelles et à je ne sais plus quelles œuvres du directeur de la Villa Thiole dont une peinture murale occupe toujours le fond de la bibliothèque Dubouchage. Notre professeur nous interdisait l’usage du noir, surtout pour les ombres. J’apprenais par la pratique qu’il y a des couleurs dans la couleur. Auguste Renoir et Paul Cézanne étaient nos modèles désignés. Nous n’aurions jamais osé aventurer nos figures du côté de Picasso, ou de Matisse dont pourtant le dessin me fascinait.
Je me souviens de deux conseils que donnait Louise Charbonnier, l’un que je n’ai appliqué qu’un temps : « Une œuvre n’est pas terminée tant que vous n’avez pas mis quelques touches de mauve » ; l’autre, qui a peut-être été fondateur en désignant symboliquement la liberté de l’artiste et que j’espère avoir suivi dans mon travail : « Si vous n’y arrivez pas avec le pinceau, faites-le avec le doigt… »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP