BRIBES EN LIGNE
cher.e.s ami.e.s vous pouvez les dernières troisième essai 1 2 3  retour à la recherche page suivante ► page éphémère du 2 difficile alliage de       dans le un temps hors du écrire comme on se entr’els nen at ne pui       fourmi&n equitable un besoin sonnerait     rien soudain un blanc fauche le quatrième essai de l’éclair me dure, seins isabelle boizard       si j’étais un huit c’est encore à     " voir aussi boltanski galerie creuser de la langue, outil voir les œufs de si j’avais de son pour andré villers 1) cliquer sur l’icône       quand       il c’est vrai je crie la rue mue douleur  monde rassemblé hommage à rené percey priest lake sur les « je ne crois pas i mes doigts se sont ouverts  c’était  tu ne renonceras pas. posté sur facebook sorti de effeuillage d’une feuille lorsque martine orsoni textes mis en ligne en juin onze sous les cercles et nous n’avons rien les plus terribles paru en ce mois de juin 2021,       la pie pour bruno charlotte, in dernier vers aoi la réserve des bribes li emperere s’est textes mis en ligne en mai  avec « a la antoine simon 31 fragilité humaine. textes mis en ligne en mai j’ai donné, au mois       ce d’abord l’échange des grande digue est dispersée la littérature de le bulletin de       sur et si au premier jour il attendre. mot terrible.     m2   attention beau et   riche de mes le rideau (gallimard 2005) de à sylvie suite du blasphème de et voici maintenant quelques préparer le ciel i page d’accueil de       soleil et si tu dois apprendre à la mort d’un oiseau. sommaire ► page suivante avant dernier vers aoi aller à la liste des auteurs je découvre avant toi cent dix remarques i► cent   au milieu de le lourd travail des meules a la fin   il ne resta si elle est belle ? je       ( page précédente page page suivante ► page début de la mise en ligne de page précédente retour page précédente le café la rencontre d’une quant carles oït la l’impression la plus une il faut dire les       entre     ton plaisir la brume. nuages aller à la bribe suivante antoine simon 7 pour julius baltazar 1 le madame est une ce 28 février 2002. le 26 août 1887, depuis       &nbs gardien de phare à vie, au       "j&       sur la s’égarer on textes mis en ligne en sommaire ► page suivante  dernier salut au dernier vers aoi     de rigoles en récapitulatif lieux et       et tu antoine simon 12 cover-oleti_artin_ri alain remila : un des   un vendredi bernard dejonghe... depuis la chaise, le châssis, le page suivante ► christ a bruno mendonça "a cannes, propos de table   ciel !!!! À hélène les plus vieilles dernier vers aoi un soir à paris au       les pour accéder au pdf, antoine simon 27 cent dix remarques i► cent page suivante ► page thème principal :       banlieue a ma mère, femme parmi dernier vers doel i avrat,       à       sur le j’ai en réserve page suivante ► page naviguer dans le bazar de ensevelie de silence, un homme dans la rue se prend ils avaient si longtemps, si paroles de chaman tu       un       magnolia   ces sec erv vre ile       cerisier présentation du projet buttati ! guarda  dans l’herbier de ses les installations souvent, pour nicolas lavarenne ma station 1 : judas elle dit la main qui fut le   je n’ai jamais dorothée vint au monde antoine simon 30 antoine simon 16 envoi du bulletin de bribes À observer par le trou de   nous sommes il existe deux saints portant aux george(s) (s est la samuel chapitre 16, versets 1 exode, 16, 1-5 toute dans le respect du cahier des       soleil violette cachée ton la lecture de sainte sommaire ► page suivante alla lingua lingua madre 1 2 3 dimanche 18 avril 2010 nous 1 2 3        sur le traquer à la mémoire de christian d’ eurydice ou bien de suite de l’illusion d’une et te voici humanité ouverture d’une une autre approche de le galop du poème me mes pensées restent les cuivres de la symphonie de l’autre page d’accueil de pour accéder au pdf, elle réalise des textes mis en ligne en chers élèves du collège 1 2 3  de tantes herbes el pre cyclades, iii° arbre épanoui au ciel 1 2 3  c’est la chair pourtant mélodie   entrons maintenant je voudrais voir les arbres dernier vers aoi dernier vers aoi page suivante ► page macao grise je serai le pilote aux yeux 1 2 3        m’ deuxième suite page précédente retour joseph a pour sens "dieu 1 2 3  pour michèle auer et       coude le travail de bernard page précédente retour 1 2 3 c) pierre ciel page suivante ► page merci à marc alpozzo quelque temps plus tard, de je ne sais pas si antoine simon 18 le soleil n’est pas et encore   dits « h&eacut pour accéder au texte au  le grand brassage des présentation du projet     dans la rue la À perte de vue, la houle des le flot pâle des maisons ] heureux l’homme année 2018 ► année 2020 aller à la bribe suivante encore la couleur, mais cette       rampant       dans le retour au pdf sui generis un texte que j’ai et ma foi, station 4 : judas  toi, mésange à nos voix je déambule et suis cliquer sur l’icône au labyrinthe des pleursils a l’aube des apaches,       dans le antoine simon 28 retour au texte pour angelo haut var ► brec 1 2 3  page d’accueil de j’ai donc nécrologie rafale n° 3 des faisant dialoguer granz est li calz, si se le chêne de dodonne (i) 1 2 3 oui, nous serons toujours ces ki mult est las, il se dort 1 2 3   référencem   dits de cet article est paru dans le il y a des mots, mais comme retour vers le musicien 1- nous sommes dehors. à propos des grands aller à station 3 encore il parle la visite de la fondation préparer le ciel i un jour nous avons le texte qui suit est, bien un titre : il infuse sa dessiner les choses banales le thème 1 2 3  tous feux éteints. des       o       sur le non... non... je vous     chambre page suivante ► page au centre des quartiers de pour accéder au pdf de       l’ et c’était dans aller à la bribe suivante page suivante ► page      & voici l’homme aux deux « mais qui lit pour jean marie 1 2 3  today i eat my page suivante page  epître aux inoubliables, les       bonheur cent dix remarques i► cent face aux bronzes de miodrag revue d’un côté antoine simon 10  l’exposition    anatomie du m et “dans le dessin 1 2 a la maintenant il connaît le madame est toute cent dix remarques i► cent je n’aime pas les gens année 2019 ► albert     extraire "si elle est page d’accueil de mouans sartoux. traverse de dans les carnets attelage ii est une œuvre pour gilbert les éditions colophonarte la vie est ce bruissement       pé du maurithuis par madame dans l’ombre des       pav&eacu villa arson, nice, du 17 l’heure de la 1 2 3  se placer sous le signe de si grant dol ai que ne accoucher baragouiner moi cocon moi momie fuseau page suivante ► page dernier vers aoi   1 2 3   tous ces chardonnerets page suivante page décembre 2001. vous, dont l’âme, le       sabots aller à la bribe suivante que reste-t-il de la le chêne de dodonne (i) clxvi deus li otreit (la sue) dernier vers aoi   sommaire ► page suivante il avait accepté       bâ j’ai ajouté le numéro exceptionnel de  l’écriture cent dix remarques i► cent abu zayd me déplait. pas sommaire ► page suivante     du faucon    7 artistes et 1 1 2 3        sur le       avant       au fond   iv    vers pour accéder au texte aller à la liste des auteurs sommaire ► page suivante  jésus voir les œufs de page suivante page       que de page suivante ► page pas une année sans évoquer  née à madame porte à c’est une sorte de  de la trajectoire de ce     l’é       objectif clers est li jurz et li textes mis en ligne en i.- avaler l’art par pas sur coussin d’air mais quel étonnant la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : ALOCCO, Marcel /

RAPHAËL MONTICELLI

Alocco, la peinture déborde
Publication en ligne : 10 août 2021
/ Catalogue musée
Artiste(s) : Alocco (site)

Que, dans les derniers travaux, la toile, une fois terminée, soit déchirée en fragments de dimensions inégales, recousus ensuite au hasard, nous oblige à reconsidérer ce que nous disions des limites, du cadrage, de l’image et de la couleur. Il faut bien constater en effet que ce n’est pas l’image qui subit la déchirure [5], ou qui est détruite [6] ; ce n’est pas la peinture qui est fragmentée [7], mais l’ensemble indissociable couleur-image, à prendre comme un positif-négatif, quoi que l’on puisse dire par ailleurs de l’image, et quoi que l’on fasse de la couleur. Il ne s’agit donc pas d’une volonté de détruire l’image ou de s’opposer à la couleur, mais bien plutôt de dépasser la construction quadripartite autour d’un centre trop nettement marqué.

Les fragments issus de la déchirure, nécessairement dans le droit fil, s’ils sont de dimensions inégales ne peuvent être que des rectangles ou des carrés ; le hasard du remontage en Patchwork est en partie corrigé par la nécessité de faire concorder les formats des pièces rapportées côte à côte. Et le dépassement de l’organisation quadripartite est, du même coup, dépassement du cadrage et des limites. L’illimité n’est plus suggéré par la brisure d’une image, le dépassement de la toile hors du châssis, ou l’étalement de la couleur ; la toile n’appelle pas l’infini. Simplement, on peut en augmenter les dimensions en la cousant à une autre. Cette mosaïque de rectangles inégaux que souligne la netteté de la couture, gros fil écru à coudre les toiles de voiles, cette apparence boudinée du lieu de la couture rendent la couleur et le brouillage secondaires ; tout comme la couleur rendait l’image secondaire ; c’est en l’oubliant que la couleur faisait l’image ; c’est en l’ignorant que la couture fait la couleur de la toile.

Remâchée morceau par morceau, la toile devient prétexte à la répétition de ce geste de couture qui semble si loin des préoccupations que la toile initiale laissait apparaître. Cela vous a un petit air à la fois travaillé et mal dégrossi qui ne laisse pas de surprendre.

La démarche de Marcel Alocco recoupe parfois les démarches à la mode ; mais, à vrai dire, elle ne leur doit pas grand chose ; le problème est de savoir si c’est par ignorance ; nous avons, au cours de notre présentation, prétendu prouver le contraire. Et il y a certainement, dans la peinture, place pour les démarches les plus diverses. La moindre des honnêtetés demande que l’on dégage les nécessités, donc l’intérêt de chacune. Si Marcel Alocco se trouve en situation de rupture par rapport à ce qui se fait, s’il passe son temps à montrer ce qu’habituellement on tente de soigneusement cacher [8], on n’en devrait être que davantage incité à étudier son travail et comprendre sa démarche.

Notes

[5

(5) Voir note 3.

[6

(6) Comme c’est le cas dans un certain nombre de « brouillages » par exemple.

[7

(7) On peut à ce propos comparer les récents Patchworks aux divers brouillages, découpes ou même détériorations que, depuis le début, Marcel Alocco propose ; plus particulièrement aux réalisations de 1969 (images nettement découpées laissant apparaître le châssis), 1971 (série des rubans sergés : toile tendue sur châssis régulièrement découpée ; toiles libres cousues verticalement et imposant une modification de l’image) ; ces brouillages reprenaient chaque fois des brouillages par différence chromatique.

[8

(8) L’attention au déchet, aux résidus du travail, aux à-côtés de la peinture est encore une constante dans letravail de Marcel Alocco qui, lors de son exposition « La peinture déborde », chez Ben, présentait une salle entière de ces résidus (caches, chiffons salis, etc.), tout ce « pris pour non-œuvre » dont parle Tremet et qui, tout en faisant penser à quelque énorme « palette de l’artiste » ne laisse pas d’insister sur ce par quoi — ou au verso de quoi — la peinture se fait. Autre négatif-positif dans le même rapport avec le pris pour œuvre que celui qu’entretiennent les images et la couleur, la toile et la couture ; autre raison du mépris des seigneurs.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP