BRIBES EN LIGNE
toujours les lettres :       apr&egra la mastication des ki mult est las, il se dort     le cygne sur 19 mars 2022, savigny sur art jonction semble enfin cent dix remarques i► cent ouverture d’une la pureté de la survie. nul À hélène dans l’innocence des textes mis en ligne en j’oublie souvent et 1 2 3&nbs dernier vers aoi   éphémère du 2 au rayon des surgelés madame porte à un survol de l’annÉe apaches : un verre de vin pour tacher vers le sommaire des recueils   est-ce que page suivante ► page non, björg, s’il pour michèle gazier 1) page précédente page       sur la       alla les étourneaux ! dorothée vint au monde ce poème est tiré du rafale n° 7 un cliquetis obscène des allons fouiller ce triangle page précédente retour vue à la villa tamaris       bonheu a la libération, les se reprendre. creuser son dernier vers s’il     au couchant       " les plus terribles  tu ne renonceras pas. page suivante ► page antoine simon 10 page suivante ► page de pareïs li seit la les dernières grant est la plaigne e large tes chaussures au bas de 1 2 3&nbs le lent déferlement page précédente retour je serai le pilote aux yeux page suivante ► page dans le train premier  c’était {{}} on trouvera la       le   pour théa et ses viallat © le château de cent dix remarques i► cent réponse de michel       ...mais dimanche 18 avril 2010 nous page d’accueil de sommaire ► page suivante iloec endreit remeint li os page suivante ► page Ç’avait été la sables mes paroles vous si j’avais de son j’ai ajouté madame dans l’ombre des 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs je t’enfourche ma   ces notes page suivante ► page chaises, tables, verres, dans les carnets dernier vers aoi de profondes glaouis une autre approche de « la musique, à bernadette accorde ton désir à ta       à démodocos... Ça a bien un  le "musée clere est la noit e la li quens oger cuardise la liberté de l’être       dans voir l’essai sur si grant dol ai que ne page suivante page       au soir page d’accueil de je sais bien ce qu’il glaciation entre       la la question du récit       grimpant creuser de la langue, outil   si vous souhaitez 1 2 3&nbs       objectif       dans le ils sortent en 1958 ben ouvre à jusqu’à il y a un titre : il infuse sa rafale n° 5 un  jésus titrer "claude viallat, lorsque martine orsoni le tissu d’acier « h&eacut une fois entré dans la       neige petit souvenir au commencement était pas une année sans évoquer page suivante ► page toi, mésange à ils avaient si longtemps, si       sous très malheureux... page suivante ► page antoine simon 26 ce qui importe pour       le sur la toile de renoir, les voir les œufs de comme ce mur blanc 1 2 3&nbs       " deux ajouts ces derniers saluer d’abord les plus lorsqu’on connaît une page précédente page       longtem les éditions de la passe du       au pas page suivante ► page 1 2 3&nbs c’est la peur qui fait page suivante ► page marie antoinette bernadette griot vient de page suivante ► page ce texte m’a été le rideau (gallimard 2005) de comment entrer dans une je reviens sur des  dans le livre, le  martin miguel vient nous lirons deux extraits de dans la caverne primordiale vous êtes antoine simon 16 sequence pour michèle       dernier vers aoi  si, du nouveau       rampant six de l’espace urbain, pluies et bruines, comment ceci… pour prendre mesure. 1 2 3 constellations et sommaire ► page  dans toutes les rues pour helmut je t’enlace gargouille sommaire ► page suivante       cerisier toutefois je m’estimais "a cannes, propos de table pour jean-louis cantin 1.- si vous entendez le lac la danse de aller à la bribe suivante paru en ce mois de juin 2021, page suivante ► page seul dans la rue je ris la le coeur du       l’       parfois madame est une torche. elle c’est ici, me page suivante ► page  le grand brassage des 1 2 3 page précédente ► page page d’accueil de vous avez ici, les choses les plus thème principal :       voyage accéder à l’article dans un coin de nice, 199* passé galerie trois (mon souffle au matin bribes en ligne a pour lee       l’ page précédente le café à sylvie juste un j’ai relu daniel biga,   se         &n heureuse ruine, pensait 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante voir les œufs de aller à la bribe suivante 1) notre-dame au mur violet « pouvez-vous   la baie des anges 0- souviens-toi. sa sauras-tu lui répondre       un si elle est belle ? je al matin, quant primes pert le 26 août 1887, depuis deux ce travail vous est carles li reis en ad prise sa aller à la bribe suivante     [1] l       maquis       sur le dont les secrets… à quoi printemps breton, printemps  l’entretien    au balcon page d’accueil de ço dist li reis :       fourr&ea page suivante ► page rimbaud a donc en introduction à sommaire ► page suivante le géographe sait tout 1 2 3&nbs douce est la terre aux yeux ce qui aide à pénétrer le dans un clignement de       allong&e dix l’espace ouvert au textes mis en ligne en avril dans le pain brisé son 1 2 3&nbs  dernières mises aux barrières des octrois a supposer que ce monde ses mains aussi étaient carissimo ulisse, torna a       les après la lecture de aller à la bribe suivante     le ensevelie de silence, a quelques exceptions près deux mille ans nous textes mis en ligne en avril le plus insupportable chez sommaire ► page suivante       sur le page suivante ► page (elle entretenait des conserves ! aller à la liste des auteurs       sur le    courant     de rigoles en lancinant ô lancinant     les provisions dans les carnets aller à la bribe suivante   ces sec erv vre ile “dans le dessin 1 2 la strada madame, c’est notre antoine simon 33 pour visionner la ce qui fait tableau : ce     un mois sans il y a longtemps, le flot gris roule contre quatre si la mer s’est page suivante ► page       dans la       voyage intendo... intendo ! la légende fleurie est couleur qui ne masque pas retour au pdf sui generis ce 28 février 2002. 1 2 3&nbs dans le monde de cette cette machine entre mes janvier 2002 .traverse sauver la vie c’est ne sous l’occupation ] heureux l’homme très saintes litanies 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante elle disposait d’une bien sûr la je n’aime pas ce monde. page d’accueil de (À l’église pour raphaël    si tout au long mult ben i fierent franceis e textes mis en ligne en tout mon petit univers en je n’hésiterai 1 2 3       crabe-ta retour au texte rafale page suivante ► page lu le choeur des femmes de dernier vers aoi branches lianes ronces     cet arbre que       le   je ne comprends plus tout en travaillant sur les 1 2 3&nbs j’aime chez pierre "école de page suivante ► page l’évidence 7) porte-fenêtre dernier vers aoi       fleur textes mis en ligne en s’ouvre la ...et la mémoire rêve les photos et archives  pour jean le   né le 7 vous, dont l’âme, le je suis  les trois ensembles 1 2 3 en un besoin de couper comme de li emperere s’est       mouette je n’ai pas dit que le huit c’est encore à il est le jongleur de lui voir aussi boltanski galerie       au  il y a le châssis, cliquer pour rejoindre la sculpter l’air : noble folie de josué, antoine simon 30 tout est possible pour qui       ".. l’entreprise dont je me (dans mon ventre pousse une voile de nuit à la merci au printemps des       vaches sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante     m2      7 artistes et 1       araucari pour accéder au pdf, ainsi fut pétrarque dans 1 2 3&nbs textes mis en ligne en      &       la que nos princes et empereurs nos voix       deux nous serons toujours ces sommaire ► page suivante vertige. une distance textes rÉunis sous un titre 1 au retour au moment       un il y a deux villes à       " la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : ALOCCO, Marcel /

RAPHAËL MONTICELLI

Aux fils de la mémoire
Publication en ligne : 9 août 2021
Artiste(s) : Alocco (site)

Voici encore un texte que j’avais oublié. Marcel Alocco me l’a fait parvenir en ce mois d’août 2021. Il existe deux versions de ce texte, toutes deux de 1984. Celles qui fut publié dans le n° 7 de la revue Kanal, et cette autre, extraite de la première, qui a servi de préface à une exposition de l’artiste à la galerie 15 de Lille. Seule cette dernière a, pour l’instant été retrouvée.


Ceci… Pour prendre mesure. L’œuvre d’Alocco se construit autour de la constante des images. Images en contrepoint, référence, prétexte, chargées déjà, quand elles paraissent, de paroles ou murmures, d’habitudes de l’œil et du corps, de furtives caresses, de culture en somme, et acclimatées, ou greffées sous des cieux différents, dans des écologies autres que celles de leurs origines ; la toile qui les reçoit tient peut-être moins du musée que du zoo ou, mieux, du jardin d’acclimatation : elles ne sont pas montrées là, uniques en leur espèce et comme éternellement posées, focalisant temps et espaces dans la protection d’hygrométries figées et de températures stables, sous la lumière filtrée de projecteurs préréglés, mais vivant d’une vie maintenant toujours autre, produisant et se reproduisant, transformant — de subtile et irréversible façon — le lieu
choisi et préparé pour les accueillir et s’en transformant : vivantes et donc mourant, faisant du lieu
qui les fait naître et vivre leur tombeau, leur monument.

Alocco accélère et diversifie l’œuvre du temps sur les lieux, construit les lieux de l’accélération et de la diversité des temps. || est ainsi les temps calmes des choix, ou du tri, saisies de sigles, lettres, figures communes de notre banalité quotidienne, personnages infantiles reproduits à des milliards d’exermplaires, fourmilière d’images issues des B.D., de contes naïfs ou de niaises anecdotes, d’échanges courants, emportés dans le tourbillon d’un regard comme pour en orner les frontières dans d’infinis jeux de miroir : des échos de la modernité de l’art ou de sa renaissance, souvenirs rupestres, échos de drippings, hommages distants à Matisse, Picasso,
Léger ou Mondrian, songes de l’œil surgissant en flashes, couvrant temps et espaces, du Japon classique au Sahara préhistorique, des millénaires chinois aux temps aigus de nos éphémères avant-gardes, et, chargé de tout ce qui le fait œil, jalonne sa marche — ou sa démarche — de tout, et à tqut paie son tribut ; recherche, enfin, d’opéras d’images, poncuant les voyages, ou les justifiant : renaissante ltalie aperçue, reconnue, au fond d’une galerie d’Avignon, Flandre florentine, images de femmes, hésitant entre l’innocence des nudités originelles, la pureté d’un rêve paien et les indolentes amours des madonnes chrétiennes.

fondre en un seul objet — indissoliublement — image et support, transformer le toile pour transformer l’image, défaire l’une défaisant l’autre et ainsi faire œuvre.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP