BRIBES EN LIGNE
ma mémoire ne peut me page d’accueil de le peintre manuel casimiro       le ciel       sur le préparer le ciel i       reine rien n’est plus ardu l’illusion d’une il n’était qu’un le 15 mai, à sites de mes     ton plaisir 1- ai-je reçu une today i eat my         bribes dans le nid de présentation du projet karles se dort cum hume i) dieu doit-il présenter une autre approche de buttati ! guarda  la brume. nuages il ne sait rien qui ne va page suivante ► page aller à la bribe suivante j’aurai donc vécu sur attendre. mot terrible. pour raphaël béatrice machet vient de page suivante ► page je serai toujours attentif à       l’ le chêne de dodonne (i)   j’ai souvent montagnes de       soleil la terre a souvent tremblé       su lou  hier, 17 1) notre-dame au mur violet oui la le dernier recueil de nous serons toujours ces  dernier salut au monde imaginal, epuisement de la salle, non, björg, s’il etudiant à naviguer dans le bazar de       force la prédication faite un soir à paris au aller à la liste des auteurs derniers vers sun destre il faut laisser venir madame elle ose à peine premier vers aoi dernier page d’accueil de dans le monde de cette réponse de michel page suivante page madame, c’est notre et si au premier jour il cristina m’avait demandé parmi les éditeurs la difficile question des Éditeur : la diane     les provisions       bâ       objectif chaque automne les ce mot comme à la hâte antoine simon 23       sur le le chêne de dodonne (i) pour egidio fiorin des mots aller au sommaire de pablo    en ouverture de l’espace       sur les ou aux mots noyés dans de tantes herbes el pre eurydice toujours nue à présentation du dans le respect du cahier des le lourd travail des meules bien sûr la page précédente ► page il aurait voulu être huit c’est encore à dans l’innocence des violette cachée ton       magnolia c’est un peu comme si, dans ma gorge       le vent pour qui veut se faire une pour alain borer le 26 alain lestiÉ un art de la page suivante ► page si j’étais un mais non, mais non, tu le voici devant la toile 1 la confusion des       les aller à la liste des auteurs       sur le dernier vers aoi aller à la liste des auteurs       vu les bernard noël, droits raphaël monticelli 30 juin je me souviens qu’à propos textes mis en ligne en cette machine entre mes préparer le ciel ii j’ai perdu mon pour michèle auer et gérard un verre de vin pour tacher depuis le 20 juillet, bribes effrayante humilité de ces j’ai travaillé pour max charvolen 1) les carnets éclaboussés 2 aller à la liste des auteurs     m2   antoine simon 10 page suivante ► page et combien paul i voici. "il y aurait eu un page suivante ► voici donc       la toutes ces pages de nos clers est li jurz et li j’oublie souvent et       sur la pas même sommaire ► page page suivante ► page malgré ses formules le recueil de textes cet univers sans toutefois je m’estimais       bien le travail de bernard de profondes glaouis bernard noël en débat edmond, sa grande textes mis en ligne en les textes mis en ligne les parents, l’ultime commençons donc par mougins. décembre         je suis celle qui trompe textes mis en ligne en juin  c’était aller à la liste des auteurs présentation du projet art jonction semble enfin d’ eurydice ou bien de nu(e), comme son nom le long de l’ombre hommage à rené (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi la réserve des bribes année 2019 ► albert écoute, josué, page suivante ► ce pays que granz est li calz, si se prenez vos casseroles et il a surgi sans crier antoine simon 31 et tout avait pour hélène dubois 1)       é références : xavier alla lingua lingua madre toujours les lettres : page d’accueil de grande digue est dispersée ce <script     « l’essentiel est vers les voix de l’ange antoine simon 17 la vie est ce bruissement j’ai parlé accéder à l’article aller à la bribe suivante dans le flou des souvenirs...       maquis dernier vers s’il       à       ce sequence page suivante ► page et que vous dire des notre but n’est pas de le chêne de dodonne (i) torna a sorrento ulisse torna   encore une antoine simon 20 dernier vers aoi commençons donc par le 1) reflets et echos la salle   ces sec erv vre ile       jonathan nice, le 18 novembre 2004 quel étonnant bernar venet - page suivante ► page s’égarer on (dans mon ventre pousse une « non, peut-être ses mains aussi étaient    tu sais li emperere par sa grant le poiseau de parisi mon l’évidence     chant de photos de frédéric  monde rassemblé le flot gris roule contre tant pis pour eux. l’erbe del camp, ki de soie les draps, de soie normalement, la rubrique le slam ? une ruse de cent dix remarques i► cent     le quelques autres aller à la bribe i au madame, vous débusquez posté sur facebook sorti de       coude il était question non    courant dans les écroulements quai des chargeurs de ce qui importe pour villa arson d’exposition en   pour olivier nouvelles mises en sauvage et fuyant comme mathieu bénézet : mon avant-dire  “... page précédente retour   (dans le les plus terribles       fourmi&n chers élèves du collège       les des quatre archanges que    nous       dans la gardien de phare à vie, au abords de l’inaccessible si vous entendez le lac au rayon des surgelés page précédente ► page page suivante ► page très saintes litanies pour robert pas de pluie pour venir madame chrysalide fileuse aller à la bribe suivante   entrons maintenant    de femme liseuse textes mis en ligne en dernier vers aoi je reviens sur des préparer le ciel i sommaire ► page suivante       droite avant dernier vers aoi       la l’homme est baous et rious je suis au centre des quartiers de     pour accéder cent dix remarques i► cent dernier vers aoi       je       devant arbre épanoui au ciel aller à la bribe suivante lorsque martine orsoni quant carles oït la jean dubuffet : honneur il tente de déchiffrer, raphaËl dernier vers aoi page suivante ► page  au travers de toi je cent dix remarques i► cent d’abord l’échange des page suivante page page suivante ► page     &nbs       je me page suivante ► page vers jean-jacques, peintre l’envers de   iv    vers dernier vers que mort       banlieue envoi du bulletin de bribes   six formes de la je suis page suivante ► page station 3 encore il parle  de même que les me voir aussi boltanski galerie etait-ce le souvenir       pav&eacu dernier vers aoi À alessandra onzième « (…) et il dans les carnets mes pensées restent pour pierre theunissen la aller à la bribe suivante cliquer sur l’icône biboon. plus qu’une saison.       dans   je ne comprends plus page suivante ► page page suivante page antoine simon 16       araucari j’pense à toi bruno "la musique, c’est le présentation du projet carissimo ulisse, torna a il n’y a pas de plus page suivante ► page textes mis en ligne en mars troisième essai  pour jean le archipel shopping, la bribes en ligne a sommaire des contributions À l’occasion de       mé c’est la chair pourtant merci au printemps des aller à la bribe suivante bribes en ligne a       dans ce 28 février 2002.   se aller à la liste des auteurs sommaire ► page suivante c’était une eloge de la boite aux antoine simon 28 page suivante ► page       un madame déchirée mon cher pétrarque, page suivante ► je suis né voir document expo boltanski       les page d’accueil de comment entrer dans une       &nbs rossignolet tu la il pleut. j’ai vu la le vieux qui c’est une sorte de page suivante ► page il semble possible    si tout au long ils sortent page suivante ► r.m. a toi       ( coupé le son à je rêve aux gorges beaucoup de merveilles in the country       avant textes mis en ligne en juin patrick joquel vient de faisant dialoguer dieu faisait silence, mais la liberté de l’être la parol

Retour à l'accueil

MICHEL DIAZ

Entre solitude et néant
© Michel Diaz
Publication en ligne : 20 avril 2021
Clefs : 2021 , Diaz , prose poétique

Ce texte est extrait de Quelque part la lumière pleut , recueil en attente de publication.


l’instant, celui qui ne laisse rien de sa fuite qu’une absence de souvenir, est la blessure ouverte sur laquelle, silencieuse et drue, tombe une neige taciturne, sur un monde qui perd ses couleurs, un paysage disparu, toutes frontières effacées, mais ouvert sur un ciel aussi sourd et muet que le sont, au-delà, ses hypnotiques galaxies d’énigmes

heures blanches comme des cercles sans commencement ni fin, elle était là, me regardant, son ultime point de repère, les mains croisées sur ses genoux, ne sachant nulle part où aller dans ce monde où tombait cette neige, silencieuse et drue, et jetant jusqu’à moi ce regard éperdu sur lequel nous tentions de passer le gué de ce pont fugitif qui nous reliait d’une rive à l’autre

entre nous, tombait cette neige, des cristaux de glace dansaient, tantôt avec cette lenteur qu’ont les étoiles mortes, et tantôt, sans qu’on sache pourquoi, avec cette vitesse solitaire des comètes qui brûlent dans nos yeux en poussière de nuit, n’y laissant que la trace, aussitôt dissipée, de leur étincelle onirique

nous étions seuls alors, l’un en face de l’autre, au milieu des flocons et de leurs tourbillons de glace, ensemble et exilés au point que seul nous demeurait l’éloignement d’un éloignement sans retour, maelstrom d’un tombeau qui ne disait rien de son nom, un bord d’abîme où, résorbés dans la lumière, nos regards se croisaient sans jamais se rejoindre, sinon dans le miroir d’une saison sans nom

++++

je lui avais parlé d’un banal examen de santé, une visite médicale de routine, sans urgence mais nécessaire, et pas de l’acculer dans l’impasse des non-retours

elle a mis ses chaussures de ville, enfilé son manteau pour quitter sa maison, puis j’ai ouvert la porte, l’ai refermée derrière nous, et j’ai jeté la clé qui s’est noyée au fond d’une larme salée

l’inconnu commençait pour elle au tournant de la rue, c’était trop dangereux maintenant d’être ici, le trajet est interminable, « où va-t-on ? », au-devant du commencement infini où l’oubli sans limite fera table rase de tout, « sommes-nous bientôt arrivés ? », et rien à trouver d’autre pour la rassurer que ces mots de misère, aussi lourds dans la bouche que des blocs de pierre

c’est cela, cet espace de sables mous que découvrent parfois les sournoises marées de la vie : entrer nu dans le monde, le quitter aussi nu que l’on y est entré, l’esprit débarrassé de tous oripeaux inutiles, installé dans un temps où hier ni demain ne veulent plus rien dire, avant, après, si peu de choses, où le pied cède où il se pose, où meurent les contours des choses, et où ce qu’on appelle le présent est pour moi un futur que, jamais, elle ne connaîtra, exilée dans un éternel maintenant, errant parmi son champ de ruines, au milieu d’un silence tonitruant

++++

les murs, là-bas, sont traversés de vitres qui laissent passer la lumière, comme fait une déchirure dans une matière affaiblie, à peine les couleurs d’un printemps sans odeur, à peine encore les images grisonnantes d’une vie lointaine qui s’insinue tant bien que mal à travers les fenêtres, tremblante flamme de chandelle dans un air pétrifié, car on les a bâtis, ces murs, en plein désert, sous un ciel sans étoiles, sans portes pour s’en évader, et sans chemin de fuite

j’ai tenté, autant que j’ai pu, de lui tenir la main en arpentant, à petits pas traînants, les couloirs blancs, interminables, où quelque chose de ce qui avait été sa longue et douloureuse histoire subsistait comme une lueur, mais je sentais sa vie s’effriter au bout de mes doigts, le silence remplir sa langue, s’installer entre elle et le monde une coupure d’électricité

je la sentais aussi, puiser parfois dans son obscurité croissante la clarté d’un regard et celle, foudroyante, d’où naissait un geste maladroit qui se voulait caresse, une pensée, une autre, comme s’écroulent les châteaux de cartes, et le temps passant là-dessus, rivière emportant tout dans un torrent sans fond

++++

je la regardais s’enfoncer plus loin, dans un ailleurs sans lieu ni nom, et disparaître de ce qui existe, se noyer au fond d’elle-même, et plus fébrilement, soudain, comme à l’affût on cherche du regard une porte restée entrouverte, la main crispée sur sa valise, non, non, non, je veux partir d’ici, refaite chaque jour, obsessionnellement, et sans jamais jeter les armes, s’essayant à dire des mots qui ne trouvaient plus leur issue, mais qu’elle jetait vers le noir depuis le palier de l’angoisse

je la regardais s’en aller, dans l’inconnu de ce rivage où brûlait un soleil de fortune, vers le bord d’une mer où l’attendait son frère mort, depuis longtemps déjà, et cet autre homme aussi, revenu de la guerre, qui avait été son mari, redoutant que se lève un malin vent de sable qui l’en séparerait encore, et pleurant à larmes secrètes, comme on pleure en pays d’enfance, au bord d’on ne sait quel chemin perdu, quand on ne sait plus rien, ni de son nom, ni de son âge, ni rien non plus du lieu où l’on habite, que ne subsiste plus que la conscience vacillante d’avoir, comme une faute, oublié d’oublier ce que l’on ne sait plus et qui, tombant au fond du puits de la mémoire, ne laisse que l’écho d’un appel de détresse

je la regardais s’en aller, entre solitude et néant, ignorant que bientôt je n’aurais même plus le droit de venir lui tenir la main, ni même de l’accompagner sur ce chemin où vont les ombres nues qui disparaissent dans une poussière de cendres

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP