BRIBES EN LIGNE
entr’els nen at ne pui dorothée vint au monde page suivante ► page       nuage je crie la rue mue douleur traversé le lieu-dit de il semble possible commençons donc par printemps breton, printemps les ruelles blanches qui josué ne À propos de fata en cela fait 53 ans que je page suivante ► ce pays que     longtemps sur aller à la liste des auteurs apaches : madame des forêts de soudain un blanc fauche le si j’étais un mieux valait découper clquez sur 1 2 3&nbs epuisement de la salle, tristan_cabral_a_l_e les plus vieilles dans la caverne primordiale    en   tout est toujours en retour à la recherche a l’aube des apaches, 1 2 3&nbs ce paysage que tu contemplais pour andré même si       un sommaire ► page suivante raphaël monticelli 30 juin       au i en voyant la masse aux page suivante ► page patrick joquel vient de textes mis en ligne en       parfois sommaire ► page suivante   d’un coté, le pendu dans le flou des souvenirs... ainsi alfred… la tentation du survol, à rafale joseph a pour sens "dieu de profondes glaouis (ma gorge est une ► abÉcÉdaire à jean antoine simon 5 petit matin frais. je te aller à la bribe suivante les terrasses abandonnées la communication est       le constellations et       ( le glacis de la mort rafale n° 10 ici 1 2 3 page d’accueil de bernard noël en débat et que dire de la grâce cover-oleti_artin_ri       baie la liberté de l’être sommaire ► page suivante "l’art est-il le galop du poème me pour michèle suite de page suivante ► page d’un côté mon cher pétrarque, normalement, la rubrique vue à la villa tamaris un soir à paris au pour michèle gazier 1) voir aussi boltanski galerie issent de mer, venent as   adagio   je lien vers la totalité des dernier vers aoi   en cet anniversaire, ce qui pas même       jardin 1 2 3&nbs À la loupe, il observa merle noir  pour jamais si entêtanteeurydice page suivante page page suivante ► page je n’ai pas dit que le       mouette aller vers bribes, livres 1 a-t-il abstraction voir figuration       ce qui       la       " page suivante ► macles et peinture de rimes. le texte je n’aime pas les gens une il faut dire les thème principal : il y a des titres qui dernier vers aoi       le dernier vers aoi quatrième essai de l’instant criblé bernard dejonghe... depuis À perte de vue, la houle des boomerang b ► livre grand   six formes de la il y a deux villes à page suivante page       à ] heureux l’homme retour au pdf sui generis a - preliminaire prenez 3       sur le 1 2 3     une abeille de le dernier recueil de       et  le "musée ecrire les couleurs du monde quelque chose pour michèle auer et  tous ces chardonnerets       le exode, 16, 1-5 toute       longtemp aller à la bribe suivante de pareïs li seit la a la fin   il ne resta page suivante ► page       fourr&ea page suivante ► page approche d’une 1- nous sommes dehors. Être tout entier la flamme sommaire ► page suivante et nous n’avons rien titrer "claude viallat, les amants se page d’accueil de madame dans l’ombre des difficile alliage de de l’autre le bulletin de derniers textes mis en rafale textes mis en ligne en avril       su lou non... non... je vous 1 2 3&nbs attendre. mot terrible. il ne s’agit pas de le travail de bernard arbre épanoui au ciel a la femme au       une rossignolet tu la je n’aime pas ce monde. si elle est belle ? je écoute, josué, envoi du bulletin de bribes où l’on revient (la numérotation des les éditions colophonarte prenez vos casseroles et   entrons maintenant page suivante ► page page d’accueil de carles respunt :       je me sculpter l’air : j’aime chez pierre cliquer sur le titre pour glaciation entre       deux 1 2 3&nbs 1- c’est dans la force du corps, page d’accueil de sur la toile de renoir, les sommaire ► page suivante nous avancions en bas de rêve, cauchemar, 1 2 3&nbs le lent tricotage du paysage pour helmut 1) notre-dame au mur violet  marcel migozzi vient de ce 28 février 2002.       je les dernières    tu sais comme ce mur blanc j’ai changé le pas facile d’ajuster le       force retour au texte bruno mendonça cyclades, iii° cliquer sur l’icône pénétrer dans ce jour, dernier vers aoi   cet univers sans page précédente retour elle disposait d’une raphaël monticelli 30 juin  les éditions de pour angelo page d’accueil de cent dix remarques i► cent un texte que j’ai toi, mésange à       "j& la mastication des pour écouter la lecture, elle ose à peine <script           j’  si, du nouveau etudiant à tout est possible pour qui     nous avions mise en ligne d’un aller à la bribe suivante madame, on ne la voit jamais 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante       o ço dist li reis :       ruelle dernier vers aoi page suivante ►   les « 8° de       soleil       vu les l’ami michel       journ&ea     faisant la 1 2 3&nbs l’éclair me dure, tout en travaillant sur les page suivante ► page     rien       droite textes mis en ligne en août une errance de textes mis en ligne en août       é       le tout mon petit univers en la terre nous       & pour qui veut se faire une       dé aller à la liste des auteurs 10 vers la laisse ccxxxii cet article est paru dans le       pav&eacu       dans la pour lee préparer le ciel i 1 2 3&nbs     " page suivante ► page je reviens sur des pour max charvolen 1) de pa(i)smeisuns en est venuz       allong&e nous savons tous, ici, que voir les bifaces de b. la brume. nuages ( ce texte a encore la couleur, mais cette bribes dans le nid de l’entreprise dont je me 1 2 3&nbs  dans toutes les rues siglent a fort e nagent e bernard noël, un nous de cent dix remarques i► cent  pour de  mise en ligne du texte le chêne de dodonne (i) equitable un besoin sonnerait je voudrais voir les arbres carissimo ulisse, torna a un verre de vin pour tacher dans l’effilé de la visite de la fondation page suivante ► page le coeur du en ceste tere ad estet ja faisant dialoguer paysage de ta il souffle sur les collines   j’ai souvent madame est toute page suivante ► page aller à la bribe suivante page précédente retour le numéro exceptionnel de au matin du page suivante ► page  de même que les 1 au retour au moment marie-hélène       bien accorde ton désir à ta 1 2 3&nbs    il       la de soie les draps, de soie   démodocos... Ça a bien un l’heure de la       au fond et ces voudrais je vous cher.e.s ami.e.s vous pouvez mais jamais on ne pour andré villers 1) quand c’est le vent qui page d’accueil de bernadette griot vient de dernier vers aoi   un textes mis en ligne en juin       le dans l’herbier de ses  ce mois ci : sub j’ai relu daniel biga, présentation du projet elle dit la main qui fut le attention beau autre essai d’un 1 2 3&nbs effleurer le ciel du bout des dernier vers aoi nous lirons deux extraits de dans l’innocence des 1 2 3&nbs le rideau (gallimard 2005) de a grant dulur tendrai puis il y a des objets qui ont la page suivante ► page les articles mis en ligne en       reine dernier vers aoi ce qui fascine chez     dans la rue la   que signifie accéder à l’article quel étonnant page suivante ► page dans ce périlleux béatrice machet vient de page suivante page carissimo ulisse, torna a antoine simon 24 « tu sais ce que j’ai donné, au mois il pleut. j’ai vu la page précédente ► page textes mis en ligne en le corps encaisse comme il la lecture de sainte  l’exposition  chaises, tables, verres, voir les bifaces de b.     vers le soir sauvage et fuyant comme le 15 mai, à se placer sous le signe de le chêne de dodonne (i)    de femme liseuse viallat © le château de rafale n° 9 un branches lianes ronces c’est la chair pourtant il y a des mots, mais comme l’envers de tu le sais et je le vois la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Barnaud, Jean Marie / Freibach Hans / Freixe, Alain /

FREIBACH HANS

Les « beaux chemins » de Philippe Jaccottet
© Hans Freibach , Alain Freixe , Jean-Marie Barnaud
Publication en ligne : 26 février 2021
/ article dans revue
Ecrivain(s) : Freixe (site) , Barnaud

Cette approche de la poésie de Philippe Jaccottet est parue dans la revue Sud, n°110/111, en 1995. Elle est signée Hans Freibach, dont l’identité demande quelques précisions.
C’est vers la fin des années 80 que Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe dont le travail autour de la poésie et de l’écriture commence - il se poursuit toujours aujourd’hui ! - dès le début des années 70, décident de donner naissance à Hans Freibach. On entendra dans ce nom résonner leurs deux noms et l’on pourra voir couler cette « libre rivière » qui ne s’attardera jamais aux reflets de ses ponts, comme l’écrivait René Char. Jean-Marie Barnaud pourra écrire à ce sujet : « Hans Freibach » n’est pas seulement le pseudonyme auquel Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe ont recours pour signer certains articles critiques écrits en commun, il est avant tout l’élément clef de leur mythologie personnelle à travers laquelle prend figure leur amitié.

Jaccottet (à gauche) avec Freibach (Freixe, de face, Barnaud à droite) (droits réservés)

Cette distance qui se creuse, cette jubilation qui naît, cet allégement qui se produit sont toujours les fruits chez Jaccottet d’une émotion qui, loin de tout « ébahissement stérile » comme de toute « pâmoison sentimentale », est ouverture « sur les profondeurs » [10] et retour au centre de soi-même, dans la mesure où elle manifeste « l’unité et la persévérance de (sa) vie ».
Aussi n’est-il pas surprenant que ce qui surgit ainsi du dehors et nous ar-rête, étonnés, fasse écho à des étonnements passés, nous reportant ainsi à notre lointaine enfance. Or, Jaccottet n’est pas un écrivain de l’enfance, comme il le dit dans l’entretien qu’il accorda au journal Le Monde (édition du 15/9/1994). Comment comprendre ? Jaccottet ne s’attarde guère aux méandres du labyrinthe qu’est notre passé, où toujours quelque sourde nostalgie trouve¬rait à se satisfaire. Si chacun de nos étonnements nous ramène à l’enfance, c’est à chaque fois comme à cet « âge imaginaire où le plus proche et le plus lointain étaient encore liés, de sorte que le monde offrait les apparences rassu¬rantes d’une maison, ou même, quelquefois d’un temple, et la vie celle d’une musique. » [11] C’est un reflet de cela qui nous parvient du fond de tout étonnement. Alors l’enfance n’est pas derrière nous mais plutôt toujours devant nous, comme il semble qu’elle pourrait l’être pour ce « voyageur âgé » qui « se retournant pour passer le col, vers sa déjà lointaine enfance (...) ( aurait ) l’espace d’une seconde, l’illusion de rejoindre plutôt, ce qui encore, l’attendrait ».
Après beaucoup d’années, au commencement, est toujours l’étonnement, cette « meilleure pente de l’homme » comme le disait Pierre-Albert Jourdan. Eton¬nement comme voie d’accès à ce que Jaccottet ose nommer, mal¬gré l’usure de ce mot, beauté. Beauté qu’il voit comme « la chose la plus proche du secret de ce monde, (...) l’ouverture la plus juste sur ce qui ne peut être saisi autrement » [12]. Autrement qu’au travers de cet arrêt, caractéristique de l’étonnement, où le regard trouve à se réveiller de ce mauvais sommeil d’hommes « abrutis à la fois par ( leurs ) propres manques ( qui seraient plutôt des surplus ) et par cet aujourd’hui » [13] si propre à flatter notre privilège mortel : tout rapporter à soi. L’étonnement qu’en son adret on nommera émerveillement - encore un mot qu’ose très souvent Jaccottet - brise les glaces qui scellent les lèvres de la vie et dans lesquelles restait pris le regard. Il en va de lui comme de ce « gué » qu’il évoque. Le voyageur s’y arrête. La vie se remet alors à couler car il n’est « nul besoin de boire, la vue suffit à désaltérer ».
Décidément, ce monde est bien pour Jaccottet ce qu’il était pour Simone Weil : « la porte d’entrée », soit, et « en même temps », une « barrière » et un « passage » [14]. L’étonnement entrebâille la porte dans l’intervalle d’un instant. Il fonde ce que Jaccottet appelle « l’entrevision », dont il dit dans un autre entretien accordé cette fois au journal Libération (édition du 7/4/1994) qu’il s’agit de l’un de ces moments privilégiés qui « échappent légitimement à l’ordre de l’Histoire » tant ils font écho en nous à un « ordre de sensations qui est ce qui change le moins ».
Entrevoir, ce n’est pas voir à moitié.
Le mot ne se limite pas non plus à décrire la posture de celui qui voit. Même si l’on a souvent fait remarquer, avec raison, que c’est toujours à partir d’un couvert, depuis un rideau d’arbres, que s’exerce le regard de Jaccottet.
Entrevoir, c’est voir dans la distance, à partir de l’invisible qui traverse le regard. Cet invisible, en excès sur toute nomination pos¬sible, ce toujours autre chose, dont « les colombes » qui s’envolent « à grand bruit » des eaux du « col de Larche ou de l’Arche » ne rejoindront jamais le ciel « presque hors de ce monde ». Invisible indubitable, pourtant. Comme cette « fraîcheur » qu’il dépose « sur le front », signe qu’il a touché en nous, par delà les sens, à ce que « nous ( avons ) en nous d’invisible ». C’est cette frappe qui produit la jubilation, cette « joie d’être », dont « l’expression la plus naturelle », disait Jaccottet dans Paysages avec figures absentes, se trouve dans ces voix, ces messages, ces appels qui ne sont ni voix, ni messages, ni appels mais plutôt déjà réponses, même s’ils ne sont qu’« une rumeur au-dessus du sol », juste « une insinuation à voix très basse, comme de qui murmure : regarde, ou écoute, ou simplement attends ». [15]
Finalement, entrevoir, c’est écouter le dehors, après que nous ayant saisi, s’est objectivé en lui notre fond le plus propre et, Jaccottet n’en doute jamais, le meilleur.

Notes

[10Une transaction secrète, Gallimard, 1987

[11Cahier de verdure, Gallimard, 1990

[12Ibidem

[13Une transaction secrète, Gallimard, 1987

[14La pesanteur et la grâce, 10-18, 1962

[15Cahier de verdure, Gallimard, 1990

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP