BRIBES EN LIGNE
entr’els nen at ne pui dorothée vint au monde page suivante ► page       nuage je crie la rue mue douleur traversé le lieu-dit de il semble possible commençons donc par printemps breton, printemps les ruelles blanches qui josué ne À propos de fata en cela fait 53 ans que je page suivante ► ce pays que     longtemps sur aller à la liste des auteurs apaches : madame des forêts de soudain un blanc fauche le si j’étais un mieux valait découper clquez sur 1 2 3&nbs epuisement de la salle, tristan_cabral_a_l_e les plus vieilles dans la caverne primordiale    en   tout est toujours en retour à la recherche a l’aube des apaches, 1 2 3&nbs ce paysage que tu contemplais pour andré même si       un sommaire ► page suivante raphaël monticelli 30 juin       au i en voyant la masse aux page suivante ► page patrick joquel vient de textes mis en ligne en       parfois sommaire ► page suivante   d’un coté, le pendu dans le flou des souvenirs... ainsi alfred… la tentation du survol, à rafale joseph a pour sens "dieu de profondes glaouis (ma gorge est une ► abÉcÉdaire à jean antoine simon 5 petit matin frais. je te aller à la bribe suivante les terrasses abandonnées la communication est       le constellations et       ( le glacis de la mort rafale n° 10 ici 1 2 3 page d’accueil de bernard noël en débat et que dire de la grâce cover-oleti_artin_ri       baie la liberté de l’être sommaire ► page suivante "l’art est-il le galop du poème me pour michèle suite de page suivante ► page d’un côté mon cher pétrarque, normalement, la rubrique vue à la villa tamaris un soir à paris au pour michèle gazier 1) voir aussi boltanski galerie issent de mer, venent as   adagio   je lien vers la totalité des dernier vers aoi   en cet anniversaire, ce qui pas même       jardin 1 2 3&nbs À la loupe, il observa merle noir  pour jamais si entêtanteeurydice page suivante page page suivante ► page je n’ai pas dit que le       mouette aller vers bribes, livres 1 a-t-il abstraction voir figuration       ce qui       la       " page suivante ► macles et peinture de rimes. le texte je n’aime pas les gens une il faut dire les thème principal : il y a des titres qui dernier vers aoi       le dernier vers aoi quatrième essai de l’instant criblé bernard dejonghe... depuis À perte de vue, la houle des boomerang b ► livre grand   six formes de la il y a deux villes à page suivante page       à ] heureux l’homme retour au pdf sui generis a - preliminaire prenez 3       sur le 1 2 3     une abeille de le dernier recueil de       et  le "musée ecrire les couleurs du monde quelque chose pour michèle auer et  tous ces chardonnerets       le exode, 16, 1-5 toute       longtemp aller à la bribe suivante de pareïs li seit la a la fin   il ne resta page suivante ► page       fourr&ea page suivante ► page approche d’une 1- nous sommes dehors. Être tout entier la flamme sommaire ► page suivante et nous n’avons rien titrer "claude viallat, les amants se page d’accueil de madame dans l’ombre des difficile alliage de de l’autre le bulletin de derniers textes mis en rafale textes mis en ligne en avril       su lou non... non... je vous 1 2 3&nbs attendre. mot terrible. il ne s’agit pas de le travail de bernard arbre épanoui au ciel a la femme au       une rossignolet tu la je n’aime pas ce monde. si elle est belle ? je écoute, josué, envoi du bulletin de bribes où l’on revient (la numérotation des les éditions colophonarte prenez vos casseroles et   entrons maintenant page suivante ► page page d’accueil de carles respunt :       je me sculpter l’air : j’aime chez pierre cliquer sur le titre pour glaciation entre       deux 1 2 3&nbs 1- c’est dans la force du corps, page d’accueil de sur la toile de renoir, les sommaire ► page suivante nous avancions en bas de rêve, cauchemar, 1 2 3&nbs le lent tricotage du paysage pour helmut 1) notre-dame au mur violet  marcel migozzi vient de ce 28 février 2002.       je les dernières    tu sais comme ce mur blanc j’ai changé le pas facile d’ajuster le       force retour au texte bruno mendonça cyclades, iii° cliquer sur l’icône pénétrer dans ce jour, dernier vers aoi   cet univers sans page précédente retour elle disposait d’une raphaël monticelli 30 juin  les éditions de pour angelo page d’accueil de cent dix remarques i► cent un texte que j’ai toi, mésange à       "j& la mastication des pour écouter la lecture, elle ose à peine <script           j’  si, du nouveau etudiant à tout est possible pour qui     nous avions mise en ligne d’un aller à la bribe suivante madame, on ne la voit jamais 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante       o ço dist li reis :       ruelle dernier vers aoi page suivante ►   les « 8° de       soleil       vu les l’ami michel       journ&ea     faisant la 1 2 3&nbs l’éclair me dure, tout en travaillant sur les page suivante ► page     rien       droite textes mis en ligne en août une errance de textes mis en ligne en août       é       le tout mon petit univers en la terre nous       & pour qui veut se faire une       dé aller à la liste des auteurs 10 vers la laisse ccxxxii cet article est paru dans le       pav&eacu       dans la pour lee préparer le ciel i 1 2 3&nbs     " page suivante ► page je reviens sur des pour max charvolen 1) de pa(i)smeisuns en est venuz       allong&e nous savons tous, ici, que voir les bifaces de b. la brume. nuages ( ce texte a encore la couleur, mais cette bribes dans le nid de l’entreprise dont je me 1 2 3&nbs  dans toutes les rues siglent a fort e nagent e bernard noël, un nous de cent dix remarques i► cent  pour de  mise en ligne du texte le chêne de dodonne (i) equitable un besoin sonnerait je voudrais voir les arbres carissimo ulisse, torna a un verre de vin pour tacher dans l’effilé de la visite de la fondation page suivante ► page le coeur du en ceste tere ad estet ja faisant dialoguer paysage de ta il souffle sur les collines   j’ai souvent madame est toute page suivante ► page aller à la bribe suivante page précédente retour le numéro exceptionnel de au matin du page suivante ► page  de même que les 1 au retour au moment marie-hélène       bien accorde ton désir à ta 1 2 3&nbs    il       la de soie les draps, de soie   démodocos... Ça a bien un l’heure de la       au fond et ces voudrais je vous cher.e.s ami.e.s vous pouvez mais jamais on ne pour andré villers 1) quand c’est le vent qui page d’accueil de bernadette griot vient de dernier vers aoi   un textes mis en ligne en juin       le dans l’herbier de ses  ce mois ci : sub j’ai relu daniel biga, présentation du projet elle dit la main qui fut le attention beau autre essai d’un 1 2 3&nbs effleurer le ciel du bout des dernier vers aoi nous lirons deux extraits de dans l’innocence des 1 2 3&nbs le rideau (gallimard 2005) de a grant dulur tendrai puis il y a des objets qui ont la page suivante ► page les articles mis en ligne en       reine dernier vers aoi ce qui fascine chez     dans la rue la   que signifie accéder à l’article quel étonnant page suivante ► page dans ce périlleux béatrice machet vient de page suivante page carissimo ulisse, torna a antoine simon 24 « tu sais ce que j’ai donné, au mois il pleut. j’ai vu la page précédente ► page textes mis en ligne en le corps encaisse comme il la lecture de sainte  l’exposition  chaises, tables, verres, voir les bifaces de b.     vers le soir sauvage et fuyant comme le 15 mai, à se placer sous le signe de le chêne de dodonne (i)    de femme liseuse viallat © le château de rafale n° 9 un branches lianes ronces c’est la chair pourtant il y a des mots, mais comme l’envers de tu le sais et je le vois la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Barnaud, Jean Marie / Freibach Hans / Freixe, Alain /

FREIBACH HANS

Les « beaux chemins » de Philippe Jaccottet
© Hans Freibach , Alain Freixe , Jean-Marie Barnaud
Publication en ligne : 26 février 2021
/ article dans revue
Ecrivain(s) : Freixe (site) , Barnaud

Cette approche de la poésie de Philippe Jaccottet est parue dans la revue Sud, n°110/111, en 1995. Elle est signée Hans Freibach, dont l’identité demande quelques précisions.
C’est vers la fin des années 80 que Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe dont le travail autour de la poésie et de l’écriture commence - il se poursuit toujours aujourd’hui ! - dès le début des années 70, décident de donner naissance à Hans Freibach. On entendra dans ce nom résonner leurs deux noms et l’on pourra voir couler cette « libre rivière » qui ne s’attardera jamais aux reflets de ses ponts, comme l’écrivait René Char. Jean-Marie Barnaud pourra écrire à ce sujet : « Hans Freibach » n’est pas seulement le pseudonyme auquel Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe ont recours pour signer certains articles critiques écrits en commun, il est avant tout l’élément clef de leur mythologie personnelle à travers laquelle prend figure leur amitié.

Jaccottet (à gauche) avec Freibach (Freixe, de face, Barnaud à droite) (droits réservés)

La fidélité que j’évoquais, on la retrouve d’abord dans la posture du voya-geur, puisque c’est ainsi que se présente le poète. Non pas voyageur au sens rimbaldien du terme, avec toute la démesure que cela implique, et ce goût pour l’illimité qui mène à tout risquer. Mais plutôt voyageur, en effet, sur des « chemins », un peu à l’écart de la foule, certes, mais balisés, déroulant leurs lacets autour de lieux dont l’espace est ordonné ; avec la présence, à portée de regard, de la montagne, de ses cols qui vous appellent, de ses eaux messagères.
Lieux vers quoi, dans ce livre, on revient, en « touriste ». Lieux d’enfance, donc : paysages suisses, paysages d’alpages, qu’il y a toujours moyen d’aborder de façon humaine. Lieux qui reviennent de nuit, comme ce « Hameau », qui ne manque pas d’évoquer « Beauregard », à la faveur d’un de « ces rêves » de chaude intimité (autant d’ images abandonnées sur les jusants du réveil, qui conduisent « au bord des larmes » comme aux premiers mots du poème, pour tenter de rassembler les fragments de ce secret, source de l’émotion, qui s’est retiré du rivage, mais dont les sables gardent, lumineuses encore, les traces ). Lieux humbles aussi, sentier que l’on gravit comme au col de Larche, vergers que l’on longe, combes et prairies qu’on « traverse » moins qu’elles ne nous « traversent », paysages que l’on arpente.
Jaccottet l’arpenteur ? Ce serait plutôt cela. Celui qui prend la mesure de sa terre. Jaccottet le géomètre ? le géographe aussi bien, celui qui, écrivant avec justesse sa terre, écrit la terre, notre patrie.
Et combien de titres antérieurs reviennent en mémoire, qui balisent aussi ce cadastre : A travers un verger, La promenade sous les arbres bien sûr, ou tels poèmes de l’Effraie, de l’Ignorant : par exemple, la « chambre du voyageur, et sa »fenêtre« , elles sont déjà dans la si belle »Lettre du vingt-six juin«  [2], mais plutôt comme les signes d’une angoisse. Voyager alors, en effet, peut-être à cause de l’instabilité qu’impliquait le mouvement, l’incapacité de se poser là ( »Il y a si longtemps que je cherche à vivre ici / dans cette chambre que je fais semblant d’aimer«  [3]), était aussi une souffrance : »Et vous ne verriez plus à travers ses paroles / qu’une chambre de voyageur, une fenêtre / où la buée des larmes voile un bois brisé de pluie...".
Tandis que le retour au paysage d’enfance, dans Après beaucoup d’années, apaise. Sans doute le regard s’est-il épuré : dans cette même « Lettre du vingt-six juin », n’appelait-on pas de ses vœux l’écroulement de tous ces « illusoires murs que le vent pousse », et dont plus aucun maintenant n’« arrête le regard » ?
Par exemple encore, le visage tutélaire et aimant, que les yeux de l’enfant ont fixé pour toujours dans une attitude surannée, cette « très vieille dame d’un autre temps », et qui rappelle celle dont « le travail du poète [4] évoque tendrement l’absence...Ou encore tel regard de femme aimée.
Tant d’êtres et de choses, tant de paysages qui font ainsi retour dans ce dernier livre, tous éléments d’un espace si fort intériorisé, tellement passé du côté de l’invisible qui nous habite, qu’ils sont devenus les témoins de cette voix, les signes sensibles de sa présence.
Oui, il y a bien des éléments récurrents dans le paysage jaccottéen. Leur permanence rassure. Fidèlement le promeneur y revient, ou les évoque. Il leur donne un abri dans le poème, ou dans ces petites séquences en prose qui sont comme autant de voies de traverse.
Oui, tout cela constitue bien un lieu, c’est-à-dire cet espace ordonné autour d’un centre tant recherché depuis qu’il existe, chez ce poète, une « pensée des lieux », depuis l’origine sans doute.
Or, qu’est-ce qu’un lieu ? A la question posée dans Paysages avec figures absentes et à laquelle ce livre répondait aussi en disant qu’il ne s’en trouvait plus - sinon épars, éclatés, en parcelles, à peine quelques traces - Après beaucoup d’années donne une réponse plus heureuse : près des eaux de la Sauve, on éprouve ce sentiment qu’ici « tout est lié, tout se tient, tout tient ensemble » ; qu’ici tout convient à tout. Et même si le temps s’écoule toujours, rien ne tremble, rien ne se trouble, rien ne semble se dissiper. Ici, tout est en ordre : « debout », « ferme et clair », « calme », « comme au premier jour (...) comme il y a très longtemps ». Cosmos retrouvé. Beauté revenue sans qu’il soit « besoin d’aller au-delà » de ce « moment du jour et de la sai¬son », où nous voilà comme « suspendus », arrêtés, « en esprit, pour un instant, pour toujours ». Et c’est comme si l’on vivait à la naissance des jours. Renouant avec le rêve d’Eve, avant que ne l’ait terni l’insupportable pesanteur.
Plus heureuse, la réponse paraît aussi plus assurée d’elle-même, comme débarrassée de ses doutes. Réponse « héroïque », comme l’est le paysage du col de Larche, réponse qui ose « en cette fin de millénaire », « en un temps de fin du monde », affirmer qu’« on n’est pas absolument tenu de n’accorder de réalité qu’à l’ignoble ». Jaccottet ne s’interroge plus comme il le faisait dans A la lumière d’hiver : « tout cela qui me revient encore - peu souvent - / n’est-il que rêve, ou dans le rêve / y-a-t-il un reflet qu’il faut préserver ? ». Ici, près des eaux du Lez, de la Sauve, ou près de celles qui dévalent les pentes du col de Larche, il affirme : « ce lieu et ce moment ne sont pas un rêve ».
Fugitives, les eaux ? Eboulées, les ruines ? Rien, dit Jaccottet, ne parle de perte, ni de ruines, « rien ne parle d’exil ». L’instant fait asile, ce lieu sa¬cré où la sécurité était, dans l’antiquité, garantie. L’instant rédime le monde. Chaque chose étant reliée aux autres, le voyageur se trouve lui-même relié au tout. Aussi est-il dans cet « espace immense comme dans une maison qui (l’) accueille sans (l’) enfermer ». Montagne - maison, Jaccottet en faisait déjà dans La semaison l’image même de « la limite heureuse, (...) celle qui n’enferme pas », celle qui sait ménager des passages, des ouvertures.
On le savait, Jaccottet aime la lumière. Mais n’avait-on pas fini par oublier qu’il aimait aussi sa « puissance inouïe » ? Ne disait-on pas, le plus souvent, qu’il n’était à l’aise que dans les clairs-obscurs, la clarté indécise des buées, que la lumière aimée était celle qui déréalisait les choses, qui les délivrait de leur consistance comme pour un envol, ou celle qui semblait émaner d’elles comme par transparence ? On le disait et, sans doute, avait-on raison. Mais voilà qu’avec Après beaucoup d’années revient une lumière « aussi ferme, aussi dure, aussi éclatante que les roches ». Lumière cosmogénique, lumière qui bâtit le lieu. C’est elle qui tient tout ensemble par « des nœuds de pierre ». C’est elle qui nouant les choses entre elles, d’une part, nous noue à elles, dans l’harmonie d’une évidence retrouvée, et d’autre part, dénoue les fruits de la petitesse de notre moi imagi¬naire, ombre toujours préoccupée d’elle-même : « maladie, ou faiblesse, ou lâcheté ». A cette lumière qui « guérit », « on peut s’appuyer, s’adosser » et se remettre debout comme « sur un bastion ». Non pas évidemment pour occuper une position de maîtrise mais pour être comme dans un lieu impossible, à la fois ouvert et fermé, où l’on vivra mieux parce que dans cette position juste, on « rend au regard son plus haut objet » [5]. Et quel est-il cet objet sinon cette coïncidence entre la merveille et l’énigme, cet invisible qui, touchant en nous ce qui nous est le plus intérieur et le plus dérobé à la fois, et le faisant vibrer, ouvre en nous « ces beaux chemins » où l’on va, ailes aux pieds, comme à contremont, vers ce col d’où semble monter, impérieusement, une lumière toujours plus vive. Loin de nous éloigner de la vie, « ces beaux chemins » nous y ramènent. Il en va ici comme de toute conversion. Rien n’a changé et tout a changé. C’est toujours de notre monde dont il s’agit, mais vu autrement, vu « à partir de ce qui ne peut se voir », vu à partir de ce à quoi nous sommes devenus si aveugles, nous qui vivons dans l’aveuglement, nous qui ne voulons plus voir. Jamais peut-être l’affirmation de Simone Weil que Jaccottet aime à citer [6] n’a été plus vraie : « le regard est ce qui sauve » [7]

Notes

[2L’Ignorant, Gallimard, 1958

[3L’Effraie et autres poésies, Gallimard, 1953

[4 »L’Ignorant, Gallimard, 1958

[5Paysages avec figures absentes, Gallimard, 1976

[6Par exemple dans La semaison, Gallimard, 1971, ou dans Paysages avec figures absentes, Gallimard, 1976

[7Attente de Dieu, Fayard, 1977

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP