BRIBES EN LIGNE
1- nous sommes dehors. antoine simon 24   j’ai souvent le long de l’ombre "nice, nouvel éloge de la même si on cheval une fois entré dans la c’est — pense-t-on - mult est vassal carles de le plus insupportable chez pour accéder au texte, et…   dits       la le chêne de dodonne (i) « tu sais ce que "si elle est madame est la reine des voir les œufs de sixième marie antoinette si j’étais un       au pour le prochain basilic, (la des quatre archanges que   dits de clere est la noit e la antoine simon 15 ainsi va le travail de qui le poiseau de parisi mon on croit souvent que le but  il y a le châssis,   pour olivier page d’accueil de je reviens sur des       deux able comme capable de donner       la j’aurai donc vécu sur       " page suivante page page suivante ► page       entre carles li reis en ad prise sa dans l’herbier de ses page suivante ► page aller à la bribe suivante       à       sur le la terre a souvent tremblé predication_du_15_ao nouvelles mises en ainsi alfred… page d’accueil de       fourr&ea une il faut dire les voir les œufs de    7 artistes et 1 page d’accueil de page précédente ► page les photos et archives       & merle noir  pour vous êtes et que vous dire des les dernières dans le train premier préparer le ciel i (ma gorge est une à bernadette village de poussière et de     quand basile       va ton pour bruno charlotte, in le lent tricotage du paysage textes mis en ligne en voir l’essai sur « et bien, l’entreprise dont je me pour michèle page suivante ► page voir les bifaces de b. rafale c’est extrêmement     nous avions coupé le son à m1       sommaire ► page suivante  monde rassemblé j’arrivais dans les samuel chapitre 16, versets 1 jamais si entêtanteeurydice       rampant en 1958 ben ouvre à passet li jurz, si turnet a leonardo rosa quatrième essai de 1 2 3&nbs présentation du projet       é quelque chose aller à la bribe suivante 1 2 3&nbs le lent déferlement 1    le recueil que ce jour là, je pouvais l’ami michel présentation du projet       force on a cru à cet univers sans cover-oleti_artin_ri inoubliables, les en cet anniversaire, ce qui dernier vers aoi  de même que les les installations souvent,       baie les étourneaux ! page d’accueil de 1 2 3&nbs page suivante ► page       grappes les parents, l’ultime       vu les s’ouvre la cent dix remarques i► cent     surgi que nos princes et empereurs À la loupe, il observa ouverture d’une   au milieu de autre petite voix       vu les préparer le ciel i au commencement était 1 2 3&nbs dernier vers aoi prenez vos casseroles et j’ai donc page précédente retour tout en vérifiant       ruelle pour accéder au texte       parfois sous la pression des       gentil dentelle : il avait     une abeille de couleur qui ne masque pas page d’accueil de 1 2 3&nbs paien sunt morz, alquant       pourquoi aller à la liste des auteurs       bonheu  dernier salut au zacinto dove giacque il mio       fourmi&n       il et ces références : xavier si j’avais de son le 26 août 1887, depuis  pour jean le traquer de pa(i)smeisuns en est venuz   iv    vers antoine simon 33 les cuivres de la symphonie madame, c’est notre   (à montagnes de qu’est-ce qui est en  pour le dernier jour       avant dernier vers aoi À hélène l’heure de la macao grise et nous n’avons rien aux barrières des octrois   on n’est sequence page suivante ► page       entre aller à la bribe suivante mélodie la prédication faite traversé le lieu-dit de       nuage tant pis pour eux. essai de nécrologie,       o aller à la liste des auteurs dorothée vint au monde textes rÉunis sous un titre  référencem aller à la liste des auteurs normal 0 21 false fal       dé dans l’innocence des guetter cette chose page suivante ► page mes pensées restent il pleut. j’ai vu la sommaire ► page suivante les embrassées , cantilène     dans la rue la le chêne de dodonne (i) a - preliminaire prenez 3  je signerai mon     " (ô fleur de courge... il y a longtemps, nous avancions en bas de je sais bien ce qu’il je me souviens de         dans le patriote du 16 mars et que dire de la grâce recleimet deu mult préparer le ciel i       je me pur ceste espee ai dulor e embrasement du mantra gore voir les bifaces de b. pour max charvolen 1) antoine simon 32       pour deux ce travail vous est pour angelo             je fais  née à madame dans l’ombre des issent de mer, venent as pas même page suivante page         or il n’y a pas de plus comme ce mur blanc j’ai ajouté au seuil de l’atelier       les 0- souviens-toi. sa est-ce parce que, petit, on neuf j’implore en vain hans freibach : pour michèle auer et ce poème est tiré du page suivante ► page       dans la tandis que dans la grande passent .x. portes, 1 2 3&nbs ce qui fascine chez       pav&eacu pas une année sans évoquer « voici archipel shopping, la       aux 1 2 3&nbs j’pense à toi bruno       vaches 1.- les rêves de     chambre     un mois sans voir aussi boltanski galerie bribes dans le nid de cent dix remarques i► cent rafale n° 6 just do la musique est le parfum de       à dans le monde de cette antoine simon 25  les éditions de       coude aller à la liste des auteurs     m2   textes mis en ligne en ses mains aussi étaient   ces sec erv vre ile c’est vrai 1 2 3&nbs il est le jongleur de lui ….omme virginia par la textes mis en ligne en de la reprise du site avec la au programme des actions dernier vers aoi petit matin frais. je te al matin, quant primes pert le soleil n’est pas       la pie elle dit la main qui fut le le film sur annie sidro et le voici l’homme aux deux la fonction, viallat © le château de le bulletin de       chaque « ces deux là mougins. décembre     après pour frédéric c’est la peur qui fait ce       le aller à la bribe suivante pour accéder au texte, cher.e.s ami.e.s vous pouvez antoine simon 11       à tromper le néant       le un tunnel sans fin et, à antoine simon 5 10 vers la laisse ccxxxii d’abord un curieux allons fouiller ce triangle le 15 mai, à j’aime chez pierre douze (se fait terre se 1 2 3&nbs raphaël monticelli : tu pour pierre theunissen la pour egidio fiorin des mots sommaire ► page suivante monticelli raphael 510 035  hier, 17 pour andré villers 1) préparer le ciel i dix l’espace ouvert au i mes doigts se sont ouverts     double comment entrer dans une l’une des dernières rita est trois fois humble. 1 2 c’est le chêne de dodonne (i) je n’aime pas ce monde. non, björg, s’il dans le vacarme des couleurs, la vie est ce bruissement le chêne de dodonne (i) 1. il se trouve que je suis vertige. une distance suite de page suivante ► page page suivante ► page 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs ce qui fait tableau : ce    nous il ne s’agit pas de dernier vers aoi si elle est belle ? je   je ne comprends plus 1 2 3&nbs 1 2 en page suivante ► page 1 2 3&nbs avant même de commencer, 1 2 3&nbs et toi figure rêve, cauchemar, à cri et à       pass&eac si vous entendez le lac rare moment de bonheur,       pav&eacu textes mis en ligne en cliquer sur l’icône page suivante page le franchissement des page suivante ► page page suivante ► page   est-ce que 1 2 3&nbs aux george(s) (s est la quando me ne so itu pe sauver la vie c’est ne aller à la bribe suivante   que signifie à sylvie ajout de fichiers sons dans       la imagine que, dans la aller à la liste des auteurs le lourd travail des meules la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Barnaud, Jean Marie / Freibach Hans / Freixe, Alain /

FREIBACH HANS

Les « beaux chemins » de Philippe Jaccottet
© Hans Freibach , Alain Freixe , Jean-Marie Barnaud
Publication en ligne : 26 février 2021
/ article dans revue
Ecrivain(s) : Freixe (site) , Barnaud

Cette approche de la poésie de Philippe Jaccottet est parue dans la revue Sud, n°110/111, en 1995. Elle est signée Hans Freibach, dont l’identité demande quelques précisions.
C’est vers la fin des années 80 que Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe dont le travail autour de la poésie et de l’écriture commence - il se poursuit toujours aujourd’hui ! - dès le début des années 70, décident de donner naissance à Hans Freibach. On entendra dans ce nom résonner leurs deux noms et l’on pourra voir couler cette « libre rivière » qui ne s’attardera jamais aux reflets de ses ponts, comme l’écrivait René Char. Jean-Marie Barnaud pourra écrire à ce sujet : « Hans Freibach » n’est pas seulement le pseudonyme auquel Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe ont recours pour signer certains articles critiques écrits en commun, il est avant tout l’élément clef de leur mythologie personnelle à travers laquelle prend figure leur amitié.

Jaccottet (à gauche) avec Freibach (Freixe, de face, Barnaud à droite) (droits réservés)

On n’écrit qu’un seul livre : c’est ce que nous apprend la lecture des vrais écrivains. Non pas qu’ils répètent, bien sûr. Mais ils redisent encore, et creusent ce sillon qu’est leur vie, explorent sans cesse leurs beaux chemins. Sont fidèles.
Combien nous parle cette fidélité-là, à nous qui si souvent nous dispersons sur des voix obliques, perdant de vue le centre, sa lumière.
Je retrouve, dans Après beaucoup d’années, j’entends à nouveau, la voix de Philippe Jaccottet, et cette force qui l’anime, persistante, malgré les alarmes de l’Histoire, les catastrophes, l’effondrement de tant de choses autour de nous. Malgré aussi de nouvelles morts toutes proches. Et je note au passage comme chacun de ses livres a la gravité d’un livre de deuil, d’un « tombeau ». Tant il est vrai aussi que les morts ne cessent de nous faire cortège, et que leur nombre s’accroît à mesure que nous avançons.
J’entends, oui, cette voix à nouveau.
Et il me semble qu’elle parle ici sur un ton plus confiant. Ainsi des fleurs. Alors que dans Airs elles n’étaient que « de la nuit / qui feint de s’être rapprochée » et qu’elles voyaient le poète, troublé, « veiller / devant cette porte fermée » ; que, dans A travers un verger, parce qu’il ne savait toujours pas « si elles mentent, égarent ou si elles guident », il entendait s’en « méfier », voilà qu’aujourd’hui il regrette de ne pas avoir « le premier, salué » les pivoines, « plantes pleines de grâce », saintes vierges du jardin, qui, certes, toujours en échappées sur elles-mêmes, restent encore obsédantes mais, « comme une porte qui serait à la fois, inexplicablement, ouverte et fermée », tant elles « habitent un autre monde en même temps que celui-ci ». Les fleurs, maintenant, font passage ; et c’est comme si nous parvenaient les signes de leur « leçon », antérieure à tout savoir, et qu’en confiance il nous faut écouter. Telle celle de « la passe-rose » : « Que la rose du chant / brasille de plus en plus haut / comme en défi à la rouille des feuilles ».
Le ton de cette voix semble aussi plus apaisé comme si la « légèreté », que le poète appelle de ses vœux depuis toujours, lui était enfin accessible, lui donnant l’inflexion déliée, l’aisance, de ceux dont les paroles maintenant « volent dans la lumière transparente, comme les hirondelles rapides aux soirs d’été » [1]. Paroles qui, « malgré l’avenir presque entièrement obscur » et « le poids du malheur », s’opposent avec plus de confiance qu’avant au nihilisme, à la tristesse qu’il peint sur les visages des hommes de ce temps. Elles affirment « qu’il n’y a pas au monde que du malheur », que, devant nous, persiste toujours, indubitable, dans le cours même du monde, cette lumière « bien qu’invisible dans le bleu du ciel / aussi sûre que chose au monde que l’on touche », lumière « qu’il faut à tout prix maintenir » et « transmettre (...) comme une étincelle ou une chaleur ».

Notes

[1La promenade sous les arbres, Mermod, 1961

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP