BRIBES EN LIGNE
rêve, cauchemar, li quens oger cuardise bernard noël en débat et voici maintenant quelques       l’ une errance de 1 2 3&nbs passet li jurz, la noit est station 1 : judas traquer « amis rollant, de  ce mois ci : sub éphémère du 2 page d’accueil de       le       deux le film sur annie sidro et le 1 2 3&nbs la question du récit histoire de signes . page d’accueil de 1 2 3&nbs d’abord trouver un titre. sauvage et fuyant comme       la quatre si la mer s’est attention beau la brume. nuages les grands branches lianes ronces     double <script     page suivante ► page 1- c’est dans nous serons toujours ces page suivante ► page page suivante ► page dernier vers aoi sur la toile de renoir, les     &nbs pour bruno charlotte, in page suivante ► page mais jamais on ne  l’entretien l’impression la plus       "j& textes mis en ligne en mai bribes en ligne a démodocos... Ça a bien un mult ben i fierent franceis e jamais si entêtanteeurydice on peut croire que martine suite de de tantes herbes el pre huit c’est encore à exode, 16, 1-5 toute 1 2 3&nbs edmond, sa grande le corps encaisse comme il sous ces étagements liquides       l’ sommaire ► page suivante 1 2 3&nbs cent dix remarques i► cent madame 1 madame est la cet article est paru ce n’est pas aux choses présentation du projet etait-ce le souvenir page suivante ► page       fourmi&n quand on arrive de new-york       dans la vue à la villa tamaris       dans le textes mis en ligne en difficile alliage de   que signifie       dé       " aller à la bribe suivante ecrire, la vie en dépend,       sur le allons fouiller ce triangle 1 2 3&nbs madame porte à les photos et archives antoine simon 3 pluies et bruines, comment le chêne de dodonne (i) le thème “dans le dessin quatrième essai de page suivante ► page À l’occasion de c’était une très jeune qui d’entre nous cliquer pour rejoindre la  si, du nouveau nous dirons donc al matin, quant primes pert dernier vers aoi retour au texte cet article est paru dans le la musique est le parfum de et si au premier jour il haut var ► brec et   riche de mes préparer le ciel i nous serons toujours ces granz fut li colps, li dux en derniers vers sun destre percey priest lake sur les reflets et echos la salle outre la poursuite de la mise j’aurai donc vécu sur   d’un coté, au centre des quartiers de dans l’innocence des cher.e.s ami.e.s vous pouvez       une c’est une sorte de clers fut li jurz e li c’est ici, me je ne sais pas si « tu sais ce que       il rafale n° 9 un     ton plaisir       le long soudain un blanc fauche le page suivante page suivante ► page ainsi fut pétrarque dans tout en vérifiant j’ai donc approche d’une année 2018 ► année 2020   encore une le chêne de dodonne (i) page suivante ► voici donc avec marc, nous avons       " samuel chapitre 16, versets 1 rafale n° 4 on le 1 2 3&nbs vers le sommaire des recueils 1 2 3&nbs passent .x. portes,   on n’est derniers textes mis en 1 2 3 en 0- souviens-toi. sa   pour théa et ses de profondes glaouis   anatomie du m et sequence       l’ pour helmut pour michèle gazier 1 art jonction semble enfin iloec endreit remeint li os page précédente retour d’ eurydice ou bien de si tu es étudiant en pour frédéric langues de plomb a la cliquez sur l’icône dernier vers aoi et encore   dits viallat © le château de troisième essai si elle est belle ? je (elle entretenait today i eat my la prédication faite   ces notes page suivante ► page    il certains prétendent toulon, samedi 9 mélodie page suivante ► page à yvon quand une fois on a antoine simon 5 du bibelot au babil encore a - preliminaire prenez 3 1 2 3 1- ai-je reçu une       dans le 1 2 3&nbs baous et rious je suis pour accéder au texte, je déambule et suis vos estes proz e vostre       &  les premières agnus dei qui tollis peccata j’ai changé le aux george(s) (s est la il n’est pire enfer que antoine simon 16 le lourd travail des meules la gaucherie à vivre, textes mis en ligne en août madame déchirée       la marie antoinette  née à ces estampes illustrent le page suivante ► page         avant même de commencer, pour marcel est-ce parce que, petit, on village de poussière et de à la bonne ….omme virginia par la quando me ne so itu pe       " 1. il se trouve que je suis la force du corps, je voudrais voir les arbres À propos de fata en       la en cet anniversaire, ce qui cent dix remarques i► cent       apr&egra vers le sommaire des recueils page d’accueil de dernier vers aoi   à propos des grands voir document expo boltanski se reprendre. creuser son abu zayd me déplait. pas page suivante ► page 1 2 3&nbs mise en ligne d’un  l’écriture       aux aller à l’échange sur page suivante ► macles et de nouvelles mises en iigne, on cheval le plus insupportable chez éphémère du 6 octobre pour qui veut se faire une frères et premier vers aoi dernier non, björg, s’il pour accéder au texte au un verre de vin pour tacher commençons donc par le      & récapitulatif lieux et pour accéder au pdf, aller à la bribe suivante je serai toujours attentif à antoine simon 33 aller à la bribe suivante 1.- les rêves de       dans la le dernier recueil de aller à la bribe suivante       baie face aux bronzes de miodrag       mé       droite cliquetis obscène des "le renard connaît tromper le néant madame dans l’ombre des voici quelques années, voir les bifaces de b. (dans mon ventre pousse une 1) notre-dame au mur violet derniers textes mis en je suis occupé ces immense est le théâtre et présentation du projet      & le lent tricotage du paysage « h&eacut 1 2 la strada 1254 : naissance de rafale n° 3 des       vu les       la les textes mis en ligne page suivante page    de femme liseuse tes chaussures au bas de cent dix remarques i► cent l’heure de la page précédente ► page   jn 2,1-12 : moi cocon moi momie fuseau quel étonnant ce qui importe pour (vois-tu, sancho, je suis (la numérotation des page d’accueil de jusqu’à il y a il arriva que       enfant  il y a le châssis, au matin du depuis ce jour, le site       j’       qui page suivante page les cuivres de la symphonie antoine simon 11       assis lancinant ô lancinant antoine simon 32 j’pense à toi bruno 1 2 3&nbs page suivante ► page dernier vers aoi ils sortent un survol de l’annÉe un jour nous avons rien n’est plus ardu retour à la recherche voir l’essai sur       devant "a cannes, propos de table 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs       allong&e page suivante ► page marcel alocco a l’appel tonitruant du aller à la bribe suivante il en est des meurtrières. dernier vers aoi       le deuxième suite  je ne voulais pas nice, le 8 octobre page d’accueil de on croit souvent que le but rafale       la       apparu  monde rassemblé et nous n’avons rien grant est la plaigne e large     oued coulant autre petite voix tous ces charlatans qui nous lirons deux extraits de page précédente retour un temps hors du page suivante ► page hans freibach : toute trace fait sens. que elle dit la main qui fut le       é pur ceste espee ai dulor e le chêne de dodonne (i) « voici présentation du projet le géographe sait tout dentelle : il avait dans le train premier 1 2 3&nbs       ruelle dessiner les choses banales ce dans le patriote du 16 mars pour michèle       sur le violette cachée ton aller à la liste des auteurs arbre épanoui au ciel pour jacky coville guetteurs l’ami michel    7 artistes et 1 aller à la bribe suivante (ô fleur de courge... a claude b.   comme une noble folie de josué, me antoine simon 30 elle réalise des je suis bien dans n’ayant pas petites proses sur terre cliquer sur l’icône la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Barnaud, Jean Marie / Freibach Hans / Freixe, Alain /

FREIBACH HANS

Les « beaux chemins » de Philippe Jaccottet
© Hans Freibach , Alain Freixe , Jean-Marie Barnaud
Publication en ligne : 26 février 2021
/ article dans revue
Ecrivain(s) : Freixe (site) , Barnaud

Cette approche de la poésie de Philippe Jaccottet est parue dans la revue Sud, n°110/111, en 1995. Elle est signée Hans Freibach, dont l’identité demande quelques précisions.
C’est vers la fin des années 80 que Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe dont le travail autour de la poésie et de l’écriture commence - il se poursuit toujours aujourd’hui ! - dès le début des années 70, décident de donner naissance à Hans Freibach. On entendra dans ce nom résonner leurs deux noms et l’on pourra voir couler cette « libre rivière » qui ne s’attardera jamais aux reflets de ses ponts, comme l’écrivait René Char. Jean-Marie Barnaud pourra écrire à ce sujet : « Hans Freibach » n’est pas seulement le pseudonyme auquel Jean-Marie Barnaud et Alain Freixe ont recours pour signer certains articles critiques écrits en commun, il est avant tout l’élément clef de leur mythologie personnelle à travers laquelle prend figure leur amitié.

Jaccottet (à gauche) avec Freibach (Freixe, de face, Barnaud à droite) (droits réservés)

On n’écrit qu’un seul livre : c’est ce que nous apprend la lecture des vrais écrivains. Non pas qu’ils répètent, bien sûr. Mais ils redisent encore, et creusent ce sillon qu’est leur vie, explorent sans cesse leurs beaux chemins. Sont fidèles.
Combien nous parle cette fidélité-là, à nous qui si souvent nous dispersons sur des voix obliques, perdant de vue le centre, sa lumière.
Je retrouve, dans Après beaucoup d’années, j’entends à nouveau, la voix de Philippe Jaccottet, et cette force qui l’anime, persistante, malgré les alarmes de l’Histoire, les catastrophes, l’effondrement de tant de choses autour de nous. Malgré aussi de nouvelles morts toutes proches. Et je note au passage comme chacun de ses livres a la gravité d’un livre de deuil, d’un « tombeau ». Tant il est vrai aussi que les morts ne cessent de nous faire cortège, et que leur nombre s’accroît à mesure que nous avançons.
J’entends, oui, cette voix à nouveau.
Et il me semble qu’elle parle ici sur un ton plus confiant. Ainsi des fleurs. Alors que dans Airs elles n’étaient que « de la nuit / qui feint de s’être rapprochée » et qu’elles voyaient le poète, troublé, « veiller / devant cette porte fermée » ; que, dans A travers un verger, parce qu’il ne savait toujours pas « si elles mentent, égarent ou si elles guident », il entendait s’en « méfier », voilà qu’aujourd’hui il regrette de ne pas avoir « le premier, salué » les pivoines, « plantes pleines de grâce », saintes vierges du jardin, qui, certes, toujours en échappées sur elles-mêmes, restent encore obsédantes mais, « comme une porte qui serait à la fois, inexplicablement, ouverte et fermée », tant elles « habitent un autre monde en même temps que celui-ci ». Les fleurs, maintenant, font passage ; et c’est comme si nous parvenaient les signes de leur « leçon », antérieure à tout savoir, et qu’en confiance il nous faut écouter. Telle celle de « la passe-rose » : « Que la rose du chant / brasille de plus en plus haut / comme en défi à la rouille des feuilles ».
Le ton de cette voix semble aussi plus apaisé comme si la « légèreté », que le poète appelle de ses vœux depuis toujours, lui était enfin accessible, lui donnant l’inflexion déliée, l’aisance, de ceux dont les paroles maintenant « volent dans la lumière transparente, comme les hirondelles rapides aux soirs d’été » [1]. Paroles qui, « malgré l’avenir presque entièrement obscur » et « le poids du malheur », s’opposent avec plus de confiance qu’avant au nihilisme, à la tristesse qu’il peint sur les visages des hommes de ce temps. Elles affirment « qu’il n’y a pas au monde que du malheur », que, devant nous, persiste toujours, indubitable, dans le cours même du monde, cette lumière « bien qu’invisible dans le bleu du ciel / aussi sûre que chose au monde que l’on touche », lumière « qu’il faut à tout prix maintenir » et « transmettre (...) comme une étincelle ou une chaleur ».

Notes

[1La promenade sous les arbres, Mermod, 1961

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP