BRIBES EN LIGNE
tous feux éteints. des grant est la plaigne e large le chêne de dodonne (i)       pé lorsqu’on connaît une       su lou difficile alliage de cyclades, iii°  au travers de toi je  les trois ensembles textes mis en ligne en mai 1 2 3&nbs c’est vrai     quand basile       je aller à la bribe suivante le slam ? une ruse de aux george(s) (s est la l’heure de la la chaise, le châssis, le a inishmore chaque plante est   entrons maintenant       en deux a quelques exceptions près c’est ici, me sainte marie, merci à la toile de 1 2 3&nbs       gloussem       l’ et combien   dits de       vu les quatrième essai de le glacis de la mort la force du corps,     extraire cet univers sans     hélas, 1 2 3 je le temps passe dans la 1 2 3 a propos de quatre oeuvres de de tantes herbes el pre ensevelie de silence, sauver la vie c’est ne derniers vers sun destre « ces deux là dans le pain brisé son le coeur du c’est la chair pourtant sous la pression des       sur le dix l’espace ouvert au antoine simon 10 vers le sommaire des recueils ainsi fut pétrarque dans aller à la liste des auteurs les céramiques et leurs oiseau tranquille au vol ki mult est las, il se dort préparer le ciel i pour maxime godard 1 haute sans être grand textes mis en ligne en pour accéder au texte au elle disposait d’une       reine       neige rafale n° 7 un madame, c’est notre aller vers le musicien nègre et…   dits de pa(i)smeisuns en est venuz vers le sommaire des recueils « je me tais. autre petite voix jamais je n’aurais avant même de commencer, sommaire ► page suivante un tunnel sans fin et, à aller à la bribe suivante "école de boomerang b ► livre grand 10 vers la laisse ccxxxii la terre a souvent tremblé       montagne rafale de toutes les marcel alocco a guetter cette chose il faut laisser venir madame page d’accueil de sept (forces cachées qui et que dire de la grâce les cuivres de la symphonie je désire un préparer le ciel i nice, le 8 octobre comme ce mur blanc       pour julius baltazar 1 le       deux mais non, mais non, tu       je me préparer le ciel i mes pensées restent       le long cet article est paru dans le un homme dans la rue se prend page suivante ► page non, björg, s’il  l’exposition  vertige. une distance les amants se       pourquoi 1 2 3&nbs   la baie des anges décembre 2001. dans le monde de cette des quatre archanges que c’est la peur qui fait À propos de fata en pas une année sans évoquer       la j’arrivais dans les       à dans le respect du cahier des bel équilibre et sa abords de l’inaccessible page suivante ► page page d’accueil de quand c’est le vent qui         &n le géographe sait tout une autre approche de giovanni rubino dit pour michèle gazier 1) pluies et bruines, comment sauvage et fuyant comme     l’é il existe au moins deux Ç’avait été la la fraîcheur et la la vie est ce bruissement nous lirons deux extraits de     double le franchissement des ce qui fait tableau : ce carmelo arden quin est une  hier, 17 1 2 3&nbs entr’els nen at ne pui 1 2 bruno     vers le soir       mé autres litanies du saint nom je serai toujours attentif à 3 

les lieux aussi sont   un carles li reis en ad prise sa  au mois de mars, 1166 dans ce périlleux       la le flot pâle des maisons préparer le ciel i ce 28 février 2002. je n’aime pas ce monde.       reine  de la trajectoire de ce pour accéder au texte, exode, 16, 1-5 toute       la       journ&ea chercher une sorte de un texte que j’ai       apparu rêve, cauchemar,       m’ pour le prochain basilic, (la « tu sais ce que j’aime chez pierre dans un clignement de  monde rassemblé   nous sommes pas facile d’ajuster le page d’accueil de rafale n° 9 un de soie les draps, de soie voir les bifaces de b. j’ai changé le     tout autour le rideau (gallimard 2005) de depuis le 20 juillet, bribes 1 2 3&nbs       au sommaire ► page suivante ainsi va le travail de qui 1 2 3&nbs coupé le son à des conserves ! et il fallait aller debout page suivante ► page       fourr&ea petit matin frais. je te il y a des titres qui les ruelles blanches qui a-t-il page suivante ► page pour qui veut se faire une       descenda constellations et un soir à paris au même si et voici maintenant quelques dans les rêves de la       sous « amis rollant, de   anatomie du m et l’envers de 1 2 3&nbs pour accéder au pdf de   la production sequence voir aussi boltanski galerie pour jean-louis cantin 1.- sommaire ► page suivante la liberté de l’être j’oublie souvent et cliquetis obscène des page suivante ► je suis né cent dix remarques i► cent       au       au fond madame est une torche. elle carcassonne, le 06 nous avancions en bas de il tente de déchiffrer,       pour page suivante ► page       la a christiane agnus dei qui tollis peccata       " pour accéder au pdf, la légende fleurie est page d’accueil de page suivante page que d’heures sommaire ► page suivante       ( début de la mise en ligne de page suivante page voici des œuvres qui, le       s’ antoine simon 11 page suivante ► voici donc frères et       entre     un mois sans pour helmut textes mis en ligne en avril       bien la poésie, à la dernier vers doel i avrat, présentation du a claude b.   comme une portrait. 1255 : avant lire une interview de clere est la noit e la pour jean marie textes mis en ligne en avril bernadette griot vient de pur ceste espee ai dulor e la route de la soie, à pied, page suivante gérard chers élèves du collège il ne sait rien qui ne va aller à la bribe suivante exposition de la série       ma page précédente longue  le "musée ses mains aussi étaient 1- ai-je reçu une     une abeille de d’abord l’échange des et que vous dire des merci à marc alpozzo Éphémère du 22 juillet à je suis celle qui trompe au rayon des surgelés antoine simon 2 c’est — pense-t-on - madame est une       avant ce       allong&e pour anne slacik ecrire est page précédente retour page d’accueil de la tentation du survol, à préparer le ciel i il souffle sur les collines préparer le ciel i epuisement de la salle, petit souvenir de pareïs li seit la quatre si la mer s’est       devant madame déchirée 1 2 3&nbs  les premières dans les écroulements introibo ad altare buttati ! guarda  page suivante ► christ a la deuxième édition du quai des chargeurs de sixième dernier vers aoi       sur les antoine simon 20 il faut aller voir le numéro exceptionnel de   ces sec erv vre ile dernier vers aoi 1 2 3&nbs dernier vers aoi page suivante page        tu vois im font chier À la loupe, il observa tout le temps est là sièges 1 2 3 i)       le viallat © le château de   *   libre     nous avions 1 2 3&nbs le galop du poème me aller à la bribe suivante page suivante ► page il en est des noms comme du il avait accepté voir les œufs de page suivante ► page onzième il ne s’agit pas de       ç       au au commencement était sors de mon territoire. fais baous et rious je suis on dit qu’agathe     oued coulant page d’accueil de cover-oleti_artin_ri noble folie de josué,   né le 7 1 2 3&nbs la chaude caresse de on peut croire que martine       midi il y a bien là, dans antoine simon 5 predication_du_15_ao fin première vous avez rafale n° 10 ici   pour théa et ses rare moment de bonheur, alocco en patchworck ©       le voile de nuit à la (de)lecta lucta   rita est trois fois humble. la mastication des laure et pétrarque comme page suivante ► page page suivante ► page     sur la antoine simon 6 mais jamais on ne 1 2 3&nbs et c’était dans présentation du projet edmond, sa grande ils avaient si longtemps, si       sur le « ah ! mon sommaire ► page suivante attendre. mot terrible. aller à la bribe suivante le 23 février 1988, il mult ben i fierent franceis e prenez vos casseroles et la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Giovannetti, Pascal /

PASCAL GIOVANNETTI

Le slam ? Une ruse de Sioux.
© Pascal Giovannetti
Publication en ligne : 5 décembre 2020

Ce texte a été diffusé sur facebook en novembre 2020. Renseignements pris, il l’avait été dès novembre 2019 sur le site Le recours au poème https://www.recoursaupoeme.fr/pasca....


Le Slam ? Une ruse de sioux. Pour amener les gens à la poésie. Une organisation. Et non un style ! On est Slameur juste le temps d’une Scène-Slam.
Ces éléments méritent d’être précisés. Et, je vais les développer à travers mon expérience.
J’ai rencontré le « Slam » en août 2000. Festival des Arts de la rue. Aurillac.
A Clans (Alpes-Maritimes), nous inaugurions la Nuit du conte. Ludmila (ma femme), Daniel Laugier (guitariste) et moi avions présenté un spectacle intitulé « In vino veritas ». Nous avions reçu proposition de le présenter à Aurillac quelques semaines plus tard. Nous prîmes route vers le Cantal. Le spectacle, nous l’avons présenté plusieurs fois durant deux ans. Pérégrinant dedans Aurillac, à l’écoute de spectacles aussi bons les uns que les autres, j’atterris sur une place ou des poètes disent leur texte. Je suis fasciné. A un point tel que l’organisateur (Pilote le Hot en l’occurrence) me pointe du doigt, pensant que je voulais participer. Je n’avis rien à dire n’ayant rien écrit depuis longtemps. Nous retournons à Aurillac l’année d’après. Je suis à la recherche de cette scène de poésie. Je la trouve. Un carrefour en face d’une pharmacie qui prête l’électricité pour la sono. J’écoute et ne dis rien. Retour à Clans. En tant que Cannois, je reviens régulièrement à Cannes ; J’y fréquente « Le Petit Carlton » nouvelle mouture en face de la gare. l a succédé au Petit Carlton historique, rue d’Antibes, qui était le rendez vous des festivaliers, acteurs, réalisateurs, producteurs et autres. Les nuits étaient longues. Le cinéma nous imprégnait. Thierry, un des serveurs, quand le bar a fermé, a racheté le nom et s’est installé en face de la gare de Cannes ? Soirée musique avec les Naïfs, Jimmy Clayton… (enterré au carré des indigents, cimetière de Cannes). On avait financé une plaque de marbre pour le retrouver. Soirées cartomancie. Jeu de Go. Et soirée philo auxquelles je participe. L’organisatrice (une ancienne permanente de la CFDT, passée des verts au MODEM et devenue adjointe de l’environnement du député maire (UMP) qui avait proposé que la peine de mort fût rétablie). Mais je m’égare. Toujours est-il qu’elle organise une Scène Slam. Je me pointe Au Petit Carlton.
Et qui est là ? Ce type vu à Aurillac, Pilote le Hot. Nous sympathisons et je décide d’organiser des « Scènes Slam » en lien avec la FFDSP (Fédération Française de Slam Poésie) et Pilote le Hot. C’est ainsi que tout a commencé. Une Scène-Slam qui respecte les règles du Slam : pas de musique, pas d’accessoires, pas de mise en scène, pas plus de trois minutes, un seul poème à la fois, tous les styles sont permis. Car ce qui compte c’est le fond et non l’artificialité d’une performance trop souvent démagogique. La Scène-Slam de Cannes dure deux ans. Nous participons au Grand Slam National au Lieu Unique de Nantes et à la Maison de la culture 93 de Bobigny. Nous faisons partie des 20 Scènes-slam de France. Nous participons à la Coupe du monde de Poésie. Puis après c’est Belleville. Cannes s’exporte à Nice. Cave Romagnan. Chez Manu. Nous prenons la relève et participons pendant plusieurs années au Grand Slam National. Nous nous inscrivons dans le mouvement international du Slam. Initié par Marc Smith que j’ai rencontré deux fois. Inventeur du Slam, il voulait rendre vivante la poésie. Il décide de créer une nouvelle organisation : le Slam. En français, tournoi. Une compétition pour que le public réagisse et ne pique pas du nez. Il décide d’organiser cela à la manière d’une compétition, d’un match qui se joue dans tout type de lieu (rue, bar, ring …) Il rédige les « Chicago‘s Rules ». Un jury est tiré au sort dans le public. Il décidera du meilleur poète. Le premier Grand Slam national américain a eu lieu à Albuquerque aux USA. C’est Saul WILLIAMS (un rappeur) qui l’a gagné. Depuis le Slam s’est structuré. Une vingtaine de pays organise un Grand Slam National. Compétition dans les règles de l’art. Classement par équipe, classement individuel. Celui qui gagne dans son pays participe à la Coupe du monde de Poésie (avec toujours les mêmes règles) Je me souviens d’une poétesse américaine ; sourde et muette. Elle a dit son poème en langue des signes. Comme à l’opéra c’était surtitré. A la Bellevilloise, il régnait un silence. Nous avons entendu des poètes du monde entier. Voilà, Pour moi, le « Slam » c’est cela. Une organisation qui permet la rencontre entre poètes, poésie et public. Pour un spectacle vivant. Quels que soient les poètes et leurs styles. Le « Slam » n’est pas un style ; L’on est slameur dès lors que l’on participe à une Scène-Slam (tournoi ou scène ouverte) En dehors, l’on est un poète avec son style. Certes, des façons de déclamer peuvent amener à créer un certain académisme. Slamer n’existe que dans la langue française ou l’on remplace « Slam » par « poésie ». La forme l’emportant sur le fond. Sans oublier que si compétition il y a, il vaut mieux une « poésie » qui flatte l’auditoire qu’une poésie exigeante. Suivez mon regard : un poète à la belle voix grave et sa béquille. Qui plait aux grand-mères et aux jeunes filles. Show-biz, storytelling. Néanmoins, le Slam à une fonction populaire : démocratiser la poésie, lui permettre de sortir des cénacles, des boudoirs « poètes à écharpe et chapeau ». Lors d’une Scène-Slam tout le monde est à égalité. Le débutant, la mémé poétisant ses vacances en Camargue, le performeur, l’improvisateur, le jeune rappeur étonné qu’on l’écoute et qu’on l’accueille, la jeune collégienne qui récite du Prévert, l’institutrice du Maurice Carême (forcément). Et tous les gens qui décident de sauter le pas. Prendre la parole. Une parole décidée parce qu’il est question de qualité. Sans jugement. On s’écoute, on s’applaudit. L’on respecte les règles pour éviter que les ego-surdimensionnés ne surdimensionnent. Et les poètes qui se la pètent ne viennent généralement qu’une fois. Vexés d’être traités comme les autres. Le Slam a connu quelques attaques. Notamment Jacques Roubaud dans un article incompréhensible du Monde diplomatique. J’y avais répondu et le Diplo avait publié un extrait de ma réponse (texte et réponse disponible sur demande). L’édition 2018 des Cahiers d’Eucharis a publié, sous la plume de Patricia DAO, un très bel article sur le Slam à la cave Romagnan (Nice). Jean-Michel ESPITALLIER, dans son livre « Caisse à outils : un panorama de la poésie française aujourd’hui, Editions Pocket », consacre un article au Slam et il cite les propos d’une slammeuse américaine quant à la notion de compétition, les mêmes propos que les miens. La compétition dénature la qualité de la poésie proposée. Il y aussi « Au Cœur du Slam, Grand Corps Malade et les Nouveaux Poètes », Héloïse GUAY DE BELLISSEN, éditions du Rocher.
J’ai aussi vu passer un livre (« Slam, une poétique », Camille VORGER, Les Belles Lettres). Aussi, un article d’un journaliste stagiaire (google Pascal Giovannetti …).
Le Slam s’installe dans le temps et c’est une bonne chose. Avec des retours cycliques. Une fois de plus l’idée est que c’est la poésie qui prime. Toute forme de poésie. Chaque Scène-Slam a sa couleur, sa pâte, sa façon de fonctionner. S’il peut être fédéré (je pense à la FFDSP), c’est tant mieux pour la convergence internationale de la poésie.
Pendant près de dix ans, j’ai été très heureux d’être le « Slammaster » participant au Grand Slam National de France et d’être à l’écoute de la Coupe Internationale Poésie (Grands moments). Peut-être les années 2019-2020 annonceront le retour d’une équipe de la cave Romagnan. J’y réfléchis. En attendant vous qui lisez cet article, sachez que vous avez le droit d’organiser une Scène-Slam là où bon vous semble. Pour que vive la poésie.

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP