BRIBES EN LIGNE
les premières page suivante ► page       un 1254 : naissance de l’eau froide de l’anse on cheval       le de nouvelles mises en iigne, À perte de vue, la houle des elle ose à peine       voyage écoute, josué, page suivante le chêne de dodonne (i) du bibelot au babil encore  le livre, avec  née à 1 2 3 19 mars 2022, savigny sur dans l’innocence des premier vers aoi dernier       au fond edmond, sa grande       le vent démodocos... Ça a bien un fin première       ce qui page suivante ► je suis né       le un temps hors du sommaire ► page suivante un survol de l’annÉe     m2         objectif toulon, samedi 9 rare moment de bonheur, je meurs de soif j’oublie souvent et très malheureux... 1 2 3&nbs les parents, l’ultime les embrassées , cantilène béatrice machet vient de station 4 : judas  textes mis en ligne en avril page d’accueil de récapitulatif lieux et pour max charvolen 1)       bâ       l’ dans le vacarme des couleurs,     nous avions je reviens sur des       le long page suivante ► page recleimet deu mult 1 2 3&nbs       la     du faucon abu zayd me déplait. pas page suivante ► page un titre : il infuse sa       bonheu petits rien 4 et 5 (env. 7cm naviguer dans le bazar de revue l’impression la plus       fourmi&n la légende fleurie est aller à la bribe suivante dernier vers aoi dernier vers aoi  mise en ligne du texte la vie est dans la vie. se sixième page précédente retour je sais bien ce qu’il madame est toute la mastication des page suivante ► page aller à la liste des auteurs     les provisions   nous sommes lorsqu’on connaît une madame est une torche. elle 1 2 3&nbs petites proses sur terre       dé pour nicolas lavarenne ma le plus insupportable chez aller à la liste des auteurs (la numérotation des preambule – ut pictura chaque automne les     quand basile cinq madame aux yeux       un 1 2 3&nbs c’était une très jeune vers le sommaire des recueils peinture de rimes. le texte dix l’espace ouvert au pour accéder au texte, générations 1 2 3&nbs si elle est belle ? je tous ces charlatans qui  l’exposition   les éditions de torna a sorrento ulisse torna au programme des actions page précédente ► page pour philippe cent dix remarques i► cent sommaire ► page suivante       crabe-ta   si vous souhaitez comme c’est       le je suis occupé ces       cerisier toute une faune timide veille en introduction à page suivante ► page cyclades, iii° Ç’avait été la un texte que j’ai       la dernier vers aoi     &nbs 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs dernier vers aoi 1 2 3 clers fut li jurz e li le lourd travail des meules voudrais je vous dernier vers s’il         or granz est li calz, si se page suivante ► macles et       au  le "musée pour accéder au texte au je déambule et suis 1 2 3&nbs la vie est ce bruissement       le 1 2 3&nbs quelques autres   que signifie aller à la bribe suivante textes mis en ligne en sommaire ► page suivante       l’       soleil je voudrais voir les arbres station 5 : comment 1 2 3&nbs préparer le ciel i vers le sommaire des recueils 1 2 3 d’abord l’échange des macao grise une errance de pour helmut 1 2 en  il est des objets sur  au travers de toi je bribes dans le nid de pour accéder au pdf, les dernières exposition et ouvrage de couleur qui ne masque pas aucun hasard si se       va ton       reine page suivante ► page page suivante ► page    nous et toi figure ce mot comme à la hâte et si au premier jour il noble folie de josué,  tous ces chardonnerets       deux certains prétendent cet article est paru « la musique,       à dans ma gorge les installations souvent, écrire comme on se aller à se placer sous le signe de 1 2 3&nbs       grimpant page d’accueil de li quens oger cuardise je rêve aux gorges il arriva que       sur ma mémoire ne peut me page précédente retour page d’accueil de page d’accueil de               dans le page d’accueil de   (à ce pénétrer dans ce jour, page d’accueil de aller vers le musicien nègre nous lirons deux extraits de       baie elle réalise des Éphémère du 22 juillet à 1 la confusion des dire que le livre est une il nous aura laissé       au « je me tais. ils avaient si longtemps, si face aux bronzes de miodrag embrasement du mantra gore et tout avait l’appel tonitruant du carissimo ulisse, torna a dans les hautes herbes aller à la bribe suivante suite de       gloussem textes mis en ligne en page suivante ► page giovanni rubino dit     rien journée de   un le bulletin de aller à la bribe i au textes mis en ligne en août aller à la liste des auteurs 1 2 3&nbs reflets et echos la salle À propos de fata en fragilité humaine. sommaire ► page suivante  jésus c’est une sorte de         &n on a cru à       il derniers textes mis en ligne en       fourr&ea  la toile couvre les       à ouverture de l’espace madame est une       mouette la musique est le parfum de 1 2 3&nbs mélodie 1. il se trouve que je suis pour gilbert catalogue.03pdf.pdf j’arrivais dans les au matin du tout le problème 1 2 3&nbs la mort, l’ultime port,       l’ pas facile d’ajuster le bal kanique c’est dans le train premier sites de mes dernier vers aoi     [1] l et ces       le bernadette griot vient de si grant dol ai que ne textes mis en ligne en dernier vers aoi       à « et bien, bien sûr la nous serons toujours ces il y a tant de saints sur cent dix remarques i► cent de toutes les pour anne slacik ecrire est 1 2 3&nbs antoine simon 20 derniers textes mis en sommaire des marie antoinette l’éclair me dure, 1 2 3 page suivante ► page  de même que les       et tu page suivante ► page 1 2 3&nbs deux nouveauté, page suivante ► page attention beau 1 2 3&nbs page suivante ► page antoine simon 33   j’ai souvent leonardo rosa exposition de la série <p présentation du projet saluer d’abord les plus il y a deux villes à les dessins de martine orsoni le corps encaisse comme il       "j&       la  les premières la deuxième édition du       sabots       les       araucari  pour le dernier jour la fraîcheur et la archipel shopping, la       dans aller à la bribe suivante     sur la       tourneso       je Être appelé par son nom clquez sur rafale quai des chargeurs de je serai le pilote aux yeux 1 2 c’est antoine simon 25       soleil la lecture de sainte j’ai parlé Être tout entier la flamme aller à la bribe suivante       pav&eacu page suivante ► page i.- avaler l’art par 1 2 3&nbs l’entreprise dont je me       ruelle       dans le page suivante ► page ou aux mots noyés dans c’est seulement au de mes deux mains le recueil de textes photos de frédéric     de rigoles en page suivante ► page page précédente ► de  si, du nouveau dernier vers aoi antoine simon 28 rafale sors de mon territoire. fais ainsi alfred… marcel alocco a les céramiques et leurs « h&eacut pour accéder au pdf de merci à la toile de tout en vérifiant textes mis en ligne en juin       m’ le flot pâle des maisons quant carles oït la pour lire les textes de l’évidence quelque temps plus tard, de li emperere s’est       é la visite de la fondation traversé le lieu-dit de un besoin de couper comme de aller à la bribe suivante un homme dans la rue se prend       un quando me ne so itu pe violette cachée ton bien sûr, il y eut je serai toujours attentif à       ç la brume. nuages     un mois sans la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : ROSA Leonardo /

RAPHAËL MONTICELLI

Trois fois rien
Publication en ligne : 21 novembre 2020
Artiste(s) : Rosa L.

À ce que raconte le texte ci-dessous, j’ajoute ceci :
Leonardo m’avait conduit dans son atelier pour voir ses derniers « experiments ». S’ensuivit une discussion au terme de laquelle il me dit : « Tu pourrais mettre par écrit tout ce que tu m’as dit ? »
Je ne suis pas capable de faire une chose pareille. Ce texte n’est pas « ce que j’ai dit », mais ça en est à coup sûr un écho.


Je me souviens qu’à propos de Radiguet, à qui l’ont doit « Le Diable au corps » alors qu’il n’avait que 17 ans, Cocteau disait que l’âge ne faisait rien à l’affaire. Nous sommes admiratifs de la précocité d’un Rimbaud, d’un Radiguet, d’un Mozart, de la fulgurance d’un Klein… Je ne le suis pas moins du Monet des derniers Nymphéas, ou de Picasso qui, à plus de 90 ans, faisait passer sur la moindre toile des œuvres d’une force, d’une fraîcheur et d’une violence toute juvéniles. Et, abasourdi devant les ses dernières toiles, exposées voici quelques années au Centre Pompidou, je me demandais -je me demande toujours- « Comment ? Comment ? Comment fais-tu, Pablo ? »… Cocteau ajoutait que la jeunesse est une acquisition de l’âge mûr.

Je rends visite à Leonardo Rosa une ou deux fois par an depuis qu’il a fêté ses 80 ans… Depuis une dizaine d’années, donc. Et j’attends, lors de chaque visite, ce moment de la journée où il me dit « Dimmi… vuoi venire in studio ? ». Ce moment où je vais découvrir ses derniers travaux.
Il en va de Leonardo comme de tous mes amis peintres : quand je suis sur le chemin de leur atelier, je me pose quantité de questions : qu’ont-ils fait depuis ma dernière visite ? Comment leur recherche a-t-elle évolué ? Quelles nouvelles formes vont-ils me présenter ?
Je connais le travail de Leonardo, ses lignes de fond, ses problèmes, ses recherches, ses techniques, ses scrupules esthétiques, son éthique. Je le situe dans cette grande tradition née au début du XXe siècle, qui fait œuvre avec des matériaux de récupération, des déchets, depuis que Braque et Picasso ont intégré sur la toile, des bouts de journaux, des cannages de chaise, ou des tickets de métro.
Un art fait de riens, un art pauvre, pourrait-on dire.
Et l’Italie de la fin des années 60 voit apparaître un ensemble d’artistes qui en feront l’essentiel de leur esthétique : « Arte povera » dit-on.
Je ne fais que mentionner ces artistes qui du grand Pennone à Gilberto Zorio vont illustrer cette esthétique avec, parfois, un luxe de moyens paradoxal.
Quand j’ai rencontré Leonardo Rosa, qui n’a jamais fait partie de ce groupe, j’ai découvert un artiste qui se servait de papiers d’emballage usagés en guise de supports, de cendres comme pigments, de pinceaux de récupération, et de pauvres liants. Je me suis dit : « S’il est un artiste pauvre, le voici. Ici la pauvreté n’est pas prétexte à œuvre. La pauvreté est la nature même de l’œuvre ».
Leonardo Rosa n’exalte pas le déchet, ne le glorifie pas, ne l’interprète pas, ne s’en sert pas comme un élément plastique parmi d’autre. Leonardo Rosa regarde le déchet. En fait un objet d’attention. Trouve en lui une beauté qu’on ne savait pas y voir.
Et, tout en cheminant vers l’atelier, je me dis : « Et aujourd’hui, que va-t-il encore m’apprendre à regarder ? »
Connaissant le travail, la démarche, les œuvres, j’imagine ce que je vais voir. Quel usage va-t-il faire d’un bout de bois trouvé, d’un manuscrit chiné, d’une cannette écrasée, d’une herbe brûlée, d’un tesson remonté du fond de son jardin ? Je m’imagine déjà dans l’atelier. Je vois -presque- déjà les nouvelles œuvres.

Et voici ce qu’est l’émerveillement :
lorsque je suis dans l’atelier, je ne vois aucune des œuvres que j’avais imaginées. Je les reconnais toutes pourtant comme marquées par l’artiste qui, tranquillement, me montre ses derniers travaux et, modestie ou malice, me demande : « Alors, maître, j’ai réussi mon examen ou suis-je recalé ? »
Les œuvres sont là, je les considère l’une après l’autre, les compare, les renifle, les laisse faire leur travail en moi. Elles ont toutes le même effet sur moi : elles sont inattendues. Elles sont évidentes.
Il me présente une série faite d’assemblages frustes : un vieux bout de bois, une planche, sur laquelle il a fixé un quelconque déchet. J’en vois un, j’en vois deux, j’en vois dix, et encore, et encore… « Mais depuis quand fais-tu ça ? » « Depuis le début de l’année ». Quatre mois. À 90 ans. L’âge ne fait rien à l’affaire, d’accord. Mais comment ? Comment ? Comment fais-tu, Leonardo ?
Tous les éléments y sont. La même radicalité ? Plus de radicalité encore ; en tout cas, l’impression d’encore plus de liberté dans le choix des objets et dans leur mise en œuvre . Aucune fioriture. Aucune séduction. Pourtant chaque assemblage est « parlant ». Dynamique. On sent bien qu’il y a, dans chacun, une science de la composition. Et dans chacun pourtant, le dépassement de cette science. La planche prend sens du déchet qu’elle porte, et lui donne sens. Son format, sa forme, son usure, les veines d’un bois rongé par le temps, un reste de pigment parfois. Le déchet prend sens de la planche qui le porte, et lui donne sens. Le souvenir de ce qu’il fut. Les outrages qu’il a subis par le temps qui passe, les foules qui piétinent, les morsures de la pluie et du soleil. J’essaie d’imaginer un autre assemblage. Ça ne marche pas. J’essaie de placer le déchet ailleurs ou autrement sur son support. Ça ne marche pas. Seule la combinaison proposée par l’artiste me donne à voir, à rêver, à penser, à méditer. Deux bouts de rien qui touchent nos sens, que l’artiste nous rend sensibles. Une œuvre. Pauvre.

Nous discutons. Leonardo parle peu. Il dit comment. Il dit quand. Il parle peu, mais répond volontiers ; ne cache rien. Montre ses instruments, sa gestuelle, jusqu’à la façon de coller un fragment ou de planter un minuscule clou. Rappelle des anecdotes. Se réfère aux peintres de son Panthéon, au premier rang desquels figure Fautrier. Devant les œuvres (a-t-il prononcé une fois seulement le mot « œuvre » ?) me revient une phrase de Jean Racine, qui, dans l’une des ses préfaces écrit : « Tout l’art consiste à faire quelque chose avec rien ».
« Et ces expérimentations-ci, qu’est-ce que tu en penses ? » Il tire d’une pile de dossiers un carton ventru. Des cartons, des papiers, des collages de papier sur papier, des écritures en fragments. Toute une série de recherches. À nouveau, je vois bien ce qui les relie aux travaux de l’an dernier. À nouveau, je ne m’attendais pas à voir ça, comme ça. À nouveau je suis surpris. À nouveau, d’un coup, ça m’est évident : oui. C’est bien ça qu’il fallait faire.
Une archéologie non seulement de l’objet mais du document. Le sauvetage des humbles écrits dispersés. Ils n’avaient plus d’intérêt pour personne. Ne constituaient aucun héritage. Ne présentaient aucun intérêt pour un archiviste, un historien, un sémioticien. A fortiori pour un amateur d’art. À nouveau le regard s’emballe. La pensée s’échauffe. L’émotion gagne.
« Et ça date de quand, tout ça ? » (je montre les grands papiers disposés les uns à coté des autres, et la pile qui attend.) « En même temps » répond-il. Et je m’imagine cet homme, esprit agile, invention sans cesse en éveil, que le corps peine parfois à suivre. Quelle volonté, quel rêve constant le pousse à cette tâche, méticuleuse, de rédemption des choses perdues ?
Je me dis : « Voilà bien une machine sacrément huilée. On se demande parfois comment peut prendre forme ce qui d’abord n’a pas de forme. Leonardo rend forme et usage à ce qui a perdu forme et usage. Rend sens au document qui a perdu sens. S’en va chercher comme une origine du sens dans le sens perdu. Va faire signe de ce qui n’était plus que vague trace. Tire trace et signe d’une relique aussi évanescente que l’ombre fugace d’une herbe brûlée sur le pied d’un marcheur. Mort et origine à la fois. »

La conscience de Leonardo Rosa est d’abord écologique. C’est après un désastre écologique -un incendie en Corse- qu’il a décidé de se servir de cendres comme pigments. Une façon, peut-être, de relire le mythe du Phénix.
La conscience de Leonardo Rosa est archéologique. Une « archéologie du quotidien » a-t-il précisé voici quelques années. Du reste, les archéologues nous disent bien que toute leur science est d’abord une science du recueil et de l’interprétation des déchets.
La conscience de Leonardo Rosa est esthétique. Entendez ce mot au delà de son sens habituel. Rosa ne cherche pas à présenter de belles choses, à susciter l’admiration devant une beauté convenue. Entendez « esthétique » comme « ce qui cherche à rendre digne du regard ce que l’on ne savait pas regarder ».
La conscience de Leonardo Rosa est d’un tragique plein d’espérance. Tout va à sa perte. L’art peut-il sauver quelque chose ? L’art peut sauver des riens.
Nous aussi, ces riens ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP