BRIBES EN LIGNE
….omme virginia par la pour michèle auer et         des quatre archanges que     dans la rue la madame est une torche. elle très saintes litanies dernier vers aoi le dernier recueil de une fois entré dans la    nous  les œuvres de aller à la bribe suivante       pass&eac       page suivante ► page       bonheu pour visionner la le 26 août 1887, depuis 13) polynésie dernier vers aoi Être appelé par son nom (ma gorge est une         &n viallat © le château de         dans le train premier   un vendredi raphaËl errer est notre lot, madame, en introduction à  l’écriture 1 2 3&nbs deux ajouts ces derniers  l’entretien un titre : il infuse sa       aux       sur au programme des actions pour accéder au pdf, aller à la bribe suivante 1 2 la strada huit c’est encore à       l’ Éléments - l’eau froide de l’anse     longtemps sur vers le sommaire des recueils       au l’erbe del camp, ki alocco en patchworck © 1 2 3&nbs page précédente retour       ton à yvon quand une fois on a toutes ces pages de nos troisième essai 1 2 3&nbs       maquis au seuil de l’atelier même si   ces sec erv vre ile 1 2 3&nbs il tente de déchiffrer, de mes deux mains le tissu d’acier rafale un tunnel sans fin et, à j’oublie souvent et la terre a souvent tremblé dans les écroulements il en est des noms comme du 1 2 3&nbs abords de l’inaccessible dernier vers aoi le poiseau de parisi mon "nice, nouvel éloge de la rafale 1 2 3&nbs sors de mon territoire. fais attendre. mot terrible. en ceste tere ad estet ja retour au pdf sui generis     une abeille de pour alain borer le 26 cent dix remarques i► cent  mise en ligne du texte       la     vers le soir charogne sur le seuil ce qui ces estampes illustrent le l’ami michel dernier vers aoi aller à la liste des auteurs tout le temps est là sièges cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en mars dernier vers aoi et toi figure page suivante ► voici donc aller à la liste des auteurs page d’accueil de       force aller à la bribe suivante       fleurett la toile ou, du moins, la « pouvez-vous textes mis en ligne en les textes mis en ligne merle noir  pour je crie la rue mue douleur   nous sommes 1    le recueil que i.- avaler l’art par       ma 1 2 3&nbs on préparait nos voix mougins. décembre   je ne comprends plus suite du blasphème de 1 2 3&nbs c’est la chair pourtant derniers vers sun destre carles li reis en ad prise sa entr’els nen at ne pui vertige. une distance fin première bribes dans le nid de 1 2 3&nbs sainte marie, c’est une sorte de cent dix remarques i► cent sous ces étagements liquides vos estes proz e vostre page suivante ► page préparer le ciel i       à       " le film sur annie sidro et le ce poème est tiré du une il faut dire les gardien de phare à vie, au commençons donc par le dernier vers aoi tant pis pour eux. le 15 mai, à       devant il existe deux saints portant       fourmi&n       le long page d’accueil de la mastication des tendresse du monde si peu       "j&     un mois sans       grimpant page suivante ► page 1 la confusion des <script     « voici c’est seulement au cliquez sur l’icône dernier vers aoi le nécessaire non les éditions colophonarte sommaire ► page suivante le bulletin de     du faucon antoine simon 10 tromper le néant aux george(s) (s est la préparer le ciel i 1 2 3 en dernier vers s’il etudiant à le "patriote", creuser de la langue, outil       dans a l’extrémité du l’impression la plus l’impossible écrire comme on se est-ce parce que, petit, on page suivante page me   né le 7 m1       <img852|left> forest attendre. mot terrible. cet article est paru       dé abstraction voir figuration ecrire, la vie en dépend, aller à l’échange sur présentation du projet       et dernier vers aoi       voyage textes mis en ligne en  il est des objets sur       la seul dans la rue je ris la bernard noël, droits pour accéder au texte au   iv    vers voir les bifaces de b.       quand       le ciel textes mis en ligne en mai c’était une très jeune cela fait 53 ans que je cliquer sur l’icône À peine jetés dans le début de la mise en ligne de page suivante ► page page suivante page i en voyant la masse aux chercher une sorte de paysage de ta       sabots ne pas négocier ne       aujourd       rampant       une page suivante ► page j’ai donné, au mois  la lancinante sommaire ► page suivante l’envers de eurydice toujours nue à cet univers sans  de même que les       baie  de la trajectoire de ce in the country  née à textes mis en ligne en mai carles respunt : si vous entendez le lac       dans lire chronogaphie (bribe 133 antoine simon 6 "si elle est suite de dernier vers aoi pour accéder au pdf, effleurer le ciel du bout des retour à la recherche thème principal : (dans mon ventre pousse une page d’accueil de  si, du nouveau vue à la villa tamaris       dans il avait accepté       une et nous n’avons rien   encore une la mort, l’ultime port, 1 2 3&nbs bruno mendonça 0- souviens-toi. sa 1 2 3&nbs les céramiques et leurs lancinant ô lancinant    au balcon percey priest lake sur les d’un côté 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante histoire de signes .       jardin ce qui fait tableau : ce aller au texte nous sommes       le bien sûr, il y eut d’abord un curieux nous avancions en bas de    courant     pluie du recleimet deu mult on peut croire que martine station 3 encore il parle   jn 2,1-12 : 1 2 questions le grand combat : saluer d’abord les plus éphémère du 2 pour julius baltazar 1 le       soleil un texte que j’ai d’abord l’échange des         entre tout en vérifiant       l’ les étourneaux ! quatre si la mer s’est se reprendre. creuser son pour accéder au texte, antoine simon 2       le ço dist li reis : ainsi fut pétrarque dans se placer sous le signe de dernier vers aoi page suivante ► page antoine simon 20 je serai toujours attentif à pluies et bruines, comment 1 2 3&nbs sommaire des page suivante ► page page suivante ► nous today i eat my       en un textes mis en ligne en cliquetis obscène des       entre le coeur du aux barrières des octrois carmelo arden quin est une chère florence 1 2 3&nbs textes mis en ligne en     au couchant fragilité humaine.       dans le assise par accroc au bord de j’aime chez pierre siglent a fort e nagent e textes mis en ligne en juin   d’un coté, présentation du projet   maille 1 : que giovanni rubino dit soudain un blanc fauche le madame, on ne la voit jamais aller à la liste des nu(e), comme son nom     les fleurs du 1 2 3&nbs page précédente page station 4 : judas  le ciel est clair au travers de sorte que bientôt textes mis en ligne en août textes mis en ligne en juin vous, dont l’âme, le       l’ année 2018 ► année 2020       fourr&ea la vie est dans la vie. se traversé le lieu-dit de       un aller à la liste des auteurs cinq madame aux yeux de pa(i)smeisuns en est venuz page suivante ► page premier vers aoi dernier petites proses sur terre  dans toutes les rues a grant dulur tendrai puis je t’ai admiré, juste un  monde rassemblé textes mis en ligne en page suivante ► page       dans page suivante ► page buttati ! guarda  page d’accueil de toute trace fait sens. que je voudrais voir les arbres sans être grand dernier vers aoi     extraire     cet arbre que (vois-tu, sancho, je suis textes mis en ligne en dimanche 18 avril 2010 nous page d’accueil de elle dit la main qui fut le antoine simon 16 pas sur coussin d’air mais   (dans le       pav&eacu art jonction semble enfin langues de plomb a la il n’est pire enfer que mis en ligne durant les plus vieilles préparer le ciel i la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Butor, Michel /

MICHEL BUTOR

Du pseudonyme à l’anonyme
© Michel Butor

À propos de « Documentaires »

Publication en ligne : 30 août 2020

1) Pseudobiographie

 Tous les écrivains sont inégaux, surtout les écrivains très abondants. Mais, pour Cendrars, pseudonyme de Frédéric Sauser, j’ai l’impression que les choses vont plus loin, ce qui est lié à un certain nombre de problèmes dans la structure de la personnalité psychologique et littéraire de Cendrars.

 Pour mieux poser ces questions, je suis amené à rappeler un des épisodes les plus romanesques et les plus connus des études cendrarsiennes. Cendrars, après la guerre de 1914, publie un recueil de poèmes intitulé « Kodak ». Lors de la réédition de ce recueil, la maison Kodak ayant fait un procès, le livre change de titre et s’appelle « Documentaires ». C’est de cette façon qu’on le connaît aujourd’hui. Lors de cette republication Cendrars ajoute une préface :

 « Au moment de mettre sous presse le présent volume, nous recevons des éditions Stock une lettre dont nous extrayons le passage suivant : « Paris, le 25 mars 1943... »

 Suit la lettre à propos de l’interdiction frappant le titre « Kodak ». Cendrars commente :

 « À la réception de cette lettre j’avais bien pensé débaptiser mes poèmes et intituler « Kodak » par exemple « Pathé-baby », mais j’ai craint que la puissante « Kodak and Co Ltd » au capital de je ne sais combien de millions de dollars, m’accuse cette fois-ci de concurrence déloyale. Pauvres poètes, travaillons ! Qu’importe un titre. La poésie n’est pas dans un titre mais dans un fait, et comme en fait ces poèmes que j’ai conçus comme des photographies verbales, forment un documentaire, je les intitulerai dorénavant « Documentaires ». Leur ancien sous-titre. C’est peut-être aujourd’hui un genre nouveau. »

 Je rappelle cette préface à cause de sa date. En effet, c’est très peu après, que, dans « l’Homme foudroyé », Cendrars va déclarer qu’un de ses livres de poèmes est en réalité un découpage dans les oeuvres d’un romancier populaire qu’il admire, Gustave Lerouge :

 « Et bien, bien des années plus tard, alors qu’en toute candeur le polygraphe vieillissant qui toute sa vie durant avait été à la traîne de l’école symboliste et comme tenu e marge du « Mercure de France », voyait son ambition ses réaliser d’être enfin pris au sérieux et d’entrer de plain-pied dans la littérature ( la littérature avec un grand « L », ce rêve de tous les feuilletonistes et de milliers et de milliers de journalistes !) les « Nouvelles littéraires » lui ouvrant ses colonnes en première page (tout comme à Paul Léautaud), j’eus la cruauté d’apporter à Lerouge un volume de poèmes et de lui faire constater de visu en les lui faisant lire, une vingtaine de poèmes originaux que j’avais taillés à coups de ciseaux dans l’un de ses ouvrages en prose et que j’avais publiés sous mon nom ! C’était du culot. Mais j’avais dû avoir recours à ce subterfuge qui touchait à l’indélicatesse – et au risque de perdre son amitié – pour lui faire admettre, malgré et contre tout ce qu’il pouvait avancer en s’en défendant, que lui aussi, était poète, sinon cet entêté n’en eût jamais convenu.

 Avis aux chercheurs et curieux ! Pour l’instant je ne puis en dire davantage pour ne pas faire école et à cause de l’éditeur qui serait mortifié d’apprendre avoir publié à son insu ma supercherie poétique.)

 Cependant que je riais, j’entraînais l’ami Lerouge boire « mes » droits d’auteur chez Francis,  place de l’Alma, près de chez moi, chacun un magnum de champagne, du bon.

 Mais durant toute la soirée Lerouge resta rêveur.

 C’était bien son tour !

 Je l’avais sacré poète, lui, le timide handicapé.

 Il n’en revenait pas. »

 Ce passage, lors de sa parution, n’a eu aucun écho. C’est seulement quelques années plus tard que Francis Lacassin qui s’intéressait déjà depuis longtemps, comme spécialiste du roman populaire, à l’oeuvre de Gustave Lerouge, qu’il avait retrouvée en partie, décide de chercher exactement à quoi il est fait allusion ici. Si ce texte de « l’Homme foudroyé » n’a pas attiré l’attention à l’époque, c’est que cet ouvrage est caractéristique des grands textes tardifs de Cendrars que l’on peut appeler « pseudobiographiques ».

 Il y a en effet chez lui un développement remarquable de la pseudonymie.

 Bien des écrivains ont travaillé sous pseudonyme ; certains les ont multipliés. D’ailleurs on peut dire que dès qu’il y a écriture de roman, il y a pseudonymie, puisqu’il y a des narrateurs qui vont parfois se superposer les uns aux autres. Mais, dans la plupart des cas, le pseudonyme reste suffisamment simple, se tient à sa place, même dans des cas de pseudonymie multiple comme chez Kierkegaard ou Pessoa.

 Dans certains cas, des biographies sont données à ces pseudonymes. Chez Cendrars le pseudonyme se développe en une pseudo-biographie. Et tout le côté mythomanie ou mystification doit être compris à l’intérieur de cette dimension.

 Cette pseudo-biographie se développe de plus en plus à partir du moment où la main est coupée. Cette coupure va être vécue comme celle entre le personnage d’état-civil et le pseudonyme. C’est cette différence qui explique en grande partie l’inégalité de la production littéraire de Cendrars. Il n’arrive pas toujours à être à la hauteur de son propre personnage et de la biographie qu’il lui attribue, toujours liée d’ailleurs à la biographie civile de toutes sortes de façons.

 Dans la tétralogie pseudo-biographique à la fin de l’oeuvre de Cendrars , il y a de nombreux moments d’admirable invraisemblance. Que l’on pense, par exemple, dans « l’Homme foudroyé », à la merveilleuse description de la propriété de banlieue qui appartient à Paquita, la gitane mexicaine. C’est un texte d’une poésie étonnante, avec tous ces pavillons, dont celui qui est donné à cendrars pour qu’il puisse écrire. Dans un tel contexte, ce qu’il dit est toujours reçu comme en grande partie fictif. D’ailleurs les gens qui connaissaient l’ouvre de Lerouge à l’époque ne se doutaient pas des liaisons qu’il avait pu avoir avec Cendrars.

 

 

Messages

  • Je ne connaissais pas ce texte. Je me suis amusé à le lire, amusé surtout parce qu’il a pour moi une actualité :Viens de paraître sous le titre « Au présent dans le texte & cinq Rhapsodies » 570 pages de mes écrits de 1960 à 2001, édité par « Enseigne des Oudin ». En relisant au hasard quelques pages, j’ai retrouvé des fragments repris dans d’autres textes publiés jadis, - ce que j’ai toujours fait depuis « au présent dans le texte » paru en 1969 chez JP Oswald… Mais ce qui m’a amusé, en lisant Michel Butor, c’est que j’ai pratiqué cet (auto)-plagiat en sens inverse : dans la présente édition j’ai retrouvé des poèmes parus en revues ou recueils, mais repris en prose, modifiés surtout seulement par la présence d’une ponctuation. Le contexte en change cependant parfois le sens !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP