BRIBES EN LIGNE
bribes dans le nid de  si, du nouveau marie-hélène page d’accueil de       sur le       l’ sables mes paroles vous j’arrivais dans les page suivante ► page bel équilibre et sa page suivante ►   les boomerang b ► livre grand [voir le texte de cummings aller à la liste des auteurs dans les hautes herbes voir document expo boltanski    regardant       sur le a) les villes abandonnées il ma mémoire ne peut me (elle entretenait toulon, samedi 9 sommaire ► page suivante j’imagine que, comme tout  les premières antoine simon 21       en deux merci à la toile de   en grec, morías le 28 novembre, mise en ligne la toile ou, du moins, la       fleur la prédication faite       autres litanies du saint nom l’homme est la littérature de       en un des conserves ! l’annÉe 2022 mois par le géographe sait tout       à suite du blasphème de     au couchant g. duchêne, écriture le traversé le lieu-dit de page précédente retour sommaire ► page suivante pas même raphaël monticelli 30 juin le thème raphaël monticelli : tu       au       dans le je ne saurais dire avec assez si grant dol ai que ne et…   dits       pav&eacu je désire un     hélas, saluer d’abord les plus quelques photos  dans toutes les rues vers avant-œuvre ► mots, pour frédéric le chêne de dodonne (i) les amants se derniers prologue et puis t’es la communication est quand on arrive de new-york un soir à paris au       embarq cent dix remarques i► cent pour max charvolen 1) elle réalise des hommage à rené passent .x. portes, rêve, cauchemar, leonardo rosa où l’on revient       é     du faucon nous dirons donc au centre des quartiers de toutes sortes de papiers, sur accoucher baragouiner   À léon-gontran   la baie des anges dans ce périlleux   tout est toujours en attelage ii est une œuvre diaphane est le vous dites : "un voir les œufs de page suivante ► page sites de mes       il       parfois m1       préparer le ciel i       les antoine simon 5 nous avons affaire à de       pour antoine simon 18 <script     ceci… pour prendre mesure. 10 vers la laisse ccxxxii 5) triptyque marocain on croit souvent que le but les photos et archives dernier vers aoi onze sous les cercles pour andré villers 1) dans le patriote du 16 mars page suivante ► page madame, c’est notre il y a des titres qui j’ai changé le  pour le dernier jour  il est des objets sur À venise je dispose, sur le 1. passera-t-on par l’eau pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi effrayante humilité de ces attendre. mot terrible. ► abÉcÉdaire à jean  au mois de mars, 1166 a claude b.   comme une couleur qui ne masque pas quando me ne so itu pe le flot gris roule contre vers jean-jacques, peintre       je me dernier vers s’il en une, une œuvre de page suivante ► page       au pas très saintes litanies * il te reste à passer pour michèle gazier 1 se reprendre. creuser son page suivante ► page antoine simon 31 raphaël monticelli :   "je me tais. pour taire. in the country dans un coin de nice, le 15 mai, à marché ou souk ou mes pensées restent oui la       retourn& bruno mendonça aller à la bribe suivante vous avez dans le respect du cahier des       la art jonction semble enfin accorde ton désir à ta petit matin frais. je te aux barrières des octrois  il y a le châssis,       pass&eac       sur le cyclades, iii°       su lou descendre à pigalle, se apaches :      & quant carles oït la chaque automne les présentation du projet     cet arbre que ils sortent ce texte m’a été lire le texte page suivante ► page page suivante ► page envoi du bulletin de bribes page précédente retour le geste de l’ancienne, clxvi deus li otreit (la sue) maintenant il connaît le textes mis en ligne en nous savons tous, ici, que l’erbe del camp, ki ce qui importe pour page suivante page À max charvolen et   est-ce que textes mis en ligne en     rien textes mis en ligne en mai       la         ouverture de l’espace agnus dei qui tollis peccata cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le long pour andré page suivante ► page À la loupe, il observa page suivante ► page aller à la liste des auteurs rafale au seuil de l’atelier       les et c’était dans montagnes de page suivante ► page sors de mon territoire. fais page d’accueil de c’est ici, me la légende fleurie est Écoute, bûcheron, arrête textes mis en ligne en mars       le présentation du projet   un vendredi monde imaginal, les textes mis en ligne aller vers le musicien nègre raphaël monticelli 30 juin frères et bernard noël, droits est-ce parce que, petit, on       apr&egra   je n’ai jamais       apparu avant-dire  “... pour alain borer le 26    au balcon parmi les éditeurs le texte qui suit est, bien un titre : il infuse sa noble folie de josué, aller à la bribe suivante antoine simon 30 voir l’essai sur textes mis en ligne en de tantes herbes el pre     pourquoi tu voile de nuit à la       avant       fleurett 30 décembre 1963. revue réponse de michel il avait accepté cristina de simone : le       ruelle rm : tu as décidé aller à la bribe suivante l’envers de le chêne de dodonne (i) albertine tu le sais bien. luc ne naviguer dans le bazar de       à dernier vers aoi arbre épanoui au ciel a supposer que ce monde voici l’homme aux deux ► les mots du désir à les carnets éclaboussés 2 essai de nécrologie, tandis que dans la grande dimanche 18 avril 2010 nous       la     après       l’ rafale n° 7 un dernier vers aoi       dans le aller à la liste des auteurs       ".. cent dix remarques i► cent       vu les tous ces charlatans qui ço dist li reis : clquez sur cent dix remarques i► cent     quand basile comme un prÉliminaire la il souffle sur les collines page d’accueil de la vie est ce bruissement       il page suivante ► page       assis page d’accueil de dans l’innocence des page suivante ► page       j’       &nbs un homme dans la rue se prend clere est la noit e la les éditions colophonarte 1.- les rêves de sommaire des contributions du bibelot au babil encore rare moment de bonheur, page d’accueil de "la musique, c’est le et il fallait aller debout   marcel si vous entendez le lac   que signifie alocco peinture en a l’aube des apaches, la cité de la musique normalement, la rubrique village de poussière et de oiseau tranquille au vol c’est un peu comme si, tous feux éteints. des bernard dejonghe... depuis patrick joquel vient de à raphaël on n’écrit qu’un de sorte que bientôt sommaire ► page suivante       au fond sommaire ► page suivante dernier vers aoi page suivante page a l’extrémité du les éditions de la passe du archipel shopping, la les dessins de martine orsoni <p présentation du projet       midi textes mis en ligne en il existe deux saints portant dernier vers aoi 1254 : naissance de       la       je suis photos de frédéric  avec « a la pierre ciel dernier vers aoi c’est la peur qui fait       " alain remila : un des       bonheu antoine simon 24       la une errance de       sabots       le voir les œufs de page d’accueil de dont les secrets… à quoi     surgi centre georges en cet anniversaire, ce qui le vieux qui il a surgi sans crier cliquer sur l’icône li emperere s’est mult est vassal carles de torna a sorrento ulisse torna page suivante ► page cent dix remarques i► cent   (dans le a-t-on remarqué à quel dix l’espace ouvert au <img852|left> forest la poésie, à la aller à la bribe suivante naviguer dans le bazar de je n’aime pas ce monde. aller à la bribe suivante bernadette griot vient de pluies et bruines, comment dans le flou des souvenirs... morz est rollant, deus en ad présentation du projet ce paysage que tu contemplais aller au sommaire de pablo textes mis en ligne en       nuage vous, dont l’âme, le le travail de bernard       un la parol

Retour à l'accueil

THIERRY RENARD

ABÉCÉDAIRE
© Thierry Renard
Publication en ligne : 23 juin 2020

Saint-Julien-Molin-Molette et Vénissieux, du vendredi 15 mai au samedi 13 juin 2020

Extrait de « L’oiseau polyglotte », recueil en cours, inédit


les mots du désir

à la mémoire de mon grand-père maternel

« Les hommes excitaient sa curiosité, il questionnait toujours, mais ne découvrait jamais l’ultime pourquoi de ce qu’ils avaient en eux. Dans l’obscurité de l’auto, il prit ses cigarettes. »

Elio Vittorini, Les hommes et les autres

 

Août
L’image est un peu floue, mais présente à mon esprit. La plage est déserte, ou presque. Le soleil descend vers la mer. Et l’envie de se baigner est présente elle aussi. Nous n’attendons pas plus longtemps pour nous jeter à l’eau. Elle est rafraîchissante et pleine de saisissements. L’heure est exquise, et l’odeur des pins nous monte aux narines. C’est le plus beau jour de la vie.

Banlieue
Moi aussi, j’ai été là, et le plus souvent tenu à l’écart. J’ai vécu depuis toujours parmi des dépossédés de toutes sortes. Là où j’habite, le paysage est retentissant et les tremblements du monde ne sont visibles que de là-haut, dans le ciel triste. C’est toujours l’hiver en banlieue.

Canicule
Quand l’été bat son plein et que nous demeurons presque nus, sous le soleil qui cogne sec, tout redevient plus clair, comme avant. La chaleur étouffante de ces jours fiévreux jamais n’est mise en cause. Les héros de ces temps sont des héros silencieux. Il n’y a rien d’autre à faire en pareille saison.

Désir
Le pluriel est l’autre façon de gagner le réel, pour ne pas rester hors sujet. Une manière plus tactile pour appréhender la vérité de toute chose. Les corps dénudés, enlacés, reflètent la promesse d’un futur simple. Il n’y a pas d’autre issue, la tendresse nous laisse insatisfaits.

++++

Étreinte
Ils ne s’étaient pas retrouvés depuis si longtemps. La gare était à eux, le monde leur appartenait. Sa robe, légère et fleurie, ressemblait ce jour-là à un instant d’éternité. Lui, derrière ses lunettes noires, n’avait qu’une triviale et ardente envie, c’était de la tenir serrée dans ses bras, contre sa poitrine. Ses seins à elle, gonflés et fermes, allaient bientôt toucher au but.

Futur
Il y a toujours un après. Après le silence, après la pluie, ou après le poème. Après la nuit de l’homme. Après la parole pauvre et les jours gris, les jours sans importance avérée. Demain sera meilleur, a écrit quelque part Albert Camus. Ses mots sont une espérance à conquérir. Il nous a transmis sa flamme, qui nous brûle encore les doigts.

Gravir
La montagne est haute, ses sommets sont élevés, et la fillette est petite. Il était une fois une enfant perdue sans collier. Sans parents et sans grande chance de survie. Une enfant dont les yeux, pourtant, observent le monde avec intérêt. Avec le temps, elle le sait, la dernière cime sera atteinte. La vie se résume, au fond, aux marches d’un escalier.

Histoire
Cela me rappelle un livre, redécouvert il y a peu, La voie libertaire, de l’écrivain aujourd’hui disparu, Michel Ragon. Un ouvrage où se confondent la petite histoire et la grande aventure. Cela me rappelle les temps anciens et restés inachevés. Si je n’avais pas été celui qu’avec les années je suis devenu, si j’avais été quelqu’un d’autre, quelqu’un de beaucoup moins bavard, sans doute n’aurais-je jamais gravé mon nom au bas du parchemin.

++++

Italie
C’est bizarre cette sensation. Peut-être le souffle du poème qui vibre en nous. Peut-être les souvenirs précis de tout ce qui a été déjà vécu avec émotion, aux temps incertains des réfutations. Ombre et lumière. Guerre et paix. Ce soir, besoin de poème et d’amitié. Il me manque le verre. Mais le cœur est là.

Jardin
Une chanson résiste à l’usure et régulièrement revient à la mémoire. Une chanson fredonnée dans l’enfance, qui ouvre la porte aux souvenirs. J’ai descendu dans mon jardin / Pour y cueillir du romarin… Le grand-père s’y rendait chaque jour, avec le jeune garçon. Pour y aller, il fallait traverser le boulevard périphérique. Une fois sur place, près du cabanon, soudain s’éclairaient tomates, pommes de terre et haricots verts. Les ouvriers ont eux aussi leur pays des merveilles.

Kyrielle
Les mots étalés, dispersés, sur la page. Les signes, les images, tout ce qui fait nombre et qui exige de nous autres que l’on retienne notre souffle au passage d’une comète. Étoiles, oiseaux, passants pressés, notre univers est le plus peuplé. Nous ne sommes plus jamais seuls face à la multitude.

Lumière
C’est encore l’été parmi les oliviers, la saison tant de fois répétée, tant de fois espérée. Aujourd’hui, l’ombre est passée au second plan, derrière le muret. La terre a le goût du sable, l’eau vient à manquer. Les cailloux sont brûlants. Plus rien ne résiste à la clarté des heures arides. Il est midi.

++++

Mer
Vaste étendue. Ciel infiniment bleu. Marins à quai. Le monde connaît ici sa propre vérité. Et après avoir exaltés la terre, il ne nous reste plus qu’à célébrer l’eau limpide et profonde. L’eau dans laquelle nous nous baignons. Italie, Grèce, Espagne, pays tournés vers l’immense été liquide et sans âge. Mer, mer, quand tu es loin de moi, ton absence poignarde ma joie dans le dos.

Nuit
Cette fois, c’est la bonne. Ni insomnie ni cauchemars. Mais un long sommeil sans trouble et sans blessure. Une lente descente en soi, jusqu’au cœur de l’être. Après, l’aube bien sûr, le petit jour, le réveil de la bête. Les secrets de l’âme humaine sont-ils les mieux gardés ?

Ombre
La mienne me suit depuis longtemps. D’un pas léger. Élégante, svelte, elle a connu déjà de nombreux rebondissements. Tantôt elle s’allonge, tantôt elle rétrécit. Quelquefois, même, elle disparaît. Créature discrète, elle accompagne tous mes élans. C’est une alliée plutôt qu’une maîtresse. Elle me reste attachée depuis ce jour où, dans mon enfance, j’ai croisé son regard sombre en pleine clarté.

Présence
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. Le réel dit toujours la vérité. Et il dévoile autre chose qu’une simple et raboteuse banalité. Le sentiment est profond, l’absence est prononcée. Nous rêvons tous, à un moment ou à un autre de l’existence, de devenir l’homme invisible. L’absence est la pire des pertes. Le lieu vide des déserts de l’amour.

++++

Querelle
Nous nous disputions sans cesse. En ce temps-là, la jeunesse était ardente et ne supportait ni la différence ni le compromis. Tout était une question de vie ou de mort. Heureusement, les heures ont fini par s’étrangler, et le jour de nouveau s’est levé sur un horizon plus apaisé. Le futur est enfin calme, et le temps semble aboli.

Rêver
J’ai fait une longue sieste aujourd’hui. Et nous étions ensemble dans le même lit. Nus l’un et l’autre. Et tu me proposais d’entrer en toi. J’ai dit oui. Puis le soleil, qui cognait à la fenêtre, m’a tiré de mon sommeil. J’étais seul et en sueur. Nu. La traversée de l’après-midi est, pour moi, presque toujours d’une intensité remarquable.

Source
L’enfance est le lieu du souvenir. L’enfance continue toute la vie. Elle ne s’efface qu’avec la mort et l’oubli. L’enfance est mon pays d’origine, ma source, mon éternité. L’enfance est le premier baiser volé et l’aurore du monde. L’enfance, enfin, est un oiseau polyglotte. Son chant traverse tous les âges et toutes les langues.

Terre
Cette fois, je t’appartiens, je te le promets, ô toi, notre mère à tous. Je me rappelle à ton propos les mots d’un poète ami, mots inspirés et déjà entendus dans l’Histoire des derniers siècles : la terre n’est à personne. Et nous passons désormais derrière les murs épais du silence afin de retrouver notre chemin des crêtes.

++++

Ubac
Il fait sombre, le soleil traîne encore sur l’autre versant. Il fait sombre, et la vallée appelle à l’aide. Le repas du soir est déjà attendu. Les mots de ma musique s’égarent, et je reste muet. Quand la lumière manque, les soleils de l’esprit eux aussi se retirent. Nous n’avons plus rien à perdre si ce n’est l’espoir fugace de la promesse d’une chanson.

Visage
Le mien est un miroir. Il appartient à des destinataires inconnus. Et il est le reflet de mon âme séparée. Âme furibonde, âme dénudée rappelant celle de l’Antéchrist un peu avant la fin du monde. Mais l’essentiel est peut-être ailleurs, dans les pages d’un livre. Franck Venaille un jour a écrit : Visage du condottiere. C’est bien de cela que j’ai toujours voulu parler.

Wagon
La question du souvenir demeure centrale. Nous étions installés dans un train pour Venise. Nous étions jeunes, fiers et beaux. Et tu t’es jetée sur moi, dans mes bras. Nous nous sommes aimés comme seuls savent s’aimer les naufragés du dernier vaisseau. Le train filait, ce jour-là. Et nous avons su repousser, ensemble, debout et déshabillés, résignation et silence.

++++

Xénophilie
L’amour de l’humanité fait encore événement. Notre vieille planète est peuplée d’étrangers. Nous les aimons parce qu’ils sont autres. Cependant, nous ne les préférons pas à nos frères puisqu’ils sont, eux aussi, nos semblables. Le temps qu’il fait, le temps qui passe, le temps n’est jamais neutre. Il se gagne, ou il se perd.

Yeux
Les yeux dans les yeux, et nous bénéficions d’une vision plus large. Car tout est dans l’œil, dans le regard. Ceux qui traversent le monde, aveugles et muets, ceux qui refusent de voir l’essentiel, ceux qui avancent masqués portant un bandeau sur le haut du visage, ceux qui, blessés, n’ont pas les mots pour dire l’humanité, tous ceux-là ont définitivement perdu le sens du combat.

Zizanie
Moins violente qu’une guerre intime, plus aérienne surtout, la zizanie pourtant sème le trouble entre les êtres. Elle jette le discrédit sur l’ivresse de la quiétude. Nous en sommes friands, nous apprécions les querelles inutiles. Joli mot, n’est-ce pas ? L’un des derniers du dictionnaire. La zizanie (j’en abuse, j’en abuse) appartient depuis toujours à l’histoire des hommes.

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP