BRIBES EN LIGNE
tromper le néant à yvon « oui,       je suis dans les carnets       assis quatrième essai de toutes ces pages de nos madame déchirée aller à la bribe suivante "tu sais ce que c’est c’était une très jeune       je fais  la toile couvre les  mise en ligne du texte       sur la  l’exposition  torna a sorrento ulisse torna sculpter l’air : cliquer pour rejoindre la page précédente retour       aujourd   je n’ai jamais pour martin 10 vers la laisse ccxxxii page suivante ► page macao grise cette machine entre mes je suis occupé ces prologue et puis t’es   voici donc la bernar venet -   saint paul trois <script     suite du blasphème de de l’autre       pav&eacu la vie est dans la vie. se pour raphaël sommaire ► page suivante il en est des meurtrières. seins isabelle boizard 2005 le tissu d’acier onzième lancinant ô lancinant "école de page précédente le café rm : tu as décidé À propos de fata en le chêne de dodonne (i) page d’accueil de       dans le rafale n° 10 ici autres litanies du saint nom dont les secrets… à quoi commençons donc par le    tu sais textes mis en ligne en avril     surgi page suivante ► r.m. a toi dernier vers aoi    courant pour nicolas lavarenne ma dans l’innocence des station 5 : comment les mots te viennent que tu page d’accueil de avant lire une interview de       qui quatre si la mer s’est si elle est belle ? je page suivante ► page   six formes de la jamais si entêtanteeurydice prenez vos casseroles et il n’est pire enfer que ecrire, la vie en dépend, page suivante ► page (dans mon ventre pousse une       su lou       fleurett a la libération, les       bonheu page précédente ► de textes mis en ligne en bribes en ligne a  zones gardées de quand on arrive de new-york la toile, d’avatar en dans l’herbier de ses       crabe-ta tout en travaillant sur les raphaël monticelli 30 juin sommaire ► page suivante et que dire de la grâce 1 la confusion des je n’aime pas ce monde. page suivante ► page douze (se fait terre se j’ai parlé normalement, la rubrique comme ce mur blanc kurt schwitters. : naviguer dans le bazar de jusqu’à il y a les céramiques et leurs page d’accueil de siglent a fort e nagent e pour alain borer le 26 par max et andré cela fait 53 ans que je onze sous les cercles à la bonne deux ajouts ces derniers li emperere par sa grant le ciel est clair au travers antoine simon 12 sables mes paroles vous alocco peinture en exposition de la série halt sunt li pui e mult halt ce poème est tiré du saisies de frontières tout non... non... je vous  epître aux je me souviens de d’un côté notre but n’est pas de un tunnel sans fin et, à genre des mots mauvais genre les éditions colophonarte quatrième essai de ici, les choses les plus une autre approche de préparer le ciel i le dernier recueil de   la baie des anges ou aux mots noyés dans je voudrais voir les arbres le chêne de dodonne (i) en une, une œuvre de       à sommaire ► page suivante aller à la liste des auteurs page suivante ► page quai des chargeurs de       vaches page d’accueil de roland barthes : propos         or       dans le d’abord trouver un titre. si c’est ça, sommaire ► page suivante         dernier vers aoi aller à la bribe suivante a) les villes abandonnées il naviguer dans le bazar de sous ce titre inspiré de la dix l’espace ouvert au       ( m1       les embrassées , cantilène merci au printemps des       ...mais s’il lui faut, en dépit de les terrasses abandonnées j’ai perdu mon le flot pâle des maisons pure forme, belle muette, sous ces étagements liquides textes mis en ligne en bernard noël, un nous de       fourr&ea   un feuilleton d’un travail    il 1) ce qui fait tableau : ce le chêne de dodonne (i) l’odeur de ce       pour oui la la galerie chave qui joseph a pour sens "dieu d’abord la crise du       objectif agnus dei qui tollis peccata cent dix remarques i► cent c’est seulement au carissimo ulisse, torna a quant carles oït la encore une citation “tu écrire comme on se au seuil de l’atelier a l’extrémité du   ciel !!!! page suivante ► page préparer le ciel i       la  c’était parcourir les espaces ► une image surgit traverse le max charvolen, martin miguel textes mis en ligne en le chêne de dodonne (i) page suivante ► page  dernier salut au   ces notes     ton plaisir   iv    vers autre petite voix  ce mois ci : sub dernier vers aoi la lecture de sainte aller à la liste des auteurs derniers textes mis en       deux deus li otreit (la sue)   est-ce que rafale n° 6 just do antoine simon 29 issent de mer, venent as       objectif parcourir les espaces ► page suivante ► page page suivante ► page page d’accueil de pas même je suis grande digue est dispersée bernard noël en débat aller à la liste des auteurs aux barrières des octrois page suivante ► page page d’accueil de page suivante ► page attendre. mot terrible. dernier vers aoi       à page suivante ► page dernier vers aoi sixième       le     nous avions       la cliquer sur l’icône cliquez sur l’icône pour visionner dernier vers aoi   lire chronogaphie (bribe 133       la marché ou souk ou  tu ne renonceras pas. mieux valait découper dans le monde de cette       droite     dans la rue la la chaude caresse de carles li reis en ad prise sa clquez sur ce texte a été rédigé à  pour de paroles de chaman tu c’est le grand toute une faune timide veille mise en ligne d’un ainsi va le travail de qui ce  dernières mises pour pierre theunissen la madame, c’est notre la brume. nuages derniers textes mis en l’envers de pour écouter ce moment de avant dernier vers aoi essai de nécrologie, tout en vérifiant madame, on ne la voit jamais elle réalise des l’annÉe 2022 mois par grande lune pourpre dont les dans le train premier       "je dernier vers aoi allons fouiller ce triangle       entre       le aux george(s) (s est la c’est — pense-t-on -       enfant       force « pouvez-vous textes mis en ligne en  je ne voulais pas ce qui importe pour ► abÉcÉdaire à jean heureuse ruine, pensait "nice, nouvel éloge de la antoine simon 10 la route de la soie, à pied, pour michèle gazier 1) sommaire ► page suivante au commencement était sommaire ► page suivante       le       &nbs depuis le 20 juillet, bribes  l’écriture “dans le dessin page suivante ► macles et le travail de bernard cliquer sur le titre pour  de la trajectoire de ce       nuage       bien le slam ? une ruse de que nos princes et empereurs aller à la liste des auteurs madame a des odeurs sauvages cent dix remarques i► cent       apr&egra dernier vers aoi posté sur facebook sorti de j’ai relu daniel biga,       avant page suivante page le thème réponse de michel antoine simon 20 raphaël monticelli : a christiane à bernadette carmelo arden quin est une j’ai en réserve "a cannes, propos de table       à haut var ► trois petits dernier vers s’il page suivante ► page le numéro exceptionnel de       à aller à la liste des auteurs portrait. 1255 : que reste-t-il de la     chant de a claude b.   comme une       à textes mis en ligne en mai introibo ad altare la fraîcheur et la les parents, l’ultime trois tentatives desesperees du bibelot au babil encore des quatre archanges que je n’ai pas dit que le cent dix remarques i► cent quelques photos dernier vers aoi je n’aime pas les gens et que vous dire des bien sûr, il y eut premier vers aoi dernier assise par accroc au bord de page d’accueil de page précédente ► page sommaire ► page suivante et tout avait "mais qui lit encore le page d’accueil de d’abord quelques       " 0- souviens-toi. sa antoine simon 17 traquer       dans karles se dort cum hume revue dernier vers aoi (la numérotation des rafale préparer le ciel i « amis rollant, de ouverture d’une retour au pdf sui generis aller à la liste des auteurs des voiles de longs cheveux la parol

Retour à l'accueil

JEAN CLAUDE HUBI

Istanbul
© Jean-Claude Hubi
Publication en ligne : 5 mai 2020

Localisation : 41° 0’ 29.15’’ N - 28° 58’ 42,2’’ E


En Europe enfin, c’est la Corne d’Or qui a constitué le cœur de la cité où les guerriers du Croissant se sont installés, et d’où pendant des siècles ils ont parcouru les routes de terre et de mer pour établir leur pouvoir. Ils ont marché sur la Grèce, sur la Bosnie, sur l’Autriche où ils ont bâti minarets et mosquées ; ils ont navigué sur l’Algérie, sur Malte, sur l’Espagne et sur la France où ils ont saisi otages et esclaves.

Au-delà du pont de Galata accablé d’ânes et de camions, de piétons, de bus, de voitures désarticulées, la Corne d’Or aujourd’hui remonte dans les terres vers Eyüp et la maison de Loti entre des chantiers navals où le cambouis tente de combattre la rouille. A quelques arrêts du bateau-bus qui la parcourt on a dessiné des jardins assez accueillants, avec des bancs et des arbres, et un petit bâtiment d’octroi.
Au large des ocres remparts de la ville qui s’écroulent par places, une banlieue interminable se développe pas à pas, composée d’humbles maisons basses, jamais achevées, du gris triste des parpaings, souvent couvertes de tôle. L’hiver il y fait froid pourtant, sous la neige et le brouillard qui monte de la mer.

Mais quand on a passé ces remparts et qu’on entre dans la ville, l’étonnement prend du génie bâtisseur qui a habité les hommes de ce lieu. Tous les hommes d’ici : les Romains qui y ont laissé les premiers ouvrages, les chrétiens de Sainte-Sophie, les Turcs de la Mosquée bleue ; et d’autres sans doute auparavant, dont les constructions ont servi de carrière à ceux qui leur ont succédé.


Par Ordu Caddesi le tram mène du port vers Beyazit en sonnant éperdument. Sur la vaste esplanade entre l’Université et le grand Bazar, des colporteurs, des marchands à la sauvette, des rabatteurs pour les boutiques proches accostent tout ce qui peut ressembler à un touriste, tout ce qui flâne et muse. Quand on passe cette nuée et que, franchissant les lourdes portes de bois sculpté on pénètre dans le Bazar où la chaleur et la lumière semblent filtrées, adoucies, tempérées presque, on entre dans un palais d’Orient aux sols couverts de velours et de kilims, aux murs tendus de tapisseries colorées, où l’or partout luit. Chaque marchand vous propose un thé fumant dans des porcelaines délicates, tous parlent votre langue avec une séduction câline ; il faut s’asseoir, regarder, toucher, admirer. Le plafond est si haut, une verrière apporte juste une lueur, la lumière de lampes vacille dans la profondeur des boutiques obscures, jusqu’où donc s’envole le flot magique des tapis ? Les éventaires des bijoutiers partout accrochent le regard comme si des constellations tombées du ciel s’étaient répandues dans leurs sombres velours.

Il faut sortir enfin, pour retrouver le soleil ardent et les bruits de la rue. Dehors, on vend tout ce qui ne se trouvait pas dans le Bazar : cigarettes, copies de vêtements et de parfums français, fruits au détail, légumes de saison, bijoux de pacotille. On est pris dans une animation extrême ; chaque enfant qui passe est un vendeur ; nul ne quémande, il n’y a pas de mendiant. A toutes les façades des inscriptions en turc, mais aussi en une multitude de langues étranges, annoncent des fabrications de textile et de cuir. Des véhicules bulgares et polonais repartent vers le nord chargés à rompre leurs essieux, titubant ainsi jusqu’à Sofia, Plovdiv, Gdansk, Varsovie...


++++

Il y a un autre Bazar pourtant, que l’on nomme le « Bazar égyptien » et qui se tient au pied de la Sûlemaniyé quand on descend vers le pont de Galata.

La rigoureuse Sûlemaniyé, mosquée et séminaire à la fois, splendeur de régularité et d’harmonie un peu sévère, est entourée d’un terre-plein de dalles dorées et d’une sorte de chemin de ronde ; à une de ses extrémités, une porte discrète, presque dissimulée, permet de descendre vers le port et, très vite, d’entrer dans le Bazar égyptien. Là les stambouliotes trouvent les fournitures de leur vie quotidienne : humbles ustensiles de cuisine, tout ce qui tranche, coupe ou pique ; épices, cafés et thés, pistaches, noisettes, sucreries de toutes espèces ; jeux de cartes, de dames, d’échecs, cages ou volières... Il n’y a pas un seul touriste, les vendeurs intrigués vous sourient avec la gentillesse ordinaire des Turcs.

Quand on sort du Bazar égyptien, le soleil éblouit, on est ivre un peu des effluves capiteux dans lesquelles on a baigné ; on sent le poivre, la coriandre, le cumin - mais aussi le sucre, la vanille, l’orange. On lève la tête et l’on voit, au-dessus, la silhouette des grandes mosquées et les jardins de Topkapi.
C’est que tous les monuments les plus notables, les plus respectables d’Istanbul sont regroupés sur le vaste promontoire à l’ouest de la Corne d’Or. Là se trouvent la Mosquée Bleue et Sainte-Sophie, mais l’obélisque de Théodose et la colonne de Constantin aussi, la guirlande de jardins de Topkapi, et le réservoir de Yerabatan, et le Musée archéologique, et la seule rue ancienne, dont les quelques maisons ont pour la plupart été transformées en auberges de luxe. Adossées à un rempart, fleuries de bougainvillées, irradiées de soleil, elles jettent un sourire de sérénité dans cette mégapole agitée par le commerce.

Face à face, les deux mosquées historiques racontent la confrontation aujourd’hui pacifiée de deux mondes, de deux religions, de l’Asie et de l’Europe. Sainte-Sophie et la Mosquée Bleue sont réunies par de frais jardins et parcourues par des visiteurs souvent indifférents à l’émotion religieuse qui les a conçues.

Monument païen, monde inversé, mer obscure et souterraine perdue loin du soleil éblouissant, où l’on navigue entre de puissants piliers dont les socles ont été souvent repris de temples plus anciens, le réservoir de Yerabatan est un des lieux les plus mystérieux et les plus secrets d’une ville déjà étrange. Des projecteurs, de loin en loin, sculptent la lourde forêt interminable de colonnes et de piliers. L’immensité de l’effort qu’il a fallu produire pour édifier cette prodigieuse construction donne une idée de la vraie valeur de l’eau à qui elle est entièrement dédiée ; aucun trésor n’a suscité un si opiniâtre effort, ni les Mosquées de Dieu, ni Topkapi du pouvoir.

Topkapi, un peu après la Sublime Porte, domine le Bosphore. Vaste jardin semé de palais, de communs et de belvédères, il est parcouru sans cesse par les troupes serrées des enfants des écoles en uniformes, enquêtant sur leur passé et leur histoire. Ils sont rieurs, attentifs, disciplinés, amicaux. Ils s’extasient devant les instruments de cuisine anciens, les mannequins et les habits d’autrefois ; comme chacun, ils s’émerveillent surtout des bijoux énormes, des émeraudes gigantesques, des rubis de contes de fées. Dans l’enceinte du Palais se trouvent aussi le Harem, le Musée archéologique ; Topkapi est une ville dans Istanbul. D’une terrasse on contemple l’étroit bras de mer qui sépare l’Europe et l’Asie, le pont qui désormais les réunit, le trafic incessant des bateaux dans les deux sens ; au-delà de la Corne d’Or s’étend le long de la mer l’ordonnance française du palais de Dolmabahçe où toutes les pendules sont arrêtées à 9 heures 05.

 

Si on descend au port on peut, pour une piécette, emprunter un bac surchargé qui mène à Uska Dara - quartier d’Istanbul en Asie. Dans cette ville aux vieilles mosquées ocres le port est entouré de tables où, près de leurs bateaux, les pêcheurs vendent leurs poissons du jour accommodés comme vous le souhaitez. Assis sur la pierre chaude, les jambes ballantes au-dessus de l’eau, sollicité par des mouettes attentives, j’attends le bateau qui me ramènera à la grande ville en savourant un immense sandwich à l’huile d’olive, au poisson grillé et à l’odorante échalote.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP