BRIBES EN LIGNE
j’pense à toi bruno il y a des titres qui dernier vers aoi pour michèle gazier 1) pour écouter la lecture,   tout est toujours en sommaire ► page suivante le geste de l’ancienne,     une abeille de     rien le chêne de dodonne (i) page suivante ► page page suivante ► page écoute, josué,   les  c’était encore la couleur, mais cette la force du corps, dernier vers aoi   il pleut. j’ai vu la     " pas facile d’ajuster le aller à la bribe suivante aller à la liste des auteurs je rêve aux gorges nous serons toujours ces  l’exposition        il cet article est paru la danse de sables mes paroles vous textes mis en ligne en juin attention beau cliquer sur l’icône ici, les choses les plus très saintes litanies antoine simon 23 nouvelles mises en textes mis en ligne en 1 2 3&nbs morz est rollant, deus en ad Être tout entier la flamme page précédente retour       aux page suivante ► ce pays que pour lee page suivante ► page   le texte suivant a cent dix remarques i► cent normal 0 21 false fal 1) notre-dame au mur violet 1 2 3   j’ai souvent aller à la bribe suivante je voudrais voir les arbres siglent a fort e nagent e page suivante ► page   pour olivier sous ce titre inspiré de la pour accéder au pdf, page suivante page dernier vers aoi 1 2 3&nbs références : xavier     sur la textes mis en ligne en « pouvez-vous recleimet deu mult       gloussem le chêne de dodonne (i) "école de       pass&eac torna a sorrento ulisse torna     faisant la la fonction, 3 

les lieux aussi sont       neige       st rafale  monde rassemblé présentation du projet quelque chose page suivante ► page est-ce parce que, petit, on page suivante page le chêne de dodonne (i) antoine simon 10 derniers textes mis en s’égarer on dernier vers aoi faisant dialoguer ce n’est pas aux choses la communication est sous ces étagements liquides aller à la bribe suivante l’envers de ce qu’un paysage peut dernier vers aoi au matin du dans le vacarme des couleurs, cliquez sur l’icône       journ&ea       une quelque temps plus tard, de petit souvenir il y a deux villes à       soleil ma mémoire ne peut me et c’était dans toulon, samedi 9       sur trois tentatives desesperees       voyage le ciel est clair au travers un verre de vin pour tacher         or   que signifie jamais si entêtanteeurydice  tu vois im font chier de mes deux mains seul dans la rue je ris la le 28 novembre, mise en ligne tandis que dans la grande giovanni rubino dit antoine simon 24 toutes sortes de papiers, sur « 8° de aller à la bribe suivante  avec « a la polenta derniers textes mis en dans ce périlleux aller à la liste des auteurs       dans le j’ai perdu mon en introduction à bruno mendonça se reprendre. creuser son quand les mots       deux       dans aller à la bribe suivante       je me  ce mois ci : sub un jour nous avons cent dix remarques i► cent       dans pour helmut  marcel migozzi vient de ► abÉcÉdaire à jean j’ai relu daniel biga,  au travers de toi je  il est des objets sur page suivante ► page pur ceste espee ai dulor e       sur le aller à       allong&e dans l’innocence des pour visionner la traquer j’arrivais dans les textes mis en ligne en mai 1 2 3&nbs page suivante ► page un homme dans la rue se prend       apparu retour vers le musicien page suivante ► page encore une citation “tu       la à claude held patiente la c’est extrêmement art jonction semble enfin vers le sommaire des recueils un nouvel espace est ouvert vous dites : "un "nice, nouvel éloge de la pour lire les textes de 13) polynésie page suivante ► page rafale n° 6 just do mieux valait découper aucun hasard si se       le le scribe ne retient sous la pression des page suivante ► page       un page suivante gérard  l’écriture  pour le dernier jour d’abord un curieux 1 2 3&nbs textes mis en ligne en août sommaire ► page suivante page suivante ► page 1 2 3&nbs       les les textes mis en ligne arbre épanoui au ciel dix l’espace ouvert au chère florence textes mis en ligne en       dans le joseph a pour sens "dieu       pour         &n des quatre archanges que pour julius baltazar 1 le nous serons toujours ces antoine simon 21       au labyrinthe des pleursils les embrassées , cantilène  martin miguel vient année 2019 ► albert sauvage et fuyant comme       dans le   maille 1 : que souvent je ne sais rien de les photos et archives 7) porte-fenêtre pour bruno charlotte, in ce mot comme à la hâte rafale toujours les lettres : d’abord l’échange des allons fouiller ce triangle cent dix remarques i► cent cet univers sans       tourneso       "j& aller à la bribe suivante deuxième suite ce qui fait tableau : ce sommaire ► page suivante    en li quens oger cuardise     pluie du juste un mot pour annoncer le 15 mai, à mise en ligne madame des forêts de nice, le 8 octobre       cerisier le numéro exceptionnel de intendo... intendo ! deus li otreit (la sue) antoine simon 32 <img852|left> forest voudrais je vous traversé le lieu-dit de       le le poiseau de parisi mon « tu sais ce que embrasement du mantra gore   au milieu de j’ai changé le (de)lecta lucta   ...et la mémoire rêve ce       m’       dans page d’accueil de voir les œufs de le chêne de dodonne (i) préparer le ciel i langues de plomb a la max charvolen, martin miguel       au pas   un page d’accueil de       deux certains prétendent la vie humble chez les décembre 2001. coupé le son à un survol de l’annÉe pas de pluie pour venir toutes ces pages de nos et combien able comme capable de donner today i eat my le chêne de dodonne (i)       la   la baie des anges sommaire ► page suivante  il y a le châssis, retour au pdf sui generis c’est ici, me sommaire ► page suivante       descenda À hélène la légende fleurie est hommage à rené       mé un texte que j’ai préparation des corps ce qui importe pour il faut laisser venir madame  pour de       m’       est-ce il aurait voulu être page suivante ► page edmond, sa grande elle disposait d’une c’est — pense-t-on -   ces notes sommaire ► page suivante de nouvelles mises en iigne, j’aurai donc vécu sur si tu es étudiant en c’est vrai       ( textes mis en ligne en dernier vers aoi village de poussière et de les éditions colophonarte       l’ page suivante ► page il tente de déchiffrer, quatre si la mer s’est à propos des grands madame déchirée en cet anniversaire, ce qui       et granz est li calz, si se petit matin frais. je te dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à       " marcel alocco a frères et bernard dejonghe... depuis titrer "claude viallat, page suivante ► page "le renard connaît page suivante ► page quatrième essai de pour accéder au texte,  référencem le flot pâle des maisons je t’enlace gargouille page suivante ► macles et que nos princes et empereurs antoine simon 3 ce texte m’a été le film sur annie sidro et le  mise en ligne du texte m1         dits de dernier vers aoi les cuivres de la symphonie 1 2 3&nbs non, björg, s’il       pé page suivante ► page page suivante ► page dans les rêves de la les grands bel équilibre et sa cent dix remarques i► cent il est le jongleur de lui c’était une c’est seulement au pas même quand il voit s’ouvrir, 1 2 3&nbs retour au pdf sui generis béatrice machet vient de       sous ce qui fascine chez page suivante ► page histoire de signes .         alla lingua lingua madre page suivante ► page    de femme liseuse la mort d’un oiseau.     du faucon       banlieue a grant dulur tendrai puis nice, le 18 novembre 2004 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante peinture de rimes. le texte       "je la lecture de sainte j’ai longtemps rimbaud a donc je suis occupé ces la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Butor, Michel /

MICHEL BUTOR

Zanartu
© Michel Butor
Publication en ligne : 7 avril 2020

Archives, archives ! Voici l’un des textes que Michel Butor m’avait envoyés pour ce site. Il date de 1958. On le trouve dans le volume X de ses œuvres complètes.


Je sais bien ce qu’il aurait fallu faire, et ce que j’aurais voulu faire si temps et loisirs ne m’avaent manqué : une brève histoire de la peinture moderne et de ses rapports avec le “sujet”, montrer comment, devant l’incertitude de ce qu’il va représenter, le peintre en arrive à cette impasse de l’art abstrait actuel, dans lequel il n’ose plus nommer les figures qu’il considère pourtant dignes de nous être révélées, comment il est paralysé devant ses propres oeuvres, ses propres tentatives, laissant le spectateur devant un produit brut et masqué dans lequel rien n’est là pour aider à l’élucidation, bien au contraire, où les cartes se brouillent et le poisson se noie, le tableau s’abolissant en un ennuyeux coloriage, surface bigarrée que rien ne distingue plus, à la limite, de n’importe quelle autre surface : vieux murs, déchirures d’affiches,
comment certains, notamment ceux qui sont passé par le surréalisme, groupe dans lequel les notions d’art et d’objet d’art on reçu, grâce à la confrontation avec les disciplines psychologiques, sociologiques, ethnographiques, un éclairage tout nouveau, dans lequel l’isolement de l’artiste, son “innocence”, sa liberté vide trouvant son expression dans le domaine réservé de l’”Art pour l’art”, ont été enfin dénoncés non seulement comme illusions mais comme très dangereux et très lâches mensonges empêchant le progrès de la conscience commencé à l’intérieur du tableau, de se poursuivre en un langage,
comment donc certains, cosntatant cet avilissement du peintre en marchand de curiosités naturelles : effets de pâtes et de grumeaux, laissés comme tels, donnés comme tels, la dégradation de l’oeuvre en bibelot, de son pouvoir en joliesse, se retrouvant devant cette évidence que le peinture voulait dire figuration, et que c’est une contradiction dans les termes que de parler d’une peinture non figurative, comme d’un langage non signifiant, figuration et non imitation qui n’en est qu’un cas particulier,
se sont mis courageusement à la recherche de ce qui apparaissait dans leurs tableaux, à la découverte de leurs propres sujets nouveaux, de cette mythologie qui nous hante par conséquent et qui désire s’incarner en images, osant avouer que ces lignes nous émouvaient parce qu’elles formaient un paysage, que ces taches étaient personnages, scènes, aventures, un monde prêt et aspirant à la parole,
comment Zanartu est de ceux-là.

Mais je vais être obligé de me contenter de quelques détails, d’indiquer un peu de quelle façon la forme, et la forme figurative, est admirablement saisie chez Zanartu au moment même de son apparition ; nous assistons à sa naissance, et mieux encore, notre regard y participe ; elle ne s’offre pas à nous comme détachée depuis toujours, comme un petit bloc ou ïlot sans rapport avec ce qui l’entoure, mais comme en train de se détacher, d’ s’opposer à l’espace, au milieu où elle se produit, dont elle est un foyer, un détail privilégié.

Ainsi dans ces tableaux l’origine était la brume la plus lointaine, et c’est à toute une cosmogonie que nous fait assister leur suite, nous apportant des apparences de plus en plus solides et diversifiées, se rapprochant peu à peu de celles que nous nous connaissons.

D’abord, point de distinction entre l’espace et la matière gazeuse qui le remplit ; ce n’est que par suite des mouvements passionnés de celle-ci, de ses contractions, de ses incandescences, de ses obscurcissements, de toutes ces tensions internes qui y naissent, que des vides vont naître entre des objets, des halos de distance entre des noyaux à la recherche d’eux-mêmes et de leurs frères, à la recherche de leur mâle ou de leur femme, des vides qui vont permettre des rencontres fêtées dans cet univers encore tout chimique par de superbes flammes éveillant des échos sur d’autres nuées en condensation, qui n’en sont pas encore à cet état d’existence individuelle, d’organisation intime, cet état de désir vif et de tremblement.

Puis ces vides, ces lacunes, ces cavernes se sont agrandis et détaillés en paysages ; y sont apparus étangs et montagnes, et surtout cet événement fondamental qu’est l’horizon, distinguant une terre d’un ciel, les décollant l’un de l’autre pour permettre à la végatation de prendre son essor solidement, un horizon qui le plus souvent n’apparaît qu’à travers les forêts humides, les rocs à peine refroidis, l’écume des cascades et les fumées des solfatares.

Ici et là fleurit un point de couleur comme une graine douloureuse et nue, sujet d’étonnement et d’émerveillement pour toutes les matières environnantes dont les stries, les nervures, les gouttes s’alignent convergeant comme pour célébrer dans l’attente de ce qui va pouvoir en germer, ou se retranchant dans la méfiance et la jalousie.

Ces sentiments diffus dans le paysage, ils vont s’incarner en êtres plus distincts et plus mobiles. Voyez-les ces fantômes à qui l’horizon, à qui la naissance du sol permet la marche ! Le mouvement de ces flaques, ces chemins naturels tracés parmi l’argile laiteuse, la progression de plus en plus lente de cette larve comme épuisée, comme cherchant ce qui pourrait la relayer, tout cela appelait la formation de ces jambes qui sont encore presque transparentes, qui n’ont point encore de pieds pour les poser sur une route bien dure, qui se dégagent du marais peu à peu où elles ont poussé comme d’autres roseaux plus aventureux, ces jambes qui se rejoignent en un ventre où tout le paysage reconnaît son sanctuaire et son creuset.

Puis la liberté devient de plus en plus grande. Ils ne sont pas seulement nés de la terre ; c’est toute la tension entre le ciel et le sol, l’air et les cavernes qui trouve dans le déploiement de leurs membres son habitation et son miroir. Le paysage douloureux donne naissance à ces destins ; ainsi dans ce tableau regardez ces deux corps qui se cherchent et qui se délivrent au milieu d’une brume poisseuse toute peuplée de mouches bourdonnantes, collantes, sales et velues qu’ils ne parviennent pas à chasser, dont ils ne parviennent pas à se défaire. Ah, comme il est compréhensible que leurs visages ne se soient pas encore dégagés ! Ils n’en sont point au regard sûr et bien distinct ; la vue ici est encore une propriété de toutes les choses ; toute surface est un peu voyante et même temps qu’elle est visible. En train de s’extraire péniblement de cette matrice, encore à demi-transparents comme des poissons des profondeurs, ils sont bien plus ce que regarde le paysage, le point focal de cet ensemble optique, que ce qui peut le regarder.

Dans les toiles les plus récentes, le personnage s’affirme avec une remarquable audace, à tel point que le paysage qui lui a donné naissance, disparaît presque derrière lui ; l’horizon peut n’être plus que sous-entendu.

 

Alors il est le fils aîné du tourbillon qui le fouette comme une feuille morte, mais qui lui répond ; il est le prince des intempéries ; c’est lui qui donne leurs gestes à la grêle, à la neige et à la bruine du petit matin. Il est tout entier pris dans cette danse qui l’engendre et qui fait résonner l’univers autour de lui. Ne demandez pas à voir ses yeux ; ils ne sont pas encore ouverts ; ils ne sont pas encore formés ; il faut attendre le lendemain de la bourrasque.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP