BRIBES EN LIGNE
1 2 3&nbs dernier vers aoi voir les œufs de quant carles oït la ceci… pour prendre mesure. page suivante ► christ a page d’accueil de décembre 2001. a l’extrémité du je serai le pilote aux yeux clxvi deus li otreit (la sue) ouverture d’une sommaire ► page suivante equitable un besoin sonnerait       le textes mis en ligne en sommaire ► page bien sûr, il y eut l’une des dernières le thème dernier vers aoi retour à la recherche polenta ils s’étaient une il faut dire les rare moment de bonheur, <p présentation du projet dans l’herbier de ses pour helmut aux barrières des octrois antoine simon 24 sommaire ► page suivante je suis ce poème est tiré du dernier vers aoi grande digue est dispersée   pour olivier a la femme au À peine jetés dans le page suivante ► page approche d’une dernier vers aoi antoine simon 21 granz est li calz, si se aller à la bribe suivante des conserves !       crabe-ta       apr&egra le recueil de textes cent dix remarques i► cent       le il était question non la chaise, le châssis, le   adagio   je au labyrinthe des pleursils       en un pour max charvolen 1) dix l’espace ouvert au 7) porte-fenêtre cinq madame aux yeux la gaucherie à vivre, vertige. une distance       baie nu(e), comme son nom       vu les À propos de fata en         &n mis en ligne durant page suivante ► page 1 2 3&nbs dernier vers aoi tant pis pour eux. éphémère du 2 chaque automne les       bien je rêve aux gorges sommaire ► page suivante il existe au moins deux       longtem gardien de phare à vie, au très saintes litanies       s’ page d’accueil de pour daniel farioli poussant tromper le néant qu’est-ce qui est en     l’é Éléments - "si elle est le ciel est clair au travers ki mult est las, il se dort toi, mésange à coupé le son à "a cannes, propos de table la force du corps, 1 2 3&nbs       fourmi&n       la dernier vers aoi       rampant elle réalise des antoine simon 33 j’oublie souvent et je n’hésiterai il y a des objets qui ont la douce est la terre aux yeux page suivante ► page boomerang b ► livre grand antoine simon 16 1 2 3&nbs pierre ciel     m2    marcel migozzi vient de embrasement du mantra gore 1 2 3 sainte marie, je n’ai pas dit que le mieux valait découper le nécessaire non vers le sommaire des recueils 1 2 3&nbs bribes dans le nid de  les éditions de 1 2 3&nbs le flot pâle des maisons     rien le vieux qui       force mélodie j’pense à toi bruno ainsi alfred… je reviens sur des et combien 1 2 3&nbs tout est possible pour qui aller à la liste des auteurs deux nouveauté,       entre 1254 : naissance de un nouvel espace est ouvert sommaire ► page suivante   pour théa et ses page suivante ► page en ceste tere ad estet ja accoucher baragouiner 1 2 3 passent .x. portes, quatrième essai de pour martin j’ai ajouté tendresse du monde si peu de profondes glaouis pour pierre theunissen la quel ennui, mortel pour dernier vers aoi  dernier salut au     son il y a longtemps, page suivante page     chant de page d’accueil de cette machine entre mes    tu sais i en voyant la masse aux       sur     le cygne sur page suivante ► page       ruelle dernier vers aoi et voici maintenant quelques page suivante page    courant 13) polynésie peinture de rimes. le texte sous la pression des les photos et archives textes rÉunis sous un titre jamais si entêtanteeurydice quelques autres paru en ce mois de juin 2021,   né le 7 page suivante ► je suis né se reprendre. creuser son 1 2 bruno dernier vers aoi année 2019 ► albert vue à la villa tamaris il ne sait rien qui ne va       les rafale n° 12 où un titre : il infuse sa marie-hélène       fleur       au fond       deux merci à marc alpozzo   anatomie du m et epuisement de la salle, 1 2 3&nbs lorsque martine orsoni rafale dans l’innocence des aller à la bribe suivante on cheval d’abord trouver un titre. dans l’effilé de al matin, quant primes pert et que vous dire des nous dirons donc       la villa arson, nice, du 17 générations maintenant il connaît le rafale n° 5 un page suivante ► page       pav&eacu c’est le grand avec marc, nous avons la chaude caresse de les embrassées , cantilène       bonheu à propos “la textes mis en ligne en avril accorde ton désir à ta pour le prochain basilic, (la page suivante ► page mougins. décembre « tu sais ce que 1) notre-dame au mur violet textes mis en ligne en avril pour alain borer le 26 éphémère du 6 octobre         de sorte que bientôt 1 2 3&nbs la question du récit 1 2 3   un thème principal :   (à si tu es étudiant en     longtemps sur dans les carnets page suivante ► page on a cru à       dans le       sur la page d’accueil de c’est — pense-t-on - s’ouvre la page suivante ► page préparer le ciel i page suivante page pour jacky coville guetteurs bernard noël en débat libre de lever la tête 1 2 3&nbs     sur la pente   ces notes 1 2 3&nbs  le livre, avec il y a bien là, dans     du faucon * il te reste à passer voir les œufs de page précédente retour onzième page suivante ► page       sur le catalogue.03pdf.pdf derniers textes mis en  le "musée   se  dans le livre, le       la  dernières mises alocco en patchworck ©       la madame aux rumeurs d’abord un curieux page suivante ► page       bonheur tout mon petit univers en et il fallait aller debout pas sur coussin d’air mais bribes en ligne a madame est la reine des pour andré villers 1) inoubliables, les l’illusion d’une 1 2 3&nbs quelque temps plus tard, de     hélas, les cuivres de la symphonie dernier vers aoi       st  monde rassemblé et que vous dire des passet li jurz, si turnet a le plus insupportable chez       fleurett ] heureux l’homme       retourn& il arriva que la cité de la musique dire que le livre est une     chambre cliquez sur l’icône tout en vérifiant ce 28 février 2002.    il références : xavier au commencement était       la pie page d’accueil de haut var ► brec l’appel tonitruant du c’était une très jeune       cerisier ensevelie de silence, ouvrir f.a.t.a. i ► le antoine simon 23 préparer le ciel ii je suis celle qui trompe       le exposition de la série a quelques exceptions près il n’y a pas de plus textes mis en ligne en mars au centre des quartiers de comme c’est dernier vers aoi madame 1 madame est la page suivante ► page textes mis en ligne en       reine aller à la bribe suivante avant dernier vers aoi au rayon des surgelés un homme dans la rue se prend       neige       la today i eat my tristan_cabral_a_l_e imagine que, dans la sept (forces cachées qui attelage ii est une œuvre ço dist li reis :   dits de  de la trajectoire de ce 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs station 5 : comment « amis rollant, de ou aux mots noyés dans cent dix remarques i► cent (ô fleur de courge... aller à la bribe suivante page précédente retour pour michèle auer et page d’accueil de aller à la liste des auteurs dans un coin de nice, sixième       ...mais (ma gorge est une  jésus j’ai donc  tu vois im font chier la mort d’un oiseau. page suivante ► page madame chrysalide fileuse le rideau (gallimard 2005) de giovanni rubino dit patrick joquel vient de       dans le textes mis en ligne en mai le galop du poème me ce qui fait tableau : ce certains prétendent       " “dans le dessin pas facile d’ajuster le haut var ► trois petits clers fut li jurz e li       je me le 26 août 1887, depuis pour angelo       &     pourquoi tu difficile alliage de cent dix remarques i► cent aller à la bribe suivante il faut aller voir la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : CHARVOLEN, Max /

RAPHAËL MONTICELLI

Tentative de mise en chrysalide d’une pelle à ordure
Publication en ligne : 25 mars 2020
/ catalogue d’exposition
Artiste(s) : Charvolen (site) , (site)

Ce texte a accompagné l’exposition des objets enrobés (les chrysalides) à Aubagne.


L’entreprise dont je me prétends matériellement et intellectuellement responsable suppose du travail et des combinaisons ; elle tend à produire un effet bien particulier. Je conjugue tous mes efforts pour atteindre le but que je me suis fixé : produire, sur la figure extérieure d’un corps, une action qui le fasse passer à une autre manière de se présenter aux yeux et à l’esprit. Il faut d’abord que vous considériez ce quelque chose présent à nos regards et destiné à nous aider. Parfois, c’est constitué de la substance même qui compose les tissus des végétaux et que l’on voit transformée par l’art de travailler le bois et de le découper pour en faire des meubles. Dans le cas qui nous occupe, il s’agit plutôt de l’un de ces corps simples, ductiles et malléables, non composés, qui brillent d’un éclat particulier. Je le regarde attentivement dans toute l’amplitude superficielle qu’il présente de l’une à l’autre des lignes qui forment l’étendue de sa surface. Cette étendue est plate, unie, sans aspérités ; rien de raboteux là-dedans, rien d’inégal ; tout y est nettement dessiné. C’est muni d’une portion de tout dont on ne peut se passer pour l’avoir en main afin d’en faire emploi. Ça a cette propriété de servir à se faire la main sur tout ce qui paraît à la fonction de l’œil (et qui nous permet de percevoir lumières et couleurs, forme, grandeur et situation des corps) dans un état plus ou moins compact et dont les portions du tout persistent d’une manière naturelle dans la même position où elles se trouvent les unes par rapport aux autres ; ça sert aussi à se faire la main sur cette substance qui compose les corps bruts et dont on sait qu’elle est issue de l’action de faire un tout en regroupant plusieurs parties ou éléments, substance qui forme l’essentiel de la superficie du terrain sur lequel nous marchons ; ça sert encore à se faire la main sur des parties détachées de matières de menuiserie mises en feu mais qui n’émettent plus, désormais de gaz portés à l’incandescence ; ça sert enfin à se faire la main sur cette matière de composition variable qui constitue le sol quand elle est transformée en petites particules de terre desséchée qui s’envolent en l’air au moindre vent, très déliées et menues en leurs genres. Me voici agent d’une opération particulière : je m’efforce en effet de parvenir à opérer un changement de forme. Je vise à obtenir le même état que celui que connaissent les insectes lépidoptères après s’être présentés sous celui de larve et avant de passer à celui de papillon. J’entends opérer cette transformation en faisant réponse à ce que réclament les conditions qui ont rapport au sentiment du beau, dans ces œuvres particulières de l’esprit qui se manifestent par la parole ou l’écriture et que l’on considère tant du point de vue du fond que de celui de la forme. Cette opération concerne l’un de ces objets dont on se sert, qui peut être en matière de menuiserie mais qui, dans le cas précis, est constitué de métal simple. Je le considère dans toute l’extension de l’un à l’autre de ses cotés ; sa superficie est plane, unie, Voici ce que je cherche à réussir : prendre l’un de ces instruments en fer (il pourrait aussi bien être en bois) large et plat, muni d’un manche et pouvant servir à la manutention d’objets solides, de la terre, du sable, de la poussière, ou encore

 

chrysalide de pelle à ordure


- comme dans ce cas- des immondices, excréments et de toutes choses malpropres et, répondant aux exigences esthétiques de la littérature, le mettre dans un état analogue à celui que connaît la chenille avant qu’elle devienne papillon. sans aspérités prononcées ; il est pourvu d’une partie nécessaire par laquelle on le tient pour en faire usage ; il dispose de cette faculté d’être utile à la manipulation de tout ce qui se présente à la vue, a de la consistance, et dont les parties demeurent naturellement dans la même situation les unes par rapport aux autres. Il est utile à la manipulation de cette matière variable en composition qui constitue le sol, ainsi que des morceaux de bois embrasés qui ne jettent plus de flammes, ou encore de terre réduite en poudre très fine qui voltige en l’air et se dépose sur les objets. Le néant. Dans le cas qui nous occupe, il est surtout utile à la manipulation des déchets des maisons, des villes, de tout objet intéressant l’homme et manquant de propreté, de toute matière enfin qui s’évacue du corps de l’homme ou des animaux par les voies naturelles. et qui flottent, au gré du vent, dans le fluide gazeux enveloppant la terre, nécessaire à la respiration et à la combustion, et se mettent en dépôt sur tout ce qui est présenté à la vue... Ce qui n’est rien. Dans le cas particulier qui m’intéresse et que je vous demande de prendre en considération, ça sert à se faire la main sur les restes sortis des bâtiments servant d’habitations, ou de l’assemblage d’un grand nombre d’entre eux disposés par rues et parfois entourés d’une enceinte ; ça sert aussi à se faire la main sur tout ce à quoi fait défaut la qualité de ce qui est propre, affecte les sens et attire l’attention des animaux mammifères bipèdes et bimanes, moraux, sociaux, doués de raison et capables de langage articulé ; ça sert enfin à se faire la main sur toutes ces substances brutes qui sortent des ensembles de parties matérielles qui constituent des organismes où siège la vie, en empruntant, pour ce faire, un chemin conforme à l’ordre du cours de la nature ; cela concerne les êtres organisés qui effectuent les fonctions de respiration et de nutrition, doués de sensibilité et capables de mouvements volontaires ; cela concerne aussi les animaux mammifères bipèdes et bimanes, moraux et sociaux, doués de raison et capables de langage articulé. Je souhaite ensuite que vous considériez que ce quelque chose, j’entends le traiter en répondant à une demande instante : celle des qualités qu’exigent les objets destinés à susciter un mouvement qui fait éprouver à l’âme un plaisir désintéressé. C’est ce plaisir, on le sait, que provoquent les produits des facultés intellectuelles diffusés au grand jour soit par la voix articulée exprimant la pensée humaine, soit par sa représentation par des signes, et appréciées en les envisageant sous l’aspect de ce qu’ils comportent d’essentiel, aussi bien que sous celui de la manière dont on les traite. Je vise ainsi à opérer une transformation du même ordre que celle qui affecte les animaux invertébrés à corps articulé pourvu de six pattes, respirant par des trachées, subissant des métamorphoses, pourvus de quatre grandes ailes recouvertes d’écailles très fines, après avoir connu la première forme qu’ils revêtent au sortir de l’œuf et avant de changer cet état en celui d’esprit léger qui voltige d’objet en objet.

info portfolio

Quelques objets en chrysalide, 1990

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP