BRIBES EN LIGNE
voudrais je vous       la page d’accueil de       " si elle est belle ? je page suivante ► page       vaches allons fouiller ce triangle montagnes de page suivante ► page       l’     le "et bien, voilà..." dit il aurait voulu être le ciel est clair au travers   les m1       josué ne il tente de déchiffrer,         ouvrir la série des pages parmi les éditeurs beaucoup de merveilles merci à la toile de dernier vers aoi autre citation page suivante ► page nos voix aller à la liste des auteurs sur l’erbe verte si est ce 28 février 2002.   ciel !!!! sors de mon territoire. fais lire la réponse de michel dans le respect du cahier des       un page suivante ► page "le renard connaît rêve, cauchemar, (ô fleur de courge... effrayante humilité de ces       que de       quinze approche du continent a l’écrivain… comme si textes mis en ligne en onzième alla lingua lingua madre albertine textes mis en ligne en juin ils avaient si longtemps, si   est-ce que       fourr&ea vers le sommaire des recueils les cahiers butor sont rafale clers est li jurz et li page suivante ► page lancinant ô lancinant macao grise rafale n° 7 un       sur le page suivante page la rencontre d’une « 8° de Écoute, bûcheron, arrête       en un le numéro exceptionnel de   saint paul trois la musique est le parfum de dans l’innocence des aller à la bribe suivante       deux deux ajouts ces derniers je n’aime pas ce monde. l’éclair me dure, la mort, l’ultime port, d’abord un curieux "mais qui lit encore le vers le sommaire des recueils dans le patriote du 16 mars         or       sur le "je me tais. pour taire. l’évidence maintenant il connaît le bernard noël, un nous de le travail de bernard page précédente le café ce texte m’a été il n’est pire enfer que       bien le 26 août 1887, depuis j’ai perdu mon on n’écrit qu’un cyclades, iii° et tout avait le 23 février 1988, il       droite page d’accueil de ce paysage que tu contemplais elle réalise des       enfant     les provisions il souffle sur les collines cette machine entre mes assise par accroc au bord de passent .x. portes,  ce mois ci : sub rafale n° 10 ici À max charvolen et arbre épanoui au ciel je découvre avant toi je ne sais pas si pour michèle auer et page d’accueil de mais jamais on ne le "patriote",       embarq page suivante page ceci… pour prendre mesure. tout est possible pour qui aller à la bribe suivante nécrologie       avant textes mis en ligne en août un texte venu de l’autre libre de lever la tête nous serons toujours ces page suivante ► page antoine simon 10 générations cliquer sur l’icône pour sophie, magali et sous ces étagements liquides À hélène dernier vers que mort       la quelque chose paien sunt morz, alquant exposition de la série la mort d’un oiseau.       assis l’instant, celui qui ne    de femme liseuse régine robin, page d’accueil de dans l’innocence des effleurer le ciel du bout des page suivante ► page ce qui fascine chez je ne saurais dire avec assez traquer je meurs de soif aller à la liste des auteurs nous avons affaire à de a grant dulur tendrai puis       dans le ...et la mémoire rêve textes mis en ligne en la lecture de sainte     au couchant d’abord la crise du légendes de michel page d’accueil de un texte que j’ai béatrice machet vient de ► abÉcÉdaire à jean page précédente retour encore une citation “tu  l’exposition  station 7 : as-tu vu judas se page suivante station 1 : judas soudain un blanc fauche le       ".. dernier vers aoi sept (forces cachées qui page d’accueil de   encore une la terre nous alain lestiÉ un art de la a la fin   il ne resta préparation des corps de la pur ceste espee ai dulor e page suivante ► page histoire de signes . les terrasses abandonnées un besoin de couper comme de le 28 novembre, mise en ligne l’illusion d’une       sur le mathieu bénézet : mon       les       soleil l’envers de faisant dialoguer cent dix remarques i► cent marcel alocco a  marcel migozzi vient de toulon, samedi 9       j’       é six de l’espace urbain, textes mis en ligne en       midi les carnets éclaboussés 2 dans le flou des souvenirs... creuser de la langue, outil cliquer pour rejoindre la bernadette griot vient de l’homme est revue       la     les fleurs du halt sunt li pui e mult halt page suivante ► page antoine simon 18 sainte marie,       "j& ecrire, la vie en dépend,       le le chêne de dodonne (i) page suivante ► page "la musique, c’est le Être tout entier la flamme il faut laisser venir madame ouvrir f.a.t.a. i ► le boomerang b ► livre grand       alla il n’y a pas de plus des quatre archanges que  née à   en grec, morías   pour le prochain alocco peinture en jamais si entêtanteeurydice       rampant       gentil alocco, au château de c’est ici, me denis roche :         chaque automne les ++++ il y a, dans mon lire le texte le bulletin de       entre       mé     un mois sans viallat © le château de antoine simon 7 et il fallait aller debout textes mis en ligne en page suivante ► page pour alain borer le 26 l’annÉe 2022 mois par après la lecture de 1 au retour au moment page suivante ► page quand c’est le vent qui page d’accueil de oui la huit c’est encore à bernar venet -       ton cinq madame aux yeux  dernier salut au un titre : il infuse sa aller à la bribe suivante       dans       sur les       le ici, les choses les plus pour martin comme un prÉliminaire la le géographe sait tout  je ne voulais pas d’abord trouver un titre.     pluie du aller à la bribe suivante raphaËl station 3 encore il parle  jésus page suivante ► page dessiner les choses banales       je me       l’ à la bonne       le a ma mère, femme parmi la réserve des bribes aller à la bribe suivante page suivante ► page présentation du projet les ruelles blanches qui aller à la liste des auteurs attention beau       pass&eac je suis celle qui trompe voir les œufs de pour visionner petites proses sur terre cliquer sur le titre pour textes mis en ligne en mars sauras-tu lui répondre depuis le 20 juillet, bribes je voudrais voir les arbres "si elle est traversé le lieu-dit de sommaire ► page suivante page suivante ► page       fourr&ea la fonction, sous l’occupation  dernières mises paul       deux aller à la liste des auteurs le chêne de dodonne (i) et combien percey priest lake sur les madame est toute art jonction semble enfin page suivante ► page pour accéder au pdf de deux mille ans nous       "       deux madame dans l’ombre des       pour       une <img852|left> forest pour andré même si 1- nous sommes dehors. naviguer dans le bazar de reste de cet été dans cet très saintes litanies ■ cézanne en peinture       "je   (à madame des forêts de où l’on revient janvier 2002 .traverse le lent déferlement tandis que dans la grande       objectif aller vers bribes, livres 1       &nbs textes mis en ligne en on peut croire que martine c’était une très jeune ki mult est las, il se dort max charvolen, martin miguel il nous aura laissé les dessins de martine orsoni j’arrivais dans les suite de antoine simon 13       les equitable un besoin sonnerait à claude held patiente la       jonathan une fois entré dans la reprise du site avec la page d’accueil de <p présentation du projet pour raphaël   À léon-gontran pour écouter ce moment de mon cher pétrarque, pour andré cela fait 53 ans que je page suivante ► je suis né l’heure de la accéder au texte en cliquant       voyage le poiseau de parisi mon c’est extrêmement le geste de l’ancienne, ce qui importe pour 1 la confusion des     tout autour cent dix remarques i► cent essai de nécrologie,   si vous souhaitez nouvelles mises en non... non... je vous       au fond l’envers de la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

Tentative de mise en chrysalide d’une pelle à ordure
Publication en ligne : 25 mars 2020
/ catalogue d’exposition
Artiste(s) : Charvolen (site) , (site)

Ce texte a accompagné l’exposition des objets enrobés (les chrysalides) à Aubagne.


L’entreprise dont je me prétends matériellement et intellectuellement responsable suppose du travail et des combinaisons ; elle tend à produire un effet bien particulier. Je conjugue tous mes efforts pour atteindre le but que je me suis fixé : produire, sur la figure extérieure d’un corps, une action qui le fasse passer à une autre manière de se présenter aux yeux et à l’esprit. Il faut d’abord que vous considériez ce quelque chose présent à nos regards et destiné à nous aider. Parfois, c’est constitué de la substance même qui compose les tissus des végétaux et que l’on voit transformée par l’art de travailler le bois et de le découper pour en faire des meubles. Dans le cas qui nous occupe, il s’agit plutôt de l’un de ces corps simples, ductiles et malléables, non composés, qui brillent d’un éclat particulier. Je le regarde attentivement dans toute l’amplitude superficielle qu’il présente de l’une à l’autre des lignes qui forment l’étendue de sa surface. Cette étendue est plate, unie, sans aspérités ; rien de raboteux là-dedans, rien d’inégal ; tout y est nettement dessiné. C’est muni d’une portion de tout dont on ne peut se passer pour l’avoir en main afin d’en faire emploi. Ça a cette propriété de servir à se faire la main sur tout ce qui paraît à la fonction de l’œil (et qui nous permet de percevoir lumières et couleurs, forme, grandeur et situation des corps) dans un état plus ou moins compact et dont les portions du tout persistent d’une manière naturelle dans la même position où elles se trouvent les unes par rapport aux autres ; ça sert aussi à se faire la main sur cette substance qui compose les corps bruts et dont on sait qu’elle est issue de l’action de faire un tout en regroupant plusieurs parties ou éléments, substance qui forme l’essentiel de la superficie du terrain sur lequel nous marchons ; ça sert encore à se faire la main sur des parties détachées de matières de menuiserie mises en feu mais qui n’émettent plus, désormais de gaz portés à l’incandescence ; ça sert enfin à se faire la main sur cette matière de composition variable qui constitue le sol quand elle est transformée en petites particules de terre desséchée qui s’envolent en l’air au moindre vent, très déliées et menues en leurs genres. Me voici agent d’une opération particulière : je m’efforce en effet de parvenir à opérer un changement de forme. Je vise à obtenir le même état que celui que connaissent les insectes lépidoptères après s’être présentés sous celui de larve et avant de passer à celui de papillon. J’entends opérer cette transformation en faisant réponse à ce que réclament les conditions qui ont rapport au sentiment du beau, dans ces œuvres particulières de l’esprit qui se manifestent par la parole ou l’écriture et que l’on considère tant du point de vue du fond que de celui de la forme. Cette opération concerne l’un de ces objets dont on se sert, qui peut être en matière de menuiserie mais qui, dans le cas précis, est constitué de métal simple. Je le considère dans toute l’extension de l’un à l’autre de ses cotés ; sa superficie est plane, unie, Voici ce que je cherche à réussir : prendre l’un de ces instruments en fer (il pourrait aussi bien être en bois) large et plat, muni d’un manche et pouvant servir à la manutention d’objets solides, de la terre, du sable, de la poussière, ou encore

 

chrysalide de pelle à ordure


- comme dans ce cas- des immondices, excréments et de toutes choses malpropres et, répondant aux exigences esthétiques de la littérature, le mettre dans un état analogue à celui que connaît la chenille avant qu’elle devienne papillon. sans aspérités prononcées ; il est pourvu d’une partie nécessaire par laquelle on le tient pour en faire usage ; il dispose de cette faculté d’être utile à la manipulation de tout ce qui se présente à la vue, a de la consistance, et dont les parties demeurent naturellement dans la même situation les unes par rapport aux autres. Il est utile à la manipulation de cette matière variable en composition qui constitue le sol, ainsi que des morceaux de bois embrasés qui ne jettent plus de flammes, ou encore de terre réduite en poudre très fine qui voltige en l’air et se dépose sur les objets. Le néant. Dans le cas qui nous occupe, il est surtout utile à la manipulation des déchets des maisons, des villes, de tout objet intéressant l’homme et manquant de propreté, de toute matière enfin qui s’évacue du corps de l’homme ou des animaux par les voies naturelles. et qui flottent, au gré du vent, dans le fluide gazeux enveloppant la terre, nécessaire à la respiration et à la combustion, et se mettent en dépôt sur tout ce qui est présenté à la vue... Ce qui n’est rien. Dans le cas particulier qui m’intéresse et que je vous demande de prendre en considération, ça sert à se faire la main sur les restes sortis des bâtiments servant d’habitations, ou de l’assemblage d’un grand nombre d’entre eux disposés par rues et parfois entourés d’une enceinte ; ça sert aussi à se faire la main sur tout ce à quoi fait défaut la qualité de ce qui est propre, affecte les sens et attire l’attention des animaux mammifères bipèdes et bimanes, moraux, sociaux, doués de raison et capables de langage articulé ; ça sert enfin à se faire la main sur toutes ces substances brutes qui sortent des ensembles de parties matérielles qui constituent des organismes où siège la vie, en empruntant, pour ce faire, un chemin conforme à l’ordre du cours de la nature ; cela concerne les êtres organisés qui effectuent les fonctions de respiration et de nutrition, doués de sensibilité et capables de mouvements volontaires ; cela concerne aussi les animaux mammifères bipèdes et bimanes, moraux et sociaux, doués de raison et capables de langage articulé. Je souhaite ensuite que vous considériez que ce quelque chose, j’entends le traiter en répondant à une demande instante : celle des qualités qu’exigent les objets destinés à susciter un mouvement qui fait éprouver à l’âme un plaisir désintéressé. C’est ce plaisir, on le sait, que provoquent les produits des facultés intellectuelles diffusés au grand jour soit par la voix articulée exprimant la pensée humaine, soit par sa représentation par des signes, et appréciées en les envisageant sous l’aspect de ce qu’ils comportent d’essentiel, aussi bien que sous celui de la manière dont on les traite. Je vise ainsi à opérer une transformation du même ordre que celle qui affecte les animaux invertébrés à corps articulé pourvu de six pattes, respirant par des trachées, subissant des métamorphoses, pourvus de quatre grandes ailes recouvertes d’écailles très fines, après avoir connu la première forme qu’ils revêtent au sortir de l’œuf et avant de changer cet état en celui d’esprit léger qui voltige d’objet en objet.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP