BRIBES EN LIGNE
      grappes  les œuvres de dans le monde de cette que d’heures       l’ 1 2 3  deux ajouts ces derniers rafale de pa(i)smeisuns en est venuz       qui nouvelles mises en de la pour jacky coville guetteurs antoine simon 31 page suivante ► page 1. il se trouve que je suis alla lingua lingua madre       il       l’ juste un dans un clignement de       est-ce pour robert comme une suite de       la l’évidence lien vers la totalité des sommaire ► page suivante       journ&ea en cet anniversaire, ce qui  l’écriture deux mille ans nous dans les rêves de la page précédente longue       alla les embrassées , cantilène pour helmut    tu sais   la production       dans la page d’accueil de a grant dulur tendrai puis décembre 2001. page suivante ► page sur la toile de renoir, les i.- avaler l’art par       grimpant de prime abord, il etudiant à antoine simon 17 aux george(s) (s est la alocco, au château de   tout est toujours en cinq madame aux yeux rafale quatrième essai de accorde ton désir à ta       ç mouans sartoux. traverse de rafale n° 10 ici tromper le néant    seule au la question du récit page suivante ► page à bernadette le chêne de dodonne (i) 1 2 3        au fond sommaire ► page suivante voir document expo boltanski    regardant la force du corps, page suivante ► page boomerang b ► livre grand  pour de hommage à rené pour raphaël page suivante ► page 1 2 3  dernier vers aoi le slam ? une ruse de derniers textes mis en 1 2 3  pour michèle auer et  pour jean le in the country station 1 : judas <script     aucun hasard si se les éditions colophonarte       le   au milieu de       pé rimbaud a donc     l’é il n’est pire enfer que le texte qui suit est, bien le temps passe dans la  mise en ligne du texte de nouvelles mises en iigne, et…   dits  tous ces chardonnerets 1 la confusion des de tantes herbes el pre pure forme, belle muette, josué avait un rythme ce texte m’a été textes mis en ligne en août aller à la liste des auteurs page suivante ► page       é quelques textes       nuage pour écouter la lecture, al matin, quant primes pert page d’accueil de la terre a souvent tremblé   encore une  référencem le rideau (gallimard 2005) de les dernières lancinant ô lancinant tromper le néant       bâ a l’aube des apaches, une il faut dire les de sorte que bientôt quel ennui, mortel pour textes mis en ligne en mai       o janvier 2002 .traverse  je ne voulais pas 199* passé galerie       voyage       pour page suivante ► page il aurait voulu être dernier vers aoi nous serons toujours ces violette cachée ton dernier vers aoi * il te reste à passer       que de les ruelles blanches qui vous dites : "un       longtem quel étonnant printemps breton, printemps  epître aux page suivante ► page madame, c’est notre page précédente page tout est possible pour qui bribes en ligne a la mort, l’ultime port,       le vent       en si j’avais de son ecrire les couleurs du monde pierre ciel on préparait la fraîcheur et la page précédente retour bernadette griot vient de et que vous dire des page suivante ► page       reine retour au pdf sui generis heureuse ruine, pensait  il est des objets sur l’homme est démodocos... Ça a bien un rêve, cauchemar, recleimet deu mult antoine simon 29 page suivante ► ce pays que page suivante ► page (ô fleur de courge... peinture de rimes. le texte tes chaussures au bas de bribes en ligne a quatre si la mer s’est a propos de quatre oeuvres de antoine simon 15       et vos estes proz e vostre sommaire ► page suivante rafale voir les bifaces de b. présentation du 1 au retour au moment page suivante ► page suite de nous serons toujours ces       l’ il y a longtemps, page suivante ► page la fraîcheur et la page suivante page eloge de la boite aux très saintes litanies cet article est paru marie-hélène voici des œuvres qui, le       cerisier l’envers de face aux bronzes de miodrag cent dix remarques i► cent alocco en patchworck © ici, les choses les plus <p présentation du projet       entre la réserve des bribes  c’était textes mis en ligne en avril creuser de la langue, outil page d’accueil de sans être grand sommaire ► page suivante       dans le       sur le c’est la peur qui fait j’ai en réserve et ces 7) porte-fenêtre aller à la bribe suivante       je suis ce 28 février 2002. il ne s’agit pas de nous dirons donc page d’accueil de raphaël monticelli 30 juin essai de nécrologie, archipel shopping, la dernier vers que mort rare moment de bonheur,       granz est li calz, si se mult est vassal carles de et il fallait aller debout préparer le ciel i   les marché ou souk ou       au douce est la terre aux yeux attelage ii est une œuvre deux ce travail vous est il y a deux villes à aller à la liste des auteurs le travail de bernard aux barrières des octrois la route de la soie, à pied, dernier vers aoi "l’art est-il  ce mois ci : sub textes mis en ligne en village de poussière et de (vois-tu, sancho, je suis l’eau froide de l’anse ce paysage que tu contemplais je serai le pilote aux yeux où l’on revient       vu les le flot pâle des maisons   *   libre zacinto dove giacque il mio les étourneaux ! cliquer sur l’icône napolì napolì predication_du_15_ao       la antoine simon 24       "je dans les carnets       bonheur       " il y a des objets qui ont la travail de tissage, dans aller à la liste des auteurs page suivante ► page il n’était qu’un outre la poursuite de la mise     double       assis pas même       fourr&ea         je me souviens de cliquer sur l’icône    en derniers vers sun destre   un vendredi dans l’innocence des station 7 : as-tu vu judas se 1 2 au les parents, l’ultime vers le sommaire des recueils textes mis en ligne en quelques autres nous avancions en bas de je serai toujours attentif à la brume. nuages le poiseau de parisi mon macao grise 1 2 3        le si elle est belle ? je     sur la pente page suivante ► page aller à la bribe suivante année 2019 ► albert le pendu textes mis en ligne en 19 mars 2022, savigny sur 1 2 3    ciel !!!! pour michèle la tentation du survol, à et combien couleur qui ne masque pas page suivante ► page       au dernier vers aoi antoine simon 20   d’un coté, madame, on ne la voit jamais ainsi alfred… passet li jurz, la noit est le flot gris roule contre       dans je découvre avant toi pour anne slacik ecrire est  ce qui importe pour chercher une sorte de station 5 : comment      & page suivante ► page ce qui importe pour  un livre écrit suite du blasphème de       sur le page suivante page 1.- les rêves de dernier vers aoi textes rÉunis sous un titre le chêne de dodonne (i)       va ton dimanche 18 avril 2010 nous       ".. page suivante ► macles et d’abord trouver un titre. tendresse du monde si peu deuxième suite aller à la bribe suivante autre essai d’un écrire comme on se un texte que j’ai     nous avions       au « je me tais. le 26 août 1887, depuis polenta bruno mendonça pour egidio fiorin des mots aller à la liste des auteurs des conserves ! rita est trois fois humble. clquez sur       m’       bruyante la fonction, dans le train premier quand les mots       je me voir l’essai sur   en grec, morías un jour nous avons page suivante gérard la musique est le parfum de       & antoine simon 7  il y a le châssis,     rien page suivante page la gaucherie à vivre, j’ai parlé l’appel tonitruant du   pour olivier elle dit la main qui fut le les lettres ou les chiffres 1 2 3    je ne comprends plus le scribe ne retient la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : DOLLA, Noël /

RAPHAËL MONTICELLI

Noël Dolla à la galerie La Bertesca
Publication en ligne : 9 mars 2020
/ Monographies

L’une des premières expositions personnelles de Noël Dolla a eu lieu à la galerie La Bertesca, à Gênes. La préface m’avait donné l’occasion de travailler avec Noël sur les conditions de possibilité du surgissement d’une forme d’art dans l’histoire, et de celle de Noël en particulier. Le texte sent ses années 70. J’en ai gardé vivantes toutes les exigences.


Le premier événement marquant de la production de Noël Dolla fut, en fin 1967, sa participation à l’exposition Ben Doute de Tout. Tout se passa alors comme si le peintre avait eu besoins de marquer une rupture aussi nette que possible avec tout son acquis. Dans une espèce d’affirmation de soi aux allures anarchisantes il supprimait d’un coup châssis, toile, couleurs, forme, pour ne proposer que des chiffons étendus sur des fils dans l’espace. Le refus d’accepter le donné pictural était radical, mais ce refus était celui d’un peintre qui continuait à affirmer sa qualité de peintre, et sa volonté de passer outre son propre refus pour « reconstruire la peinture » : le groupe B.M.P.T. dont l’importance comme événement est incontestable marquait déjà fortement la conscience des peintres, mais ses positions le rendait étonnamment limité du point de vue pictural : elles étaient l’illustration des contradictions à la limite du ridicule dans lesquelles certains peintres se fourvoyaient (présenter l’oeuvre anonyme de Buren aurait un caractère des plus plaisants), et de l’impuissance de la peinture à résoudre des problèmes qui ne relèvent pas de son domaine (il faut ici rendre hommage à la logique et à l’honnêteté de l’attitude de Parmentier qui finissait par refuser de peindre) ; marqué lui aussi par l’attitude BMPT Noël Dolla en dépassait les limites par sa volonté de traiter les problèmes de la peinture à l’intérieur du domaine pictural et avec les moyens de peintre, et alors qu’il refusait tout le donné technique en présentant un matériau non traité, il insistait déjà sur l’organisation de ce matériau.
C’est autour de cette notion d’organisation, de construction, qu’il allait mettre en place sa pratique de peintre. Il est une autre référence qu’il convient de faire à propos de cette notion de construction : elle concerne certains peintres du nouveau réalisme dont certaines productions (depuis la galerie vide jusqu’au monochrome) insistaient sur l’intérêt que le peintre accordait à « l’extérieur de l’oeuvre », un extérieur qui d’abord était compris du simple point de vue matériel, spatial, et qui, à la limite tendait à faire contribuer le spectateur à la construction de l’oeuvre.

C’est sans doute dans ce sans qu’il convient de comprendre les ‘’projections’’ de Dolla : au cours des années 1968-1969, les “chiffons” de 1967 sont normalisés, leur nombres se limite, les problèmes de couleurs sont à nouveau traités (par teinture d’abord, comme il se doit), et l’attention du peintre se porte davantage sur leur disposition dans l’espace, sur les rapports visuels que les surfaces colorées permettaient d’établir. En disposant trois toiles diversement colorées dans l’espace Dolla, par delà sa rupture et son refus, renouait en quelque façon avec son travail d’avant 1967 sur les rapports visuels de surfaces colorées et sur les triptyques, par l’intermédiaire de la construction. Très vite d’ailleurs Dolla passait de la teinture à la peinture au pinceau, plus aisément maîtrisable, permettant davantage de poser le problème du statut de la technique dans une pratique picturale.

Les problèmes qui sont alors posés en peinture suscitent une activité des plus intenses : la notion d’extérieur, de simple opposition spatiale qu’elle était, devient une opposition peinture-non-peinture qui engage aussi bien à une réflexion esthétique (recherche de ce qui est, au minimum, peinture, à quel moment n’y a-t-il plus peinture) que politique (intérêt de la peinture comme pratique politique”, “récupération” de la peinture par le « système marchand”, le ‘’circuit de distribution”….). Face à tous ces ‘problèmes nouveaux” qui se posaient dans la pratique picturale d’avant-garde, Noël Dolla a toujours évité d’adopter des attitudes simplistes (assimilation hâtive des ‘’niveaux’ » politique et pictural, mais recherche de l’acte peint minimum à l’intérieur du domaine pictural lui-même par exemple) : aussi ses rapports avec les regroupements d’artistes d’avant-garde ont-ils toujours eu pour fondement essentiel sa pratique de peintre.

Sa recherche de « l’acte peint minimum » le conduisait à proposer — plastiquement d’abord — la trace peinte, simple contact du pinceau sur la toile (de la surface peinte, à la ligne délimitant deux surfaces, au « point”) : d’autres part, alors que la peinture faisait semblant de refuser le ‘système marchand” en se lançant dans la sympathique mais dérisoire production de répétitions, ou de toiles trop grandes pour être exposées dans une galerie, il radicalisait toutes ces positions par ses expositions personnelles en haute montagne, et il est nécessaire d’insister ici sur l’une des réalisations les plus significatives de la pratique de N. Dolla, celle qui met le plus en évidence son « parti pris plastique », la rapidité avec laquelle il pose, dans le domaine qui est le sien, le problème à son point extrême, sa façon, en somme, de mener jusqu’au bout les « contradictions spécifiques » qui perturbent le domaine pictural, nous voulons parler de son exposition de février 1970 à la neige.

Quel était le problème ? Nous l’avons déjà aperçu : la contestation — idéaliste — du système marchand de la peinture conduisait certains peintres à une attitude de refus à l’égard de l’exposition : chez d’autres, qui faisaient de l’extension du format (rendue techniquement possible par la disparition du châssis) l’un de leurs chevaux de bataille contre le marchandage (production d’oeuvres invendables) commençait à naître l’idée selon laquelle placer l’oeuvre peinte « hors-circuit » signifiait l’exposer dans toutes sortes de lieux imprévus (oeuvre dans la vie, exposition dans la ville : exposition sur des plages etc..), et en mai 1970 se déroulait la plus significative des tentatives dans ce sens (par Viallat, Valensi, Saytour, Dezeuze, Pagès, autant de membres du futur Supports-Surfaces, le fait est à noter) où l’on identifiait « hors-circuit », « hors-système », et « nature », jusqu’au constat d’échec (l’oeuvre peinte ne peut pas être considérée comme telle hors de son lieu habituel d’exposition disait en substance le compte rendu). Depuis 1969 Noël Dolla travaillait sur ces problèmes, en prenant déjà le contrepied de la production du moment : loin de considérer la ‘nature comme “lieu” où l’oeuvre, préfabriquée, allait être exposée, il voyait dans l’extérieur un “support” dont le matériau devait être techniquement traité comme tel, et la neige du sommet de l’Authion allait être marquée de trois traces selon des procédés qui devaient tenir compte du matériau sur lequel on travaillait, et aux dimensions demandées par la dimension du support et les divers points de vue, pour qu’on puisse y voir. Format, nature de l’oeuvre, devenaient des questions secondaires par rapport aux nécessités du travail à l’extérieur que le peintre avait su reconnaitre.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP