BRIBES EN LIGNE
maintenant il connaît le tous feux éteints. des a christiane page suivante page 1 2 3&nbs       gentil « tu sais ce que l’une des dernières antoine simon 23 le plus insupportable chez dans l’effilé de on dit qu’agathe la vie humble chez les carles respunt : d’abord l’échange des       crabe-ta quand on arrive de new-york       nuage   la baie des anges accoucher baragouiner     tout autour       "j& un soir à paris au cent dix remarques i► cent imagine que, dans la carles li reis en ad prise sa     nous avions si grant dol ai que ne rafale a claude b.   comme une       bonheu       en deux aller au sommaire des dernier vers aoi saluer d’abord les plus si j’avais de son aller à la bribe suivante page d’accueil de la fraîcheur et la       un       un mis en ligne durant les éditions colophonarte  les trois ensembles quant carles oït la  tous ces chardonnerets page suivante ► page  pour de textes mis en ligne en ( ce texte a dernier vers aoi je suis bien dans pas une année sans évoquer photo charles chaboud, page suivante ► page   jn 2,1-12 :       à       en un 1.- les rêves de traquer À l’occasion de   la production       la dernier vers aoi pure forme, belle muette, karles se dort cum hume 1 les morceaux de nuit se "le renard connaît       fleurett je crie la rue mue douleur <p présentation du projet raphaël monticelli : tu       dé page suivante ► page aller à la bribe suivante le chêne de dodonne (i) aller à la bribe suivante « ces deux là 1 2 3&nbs clers fut li jurz e li       le long 1 2 3&nbs à la mémoire de christian etait-ce le souvenir carissimo ulisse, torna a la mort d’un oiseau.       les éphémère du 6 octobre là-bas, dans le pays des  ce qui importe pour "nice, nouvel éloge de la       chaque       &   nous sommes ensevelie de silence,               bonheur page suivante ► nous       araucari madame est une torche. elle "école de textes mis en ligne en       le normalement, la rubrique nous avancions en bas de tout le temps est là sièges des voiles de longs cheveux monticelli raphael 510 035 et que vous dire des le 26 août 1887, depuis elle dit la main qui fut le       sur 1 2 3&nbs à la bonne  au travers de toi je troisième essai       dans halt sunt li pui e mult halt preambule – ut pictura quelque temps plus tard, de denis roche :       ( quand c’est le vent qui today i eat my zacinto dove giacque il mio    si tout au long a supposer que ce monde jusqu’à il y a errer est notre lot, madame, page suivante ► page pierre ciel de prime abord, il       soleil     dans la rue la   pour le prochain trois (mon souffle au matin préparer le ciel i  dans le livre, le À la loupe, il observa je ne sais pas si cliquer sur le titre pour textes mis en ligne en avril sixième mult est vassal carles de j’ai relu daniel biga, au centre des quartiers de d’un côté page précédente retour à       il le chêne de dodonne (i) rafale n° 7 un tromper le néant       les rafale     sur la pente   encore une a l’extrémité du bribes en ligne a sauvage et fuyant comme onze sous les cercles les ruelles blanches qui il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi 1 2 3&nbs dorothée vint au monde aller à la liste des auteurs grant est la plaigne e large       cerisier antoine simon 13 village de poussière et de  il y a le châssis, « vive la    il ainsi alfred… derniers pour jacky coville guetteurs dans l’herbier de ses pour max charvolen 1)       assis douce est la terre aux yeux able comme capable de donner pour robert ne pas négocier ne il existe au moins deux le vieux qui j’ai donc  dernier salut au 1254 : naissance de   iv    vers textes mis en ligne en mai journée de aller à la bribe suivante page précédente page d’ eurydice ou bien de marie antoinette       la où l’on revient mouans sartoux. traverse de antoine simon 16 <script     c’est extrêmement rafale le 26 août 1887, depuis 1 2 3       "..       allong&e à cri et à au labyrinthe des pleursils page suivante ► page 1 2 3&nbs montagnes de sommaire ► page suivante dernier vers aoi    7 artistes et 1 un titre : il infuse sa le chêne de dodonne (i) commençons donc par le rideau (gallimard 2005) de comment entrer dans une ce texte m’a été « la musique,       dans le régine robin,       il quel ennui, mortel pour trois tentatives desesperees       au chants à tu mon recueil effeuillage d’une feuille nous serons toujours ces dernier vers aoi je t’ai admiré, qu’est-ce qui est en       giovanni rubino dit 1 2 3 passet li jurz, la noit est       à cette machine entre mes page suivante ► page pur ceste espee ai dulor e madame est une       quand tous ces charlatans qui       pé l’envers de sequence deux ajouts ces derniers     m2         montagne aller à la bribe suivante tendresse du monde si peu “dans le dessin nouvelles mises en est-ce parce que, petit, on 1- nous sommes dehors. je reviens sur des roland barthes : propos station 5 : comment   un 1 2 3&nbs face aux bronzes de miodrag       les ce la toile ou, du moins, la jean dubuffet : honneur deus li otreit (la sue) rafale n° 4 on le dans les rêves de la 1 2 3&nbs tout en travaillant sur les retour au pdf sui generis les parents, l’ultime dire que le livre est une 1 2 3&nbs aller à       le je t’enfourche ma je suis occupé ces apaches : page suivante ► macles et un homme dans la rue se prend     sur la il y a longtemps, c’était une je suis celle qui trompe aller à la liste des auteurs       grimpant 1 2 3&nbs  référencem dernier vers que mort antoine simon 9 exposition de la série pour egidio fiorin des mots     pluie du     après       fourmi&n nécrologie       neige       sur 10 vers la laisse ccxxxii l’illusion d’une antoine simon 21 pour écouter ce moment de et si tu dois apprendre à pour accéder au texte, page suivante ► page       mé page suivante ► page cent dix remarques i► cent les installations souvent, cliquez sur l’icône nice, le 8 octobre vous êtes art jonction semble enfin       je abords de l’inaccessible pour anne slacik ecrire est       vaches a ma mère, femme parmi reflets et echos la salle 1 2 3&nbs   six formes de la patrick joquel vient de page suivante ► page introibo ad altare madame chrysalide fileuse 1 2 3&nbs     une abeille de la vie est dans la vie. se dernier vers aoi le texte qui suit est, bien sous l’occupation le tissu d’acier écoute, josué, nous serons toujours ces madame dans l’ombre des dans les horizons de boue, de naviguer dans le bazar de je rêve aux gorges page suivante page       à le thème  le livre, avec lire chronogaphie (bribe 133 la mort, l’ultime port, voile de nuit à la les lettres ou les chiffres le chêne de dodonne (i) dernier vers aoi page précédente retour       la  dernières mises carmelo arden quin est une haut var ► brec ce mot comme à la hâte 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs       m’ cher.e.s ami.e.s vous pouvez bribes en ligne a autre petite voix 1 2 3&nbs page suivante ► page tout en vérifiant on a cru à       dans le dernier vers aoi       dans le il ne sait rien qui ne va li quens oger cuardise       sur le page suivante page sommaire ► page suivante antoine simon 7 cent dix remarques i► cent antoine simon 33 j’ai longtemps m1             dans pour michèle gazier 1       vu les epuisement de la salle, aller à la bribe i au faisant dialoguer dont les secrets… à quoi       l’ 1 2 3 en marie-hélène     vers le soir à sylvie À peine jetés dans le 1 2 3&nbs textes mis en ligne en mars dentelle : il avait cinq madame aux yeux page suivante ► page la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : ELI Gérard /

RAPHAËL MONTICELLI

Lettre aux élèves du collège Port Lympia
Publication en ligne : 9 mars 2020

Lors de l’exposition de Gérard Éli au collège Port Lympia, à Nice, le principal m’a demandé de rédiger une préface à l’intention des élèves. Comme toujours dans ce type d’exercice, j’écris pour des élèves, mais je compte sur leurs enseignants...


Chers élèves du collège port Lympia et des écoles proches,

Comment vais-je m’y prendre pour parler du travail d’un artiste ?
J’aimerais vous en parler, pas pour tout vous expliquer, mais pour vous proposer de le regarder.
L’artiste, c’est Gérard Eli. Son travail, ce sont les œuvres qui sont exposées dans le collège en ce début d’année scolaire 2018-2019.

Tâchons de nous intéresser à deux choses, et à deux seulement
Première chose : comment c’est fait. Comment cet artiste s’y prend-il pour faire ce que nous voyons ?
Deuxième chose : comment regarder ces signes ou traces que l’on trouve souvent dans ses œuvres.

D’abord comment c’est fait...
De quoi Gérard Éli se sert-il ? De quels matériaux, de quels outils ? Comment ces matériaux sont-ils associés, réunis. Quels gestes doit-il exécuter pour arriver au bout de son travail ?
Vous voyez bien que, selon les œuvres, y a du bois, du métal, de la céramique.
Il est facile aussi de se rendre compte que tous ces matériaux, minutieusement travaillés, sont assemblés de façon très précise. Regardez bien. Ça vous fera peut-être penser à des tas de choses.
Pour Gérard Éli, la technique compte beaucoup. La qualité technique, le savoir faire, la maîtrise. Même si ce n’est pas pour lui le plus important, il aime que les choses soient bien faites. Et ça se voit.

Quelques cas de rapports à la technique
De nombreux artistes ont les mêmes exigences que Gérard Éli. Parfois, c’est tellement important pour eux, qu’ils gardent secrets leurs outils, leur façon de faire. Je vous donne deux exemples : Michel Ange, l’artiste de la Renaissance italienne, il y a 400 ans, ne voulait pas que l’on sache quels étaient ses secrets de fabrication. Il souhaitait que les spectateurs pensent que tout lui venait comme naturellement.
Plus récemment, un peintre du XXe siècle, Hans Hartung, cachait ses pinceaux (qui étaient vraiment extraordinaires) dans une sorte de coffre fort.
D’autres artistes estiment que les œuvres d’art doivent suivre les règles précises de l’art, utiliser des outils, des moyens, des supports bien connus et que l’on doit apprendre à bien maîtriser. Ce n’est pas ça, non plus, que fait Gérard Éli.
Certains, au contraire, modifient les règles, utilisent les moyens de façon inattendue, se servent de techniques qui n’appartiennent pas à l’art mais à la couture, à la cuisine, à la maçonnerie... parfois ils mettent au point des techniques inconnues.
Je crois que Gérard Éli fait partie de cette catégorie. Qu’est-ce que vous en dites ?

L’art sans technique
Tous les artistes ne pensent pas comme ça. À l’inverse, il y en a qui divulguent sans difficulté matériaux, techniques et outils. Expliquent précisément comment il s’y prennent. Parfois, quand on voit leurs œuvres, on se dit « ça ? Moi aussi, je peux en faire autant »... Et c’est peut-être ce qu’ils veulent que nous pensions : que chacun de nous peut être un artiste.
J’en connais qui ne réalisent pas même d’objet : par exemple, ils prennent un objet du quotidien tel qu’il est et le présentent comme œuvre d’art. Le premier et le plus connu de ces artistes est Marcel Duchamp, qui est né en 1887... vous voyez, ce n’est pas tout récent. D’autres, plus récemment, font une fiche pour expliquer comment on peut réaliser l’œuvre à laquelle ils ont pensé. Ils vendent cette idée et laissent le spectateur, l’amateur ou le collectionneur réaliser l’œuvre. Le plus illustre exemple de cet art est un artiste américain, Sol Lewitt. Pour eux, la réalisation de l’objet est très secondaire. l’important, c’est l’idée qu’il s’en font, et il est amusant de voir comment, avec la même recette on arrive à des objets très différents. Comme en cuisine.

-Et les signes alors ?

De loin, sur certaines œuvres de Gérard Éli, on croirait voir une écriture. En y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il est pratiquement impossible d’y trouver deux signes identiques. Regardez n’importe quel texte de n’importe quelle langue, qu’il soit écrit avec les signes de l’alphabet que nous utilisons, ou que ce soit dans un autre : grec, cyrillique, arabe, hébraïque. Que ce soit même transcrit avec des idéogrammes, comme le chinois ou le japonais, que ce soit des hiéroglyphes, même si vous n’y connaissez rien, vous verrez que parfois, les mêmes signes reviennent. Ce n’est pas le cas de Gérard Éli. Il ne s’agit donc, dans son travail, ni d’écriture, ni de code secret. Il reste bien quelque chose de l’écriture pourtant : le geste, les outils, et peut-être, le sens dans lequel les signes sont tracés.

En fait, vous connaissez déjà ça. Vous avez déjà vu des choses de ce genre. Peut-être vous rappelez-vous avoir vous même tracé ainsi des signes qui n’ont pas de sens. On trouve ça dans le gribouillage des enfants. Peut être vous amusez-vous encore à faire des signes de ce genre comme s’il s’agissait de l’écriture d’une langue inconnue, ou qui n’existe pas.
Si ça ressemble à une écriture, elle est illisible. Dans ce cas aussi, Gérard Éli nous rappelle que d’autres artistes, écrivains ou peintres, ont inventé des sortes de codes secrets, quelque chose est lisible, mais on ne sait pas quoi.
Il nous rappelle aussi que certains autres ont rendu volontairement leur écriture illisible... Ou se sont servi d’une écriture connue pour la rendre illisible.

Picasso, un artiste que vous connaissez certainement, a écrit ainsi des poèmes dans une écriture illisible. Un autre peintre, Dautremont, a réalisé des tableaux remplis de signes tous différents. Ça ressemble à une écriture : il y a le geste, l’outil, la trace... mais ça ne veut rien dire. Vous trouverez d’autres exemples, nombreux, dans l’histoire… Je pense à un poète comme Henri Michaux qui a réalisé des tableaux remplis de signes comme une écriture indéchiffrable. Je pense à un peintre et poète moins connu, Gérard Duchêne… Mais ce serait trop long à expliquer.

On regarde ces sortes d’écriture comme une énigme que l’on peut trouver belle. Comme un poème japonais ou chinois, comme une calligraphie hébraïque, quand on ne connaît pas ces langues. Comme l’arabesque qui rappelle une écriture sans en être une. Comme les manuscrits du moyen âge. On regarde, on peut apprécier, on ne sait pas si on en trouvera un jour le sens. Mais, même si nous ne savons pas les déchiffrer, même s’ils sont complètement indéchiffrables, ils peuvent nous faire rêver.

J’avais dit « deux choses »... c’est fait. Il y en aurait beaucoup d’autres, bien sûr... Vous avez tout le temps devant vous pour savoir quoi.
Regardez. Regardez et laissez venir en vous images et pensées.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP