BRIBES EN LIGNE
1 2 3&nbs il y a des titres qui       entre 1 2 3&nbs     extraire 3 

les lieux aussi sont       & page suivante ► page      & ce n’est pas aux choses  il y a le châssis, dans un coin de nice, a l’extrémité du depuis le 20 juillet, bribes quand il voit s’ouvrir, 1 2 3&nbs dans les carnets le flot pâle des maisons dans les écroulements préparer le ciel i si vous entendez le lac une fois entré dans la  les trois ensembles s’égarer on villa arson, nice, du 17 textes mis en ligne en il y a bien là, dans clers fut li jurz e li il aurait voulu être zacinto dove giacque il mio de toutes les  les premières nécrologie maintenant il connaît le les textes mis en ligne       montagne ce texte m’a été l’eau froide de l’anse       ton rimbaud a donc et…   dits quand on arrive de new-york le pendu je serai le pilote aux yeux rafale on préparait rien n’est plus ardu antoine simon 33 sous ce titre inspiré de la a propos de quatre oeuvres de       je suis 1 2 3&nbs  l’exposition  1254 : naissance de cela fait 53 ans que je 1 2 3&nbs       chaque introibo ad altare a-t-il       apr&egra  hors du corps pas je suis occupé ces le numéro exceptionnel de  mise en ligne du texte     &nbs   le texte suivant a       " sculpter l’air : la route de la soie, à pied, préparer le ciel i textes rÉunis sous un titre présentation du projet toujours les lettres : suite du blasphème de     sur la pente c’est le grand depuis ce jour, le site bribes en ligne a       deux imagine que, dans la le chêne de dodonne (i) sommaire ► page suivante reflets et echos la salle les dernières cent dix remarques i► cent       fourr&ea le vieux qui nous serons toujours ces un survol de l’annÉe page d’accueil de       sur mise en ligne       juin       l’       quinze a la fin   il ne resta joseph a pour sens "dieu  hier, 17 on a cru à       mouette 1 2 3&nbs page suivante page a christiane vers le sommaire des recueils pour accéder au pdf, en ceste tere ad estet ja je crie la rue mue douleur 1 2 3&nbs guetter cette chose normalement, la rubrique ce paysage que tu contemplais un texte que j’ai page suivante ► macles et 1 2 3&nbs village de poussière et de le samedi 26 mars, à 15       j’ avant lire une interview de attelage ii est une œuvre antoine simon 32       dans la les parents, l’ultime 1 2 3&nbs deux ajouts ces derniers percey priest lake sur les au matin du le recueil de textes j’ai changé le tout le temps est là sièges       est-ce     chambre chaque automne les l’illusion d’une les éditions de la passe du station 3 encore il parle nous lirons deux extraits de       mé 1 2 3&nbs sous la pression des       le le ciel est clair au travers la réserve des bribes intendo... intendo ! aller à edmond, sa grande   maille 1 : que       les textes mis en ligne en       dans je meurs de soif       ( allons fouiller ce triangle       s’ "école de et si au premier jour il page précédente le café là-bas, dans le pays des du maurithuis par cliquez sur l’icône       l’ aucun hasard si se 1 2 3&nbs pourquoi yves klein a-t-il textes mis en ligne en antoine simon 20       allong&e pour andré c’est la peur qui fait 1 les morceaux de nuit se toute une faune timide veille       à sommaire ► page suivante et c’était dans page suivante page page suivante ► page pour daniel farioli poussant       objectif station 4 : judas        assis pour visionner la dernier vers aoi pour accéder au texte, ce qu’un paysage peut samuel chapitre 16, versets 1 présentation du projet page suivante ► page quelques textes c’est vrai alocco en patchworck © je t’ai admiré,       neige raphaël monticelli : tu (la numérotation des       en deux       grappes un nouvel espace est ouvert textes mis en ligne en page suivante ► page vous avez dans le pain brisé son page suivante ► page dernier vers aoi juste un 199* passé galerie       le long       st (de)lecta lucta         maquis   iv    vers présentation du projet aller à la bribe suivante 1 2 la strada       sur le       le pure forme, belle muette, prenez vos casseroles et marie antoinette montagnes de antoine simon 5 le scribe ne retient    seule au       reine       voyage pour accéder au texte au pour michèle       le 1 2 3&nbs   <p présentation du projet la vie humble chez les voir les œufs de la chaude caresse de       au   je n’ai jamais       bruyante cent dix remarques i► cent     chant de madame, c’est notre ceci… pour prendre mesure. page suivante ► page antoine simon 30 clere est la noit e la bien sûr, il y eut page suivante toi, mésange à pas une année sans évoquer elle réalise des page d’accueil de À hélène eloge de la boite aux exposition de la série page suivante ► ce pays que retour vers le musicien       baie année 2018 ► année 2020 derniers dernier vers aoi page d’accueil de la littérature de le flot gris roule contre attention beau il y a longtemps, branches lianes ronces 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante violette cachée ton réponse de michel biboon. plus qu’une saison. non, björg, s’il 1 2 en rita est trois fois humble. il y a des objets qui ont la       coude a ma mère, femme parmi je reviens sur des et voici maintenant quelques l’ami michel       grimpant page suivante ► page décembre 2001. dernier vers aoi tes chaussures au bas de la bouche pleine de bulles 1 2 3&nbs constellations et patrick joquel vient de le long de l’ombre     hélas, le film sur annie sidro et le       ce qui dernier vers aoi    courant voir les bifaces de b. et ma foi, issent de mer, venent as       à   en grec, morías Éphémère du 22 juillet à ce qui aide à pénétrer le 1 2 3 i) pour frédéric predication_du_15_ao antoine simon 10       m’ dans un clignement de c’est — pense-t-on -       nuage       dans la j’ai travaillé c’est ici, me six de l’espace urbain, 1 2 3&nbs mougins. décembre dessiner les choses banales l’instant criblé laure et pétrarque comme rare moment de bonheur, sur la toile de renoir, les outre la poursuite de la mise voir aussi boltanski galerie 1 2 3&nbs 7) porte-fenêtre       le ciel     [1] l à la bonne il faut laisser venir madame 1 2 3&nbs       au pas  tu vois im font chier le 15 mai, à cent dix remarques i► cent page suivante ► page et que dire de la grâce aller au sommaire des page d’accueil de merci à la toile de i mes doigts se sont ouverts assise par accroc au bord de essai de nécrologie, page suivante ► page est-ce parce que, petit, on page précédente ► de les lettres ou les chiffres pour accéder au pdf, {{}} on trouvera la et toi figure dernier vers aoi       la rafale n° 10 ici il semble possible       su lou immense est le théâtre et 1 2 3&nbs       ...mais         &n je n’aime pas ce monde. présentation du la musique est le parfum de page d’accueil de page d’accueil de ço dist li reis : et ces page suivante ► page     un mois sans passet li jurz, si turnet a aller à la bribe suivante creuser de la langue, outil bal kanique c’est vers le sommaire des recueils  née à       sous   pour théa et ses clxvi deus li otreit (la sue) ► abÉcÉdaire à jean revue aller au texte nous sommes textes mis en ligne en textes mis en ligne en mai un homme dans la rue se prend et que vous dire des seins isabelle boizard 1 2 3&nbs tu le sais bien. luc ne peinture de rimes. le texte rêve, cauchemar, sa langue se cabre devant le mélodie « je me tais.   les le 26 août 1887, depuis rossignolet tu la pas sur coussin d’air mais       une       pass&eac petit souvenir page suivante ► page     sur la la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : ALOCCO, Marcel /

RAPHAËL MONTICELLI

Alocco, la peinture en patchwork
Publication en ligne : 5 février 2020
Artiste(s) : Alocco (site)

Cette monographie sur Marcel Alocco est parue en 1979 aux éditions Charles le Bouil, collection NDLR.


CONFLITS PRODUCTIFS

Il convient enfin de revenir sur cette opposition entre dit et peint, entre dire et faire, en ce qu’elle renvoie à son tour à une opposition entre pratique et théorie par quoi Alocco s’inscrivait doublement dans le débat sur la peinture de la fin des années soixante et annonçait bon nombre des questions des années soixante-dix. Son travail était explicitement sous-tendu par les théories de la linguistique, de l’information et de l’art conceptuel.

Théorie conceptuelle : il présentait le travail des peintres comme trace d’un cheminement :

L’objEt qui sort dES mains de l’arTistE matérialise une étape mentale atTeinte ; si bien que reGarder est aujourd’hUi une activité créatricE, que l’oBjet, pâlE négatiF d’un éVénement plus abstrait, reSte inerte ; mais le regArd baVarde (... L’artiste est LE pEtit pouCet dont il faut savoir si les oEuvres seront des mieTtes de pain disparuES aux premiers couPs de bec ou des Cailloux blaNcs dans l’hiStoire d’Une intelligence, les témOignages péRens d’’obstAcles aBaTtUs daNSs l’hiStoirE de la pensEe.

(in catalogue la Cédille qui sourit
Ben Polymorphe, 11-1965).

Théorie linguistique : il comprenait le tableau comme message dont
les signes étaient les formes, et le code leurs combinaisons :

(...) Recherche d’une gamme de significations élémentaires, il s’agit d’aboutir à un ensemble de signifiants fondamentaux abstraits, à la fois précis et ambivalents capables de rendre compte de tout événement mental (ou affectif) à transmettre ou à proposer.
 

(in “IN-SCRIPTION D’UN
ITINERAIRE”’, p.3)

Théorie de l’information : il pensait la répétition par empreintes et l’effacement de la forme par déperdition de pigments comme illustration de la perte de signification (en fait d’information) et parlait de brouillage de signifiants :

2.- Travail sur la diffusion d’un signifiant  :
a) par répétition :
détérioration d’un signifiant
b) par diffusion simultanée de deux signifiants ou plus : interférences.
c) par diffusion d’un champ uniformément occupé : brouillage des signifiants.

(IN-SCRIPTION, p. 4).

La répétition d’un signal provoque une naissance qui surgit ENTRE le signal et le signal réponse (détérioré, usé par la transmission...)

(IN-SCRIPTION, p. 7).

Les œuvres depuis l’idéogrammaire sont ainsi traces d’un conflit (plus pensé comme rapport que comme conflit par Alocco) entre une activité plastique dont la langue, le verbal, le sémantisable, seraient la plastique échappant au seul sémantisable, conflit qui renvoie à l’opposition entre des théories extérieures à la peinture et une théorie implicite ou peu affirmée, naissant de la pratique même. C’est bien là ce que soutenait en 1971, Catherine Millet, dans sa préface à INSCRIPTION D’UN ITINERAIRE quand, d’une part, elle affirmait, en ouverture de son texte :

L’une des illusions majeures de l’œuvre d’art traditionnelle est de prétendre à la fonction de langage.


et que, d’autre part, elle ajoutait :

La méthode selon laquelle Alocco envisage la transmission d’un message met en évidence que son travail ne vise qu’à une analyse de cette transmission. Le signe est utilisé systématiquement au cours de diverses mises en situation (ce qu’Alocco appelle “répétition” ‘‘interférences’’ ‘‘brouillage
des signifiants’” (...)
L’action d’Alocco concerne donc autant la peinture que l’objet utilisé comme moyen d’expression. Non restrictif ce champ d’action englobe également l’inévitable étape linguistique

(IN-SCRIPTION p. 1-2)

On ne s’essaie pas impunément à la pratique de la peinture, du moins quand on fait preuve de quelque cohérence, quand on n’hésite pas à en tirer les enseignements et à s’en laisser transformer. D’autres ont voulu traiter plastiquement leurs problèmes d’écriture qui se sont retrouvés peintres. Dans le cas d’Alocco, la période durant laquelle le glissement d’une problématique à l’autre s’est opéré est d’autant plus importante que ses exigences théoriques étaient plus fortes, qu’elles s’inscrivaient dans une époque de vaste remise en cause de la peinture, de réflexion sur ses rapports avec la langue. En ce sens, s’il y a, dans les années 1965-1971, chez Alocco, glissement de problématique, il y a, en même temps, apport original dans la façon de poser la question du sens dans la peinture : le glissement n’a pas été oubli.

Les procédures plastiques qui se sont développées jusqu’en 1971 demeureront comme acquis pour la période actuelle, non comme procédés auto-suffisants, mais en ce qu’elles sont déterminées par la question du sens, et qu’à leur tour, elles vont déterminer, au sens que prend l’œuvre, un rapport nouveau.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP