BRIBES EN LIGNE
cent dix remarques i► cent sommaire ► page suivante dans un clignement de j’ai donné, au mois page précédente retour préparer le ciel ii antoine simon 11       pass&eac carissimo ulisse, torna a cent dix remarques i► cent la route de la soie, à pied, page suivante ► page de tantes herbes el pre si vous entendez le lac       la dernier vers aoi rafale n° 7 un la brume. nuages aller à la bribe suivante aller à la liste des auteurs et   riche de mes (la numérotation des textes mis en ligne en en ceste tere ad estet ja  marcel migozzi vient de la danse de dans les rêves de la page suivante ► page pour accéder au texte au j’oublie souvent et ils avaient si longtemps, si     cet arbre que difficile alliage de antoine simon 6 aucun hasard si se aller à la liste des auteurs m1       je suis celle qui trompe       bien       longtem page d’accueil de       au ouverture de l’espace 1 2 3&nbs cent dix remarques i► cent ce mot comme à la hâte  si, du nouveau le grand combat : 10 vers la laisse ccxxxii pour lee       sabots (elle entretenait en introduction à il pleut. j’ai vu la la fraîcheur et la   d’un coté, a inishmore chaque plante est dernier vers s’il un verre de vin pour tacher dernier vers aoi         or       l’ giovanni rubino dit rafale dans le monde de cette tant pis pour eux.     hélas,       ruelle page suivante ► je suis né attendre. mot terrible. page suivante ► page textes mis en ligne en outre la poursuite de la mise       dans le où l’on revient la poésie, à la pour m.b. quand je me heurte       bâ  les trois ensembles cent dix remarques i► cent page d’accueil de voir les bifaces de b. page d’accueil de page suivante page 1 2 3&nbs bruno mendonça souvent je ne sais rien de hans freibach : dans la caverne primordiale       une c’est vrai aller à la bribe suivante l’impossible       l’ « voici 1 2 3&nbs page suivante ► page nouvelles mises en les éditions colophonarte textes mis en ligne en avril merci au printemps des rafale n° 12 où l’entreprise dont je me page d’accueil de       à       entre 1. il se trouve que je suis sous la pression des derniers textes mis en       sous epuisement de la salle, ou aux mots noyés dans  hier, 17 pour le prochain basilic, (la rita est trois fois humble. ce n’est pas aux choses dernier vers aoi pas facile d’ajuster le       ton aller à la bribe suivante sors de mon territoire. fais 1 2 3&nbs   un aller vers bribes, livres 1 page suivante ► page nous savons tous, ici, que pour andré antoine simon 9 nos voix quelques autres passet li jurz, si turnet a page suivante ► page       é derniers j’arrivais dans les     une abeille de aller à la bribe suivante bel équilibre et sa passet li jurz, la noit est page suivante ► page page suivante ► page les ruelles blanches qui il avait accepté le 23 février 1988, il  il est des objets sur traversé le lieu-dit de page suivante ► page     pluie du  de même que les un soir à paris au antoine simon 10 page suivante ► page tout en vérifiant page d’accueil de ce poème est tiré du voir l’essai sur agnus dei qui tollis peccata vertige. une distance page suivante ► page antoine simon 14 pour jacky coville guetteurs sur l’erbe verte si est soudain un blanc fauche le page d’accueil de   iv    vers cyclades, iii° tromper le néant les plus vieilles page suivante ► r.m. a toi page suivante ► page dont les secrets… à quoi très malheureux... la légende fleurie est on peut croire que martine a grant dulur tendrai puis cent dix remarques i► cent le lourd travail des meules cet article est paru   adagio   je sommaire ► page suivante 1 2 3       rafale n° 5 un année 2018 ► année 2020 il aurait voulu être  ce mois ci : sub page suivante ► page nécrologie able comme capable de donner (À l’église quel étonnant le bulletin de     &nbs je n’aime pas ce monde.  dans le livre, le au programme des actions intendo... intendo ! rimbaud a donc le corps encaisse comme il chaises, tables, verres, haut var ► trois petits toute une faune timide veille je t’enfourche ma   se aux barrières des octrois       dans le       rampant    en fin première je désire un       longtemp pluies et bruines, comment page précédente retour textes mis en ligne en     l’é torna a sorrento ulisse torna quatre si la mer s’est la gaucherie à vivre, 1 2 3&nbs eloge de la boite aux les lettres ou les chiffres deux ce travail vous est tout est possible pour qui antoine simon 23 j’ai changé le sommaire ► page suivante petit matin frais. je te       "       sur le dimanche 18 avril 2010 nous nous serons toujours ces page d’accueil de textes mis en ligne en    au balcon dernier vers aoi et c’était dans page suivante ► page un besoin de couper comme de aller à la bribe suivante tous ces charlatans qui dernier vers aoi il n’était qu’un j’aime chez pierre pour accéder au texte, antoine simon 19   encore une j’aurai donc vécu sur josué avait un rythme au rayon des surgelés   jn 2,1-12 : j’ai ajouté page suivante page pas de pluie pour venir bribes en ligne a       la cela fait 53 ans que je       chaque aux george(s) (s est la textes mis en ligne en rafale n° 9 un quai des chargeurs de 1 2 3&nbs voici quelques années, à cri et à ► abÉcÉdaire à jean début de la mise en ligne de je t’ai admiré, page suivante ► page charogne sur le seuil ce qui pour martin la terre nous samuel chapitre 16, versets 1 percey priest lake sur les l’envers de page suivante ► page aller à la bribe suivante tromper le néant nous avancions en bas de pour frédéric   est-ce que le géographe sait tout je suis occupé ces j’ai perdu mon 1 2 3&nbs page d’accueil de       allong&e vers le sommaire des recueils zacinto dove giacque il mio       juin 1 2 3&nbs cliquer sur le titre pour pas sur coussin d’air mais       reine la deuxième édition du je me souviens qu’à propos cliquer sur l’icône de proche en proche tous       dans le cent dix remarques i► cent granz fut li colps, li dux en       j’ premier vers aoi dernier     le cygne sur morz est rollant, deus en ad « la musique, nous dirons donc les installations souvent, 1    le recueil que biboon. plus qu’une saison. je n’aime pas les gens 1 2 3 i)       fleur derniers textes mis en 1 2 3&nbs   (dans le le chêne de dodonne (i) certains prétendent    courant sommaire ► page suivante voir les œufs de vous êtes sequence on cheval quatrième essai de station 7 : as-tu vu judas se a l’aube des apaches,     " art jonction semble enfin marché ou souk ou aller au texte nous sommes   que signifie  tu vois im font chier 1 2 3&nbs       je suis  la toile couvre les que reste-t-il de la page suivante ► page page suivante ► page dernier vers aoi il y a des mots, mais comme c’est — pense-t-on -   1) cette  les premières le rideau (gallimard 2005) de       quand présentation du dernier vers aoi   textes mis en ligne en dernier vers aoi  avec « a la si elle est belle ? je éphémère du 6 octobre       sur le       quinze page suivante ► page page suivante ► page clers est li jurz et li pour visionner la sous ce titre inspiré de la le 26 août 1887, depuis langues de plomb a la vers le sommaire des recueils le galop du poème me       su lou vers le sommaire des recueils madame, on ne la voit jamais       fourr&ea 1 2 3&nbs       un dernier vers aoi creuser de la langue, outil je reviens sur des je ne saurais dire avec assez et encore   dits antoine simon 24       vu les en une, une œuvre de aller à la bribe suivante       araucari sixième     double thème principal :       coude ...et la mémoire rêve reflets et echos la salle la réserve des bribes       que de et que dire de la grâce carles respunt : 1 2 3       bonheur « je suis un la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : BUTOR Michel /

RAPHAËL MONTICELLI

Approche du continent Butor
Publication en ligne : 20 janvier 2020

Ce texte a été publié en 1991. Il préface l’ouvrage « Échanges, carnets 1986 » de Michel Butor, Z’édition ed, Nice.


approche du continent butor

pour Francine Guibert

I- ouverture

Il n’est pas d’écriture qui ne s’articule au temps et à l’espace ; il ne saurait y en avoir en dehors de ces lieux matériels dans lesquels elle niche et qui, à vrai dire, portent, enveloppent, replient en eux-mêmes la temporalité de la voix. Il ne peut y avoir de travail de l’écrit sans que soit réfléchie toute la variété des espaces où s’organisent nos vies.
L’écriture est ainsi sans cesse déplacement des champs du réel à ceux du symbolique, transfert des lieux aux textes, des pérégrinations du corps dans le monde à la main sur la feuille, de l’organisation du réel à celle de la langue ; les territoires symboliques que définit le travail littéraire ont toujours quelque chose à voir avec les territoires matériels.
Dans les problématiques qui développent l’exploration des rapports entre l’écriture et l’espace, l’œuvre de Michel Butor occupe une place tout-à-fait singulière. La thématique de l’espace est évidemment centrale dans sa production romanesque que l’on songe à l’importance de l’immeuble de Passage de Milan [1] ou à celle, mythique dans notre littérature contemporaine, du compartiment dans lequel se déroule La Modification [2] ; sa réflexion critique et ses lectures creusent volontiers ce thème dans les œuvres littéraires et artistiques ; plus nettement encore son écriture s’est trouvée transformée des recherches qu’il a consignées dans les textes de la série du Génie du Lieu [3] et dans ceux qui rendent compte d’espaces particuliers : Venise [4], les Etats-Unis d’Amérique [5], ou les chutes du Niagara [6] L’Espace est ainsi dans l’oeuvre de Michel Butor un thème et un problème.
Un aspect moins étudié sinon moins connu, et parfois plus controversé, des rapports entre écriture et espace chez Michel Butor concerne son attention aux œuvres d’art. On sait que les espaces plastiques apparaissent dans son œuvre romanesque, par exemple comme motif de la relation amoureuse dans La Modification ; on connaît aussi sa pénétrante étude sur les rapports entre écriture et peinture [7]. Ce que sans doute Michel Butor a développé de plus inédit, c’est le travail en collaboration avec des peintres, inédit par le nombre des artistes avec lesquels il travaille comme par le rôle (ou les rôles) qu’il assigne à son écriture lors de ces collaborations [8]

Notes

[1Passage de Milan, ed de Minuit, Paris 1954

[2La Modification, ed de Minuit, Paris 1957

[3Génie du lieu, ed Grasset, Paris 1958, dont les lieux de référence sont Cordoue, Istanbul, Salonique, Delphes, Mallia, Mantoue, Ferrare et l’Egypte ;
Ou, (Le Génie du Lieu 2), ed Gallimard , Paris 1971, dont les lieux de référence sont Paris, Séoul, Le mont Sandia, Angkor, Santa Barbara, entre Bloomfield et Bernalillo, Zuni ;
Boomerang, Le Génie du Lieu 3, ed Gallimard, Paris 1978.

[4Dans Description de san Marco, ed Gallimard , Paris 1963

[5Dans Mobile, Etude pour une représentation des Etats Unis, ed Gallimard, Paris 1962

[6Dans 6 818 000 litres d’eau à la seconde, ed Gallimard, Paris 1965.

[7Les Mots dans la Peinture, ed Skira, les sentiers de la création, Genève, novembre 1969, repris dans Répertoire IV, ed de Minuit, Paris 1974

[8Ces œuvres nées du rapport aux espaces plastiques forment un monumental ensemble de quelque 500 pièces liant le nom de Michel Butor à plus de 150 autres. Impossible de les reprendre tous ici bien sûr. Même parmi les plus importants je me suis contraint à de volontaires -et douloureux- oublis. C’est le cas par exemple pour Dotremont et Alechinsky. On pourra voir à ce propos les ouvrages suivants :

  • Dotremont et ses écritures en collaboration avec Michel Sicard, ed Jean-Michel Place, Paris, 1978
  • Alechinsky dans le texte, entretien avec Michel Sicard, ed Galilée, Paris 1984
  • Alechinsky, frontières et bordures en collaboration avec Michel Sicard, ed Galilée, coll. Renault Art et Industrie, Paris, 1984
  • Cartes et Lettres, Correspondance Michel Butor/Christian Dotremont, établie et annotée par Michel Sicard, ed Galilée, Paris,1986
  • ABC de correspondance avec Michel Sicard sur des tableaux de Pierre Alechinsky, ed Daniel Delong, coll. Repères, Paris, 1986.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP