BRIBES EN LIGNE
dernier vers s’il voir les œufs de retour au pdf sui generis à claude held patiente la je désire un pour daniel farioli poussant dernier vers aoi accéder à l’article       dans la dans ce périlleux         or       le long pour andré assise par accroc au bord de le 26 août 1887, depuis vous êtes sommaire ► page suivante   la baie des anges       st       le vent 1 2 3&nbs oiseau tranquille au vol       à la fraîcheur et la able comme capable de donner granz est li calz, si se derniers vers sun destre cent dix remarques i► cent madame est une torche. elle     rien éphémère du 2 petit souvenir travail de tissage, dans       su lou       bien page suivante ► page  un livre écrit page suivante ► page le proche et le lointain macao grise traversé le lieu-dit de dernier vers aoi       ".. d’ eurydice ou bien de  avec « a la       gloussem préparer le ciel i Ç’avait été la       je abu zayd me déplait. pas tout est possible pour qui       je me Éphémère du 22 juillet à  epître aux page suivante ►   les  l’écriture je me souviens de page suivante ► page la chaise, le châssis, le  il est des objets sur     vers le soir       o 1 2 3&nbs j’ai donné, au mois       la à propos “la deus li otreit (la sue) pour nicolas lavarenne ma page suivante ► r.m. a toi       cerisier vous avez   nous sommes       ce sans être grand 1 2 3 en de proche en proche tous la fraîcheur et la envoi du bulletin de bribes     une abeille de ils avaient si longtemps, si   au milieu de dans la caverne primordiale rafale page suivante ► ce pays que lancinant ô lancinant à sylvie dernier vers doel i avrat, page d’accueil de dernier vers aoi un temps hors du je déambule et suis 1 2 3&nbs madame est la reine des       l’ page suivante ► page "l’art est-il préparer le ciel i page suivante gérard ] heureux l’homme  née à deux mille ans nous il arriva que du bibelot au babil encore  la toile couvre les je ne sais pas si je t’enfourche ma le texte qui suit est, bien     sur la pente bel équilibre et sa j’pense à toi bruno il y a des mots, mais comme       le je n’ai pas dit que le l’attente, le fruit quando me ne so itu pe       le ciel il ne s’agit pas de la bouche pleine de bulles bruno mendonça les petites fleurs des       sur éphémère du 6 octobre       au la chaude caresse de page suivante ► page 1 2 3 dernier vers aoi page précédente page reflets et echos la salle       dans le ils s’étaient 1 2 3&nbs page précédente ► de 1 2 3&nbs il ne sait rien qui ne va 1 2 3&nbs pour accéder au texte, dieu faisait silence, mais marie antoinette 1 2 3 ce paysage que tu contemplais       dé       pass&eac jusqu’à il y a  le "musée cent dix remarques i► cent rafale n° 9 un siglent a fort e nagent e       m’ antoine simon 9 autres litanies du saint nom chers élèves du collège 1 2 3&nbs       pav&eacu le 26 août 1887, depuis me 7) porte-fenêtre ainsi fut pétrarque dans mouans sartoux. traverse de 1 2 3&nbs dans l’herbier de ses aller vers bribes, livres 1 tant pis pour eux. textes mis en ligne en introibo ad altare sixième on peut croire que martine dernier vers aoi mais non, mais non, tu dans les carnets       au fond page suivante ► page  zones gardées de dans ma gorge pour accéder au pdf,  je signerai mon et   riche de mes pour accéder au texte, les photos et archives antoine simon 31 quand c’est le vent qui le nécessaire non le geste de l’ancienne, pour jean-louis cantin 1.-     tout autour       vaches     les fleurs du 1 2 3&nbs a-t-il cyclades, iii°       avant et…   dits « pouvez-vous textes mis en ligne en avril même si       " tous ces charlatans qui s’égarer on si tu es étudiant en présentation du projet mult ben i fierent franceis e préparer le ciel i j’ai changé le page suivante ► page page suivante page c’est — pense-t-on - aller à la bribe i au présentation du projet sommaire ► page suivante     chant de       sur le aller à la bribe suivante quel ennui, mortel pour pour robert   ces notes pour écouter la lecture, antoine simon 12       au le temps passe dans la page d’accueil de À l’occasion de aller à la bribe suivante peinture de rimes. le texte  mise en ligne du texte textes mis en ligne en juin tout en vérifiant 1 2 3 i) (de)lecta lucta         sur le les éditions colophonarte pour le prochain basilic, (la aller au texte nous sommes page suivante ► page page d’accueil de       &nbs     du faucon j’ai perdu mon page suivante ► page       il       midi clere est la noit e la sommaire ► page suivante deuxième suite dernier vers aoi passent .x. portes, dernier vers aoi antoine simon 19 page d’accueil de est-ce parce que, petit, on retour vers le musicien antoine simon 27 textes mis en ligne en avril       nuage       jardin sommaire ► page suivante     " autre essai d’un  ce mois ci : sub je sais bien ce qu’il seul dans la rue je ris la page suivante ► page saluer d’abord les plus tristan_cabral_a_l_e page suivante ► page page suivante ► page et te voici humanité   voici donc la       quand la mastication des la légende fleurie est       chaque il y a tant de saints sur aller à la bribe suivante de la bribes en ligne a       pourquoi aller à la liste des auteurs les terrasses abandonnées page suivante ► page le film sur annie sidro et le charogne sur le seuil ce qui art jonction semble enfin page précédente page approche d’une       sur la nous dirons donc inoubliables, les les amants se aller à la bribe suivante       bruyante dimanche 18 avril 2010 nous ce jour-là il lui       et     &nbs il existe deux saints portant page suivante ► page clquez sur 1 2 3&nbs très malheureux... toulon, samedi 9 le plus insupportable chez apaches : page suivante ► page la littérature de       la pour bruno charlotte, in l’ami michel ainsi va le travail de qui le thème préparer le ciel i aller à la liste des "a cannes, propos de table les installations souvent,       pass&eac il avait accepté pour lire les textes de rafale n° 3 des page suivante page antoine simon 10 page suivante ► page sommaire ► page suivante       les   né le 7 les dernières sauvage et fuyant comme rafale dernier vers aoi lire chronogaphie (bribe 133 1 2 3&nbs « ces deux là pour marcel cet article est paru dans le dernier vers aoi aller à la bribe suivante    il pour frédéric le grand combat : page suivante ► nous page suivante ► page j’ai relu daniel biga, dessiner les choses banales       le douce est la terre aux yeux 1 2 3&nbs carissimo ulisse, torna a tu le sais bien. luc ne sommaire ► page page suivante ► page sommaire ► page suivante a la libération, les   que signifie on a cru à deuxième essai     l’é pour qui veut se faire une 1 2 3&nbs       est-ce 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs  l’exposition  grande lune pourpre dont les sommaire ► page suivante       préparer le ciel i il souffle sur les collines   maille 1 : que aller à la bribe suivante deux nouveauté, li quens oger cuardise 0- souviens-toi. sa s’ouvre la antoine simon 28  les œuvres de 1 2 3&nbs 1 la confusion des quatrième essai de elle dit la main qui fut le pour accéder au pdf de j’ai longtemps       mé ( ce texte a dans l’innocence des       gentil chercher une sorte de sommaire ► page suivante pénétrer dans ce jour, ço dist li reis : la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : FATA /

RAPHAËL MONTICELLI

À PROPOS DE FATA
Publication en ligne : 15 février 2019

Ce texte doit dater de 1999. Je viens de le retrouver dans mes archives, ça me permet de compléter cette rubrique consacrée à Leonardo Rosa.


ouvrir F.A.T.A. I ►

Le désir de faire avec Leonardo Rosa ce que l’on a pris l’habitude d’appeler une « oeuvre croisée » m’est venu dès le début de ma rencontre avec son oeuvre ; plus précisément dès que j’ai reconnu dans son travail ce sourd tragique, avec lequel je me sens toujours en fraternité, et qui s’exprime chez lui par l’emploi de matériaux de récupération comme les papiers d’emballage, et de ces déchets les plus chargés de souffrance et de temps que sont les cendres.

On sait que dans le cas d’une « oeuvre croisée », le problème de l’artiste n’est pas d’illustrer un texte, pas plus que le poète ne cherche simplement à écrire sur une oeuvre. Il s’agit d’une démarche commune dans laquelle chacun accepte de voir se modifier ses habitudes ou ses intentions esthétiques en raison de la coopération. J’ai dit « accepte de voir se modifier », j’aurais dû dire « cherche à modifier ».

L’occasion de réaliser cette oeuvre nous a été donnée par la commande à vrai dire inattendue de Egidio Fiorin, le responsable des éditions Colophon. La commande était très précise puisque l’éditeur attendait que nous traitions ensemble du thème des quatre éléments.

C’est la raison pour laquelle j’ai proposé à Leonardo de donner à notre travail le titre de FATA, en prenant l’initiale des quatre éléments Feu, Eau, Terre et Air, en langues italienne ou latine. FATA a alors dans cette langue le sens de Fée. En latin, langue d’origine aussi bien de l’italien que du français, fata, pluriel de fatum, signifie « destins ».

J’ai pour habitude, lorsque je dois rencontrer un artiste en vue d’un travail commun, d’imaginer quelques pistes d’écriture en fonction de ce que je sais de son travail et de ce que je cherche à en apprendre. De son côté Leonardo Rosa avait préparé notre première séance de travail par des propositions plastiques qui prenaient en compte à la fois le sens de la commande de Fiorin, et les quelques discussions que nous avions eues à propos de son travail.

En ce qui me concerne, j’étais très excité par l’idée de travailler sur les quatre éléments en partant de leur réalité physico-chimique comme il me semblait que la démarche d’ensemble de Leonardo Rosa pouvait me le permettre.

Les premiers essais de Leonardo m’ont complètement pris de court. Ce qu’il avait mis en oeuvre pour répondre à la demande participait toujours de l’économie d’ensemble de son travail, notamment en raison de l’utilisation de matériaux récupérés, mais ça en élargissait singulièrement le champ d’investigation.

Il était évident que l’image du feu continuait à être associée aux travaux antérieurs de cendres, mais à son choix habituel de cendres récupérés dans des foyers divers (et triées et classées par type, couleurs, granulosité) il avait ajouté des cendres provenant de feux d’herbes fraîches, dont la combustion est moins parfaite, qui reste plus proches de l’objet brûlé, c’est à dire, peut-être, plus proche de la brûlure que de la consumation et plus aptes, du même coup, à rendre l’idée de feu. On sait que plus un bois est dense et sec plus ses cendres sont fines et réduites, plus aussi il est aisé de les utiliser comme pigment, et de les unir à un liant.
Ces cendres d’herbe ont posé à Leonardo de nombreux problèmes techniques de traitement, de liaison et de stabilisation sur le support.

L’image de l’eau reprenait, dans ses essais, son travail sur ces papiers bleu-violet qui servent à emballer fruits et légumes. Je ne crois pas que cela procède d’une équation du type : Bleu=Eau. Il y a, dans le travail antérieur de Rosa, une équivalence plus forte du type : Bleu=Espace. Cette équivalence est sans doute l’élément le plus prégnant de la symbolique du bleu, au moins dans notre civilisation. Ce qui est intéressant dans les travaux antérieurs c’est que le bleu (les déchets de papier d’emballage bleu) intervient sur des surfaces plastiques (des tableaux pigmentés à la cendre) la plupart du temps intégrées dans l’oeuvre par une zone de transition plus sombre traitée au charbon de bois.
Cette inclusion du bleu produit notamment un effet de rupture et de profondeur qui suggère ainsi doublement l’idée d’espace voire d’immensité. Il est remarquable que cette suggestion soit tirée justement du papier d’emballage récupéré, comme si l’effet produit était à l’inverse du matériau employé. Dans cet ordre d’idées, le bleu renvoyait à l’idée de l’eau dans le travail de Rosa pour Fata, comme il le fait dans la nature où le « bleu » de la mer renvoie à celui de l’espace dont il est le reflet.
Les travaux de terre et d’air ouvraient des pistes tout à fait inédites dans le travail de Rosa. Les premiers par l’emploi de terre comme pigment, et par le fait que, sur le papier marqué de terre, l’artiste collait des fragments de papier colorés de la même façon et construisant des suggestions de plans, ou de ruines.
Les travaux d’air, quant à eux, opéraient la rupture la plus nette par rapport au travail antérieur parce que c’est le support lui même qui était porteur de sens. Le papier employé, proche des japons les plus légers, est récupéré des sachets de thé ; à la légèreté du filtre, s’ajoute la coloration que permet le thé qui infuse... Sur ce fond l’artiste inscrit des traces très rares et très discrètes.

Toute cette matériologie à la fois très précaire et très forte a mis en doute mon projet initial d’écriture ou du moins mes premières simulations... Il est clair, par exemple, qu’on ne peut regarder une oeuvre tirée des sachets de thé pour figurer l’idée de l’air, sans que viennent en mémoire des images d’orient, et de l’orient ce que nous devons et aux papiers de chine et de japon, et aux si rapides traces qu’ils portent pour figurer la suggestion d’un monde en suspension... Mais comment échapper au poids de la littérature française lorsqu’un artiste se sert du thé pour évoquer un monde ? Et comment dès lors écrire un texte sur les constituants chimiques de l’air -à la recherche de la poésie des constituants- quand l’artiste vous suggère qu’écrire sur l’air c’est écrire sur le monde qu’évoque les rêves contenus dans les déchets d’un sachet de thé ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP