BRIBES EN LIGNE
 tu vois im font chier a propos de quatre oeuvres de les premières sequence de nouvelles mises en iigne, préparer le ciel ii page précédente ► page la deuxième édition du le coeur du ecrire, la vie en dépend, clxvi deus li otreit (la sue)       vu les aller à la bribe suivante très saintes litanies cinq madame aux yeux carcassonne, le 06 avant lire une interview de année 2018 ► année 2020 dernier vers aoi les éditions de la passe du à propos des grands de mes deux mains histoire de signes . la chaise, le châssis, le antoine simon 12 et   riche de mes antoine simon 25 textes mis en ligne en juin textes mis en ligne en     cet arbre que j’ai en réserve rafale n° 3 des le lent tricotage du paysage au programme des actions derniers textes mis en vous êtes ce qui aide à pénétrer le retour au pdf sui generis saluer d’abord les plus page d’accueil de attendre. mot terrible.       dans pour michèle auer et et toi figure       au soir en ceste tere ad estet ja moi cocon moi momie fuseau commençons donc par le max charvolen, martin miguel 1 2 bruno il tente de déchiffrer, retour vers le musicien béatrice machet vient de       et tu       tourneso démodocos... Ça a bien un       objectif page suivante ► page 0- souviens-toi. sa       à violette cachée ton karles se dort cum hume j’ai longtemps       sur le       soleil 1 2 3&nbs tout en vérifiant le chêne de dodonne (i) 1 2 3&nbs textes mis en ligne en 1 2 3&nbs page suivante ► page page précédente retour page suivante ► page dernier vers aoi je me souviens qu’à propos a supposer que ce monde madame est une torche. elle textes mis en ligne en juin les grands       reine       pav&eacu journée de au labyrinthe des pleursils au commencement était lancinant ô lancinant quando me ne so itu pe pour andré coupé le son à       sur le       il « pouvez-vous 1 2 3&nbs prenez vos casseroles et "si elle est       soleil  référencem À hélène un nouvel espace est ouvert sommaire ► page suivante sites de mes de pareïs li seit la pas une année sans évoquer a l’extrémité du 1 2 3&nbs   entrons maintenant page suivante ► page je ne sais pas si mult est vassal carles de quand c’est le vent qui   pour le prochain     surgi       embarq pour max charvolen 1)       droite quel étonnant cet univers sans i.- avaler l’art par baous et rious je suis       est-ce l’homme est le chêne de dodonne (i) quelques autres dans l’effilé de textes mis en ligne en     double commençons donc par page suivante ► page ce qui importe pour si tu es étudiant en 1 2 3&nbs     le       maquis       dans dans l’innocence des dernier vers aoi éphémère du 6 octobre toujours les lettres : la lecture de sainte     rien 1 2 3&nbs       grimpant page suivante ► page       é encore une citation “tu présentation du projet le geste de l’ancienne, pour frédéric pour accéder au pdf de  les œuvres de aller à la liste des auteurs page d’accueil de       va ton    seule au cela fait 53 ans que je       & page suivante ► page je suis occupé ces "école de cliquer sur l’icône le grand combat :       le aller à la liste des auteurs ils s’étaient voir les bifaces de b. 1 2 3 Éléments - aller à la bribe suivante retour au texte       bâ mieux valait découper (la numérotation des       la    tu sais "l’art est-il a propos d’une page suivante ► page       midi mouans sartoux. traverse de chaque automne les de proche en proche tous antoine simon 30 tu le sais et je le vois antoine simon 5 de sorte que bientôt juste un mot pour annoncer   est-ce que dans un clignement de  c’était pour accéder au texte, page d’accueil de un verre de vin pour tacher seul dans la rue je ris la * il te reste à passer page d’accueil de d’abord un curieux constellations et avec marc, nous avons travail de tissage, dans       "       neige ce n’est pas aux choses 1 2 3&nbs je me souviens de       six voici des œuvres qui, le traquer dernier vers aoi dix l’espace ouvert au 1 2 3&nbs ce qu’un paysage peut dernier vers aoi pour anne slacik ecrire est         il en est des noms comme du dans le respect du cahier des  les premières gardien de phare à vie, au onze sous les cercles aller au texte nous sommes la liberté de l’être il n’était qu’un vos estes proz e vostre mélodie 13) polynésie dernier vers aoi textes rÉunis sous un titre dernier vers aoi textes mis en ligne en août dernier vers aoi « et bien, pour michèle       bonheu ce jour-là il lui aller à la bribe suivante     vers le soir petit matin frais. je te 1 2 3 je     après les amants se page suivante page jamais si entêtanteeurydice fragilité humaine. 1 2 3&nbs page suivante ► page leonardo rosa l’illusion d’une   ces sec erv vre ile je suis bien dans c’est extrêmement page suivante ► page le nécessaire non passet li jurz, si turnet a le film sur annie sidro et le nous avons affaire à de       le madame déchirée trois (mon souffle au matin 1254 : naissance de le flot pâle des maisons a l’aube des apaches, une errance de sixième à cri et à au rayon des surgelés textes mis en ligne en tout est possible pour qui ce madame 1 madame est la on croit souvent que le but la fraîcheur et la textes mis en ligne en mai neuf j’implore en vain Éphémère du 22 juillet à dernier vers aoi   et combien       sur le               neige « ah ! mon ouverture d’une     les provisions la légende fleurie est la terre a souvent tremblé pénétrer dans ce jour, décembre 2001.       vaches sommaire ► page suivante       pourquoi patrick joquel vient de page suivante ► page encore la couleur, mais cette       ce 1 2 3&nbs les céramiques et leurs l’envers de       sur le       à si elle est belle ? je à claude held patiente la avant dernier vers aoi       fourr&ea écoute, josué, boomerang b ► livre grand il était question non antoine simon 22 vers le sommaire des recueils       allong&e    si tout au long page suivante ► page cent dix remarques i► cent raphaël monticelli 30 juin       descenda au seuil de l’atelier présentation du projet imagine que, dans la pour alain borer le 26 1 2 3&nbs lorsqu’on connaît une  l’exposition  pour egidio fiorin des mots une il faut dire les 1 2 questions et il fallait aller debout vous, dont l’âme, le dernier vers aoi au matin du toutes sortes de papiers, sur       le passet li jurz, la noit est page suivante ► page sommaire ► page suivante       parfois page suivante ► page 1 2 en sommaire ► page suivante       il sauvage et fuyant comme il n’est pire enfer que pour accéder au pdf, ….omme virginia par la "a cannes, propos de table j’ai perdu mon antoine simon 15 il faut laisser venir madame un titre : il infuse sa       l’ 19 mars 2022, savigny sur le poiseau de parisi mon écrire comme on se exposition de la série archipel shopping, la aller à la bribe suivante il aurait voulu être 1 2 3&nbs le chêne de dodonne (i)       reine éphémère du 2   dits de page suivante page page suivante ► page paysage de ta rafale dernier vers aoi page d’accueil de d’abord trouver un titre. le chêne de dodonne (i) récapitulatif lieux et dans le flou des souvenirs... 1 2 3&nbs eloge de la boite aux  je signerai mon tant pis pour eux. ces estampes illustrent le page précédente retour 1 2 la strada « h&eacut pur ceste espee ai dulor e des quatre archanges que page suivante ► page couleur qui ne masque pas douce est la terre aux yeux page précédente retour equitable un besoin sonnerait page d’accueil de       le s’égarer on autre essai d’un page précédente page antoine simon 2 Ç’avait été la début de la mise en ligne de art jonction semble enfin la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : FATA /

RAPHAËL MONTICELLI

À PROPOS DE FATA
Publication en ligne : 15 février 2019

Ce texte doit dater de 1999. Je viens de le retrouver dans mes archives, ça me permet de compléter cette rubrique consacrée à Leonardo Rosa.


ouvrir F.A.T.A. I ►

Le désir de faire avec Leonardo Rosa ce que l’on a pris l’habitude d’appeler une « oeuvre croisée » m’est venu dès le début de ma rencontre avec son oeuvre ; plus précisément dès que j’ai reconnu dans son travail ce sourd tragique, avec lequel je me sens toujours en fraternité, et qui s’exprime chez lui par l’emploi de matériaux de récupération comme les papiers d’emballage, et de ces déchets les plus chargés de souffrance et de temps que sont les cendres.

On sait que dans le cas d’une « oeuvre croisée », le problème de l’artiste n’est pas d’illustrer un texte, pas plus que le poète ne cherche simplement à écrire sur une oeuvre. Il s’agit d’une démarche commune dans laquelle chacun accepte de voir se modifier ses habitudes ou ses intentions esthétiques en raison de la coopération. J’ai dit « accepte de voir se modifier », j’aurais dû dire « cherche à modifier ».

L’occasion de réaliser cette oeuvre nous a été donnée par la commande à vrai dire inattendue de Egidio Fiorin, le responsable des éditions Colophon. La commande était très précise puisque l’éditeur attendait que nous traitions ensemble du thème des quatre éléments.

C’est la raison pour laquelle j’ai proposé à Leonardo de donner à notre travail le titre de FATA, en prenant l’initiale des quatre éléments Feu, Eau, Terre et Air, en langues italienne ou latine. FATA a alors dans cette langue le sens de Fée. En latin, langue d’origine aussi bien de l’italien que du français, fata, pluriel de fatum, signifie « destins ».

J’ai pour habitude, lorsque je dois rencontrer un artiste en vue d’un travail commun, d’imaginer quelques pistes d’écriture en fonction de ce que je sais de son travail et de ce que je cherche à en apprendre. De son côté Leonardo Rosa avait préparé notre première séance de travail par des propositions plastiques qui prenaient en compte à la fois le sens de la commande de Fiorin, et les quelques discussions que nous avions eues à propos de son travail.

En ce qui me concerne, j’étais très excité par l’idée de travailler sur les quatre éléments en partant de leur réalité physico-chimique comme il me semblait que la démarche d’ensemble de Leonardo Rosa pouvait me le permettre.

Les premiers essais de Leonardo m’ont complètement pris de court. Ce qu’il avait mis en oeuvre pour répondre à la demande participait toujours de l’économie d’ensemble de son travail, notamment en raison de l’utilisation de matériaux récupérés, mais ça en élargissait singulièrement le champ d’investigation.

Il était évident que l’image du feu continuait à être associée aux travaux antérieurs de cendres, mais à son choix habituel de cendres récupérés dans des foyers divers (et triées et classées par type, couleurs, granulosité) il avait ajouté des cendres provenant de feux d’herbes fraîches, dont la combustion est moins parfaite, qui reste plus proches de l’objet brûlé, c’est à dire, peut-être, plus proche de la brûlure que de la consumation et plus aptes, du même coup, à rendre l’idée de feu. On sait que plus un bois est dense et sec plus ses cendres sont fines et réduites, plus aussi il est aisé de les utiliser comme pigment, et de les unir à un liant.
Ces cendres d’herbe ont posé à Leonardo de nombreux problèmes techniques de traitement, de liaison et de stabilisation sur le support.

L’image de l’eau reprenait, dans ses essais, son travail sur ces papiers bleu-violet qui servent à emballer fruits et légumes. Je ne crois pas que cela procède d’une équation du type : Bleu=Eau. Il y a, dans le travail antérieur de Rosa, une équivalence plus forte du type : Bleu=Espace. Cette équivalence est sans doute l’élément le plus prégnant de la symbolique du bleu, au moins dans notre civilisation. Ce qui est intéressant dans les travaux antérieurs c’est que le bleu (les déchets de papier d’emballage bleu) intervient sur des surfaces plastiques (des tableaux pigmentés à la cendre) la plupart du temps intégrées dans l’oeuvre par une zone de transition plus sombre traitée au charbon de bois.
Cette inclusion du bleu produit notamment un effet de rupture et de profondeur qui suggère ainsi doublement l’idée d’espace voire d’immensité. Il est remarquable que cette suggestion soit tirée justement du papier d’emballage récupéré, comme si l’effet produit était à l’inverse du matériau employé. Dans cet ordre d’idées, le bleu renvoyait à l’idée de l’eau dans le travail de Rosa pour Fata, comme il le fait dans la nature où le « bleu » de la mer renvoie à celui de l’espace dont il est le reflet.
Les travaux de terre et d’air ouvraient des pistes tout à fait inédites dans le travail de Rosa. Les premiers par l’emploi de terre comme pigment, et par le fait que, sur le papier marqué de terre, l’artiste collait des fragments de papier colorés de la même façon et construisant des suggestions de plans, ou de ruines.
Les travaux d’air, quant à eux, opéraient la rupture la plus nette par rapport au travail antérieur parce que c’est le support lui même qui était porteur de sens. Le papier employé, proche des japons les plus légers, est récupéré des sachets de thé ; à la légèreté du filtre, s’ajoute la coloration que permet le thé qui infuse... Sur ce fond l’artiste inscrit des traces très rares et très discrètes.

Toute cette matériologie à la fois très précaire et très forte a mis en doute mon projet initial d’écriture ou du moins mes premières simulations... Il est clair, par exemple, qu’on ne peut regarder une oeuvre tirée des sachets de thé pour figurer l’idée de l’air, sans que viennent en mémoire des images d’orient, et de l’orient ce que nous devons et aux papiers de chine et de japon, et aux si rapides traces qu’ils portent pour figurer la suggestion d’un monde en suspension... Mais comment échapper au poids de la littérature française lorsqu’un artiste se sert du thé pour évoquer un monde ? Et comment dès lors écrire un texte sur les constituants chimiques de l’air -à la recherche de la poésie des constituants- quand l’artiste vous suggère qu’écrire sur l’air c’est écrire sur le monde qu’évoque les rêves contenus dans les déchets d’un sachet de thé ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP